LES VIGILANTS

Vigilants - Vigilants Noirs - Vigilant Archery - Licornes Vigilantes
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Keltra, un coin du voile se lève

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Keltra
Grand Architecte
avatar

Nombre de messages : 5106
Vigilant : Keltra, Edelwyn, Cécile de Navarre
Date d'inscription : 26/10/2005

MessageSujet: Keltra, un coin du voile se lève   Lun 26 Déc - 21:21

(Note: ceci est une réédition, mais cette fois la fin devrait voir le jour)


Gore ! Bon sang, mais que fait-il là, celui-là ?
Bon, pas de panique ma fille, reprends-toi. Il n'y a pas de raison qu'il soit ici pour toi. C'est un client comme un autre, c'est tout. Inutile d'être parano, mais je me faufile néanmoins derrière lui à pas de loup. Même s'il ne m'a jamais vue à visage découvert, il serait bien capable de m'identifier à mon postérieur. C'est que je commence à le connaître, mon Gore. Et s'il y a quelque chose dont je n'ai vraiment pas besoin, ici, maintenant, c'est de me faire interpeller "Keltra !" par un géant en costume bleu -ou qui que ce soit d'autre, d'ailleurs- ruinant du même coup ma couverture et des mois d'enquête en sous-marin.


Dernière édition par le Mar 17 Oct - 17:31, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keltra
Grand Architecte
avatar

Nombre de messages : 5106
Vigilant : Keltra, Edelwyn, Cécile de Navarre
Date d'inscription : 26/10/2005

MessageSujet: Re: Keltra, un coin du voile se lève   Mar 27 Déc - 19:20

Je me glisse donc discrètement vers la réception. Sandy, la bimbo de service n'a rien perdu de mon manège, même si elle se trompe sur les raisons de mon comportement.
« - Salut Tracy, impressionnant le monstre, hein ? »
Pauvre petite, ce sont les gens comme toi, les monstres. Tous ceux qui ne voient pas plus loin que le bout de leur nez. Et si tu avais vu Gore tel qu'il était lorsque je l'ai rencontré, à une époque où il ne portait pas le moindre vêtement, il est plus que probable que tu te serais évanouie aussi sec. On ne l'appelle pas Gore l'écorché pour rien.
« - Au fait, John, euh... enfin, M. Picc... »
« - Je sais qui c'est », l'interromps-je, dégoûtée de son air faussement embarassé.
« - Et bien, il veut te voir aussi vite que possible... ».
Ah ! C'est la journée des surprises. Il était depuis longtemps sur ma liste de suspects, celui-là. Et pour des choses bien plus graves que de sauter une réceptionniste en douce sur le coin d'une photocopieuse. Mais au bout du compte, ce n'est que du menu fretin. Les vrais responsables sont plus haut. Peut-être même beaucoup plus haut.

Me voici donc devant la porte du directeur des ressources humaines. Je frappe deux coups brefs. On me crie « Entrez ! ».
« - Vous vouliez me voir, monsieur ? »
« - Ah, mademoiselle Kelvin. Entrez, entrez, asseyez-vous... Je ne vais pas tourner autour du pot. J'ai une bonne nouvelle pour vous. Votre demande de promotion a été acceptée. »
Il me bassine encore un peu, sur mes compétences, mon excellent dossier, etc, etc... Mais je ne l'écoute déjà plus. Je suis déjà en avant, dans la prochaine étape de mes investigations. Je vais peut-être enfin découvrir qui est le vrai responsable de tout ça. Ou peut-être que ça ne sera qu'une nouvelle étape, que je devrai aller chercher la solution plus loin. Plus haut. Et il me faudra peut-être encore obtenir une nouvelle promotion.
En attendant, je remercie, me fait raccompagner à la porte, reçoit des ultimes félicitations alors qu'une main se pose dans le creux de mon dos. Je m'éclipse avant qu'elle ne tente la moindre exploration. Je ne dois pas tuer M. Gluant tout de suite, ça ferait tâche sur mon C.V. Mais je pense bien que Diemos Innovations devra lui trouver un remplaçant avant la fin du mois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keltra
Grand Architecte
avatar

Nombre de messages : 5106
Vigilant : Keltra, Edelwyn, Cécile de Navarre
Date d'inscription : 26/10/2005

MessageSujet: Re: Keltra, un coin du voile se lève   Mer 4 Jan - 14:23

Presque trois semaines se sont écoulées depuis ma promotion. Ce soir, il est temps de règler le compte de Piccicato. Par dessus mon costume, j'ai enfilé une paire de jeans noirs, un sweat de la même couleur, puis je me suis rendue au pied de son immeuble dès que la nuit m'a paru suffisamment avancée. Je vérifie que tout est tranquille, et j'enfile la cagoule noire que j'ai emportée. Ensuite, je m'élève vers les fenêtres de l'appartement de ma victime. C'est la phase délicate. Il n'est pas question qu'un éventuel système de surveillance permette d'établir un quelconque lien entre ce qui va se passer ici et Keltra ou Tracy Kelvin. Pas question d'utiliser mes pouvoirs. Autant laisser ma signature. Le fusil fourni par un de mes contacts va me permettre d'ouvrir la voie. J'épaule, vise, retiens mon souffle... et appuie sur la détente. Le recul me propulse en arrière, mais j'ai maintenant l'habitude. Devant moi, la balle explosive pulvérise les panneaux vitrés. Juste le temps de ranger l'arme et je m'élance dans l'appartement par l'ouverture béante. Piccicato est là, complètement hébété. Je constate que des éclats de verre se sont incrustés dans sa chair. J'imagine qu'il ne doit pas avoir l'habitude de la douleur. En me voyant entrer, il s'écrie « un héros, je suis sauvé ! Je viens d'être victime d'un attentat ! ». Cet idiot n'a pas compris encore... Je l'attrape et l'emporte par la fenêtre. Le poids me donne du mal. Je perds de l'altitude. Heureusement, je ne dois pas aller très loin. Après avoir parcouru une dizaine de mètres, je le lâche et il tombe en hurlant. Il habite -« habitait », devrais-je dire- au sommet d'une des tours les plus élevées du quartier. Le cri semble durer une éternité pour s'interrompre enfin dans un bruit sourd.
Je descends vérifier que j'ai bien obtenu le résultat escompté. Des gars qui courent comme des lapins après une chute de cinquante étages, ça s'est déjà vu. Mais pas lui. Il est là, gisant comme un pantin désarticulé... Pas la peine de m'éterniser ici, je file vers Perez Park.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keltra
Grand Architecte
avatar

Nombre de messages : 5106
Vigilant : Keltra, Edelwyn, Cécile de Navarre
Date d'inscription : 26/10/2005

MessageSujet: Re: Keltra, un coin du voile se lève   Mar 10 Jan - 22:20

Les jeans, le sweat et la cagoule finissent dans les fourrés. Il est peu probable que quelqu'un vienne les chercher ici. Au moment de m'élancer à nouveau dans les airs, j'aperçois une silhouette familière qui se découpe dans la lueur blafarde des lanternes. Je m'approche. C'est bien Akhbour qui est là, en train de s'installer au bord du ruisseau. Et... il sort un baladeur MP3 d'une poche, se cale le casque sur les oreilles et commence à introduire une programmation dans l'engin. Drôle de barbare que voilà ! Je me rends compte tout à coup que, bien qu'il soit d'une toute autre nature que le mien, lui aussi porte un masque.

Pensive, je me retire sans être vue pour aller m'installer dans un coin tranquille -il faudra probablement que je m'en fasse un- à l'autre bout du parc. Je ne tiens pas plus à piétiner le jardin secret de mes petits camarades que je n'ai envie qu'ils envahissent le mien. Et pour l'instant, je ressens surtout le besoin de faire le point. Sur mon passé ; sur mon présent ; et sur mon avenir, pour autant que j'en aie un.

J'ai toujours ressenti une certaine culpabilité de ne pouvoir donner mon entière confiance aux autres Vigilants. Peut-être pas tous, mais au moins ceux avec qui je fais équipe la plupart du temps.
Mais ce jour nouveau sous lequel m'est apparu Akhbour m'ôte un poids. Je ne suis pas la seule à faire des cachotteries. J'ai pensé à cela tellement souvent... Même si je suis à peu près sûre qu'aucun d'eux ne me trahirait volontairement, si je me confiais à eux, un mot lâché imprudemment pourrait causer ma perte. Avec qui pourrais-je partager mon terrible secret, tout en étant sûre de n'avoir rien à redouter ?

Gore ? Un super-héros vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Mais je le devine incapable de mentir. Donc de garder un secret. La moindre question directe à mon sujet le mettrait dans l'embarras.

Akhbour ? Après ce que j'ai vu tout à l'heure, n'y pensons même pas.

Snow ? On dit que ce qui est petit est mignon. C'est vrai dans son cas, mais il ne faut pas se fier aux apparences. Son tempérament bouillant la met à la merci d'une faute facile.

First Aid ? Un robot. Peut-on se confier à un robot ? Surtout que le comportement de celui-ci me perturbe. Il a quelque chose de singulièrement humain qui me met mal à l'aise.

Mainbot ? Un autre robot. Lui aussi est bizarre... C'est un peu Dark Vador à l'envers. Il semble s'humaniser de plus en plus au fil du temps. Pas seulement dans son comportement, mais aussi dans son apparence.

Sylmeria ? Peut-être, mais ça n'est pas le genre à faire ou à recevoir des confidences.

Onizuka ? Un cas à part, lui. Il a rencontré Tracy, et j'ai vu tout à coup cette lueur dans son regard qui trahissait un soudain intérêt. Et j'ai compris qu'il savait qui j'étais. Il est probable que l'être qu'il héberge l'aura prévenu. Je n'en sais trop rien. Ma conversation avec Moonfire ne m'a guère éclairée à ce sujet, mais je ne pouvais pas lui poser de questions précises non plus... En tout cas, Oni et moi n'en avons jamais parlé, de sorte que je finirais par douter. Mais non, je suis sûre de moi. En tout cas, il ne m'a jamais trahie. Mais pourrais-je jamais appréhender la nature d'un être tel que celui-là ? Non, ce n'est pas un bon candidat.

Green Spirit, Falcon Lady, les autres ? Non, décidément, cette voie, je dois l'arpenter seule. Car même s'ils respectaient mon secret, les autres comprendraient-ils mes motivations ? Approuveraient-ils ma soif de justice, mon désir de vengeance ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keltra
Grand Architecte
avatar

Nombre de messages : 5106
Vigilant : Keltra, Edelwyn, Cécile de Navarre
Date d'inscription : 26/10/2005

MessageSujet: Re: Keltra, un coin du voile se lève   Jeu 12 Jan - 19:49

Et puis, de quelle manière pourrais-je expliquer comment je suis devenue ce que je suis aujourd'hui ?
Tout a commencé un matin où j'étais en retard pour aller au boulot. En sortant du métro, je me décidai à couper par les petites ruelles que j'évitais d'habitude. En courant, je faillis buter dans le dos du ganger. Je bredouillai une excuse et tentai de poursuivre ma course dans un réflexe de fuite. Mais il était trop tard. Il m'avait déjà attrappée par le bras et me dit « tu n'aurais pas dû venir ici ». Ses camarades se mirent à rire. Ils me soulevèrent de terre et me jetèrent à l'arrière d'un van où cinq autres filles se trouvaient déjà.
A l'époque, j'avais bien entendu parler des super-héros, mais c'était presque une sorte de légende. Je n'en avais encore jamais vu et imaginais encore moins rejoindre un jour leurs rangs. Et surtout, il ne fallait en attendre aucun pour venir nous porter secours.
Le van se mit en route. Mes compagnes d'infortune étaient prostrées, avaient déjà perdu toute volonté de révolte, voire simplement de résistance. Elles refusaient même de parler. Quand j'y repense, peut-être étaient-elles tout simplement plus conscientes de ce qui nous attendait.

Nous n'avions pas vraiment quitté la ville lorsque on nous fit descendre pour nous enfermer dans un entrepôt. Là attendaient une vingtaine de personnes, hommes et femmes, dont le seul point commun semblait d'être agés de vingt à vingt-cinq ans.
En début d'après-midi, des sbires vinrent nous apporter une grande casserole de bouillon et une pile de bols en plastique. Je me disais qu'au moins, ils ne nous traitaient pas trop mal. Mais mes illusions s'envolèrent dans la soirée. De nouveaux arrivants firent leur entrée. Le chef était visiblement parmi eux. Ils nous forcèrent à nous déshabiller, puis jetèrent nos vêtements et toutes nos affaires dans un incinérateur. Le chef s'adressa alors à nous d'une voix forte. « A partir de maintenant, vous n'êtes plus rien ni personne ! ». On nous fit alors monter dans un camion, nus comme des vers, traités comme du bétail.


Dernière édition par le Sam 21 Oct - 16:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keltra
Grand Architecte
avatar

Nombre de messages : 5106
Vigilant : Keltra, Edelwyn, Cécile de Navarre
Date d'inscription : 26/10/2005

MessageSujet: Re: Keltra, un coin du voile se lève   Ven 13 Jan - 21:30

J'avais depuis longtemps perdu le compte du temps passé lorsque le camion s'arrêta enfin. On nous fit descendre. Des palabres étaient en cours entre nos ravisseurs et des hommes en blouse blanche. Finalement, les gangers emportèrent une malette dans leur camion et reprirent la route. Des gardes armés nous firent entrer dans une grande salle où nous fûmes douchés à la lance. On me remit une blouse d'hôpital en me poussant dans un petit cabinet où je dus subir une inspection médicale des plus humiliantes. J'assaillai le « médecin » de questions, mais il m'ignora complètement. Finalement, il me fit comprendre par gestes d'enfiler ma blouse et m'indiqua une porte. D'autres gardes me prirent en charge et me menèrent à ce qu'il me faut bien appeler un dortoir. D'autres femmes étaient parquées là. Elles étaient dans un état effroyable, et je compris avec horreur que le même sort m'attendait.

Je ne me trompais pas. Dès le lendemain, le long cycle des opérations et des tests commença. On m'emmenait, m'endormait, me faisait passer sur le billard pour je ne sais quelle ignominie, et on me recousait comme un vulgaire sac. J'étais nourrie presque exclusivement de ce que je supposais être des antibiotiques.

Après chaque passage entre les mains de ces bouchers -je me refuse à utiliser le terme de chirurgien-, on me faisait passer des batteries de tests. Souvent, j'étais sanglée sur une sorte d'hybride barbare entre le fauteuil de dentiste et la chaise électrique. Parfois j'étais laissée libre de mes mouvements dans une pièce nue et aveugle. Invariablement, la série se terminait par un passage dans ce qui devait être un accélérateur de particules.

Les femmes avec qui je partageais le dortoir à mon arrivée avaient toutes disparu. D'autres les avaient remplacées, mais parmi ces nouvelles arrivantes, combien déjà n'étaient pas revenues de leurs propres expériences ? J'en avais perdu le compte, et comme les autres auparavant je n'essayai pas de nouer le moindre contact. Tout instant passé dans le dortoir était mis à profit pour essayer de trouver refuge dans le sommeil, dans l'espoir d'oublier un temps la douleur.

Je ne sais combien de temps cette succession infernale de tortures dura. Mais un jour, alors que j'étais sanglée dans ce maudit fauteuil, ne se souciant pas plus de moi que si j'avais été l'appareil lui-même, deux de ces types en blouse se mirent à discuter de ce que je devinais être mes « résultats d'examen ».

« Elle ne réagit pas du tout normalement. Il faut trouver la cause de cette anomalie. »
« Nous avons tout vérifié et nous n'avons rien pu trouver qui justifie ces résultats. »
« Une vivisection nous apportera les réponses aux questions que nous nous posons. »
« Bien sûr, mais je voudrais tenter une nouvelle expérience sur le sujet auparavant. »
« Entendu. Vous avez carte blanche, mais je veux des réponses sous huitaine. Le programme en dépend. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keltra
Grand Architecte
avatar

Nombre de messages : 5106
Vigilant : Keltra, Edelwyn, Cécile de Navarre
Date d'inscription : 26/10/2005

MessageSujet: Re: Keltra, un coin du voile se lève   Dim 15 Jan - 12:20

La perspective de cette nouvelle horreur me laissa indifférente. Il ne me semblait pas à cet instant que ma situation pouvait empirer. La haine que j'éprouvais pour ces hommes signifiait que, s'ils s'étaient rendus maîtres de mon corps, mon esprit n'appartenait qu'à moi. Mais que pouvais-je faire ? J'étais sans défense.

Aucun repos ne me fut accordé ce soir-là. A peine de retour au dortoir, quatre hommes firent irruption dans la cellule, m'immobilisèrent et m'injectèrent le contenu d'une demi-douzaine de seringues à différents endroits. Je sentis ces produits se répandre dans mon corps, se faufilant par chacune de mes veines, se glissant le long de chacun de mes nerfs. D'abord jusqu'aux doigts, ensuite jusqu'aux orteils, enfin, j'eus l'impression que ma tête allait exploser. Le contour de mes dents m'était perceptible précisément. Mes yeux brûlaient. Et j'avais cette désagréable impression de pouvoir ressentir individuellement chaque racine de cheveu sur mon crâne rasé. Cette sensation de brûlure s'était répandue dans tout mon corps et me donnait une conscience aiguë des moindres recoins de mon anatomie, organe par organe. Je ne dormis pas cette nuit-là. Je m'étais trompée. On pouvait ressentir plus de douleur que ce que j'avais connu jusque là.

Lorsque on vint me chercher, ce fut pour me placer directement dans l'accélérateur de particules, qui, d'habitude, était la dernière étape dans le périple des expériences que j'avais à subir. Le sas se referma. J'entendis le lourd grondement s'élever, indiquant la mise en route de l'engin. C'est alors que commença ce qui allait devenir plus tard une expérience quotidienne, quoique dans une toute autre mesure... J'eus l'impression de gonfler. Lentement, mais sûrement. Pourtant le volume de mon corps ne se modifiait pas. J'avais à présent l'impression d'être une grosse baudruche, débordant de mes propres limites physiques. Cela dura longtemps. Puis, au moment où je ne pensais pas qu'il serait possible de me dilater d'avantage, j'explosai ! Pas physiquement ; celui qui n'a jamais vécu cette expérience ne pourrait comprendre, mais le point de rupture atteint, toute l'énergie emmagasinée est expulsée instantanément.

Autour de moi, l'apocalypse... Tout avait été balayé et les débris retombaient à présent. Je suppose que c'est l'énergie qui émanait encore de mon corps à ce moment-là qui m'évita d'être écrasée sous les blocs de béton et les poutrelles d'acier. J'avais échappé à la mort. Néanmoins, ensevelie sous les décombres, l'asphyxie ne tarderait pas à avoir raison de moi. Ce n'était qu'une question de minutes, d'heures tout au plus. Et j'accueillis cet espoir de délivrance avec le plus grand soulagement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keltra
Grand Architecte
avatar

Nombre de messages : 5106
Vigilant : Keltra, Edelwyn, Cécile de Navarre
Date d'inscription : 26/10/2005

MessageSujet: Re: Keltra, un coin du voile se lève   Lun 16 Jan - 21:02

Mais lentement, je recommençai à me gonfler d'énergie. Le processus dura beaucoup plus longtemps que la première fois. Néanmoins, lorsque je fus de nouveau arrivée au point de rupture, j'éclatai encore. Les décombres furent soufflés. Je me retrouvai à l'air libre. Péniblement, je me remis sur mes pieds et constatai que je me trouvais au fond d'un gouffre. J'entrepris de gravir les gravats puis les rochers. Lorsque j'atteignis le sommet, je vis que tout le site s'était effondré. Le complexe semblait avoir été souterrain pour la plus grande part et il n'en restait qu'un immense cratère rectangulaire. Deux branches partant de sous mes pieds marquaient l'origine d'un anneau gravé dans le désert du Nevada et s'éloignant à perte de vue dans le paysage. Je décidai de ne pas attendre de savoir s'il y avait d'autres survivants et je pris la fuite aussi vite que mon état d'épuisement me le permettait. En chemin, je continuais à me remplir d'énergie. Et à la libérer brutalement. Cela se produisit plusieurs fois, soufflant les cactus, les maigres buissons et les cailloux autour de moi. Je finis par croiser ce qui semblait être une piste et je décidai de la suivre. Après quelque temps, un nuage de poussière apparu à l'horizon, et il fut vite évident qu'il venait dans ma direction. Mon cerveau me commandait de fuir à nouveau, mais la soif et la fatigue m'en empêchèrent. Finalement, je m'évanouis à l'instant même où une roue de 4x4 s'immobilisait à ma hauteur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keltra
Grand Architecte
avatar

Nombre de messages : 5106
Vigilant : Keltra, Edelwyn, Cécile de Navarre
Date d'inscription : 26/10/2005

MessageSujet: Re: Keltra, un coin du voile se lève   Lun 16 Jan - 21:24

Notes

Ici se termine le background de Keltra tel qu'il était sur l'ancien forum. Ce qui suit est donc inédit. Bien que cette suite n'apparaisse que maintenant, ça n'en reste pas moins la suite de cette vieille histoire qui raconte les origines de Keltra. Son histoire plus récente transparaît(ra) dans le background d'Alderante.

Attention, spoilers ci-après...

Tout cela a été imaginé il y a longtemps. Aussi bien le principe de l'énergie qui croit lentement pour se libérer brutalement (même si dans le jeu, la nova n'apparaît pas vraiment en ces termes), le contrôle qu'il est nécessaire d'exercer dessus, la nécessité de trouver un mentor pour y arriver, et le danger que l'on représente pour son environnement si ce contrôle n'est pas exercé. Quelle ne fut pas ma surprise de découvrir, en lisant le premier volume de "The black magician trilogy", que Trudi Canavan avait construit son héroïne avec des parallèles surprenants par rapport à mon propre imaginaire (même si le contexte est entièrement différent).

Sa recherche, plus complète et plus profonde que ma vue des choses relativement superficielle, s'est peu à peu imprégnée dans l'histoire de Keltra pour combler les espaces laissés vides. J'avais bien imaginé qu'un instructeur permettrait à Keltra de contrôler le pouvoir qui était désormais le sien, mais je n'avais pas imaginé le détail des opérations. J'ai donc plus ou moins emprunté à Trudi Canavan la méthode suivie par le tuteur de son héroïne. Cet "emprunt" s'est d'abord fait inconsciemment, mais il s'est fait néanmoins. Et comme je vais vous en faire profiter, je ne peux que plaider coupable pour ce plagiat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keltra
Grand Architecte
avatar

Nombre de messages : 5106
Vigilant : Keltra, Edelwyn, Cécile de Navarre
Date d'inscription : 26/10/2005

MessageSujet: Re: Keltra, un coin du voile se lève   Mer 18 Jan - 22:28

L'adjoint au shérif était vraiment un brave type. Il s'était inquiété de mon état et avait remis les questions à plus tard. Sa première préoccupation fut de m'emmener à l'hôpital. Il n'avait même pas fait d'histoires quand je lui avais demandé de me laisser sur le bord de la route et de s'écarter, « le temps que j'explose ». Evidemment, c'étaient ces nuages de poussières soulevés régulièrement qui l'avaient amené par là, et ses jumelles lui en avaient sûrement appris suffisamment pour lui indiquer que la prudence était de mise. Dès mon arrivée à l'hosto, il s'était assuré qu'on s'occupe de moi en urgence et avait appelé les fédéraux.
A partir de là, tout avait été très vite...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keltra
Grand Architecte
avatar

Nombre de messages : 5106
Vigilant : Keltra, Edelwyn, Cécile de Navarre
Date d'inscription : 26/10/2005

MessageSujet: Re: Keltra, un coin du voile se lève   Ven 20 Jan - 20:22

Les deux flics en civils avaient l'air emmerdé. Leur unique question avait été de savoir si j'accepterais de témoigner une fois remise sur pied. Ils ne m'avaient même pas demandé comment j'avais fini dans cet état. Quand je leur en fis la remarque, ils me répondirent que ça n'était pas de leur ressort et que les personnes compétentes allaient me prendre en charge bientôt. Une demi-heure plus tard, un hélico de l'armée m'emmenait dans un hôpital militaire. Là-bas, des types en uniforme me firent décrire mon enlèvement, la base où nous étions retenus, comment étaient nos tortionnaires, quel était le profil des personnes détenues et le type d'expériences que nous subissions.

On me fit subir une batterie de tests et on m'emmena dans une chambre. Les enquêteurs y attendaient mon retour et s'entretinrent avec le médecin qui avait dirigé mes examens. Il leur expliqua qu'il ignorait quel but « ils » avaient essayé d'atteindre, mais qu'au final, « ils » n'avaient réussi qu'à créer un blaster énergie « un peu bâtard ». « Rien d'intéressant pour nous en tout cas, aucune technologie que nous ne possédions déjà ». Là-dessus, un des enquêteurs s'était retourné vers moi puis avait fait un signe de tête à ses collègues. Les autres sortirent pour continuer leur conversation hors de portée de mes oreilles. Celui qui était resté vint s'asseoir à côté du lit. Je l'agrippai par le bras.
« - Vous ne comprenez pas », lui dis-je, « dans un moment, je ne sais pas quand, il faudra que j'explose, et il ne restera rien de cette chambre ».
« - Ne vous inquiétez pas », m'avait-il répondu. « Cet appareil que vous voyez là et auquel nous vous avons raccordée, agit comme un drain. Il empêchera que vous n'atteigniez votre trop-plein en attendant que vous appreniez à maîtriser votre réserve vous-même. Nous sommes familiers avec ce genre de problèmes, vous savez ».
« - Maîtriser ma réserve ? Mais... ne pouvez-vous pas simplement me remettre dans mon état normal ? »
« - Le processus est malheureusement irréversible. Mais pour le restant, rassurez-vous, nous allons nous occuper de vous ».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keltra
Grand Architecte
avatar

Nombre de messages : 5106
Vigilant : Keltra, Edelwyn, Cécile de Navarre
Date d'inscription : 26/10/2005

MessageSujet: Re: Keltra, un coin du voile se lève   Lun 23 Jan - 21:45

Je passai quelques semaines dans une cuve de régénération, sous inducteur psychique, afin d'effacer les traumatismes subis. Si on m'avait parlé de ces engins quelque peu auparavant, cela m'aurait sans doute fait sourire et j'aurais pris mon interlocuteur pour un doux rêveur.

Lorsque je fus sortie de ce sommeil artificiel, je me sentis bien mieux. Mes cicatrices s'effacèrent sous les lasers des chirurgiens, et je retrouvai bientôt un corps qui semblait n'avoir jamais connu les atrocités par lesquelles il était passé.
Le plasticien me dit « voilà, nous avons fait du bon travail, je pense. Malheureusement, pour vos yeux, nous n'avons rien pu faire ». Pour la première fois depuis longtemps, je cherchai un miroir. L'homme tira un rideau derrière lequel s'en trouvait un. Les yeux. En effet, je comprenais ce qu'il voulait dire. Il n'y avait rien que l'on puisse faire. La voix derrière moi me dit « nous essayerons des lentilles. On verra si cela suffit à dissimuler le problème ». « Hein ? Euh, oui, peut-être... ». Je contemplai mon corps. On m'avait refaite. Un peu trop parfaite. Mon visage... c'étaient mes traits, mais ça n'était pas vraiment moi. Trop lisse, trop net. Mais je n'allais pas me plaindre. Je me sentais revivre. Puis j'aperçus le câble qui me reliait toujours à l'engin chargé de réguler mon énergie, et mon moral sombra au fond d'un abîme. Le toubib avait dû s'en apercevoir car il me dit « ne vous inquiétez pas, on s'occupera de ça aussi ».

L'enquêteur militaire revint me voir avec les fédéraux. Ceux-ci proposaient de me prendre en charge dans leur programme de protection de témoins. On me demanda de réfléchir à une nouvelle identité. On me fit bien comprendre qu'il fallait faire un trait sur le passé. Que même dans cet hôpital militaire, j'étais enregistrée sous X et qu'il était préférable que personne ne sache rien de moi. Je m'enquis alors des progrès de l'enquête. « Qu'avez-vous trouvé d'intéressant sur le site ? », demandai-je. Les hommes se regardèrent, et le militaire prit la parole. « Peu après votre admission ici, nos satellites ont détecté une activité nano illégale ». Que racontait-il ? C'était de la science-fiction, ça ! Enfin, pas plus que le restant, décidai-je. J'eus l'impression d'avoir vécu dans un autre monde jusque là. Le monde des gens normaux qui ignorent tout de ce qui se trame dans leur dos.
« - Cette activité correspondait approximativement à l'endroit où vous avez été trouvée. Nous avons bouclé le secteur. Il ne reste rien. Cette activité s'est heureusement arrêtée après quelques heures. Nous avons eu peur que tout le Nevada ne soit réduit en poussière. Ces nanos devaient être conçus pour l'autodestruction de la base. Nous supposons que les containers magnétiques dans lesquels ils étaient entreposés ont vu leur alimentation de secours s'arrêter peu après votre feu d'artifice. Les nanos se sont libérés et ont littéralement dévoré la base et tous les alentours ».
« - Puis-je la voir », demandai-je.
« - Impossible, le site est classé secret défense, et le public est interdit d'accès ».
Après tout cela, j'étais donc « le public », et cela ne me concernait en rien. J'en fus dégoûtée et décidai d'ignorer ces hommes.

Mais malgré leur dispositif de sécurité, j'avais pu visiter le site par la suite. Et il ne mentait pas. Là-bas, il ne restait qu'un grand cratère empli de poussière de roche. J'étais protégée comme témoin dans une affaire dont le procès n'aurait jamais lieu.


Dernière édition par le Ven 23 Juin - 15:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keltra
Grand Architecte
avatar

Nombre de messages : 5106
Vigilant : Keltra, Edelwyn, Cécile de Navarre
Date d'inscription : 26/10/2005

MessageSujet: Re: Keltra, un coin du voile se lève   Lun 30 Jan - 1:11

L'entretien était terminé. Ils se levèrent pour partir. Le militaire hésita un instant et ajouta : « les appareils de mesure de votre drain indiquent que votre cycle s'est stabilisé à des valeurs que nous considérons comme normales. Il est beaucoup plus court et de moins grande amplitude que lorsque vous avez été admise ici. Demain matin vous serez prise en charge par un instructeur. »

Le lendemain, un type dans la petite cinquantaine, un peu bedonnant, avec une brosse grise et une moustache de carnaval, fit son apparition. « Bonjour ma petite dame ! Moi, c'est Sam. Je suis au courant de votre cas, et j'ai été désigné pour vous apprendre à contenir la force qui est en vous. Vous venez ? ». Je m'aperçus qu'il tenait l'extrémité du drain dans sa main. J'étais débranchée ! Un court instant de panique me donna le vertige. « Tout va bien, vous ne risquez rien ».
Nous prîmes l'ascenseur pour un sous-sol qui ressemblait à un bunker.

« - Bien. Nous allons commencer par le commencement. Vous avez cette force qui est en vous. Vous devez la sentir. Elle doit vous sembler un peu étrangère par rapport à ce que vous étiez auparavant. Fermez les yeux... Laissez-vous aller... Vous sentez où sa source se trouve ? »
« - Oui, je crois ».
« - Bien ! Essayez de la visualiser. Si ça peut vous aider, moi, je vois la mienne au dessus d'un parc fleuri où jouent des enfants. C'est le soleil. Mon soleil intérieur ».
J'ouvris des yeux effarés. « Vous... Vous... ».
« - Oui, je suis comme vous. Enfin, pas tout à fait comme vous. Mais presque. Maîtrisez-vous. Fermez les yeux. Essayez de visualiser. Votre énergie prendra sûrement une toute autre forme que la mienne. Vous voyez quelque chose ? ».
« - Je vois... une pile. ».
« - Une pile ? Une pile comment ? Décrivez-la moi ».
« - Une pile ronde comme celles qu'on met dans les lampes de poche, mais beaucoup plus grande ».
« - Ok. Très, très bien. Ca n'est pas banal, mais c'est très bien. Nous allons devoir trouver un moyen d'accéder au contenu de cette pile. Pouvez-vous visualiser une électrode ? »
« - Accéder au contenu ? Euh... attendez... une porte vient d'apparaître sur le côté de la pile. »
J'entendis un petit rire, mais me forçai à garder les yeux fermés.
« - Vous êtes surprenante, vous savez. Ouvrez cette porte. »
Dans mon moi intérieur, je me saisis de la poignée et commençai à tirer. « Elle... ne veut pas s'ouvrir. »
« - Hum. C'est normal. Etant donné la manière dont vous avez acquis vos pouvoirs, il n'y a rien de surprenant que votre subconscient résiste à vouloir y accéder. Prenez votre temps... Relaxez-vous... Ce pouvoir fait partie de vous. Ce n'est pas un intrus qui vous veut du mal. »
« Je tire, je tire, mais ça ne vient pas. Oh ! Les parois de la pile commencent à enfler ! Elle, euh... ah. »
J'ouvris les yeux brusquement pour voir Sam plonger dans une fosse qui ressemblait à une tombe une fraction de seconde avant qu'un éclair aveuglant n'emplisse la pièce. Je m'effondrai sans force et me mis à sangloter.
L'homme sortit de la cache de protection. Il vint me tapoter l'épaule. « Ne vous faites pas de soucis. Rares sont ceux qui y arrivent du premier coup, même parmi les volontaires ». Il me souleva dans ses bras comme si je ne pesais pas plus qu'une plume et me ramena dans la chambre.
« Je n'y arriverai jamais », dis-je.
Il me toisa d'un air grave. « C'est bizarre, au premier abord je vous avais jugée bien plus combative que ça. Et puis... même s'il n'est pas prévu que je vous apprenne ça, il est bon que vous sachiez que la maîtrise de votre pouvoir vous permettra de réaliser des choses fabuleuses pour le commun des mortels ». Ses pieds quittèrent le sol et il sortit de la pièce en planant. « A demain », dit-il en passant la porte sous mon regard ébahi.


Dernière édition par le Lun 16 Oct - 21:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keltra
Grand Architecte
avatar

Nombre de messages : 5106
Vigilant : Keltra, Edelwyn, Cécile de Navarre
Date d'inscription : 26/10/2005

MessageSujet: Re: Keltra, un coin du voile se lève   Mer 1 Fév - 21:40

J'avais eu une nuit agitée. Il était clair que je devais acquérir cette maîtrise. J'étais un vrai danger, et pour moi, et pour les autres. Au petit matin, ma résolution était ferme et inébranlable. Je décidai de retenter l'expérience de la veille. Je fermai les yeux. La pile apparu. La porte était toujours là. Comme la veille, je tentai de l'ouvrir. Elle résistait. Bon sang. Je devais y arriver. Elle devait s'ouvrir. Je recommençai. La porte céda un peu, tirant pour essayer de se refermer, mais il y avait un interstice suffisamment grand pour que je puisse jeter un oeil. L'intérieur était vide. Dès que j'eus fait cette constatation, la porte se laissa aller sans difficulté. Je ne comprenais pas. Qu'est-ce que ça pouvait m'apporter ?

Sam arriva un peu plus tard. Je l'attendais. « Bonjour Mme Pile ! Prête ? ». « Déterminée », répondis-je, ignorant le sobriquet. Les bords de sa moustache se soulevèrent, indiquant qu'il devait sourire par-dessous.

Arrivés dans le bunker, il me dit « nous allons recommencer l'exercice d'hier. C'est la base de tout. Vous devez accéder à votre réserve d'énergie. »
« - Je l'ai fait ce matin », répondis-je. « J'ai réussi à ouvrir la porte et il n'y avait rien ».
Il fit des yeux ronds. « - Vous avez réussi ? Mais il n'y avait rien ? Mais vous étiez branchée sur le drain, n'est-ce pas ? Recommencez ! Maintenant ! »
Une nouvelle fois, je fermai les yeux et fis apparaître la pile.
« - Je vois la porte. Je l'ouvre. Sans problème. Et... Oh ! »
« - Qu'y a-t-il ? Que voyez-vous ? »
« - Une grosse boule bleue ! »
« - Une boule bleue ? Vous êtes incroyable ! Enfin, peu importe... Approchez-vous. Saisissez une petite partie de la boule. »
Après un moment d'hésitation, je m'avançai, plongeai la main dans ce qui ne ressemblait à aucune matière, et ramenai une petite portion de la boule dans ma paume. « Voilà, c'est fait », dis-je. « Je la tiens. »
« - Bien ! Comme vous avez trouvé une porte dans la pile, vous devez en trouver une maintenant sur l'extérieur, l'univers, le vide, peu importe. Vous arrivez à la visualiser ? »
Une porte était apparue. « - Oui ».
« - Ouvrez la porte et jetez la matière dehors ».
« - C'est fait. »
« - Parfait ! Recommencez ! »
« - C'est bon. »
« - Encore et encore, jusqu'à ce que la pile soit vide. »
Après un moment, ce fut fait. Je le lui dit.

Son bonheur faisait plaisir à voir. Il me dit « Voilà, vous avez appris à maîtriser votre pouvoir. Maintenant, il faut que cette opération devienne automatique, comme votre respiration, car elle doit continuer même pendant votre sommeil. Il me fit un clin d'oeil. « Mais à une étudiante aussi douée, et qui doit avoir quelques comptes à régler lorsque elle sortira d'ici, il serait dommage que je n'apprenne pas quelques petits trucs supplémentaires. Ne dites pas que vous avez acquis la maîtrise. Cela nous laissera quelques jours. Premier petit truc : lorsque votre contrôle sera devenu entièrement naturel, ne videz jamais la boule entièrement. Au contraire, gardez-en toujours un maximum en réserve. »


Dernière édition par le Sam 28 Oct - 13:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keltra
Grand Architecte
avatar

Nombre de messages : 5106
Vigilant : Keltra, Edelwyn, Cécile de Navarre
Date d'inscription : 26/10/2005

MessageSujet: Re: Keltra, un coin du voile se lève   Lun 28 Aoû - 20:34

Ses craintes ne s'avèrèrent pas fondées. On ne tenait s'en doute pas à me lâcher dans la nature sans avoir la certitude que le contrôle que j'exerçais sur mon pouvoir était complet.
C'est ainsi que Sam m'apprit à projeter l'énergie hors de moi pour m'en servir comme d'une arme.
Il continuait à m'appeler « Madame Pile » et, faute de me connaître sous une autre identité, le personnel hospitalier avait également adopté ce patronyme.

Lorsque vint le temps de me libérer, on me donna des lunettes qui couvraient intégralement mon anomalie oculaire, les lentilles s'étant avérées inefficaces. Sam m'avait, pour sa part, apporté un petit paquet cadeau contenant le viseur militaire qui, encore aujourd'hui, fait partie intégrante de mon costume. C'est également lui qui m'avait conseillé de m'installer à Paragon City, car quelqu'un faisant preuve de dons un peu particuliers y passerait relativement inaperçu.
Mais lorsque Tracy Kelvin sortit du domaine militaire ce jour-là, laissant Kelly Travis pour toujours derrière elle, ce n'était pas du tout la direction qu'elle comptait prendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keltra
Grand Architecte
avatar

Nombre de messages : 5106
Vigilant : Keltra, Edelwyn, Cécile de Navarre
Date d'inscription : 26/10/2005

MessageSujet: Re: Keltra, un coin du voile se lève   Lun 16 Oct - 21:09

Ma résolution était prise : j'allais trouver ceux à qui je devais mes tourments et leur faire payer.
Je n'avais guère d'indices pour démarrer. Je retournai donc là où tout avait commencé. Bustier moulant, daisy-duke et bottes à talons hauts, je m'enfonçai résolument dans ces ruelles que j'évitai naguère. Mes recherches furent de courte durée. Je tombai sur un groupe de trois loubards dont un était celui qui m'avait attrapée le premier jour. Comme je m'en doutais, il ne me reconnu pas. Et pourtant, moi, je n'oublierai jamais son visage. Il ne me fut pas difficile de le séparer de ses amis, ma compagnie semblait bien plus l'intéresser que la leur. Lorsque nous fûmes dans un endroit isolé, je l'emprisonnai dans une barrière d'électricité, une petit effet secondaire de mes pouvoirs que j'avais pu développer. Complètement paniqué, il se mit à table. Il ne savait pas grand chose sur les commanditaires, mais m'indiqua le lieu et l'heure de leur prochain rendez-vous. Car, il fallu me rendre à l'évidence... Malgré la destruction des installations où j'avais été détenue, l'approvisionnement en cobayes humains se poursuivait. Ma rage fut telle que je l'écrasai comme un vulgaire insecte. Mon premier meurtre. Le premier d'une longue série.

Ainsi, les expériences continuaient dans d'autres labos. Il n'était plus simplement question de vengeance. Il fallait arrêter tout cela. Sauver les futures victimes de ces bourreaux. Faire justice.

Je pus remonter la filière petit à petit, ce qui me conduisit à Paragon City, précisément là où Sam m'avait conseillé de m'installer.
Je devins employée modèle dans la société que je pensais être à la source de toutes ces horreurs, à la recherche d'indices. C'est ainsi que je découvris avec dégoût, qu'en la personne de Piccicato, « ressources humaines » pouvait avoir un sens tout différent de ce que l'on imagine habituellement.

Et peu après, je devins également Keltra, héroïne masquée...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keltra
Grand Architecte
avatar

Nombre de messages : 5106
Vigilant : Keltra, Edelwyn, Cécile de Navarre
Date d'inscription : 26/10/2005

MessageSujet: Re: Keltra, un coin du voile se lève   Mar 17 Oct - 17:11

« Tu n'aurais pas dû venir ici ! »

La phrase résonne comme un écho dans mes souvenirs. J'émerge lentement de ma rêverie, mais les réflexes que j'ai depuis longtemps développés sont bien affûtés. Le jour se lève, et c'est comme en spectatrice étrangère que j'assiste à l'explosion de la boule d'énergie au milieu du groupe de Hélions. Ca en fera toujours une dizaine de moins. Le temps m'a rendue cynique. Et puis, je sais aussi que c'est une bataille perdue d'avance. Dix Hélions de moins ce matin, ça fera dix Vahziloks de plus demain soir.

Le vrai combat est ailleurs. Celui qui me mènera à ceux qui ont fait de moi, innocente victime, l'instrument de leur chute à venir. Etrange et multiple paradoxe. Je n'ai jamais désiré devenir ce que je suis, mais suis finalement heureuse de l'être pour accomplir ma vengeance.

La sonnerie de mon portable me distrait de ces pensées.
« - Oui ? »
« - Keltra ? »
« - Oui. »
« - Falcon. »
« - Oui ? »
« - Euh... ça va ? Tu as l'air bizarre. »
« - Oui, oui. »
« - J'ai un gars du Conseil ici qui me fait des confidences. Il faut qu'on investisse la base secrète du Conseil dans le volcan. »
« - Un piège... »
« - Je ne crois pas. »
« - Striga ? »
« - Oui. »
« - J'arrive. »

Je raccroche, inspire à fond et bloque ma respiration. Une seconde d'éternité s'écoule. Je relâche brutalement l'air contenu dans mes poumons et décolle. Allons, Madame Pile... On a besoin de vous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keltra
Grand Architecte
avatar

Nombre de messages : 5106
Vigilant : Keltra, Edelwyn, Cécile de Navarre
Date d'inscription : 26/10/2005

MessageSujet: Re: Keltra, un coin du voile se lève   Jeu 8 Fév - 21:35

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Poulpe
Poulpe Fiction
avatar

Nombre de messages : 3589
Age : 39
Vigilant : Snow, Tigerwolf, Ogre Noir, Miss Victory et Waka
Date d'inscription : 26/10/2005

MessageSujet: Re: Keltra, un coin du voile se lève   Ven 9 Fév - 11:28

Shocked

Joliiiiii !

_________________
Jeux à terminer :

Cradle
Deponia Doosmday
Divinity Original Sin
Rage
The Elders Scroll : Skyrim

Prochaines acquisitions :

Darksiders 3
Divinity Original Sin 2
Ghost of a Tale (si jamais il sort)
South Park, l'Annale du Destin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alanor
Admin


Nombre de messages : 1557
Age : 39
Vigilant : Sylmeria, Asthor, Sombre Passion
Date d'inscription : 28/10/2005

MessageSujet: Re: Keltra, un coin du voile se lève   Ven 9 Fév - 13:04

Shocked Je reste sans voix devant ce chef d'oeuvre. Razz

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La bestiole
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 1088
Vigilant : Bête Humaine, Maître du feu, Raage, Morizio ACCATENANGO
Date d'inscription : 31/10/2005

MessageSujet: Re: Keltra, un coin du voile se lève   Ven 9 Fév - 13:33

Alanor a écrit:
Shocked Je reste sans voix devant ce chef d'oeuvre. Razz

Tout pareil pour nous Shocked Shocked
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keltra
Grand Architecte
avatar

Nombre de messages : 5106
Vigilant : Keltra, Edelwyn, Cécile de Navarre
Date d'inscription : 26/10/2005

MessageSujet: Re: Keltra, un coin du voile se lève   Ven 9 Fév - 14:05

"Chef d'oeuvre", c'est carrément exagéré, mais merci, l'appréciation est grandement... appréciée Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Corwin_74

avatar

Nombre de messages : 706
Age : 43
Vigilant : Messager des Ombres
Date d'inscription : 04/07/2006

MessageSujet: Re: Keltra, un coin du voile se lève   Sam 10 Fév - 3:56

Ah ben ouiiii ! ça le fait carrément ! Très beau boulot !

Cela ressemble bien à l'idée que je me fais de Keltra dans ses jeunes années d'héroïne débutante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Keltra, un coin du voile se lève   

Revenir en haut Aller en bas
 
Keltra, un coin du voile se lève
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Et si je vous parlais de ma dernière idiotie en date ?
» voile de kite surf complete F One revolt 13m² de 2008 vendu
» Shoei lève le voile sur l'XR 1100.
» recherche voile d'occasion
» Votre avis entre un nouveau mat et une nouvelle voile...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LES VIGILANTS :: FORUMS DES VIGILANTS :: CITY OF HEROES :: Panthéon des Vigilants-
Sauter vers: