LES VIGILANTS

Vigilants - Vigilants Noirs - Vigilant Archery - Licornes Vigilantes
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Brenda Smithson

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Poulpe
Poulpe Fiction
avatar

Nombre de messages : 3588
Age : 39
Vigilant : Snow, Tigerwolf, Ogre Noir, Miss Victory et Waka
Date d'inscription : 26/10/2005

MessageSujet: Brenda Smithson   Lun 20 Mar - 18:24

Voilà, j'ai fini de reroller comme un dingue Wink. La petite dernière des méchants est venue au monde, et franchement, je l'adore I love you !

- "Entrez, mademoiselle Asilova. Je vous remercie d'être venue."

La jeune femme brune, ex-Firelight, entra dans le bureau du Lieutenant Ringun, son ventre proéminent de femme enceinte en avant. La concubine de Tigerwolf s'assit avec prudence en face de l'agent de l'Arc.

- "Madame, je vous prie. Même si je ne suis pas encore mariée, je préfère qu'on m'appelle Madame."
- "Si vous le voulez. Je m'excuse encore de vous avoir fait déplacer dans votre état."
- "Quel est le problème ?"
- "Que savez-vous de Brenda Smithson ?"
- "Peu de choses, en vérité. Nous ne sommes pas vraiment amies intimes, tout au plus des connaissances."
- "Mais d'après votre dossier, vous la connaissiez depuis le lycée."
- "C'est vrai. Mais je ne traînais pas trop avec ..."
- "Pourquoi ?"
- "Vous savez, elle ... enfin .... comment dire ?"
- "Elle attire les catastrophes ?"

Le Lieutenant affichait un large sourire désabusé, trahissant le nombre de réponses similaires qu'il avait déjà eu de la part des gens qui connaissait Brenda Smithson. Reine Asilova lui rendit ce sourire. Au moins, ils savaient tous deux que Brenda trainait la malchance derrière elle.

- "Pensez-vous" reprit l'agent de l'Arc "qu'elle ait une quelconque raison de rejoindre le camp opposé ?"
- "Brenda ? Chez les super-vilains ? Aucune chance ! Ca doit être une erreur !"
- "C'est ce que m'a dit son supérieur. Néanmoins, compte tenu des circonstances, nous devons savoir si elle n'avait pas une raison de rejoindre le camp adverse."
- "Ca ne peut être qu'une coïncidence, je la vois mal passer du mauvais côté de la loi !"
- "Je croyais que vous ne vous fréquentiez pas ?"
- "Nous n'étions pas intimes, je vous l'ai dit. Cependant, elle a étudié au Conservatoire, avec moi. Je pense pouvoir reconnaître un individu torturé mentalement."
- "Effectivement. Inutile de dire que votre témoignage -celui d'une ancienne super-héroïne- pèsera beaucoup plus dans l'enquête que celui des gens du commun. C'est pour cela que j'aimerais que vous me dites tout ce que vous savez sur elle."
- "Je sais qu'elle est née prématurée, que la poisse lui colle à la peau telle une sangsue, qu'elle est loin d'être idiote ou étourdie, mais que les évènements autour d'elle sont toujours si ... si ... chaotiques ! Franchement, si elle rejoint le camp des méchants, ils n'ont pas fait une affaire ! Vous savez comment on la surnommait au lycée ? Brenda 'Calamité' Smithson ! Mais cela ne fait pas d'elle une vilaine."
- "Autre chose, savez-vous où elle pourrait se cacher ?"
- "Se cacher ? Je vais vous dire ... si elle est sur les Insoumises, c'est qu'elle y est perdue ! Elle cherche sûrement un moyen de revenir à Paragon !"

Tout a commencé le 16 Avril 1982, par un coup de fil. Monsieur Smithson apprenait que sa femme venait d'accoucher prématurément. L'enfant se portait assez bien, mais par mesure de prudence, fut placé en couveuse. La couveuse tomba en panne peu de temps après, et, d'après le technicien, la pièce en cause était la dernière qu'il s'attendait à voir défaillir sur ce genre d'appareil. Un incendie se déclara peu après, obligeant Eric et Eva Smithson a rentrer chez eux plus tôt que prévu, avec leur bébé. Nous passerons sous silence leur retour qui s'était effectué dans une dépanneuse, à cause d'une fuite d'huile dont Monsieur Smithson s'étonna, n'ayant rien aperçu de suspect ce matin, en partant travailler.

Ils n'étaient pas superstitieux, mais il faut bien reconnaître que leur incrédulité quand à certains phénomènes fut mise à rude épreuve pendant les années de jeunesse et d'adolescence de Brenda, leur fille unique. Aucun accident ne fut épargné à la jeune fille, et nous ne compterons pas non plus les séjours à l'hôpital, pour des fractures, foulures, ecchymoses, sans oublier ce mémorable incident avec l'assistante sociale, qui ôta la garde de la jeune fille à ses parents, pensant qu'elle était battue ... et qu'elle ramena au terme d'une journée, désespérée par tant de catastrophes autour de celle-ci. La vie reprit son cours, aussi normalement que possible que cela puisse être pour Brenda, avec son lot de problèmes.

L'entrée au lycée n'arrangea rien, bien au contraire. Les portes automatiques restaient coincés à son approche, les ascenseurs se bloquaient quand elle montait dedans. Elle avait des amis, certes, mais ceux-ci semblaient surtout s'amuser à la voir se débattre dans ses soucis. Ses résultats scolaires étaient en dents de scie, bien qu'elle fut intelligente. Ses copies se perdaient, son nom s'effaçait, un néon avait failli l'assomer en se décrochant subitement. Lors d'un test de compétence en informatique, au moment où son professeur s'approcha de son écran, la courant se coupa, plongeant l'établissement scolaire dans un chaos total. Nous négligerons les problèmes de transports en commun ... qui tombaient inexorablement en panne trois fois par semaine ... quand ils n'étaient pas en grève.

Très motivée, malgré sa malchance, par la musique, elle entra en cours au Conservatoire, et de suite, on lui confia les cymbales. Elle arriva à se pincer le nez lors d'une représentation, à cause d'un coup involontaire que lui donna le musicien assis derrière elle. Saignant du nez, ce qui aurait dû être la représentation de l'année se solda par une interruption du spectacle. Aucune sanction ne fut prise contre elle, compte tenu des circonstances.

Elle fut ensuite intéressé par un prospectus de l'Arc, et elle tenta à quatre reprises le concours d'entrée de cette organisation. Elle échoua à la première lorsqu'elle fut prise en otage en allant chercher de l'argent à sa banque. Une grève des transports en commun lui coûta un deuxième échec. Elle ne put assister au troisième concours suite à un accident : elle avait décidé de venir en vélo pour éviter les ennuis de transports en commun, et se fit renverser par un automobiliste, alors qu'elle roulait tranquillement sur le trottoir. Elle parvint à obtenir le concours lors de sa quatrième tentative, tout en ayant encore une jambe dans le plâtre, souvenir d'une chute dans les escaliers de son immeuble la semaine précédente, la concierge ayant abusé da la cire pour les nettoyer.

Les classes se déroulèrent normalement pour les autres élèves, mais furent très difficiles pour Brenda. Fusil enrayé, bottes percées, chute d'un lampadaire sur sa tête, entraînant une légère commotion cérébrale, rien ne lui fut épargné. En montant dans un hélicoptère de l'Arc pour un entraînement, le moteur de l'appareil s'emballa, et les pâles se décrochèrent ("un phénomène absolument impossible !" s'étonnèrent les concepteurs de l'engin), et manquèrent de peu de décapiter la jeune fille, tout en creusant un trou assez conséquent dans le toit du Paragon Police Department. Au terme de l'instruction, les élèves eurent leurs affectations, et Brenda Smithson, à son grand désarroi, fut confinée dans un emploi de bureau.

Un an après, environ, Arachnos organisait l'évasion de prisonniers de la Ziggourrath, et un branle-bas de combat général fut décidé, alors que Brenda remplaçait la huitième cafetière électrique qui lui avait claqué entre les doigts. Désireuse de bien se faire voir, et pour obéir à la consigne 'Tout le monde en état d'alerte', elle se servit là où elle était, c'est-à-dire près des laboratoires de haute technicité, empruntant un fusil et une ceinture de matériel, bien qu'elle ne sache pas se servir de tout. Arrivée près de la grande prison, en suivant le bruit des explosions, elle chercha à pénétrer dans l'enceinte du bâtiment. Elle put y arriver grâce à un pan de mur qui venait de s'écrouler ... sur elle. A moitié groggy, elle entra dans la prison, arme à la main.

En parcourant les couloirs, elle parvint près d'un appareil noir, sorte d'insecte volant, qu'elle devina être un engin d'Arachnos. En voulant monter à bord pour arrêter les suspects, elle fut prise au piège par la porte automatique, qui la bascula dans la cale. En chutant, elle heurta une paroi et perdit connaissance. Quand elle se réveilla, elle se trouvait dans un engin vide, sur les Insoumises.

Les malheurs de Brenda ne faisait que commencer.

- "J'aimerais savoir" fit Reine Asilova "ce qui vous fait penser qu'elle a trahi l'Arc ?"
- "Et bien, elle n'était pas satisfaite de sa position actuelle."
- "Pour un motif aussi saugrenu ? Je ne vous crois pas, il doit y avoir autre chose !"
- "Je n'ai pas le droit ... ho, et puis je peux vous le confier, après tout. Vous êtes une super-héroïne. Brenda Smithson s'est enfui avec une arme et des gadgets expérimentaux. Pourquoi les aurait-elle pris si ce n'est pour revendre notre technologie à Recluse et consorts ?"
- "Et bien, peut-être que dans la précipitation, elle a pris ce qui lui venait sous la main ?"
- "Son supérieur hiérarchique m'a tenu le même raisonnement. Mais je n'y crois pas trop. Avoir autant de malchance ..."
- "Vous ne connaissiez pas Brenda avant cela, je me trompe ?"
- "Tout juste." répondit-il après une courte hésitation. Il avait le visage déconfit de la personne qui venait d'entendre quinze fois un secret connu de tous, sauf de soi.
- "Je vois à votre visage que vous pensez que tous ceux qui sont passés devant vous ont exagéré la poisse de Brenda. Alors, je vais vous donner une idée de ce qu'elle subit : prenez la pire journée de votre existence, doublez ou triplez-en les malheurs et multipliez ça par 365 jours, et vous obtenez une année standard de Brenda Smithson."

Reine Asilova quitta le bureau, et tomba face-à-face avec la prochaine personne à être interrogé. C'était un Sergent de l'Arc, au regard gris acier.

- "Laissez-moi deviner : vous êtes le supérieur de Brenda ?"
- "Oui."
- "Donc, vous savez ce qu'il en est ? Je veux dire de sa malchance, et tout, et tout ?"
- "Hé oui." soupira-t'il.
- "Et bien, tâchez d'expliquer à votre gradé ce qu'il en est. Il ne me croit qu'à moitié !"
- "Même quand elle n'est pas là, elle arrive à créer le chaos !" soupira-t'il de nouveau, entrant à son tour dans le bureau de Ringun.

_________________
Jeux à terminer :

Cradle
Deponia Doosmday
Divinity Original Sin
Rage
The Elders Scroll : Skyrim

Prochaines acquisitions :

Darksiders 3
Divinity Original Sin 2
Ghost of a Tale (si jamais il sort)
South Park, l'Annale du Destin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Poulpe
Poulpe Fiction
avatar

Nombre de messages : 3588
Age : 39
Vigilant : Snow, Tigerwolf, Ogre Noir, Miss Victory et Waka
Date d'inscription : 26/10/2005

MessageSujet: Re: Brenda Smithson   Lun 27 Mar - 17:11

Les techniques de combat de Brenda Smithson

Fusil d'assaut :
En quittant la base de l'Arc, soucieuse de faire vite et bien, Brenda a embarqué le seul prototype de fusil d'assaut multifonctions, qui devait prochainement équiper toutes les recrues. De par sa disparition, celui-ci ne sera hélas pas répandu parmi les membres de cette organisation, par crainte des fuites.
A l'origine, Brenda ne sait se servir d'un fusil qu'en mode rafale (level 1 : Tir en Rafale). Depuis lors, elle a appris à se servir de la lunette de visée pour ne tirer qu'une balle, mais plus précisément (level 2 : Balle unique). Elle se consacrait à la découverte de ses autres gadgets, quand elle a réussi à débloquer le mode 'sniper' du fusil (level 12 : Fusil de précision), lui offrant une meilleure portée et une plus grande précision, mais demandant un temps de préparation, afin que le gyroscope de tir se stabilise.

Gadgets :
A côté du fusil, se trouvait une ceinture contenant tout un lot d'artefacts dont l'utilité échappait à la jeune femme. Elle connaissait seulement l'usage des Grenades-Araignées (level 1), capables d'entraver un adversaire, idéales pour éviter le corps-à-corps. En examinant le contenu de sa ceinture, Brenda réussit à déterminer la nature d'une sorte de balise (level 4 : Balise de soins), qui, implantée dans le sol, générait des ondes stimulant la récupération de santé. Toujours en cherchant les fonctionnalités des gadgets inclus dans sa ceinture, elle découvrit l'utilité d'une trentaine de picots métalliques (level 8 : Chausse-Trappes). Ces ergots métalliques freinaient considérablement l'avancée de ses ennemis, tout en pouvant revenir au bout d'un moment, grace à un système magnétique, dans la poche destinée à les recevoir.

Autres gadgets :
Etant affectée à un emploi de bureau, le costume de Brenda n'était pas conçu pour les affrontements. Elle l'a donc échangé contre un autre, qui était pendu non loin du fusil et de la ceinture. Ce faisant, elle découvrit, sur le tard, les quelques fonctionnalités fortes intéressantes dont il était pourvu.
Ainsi, elle s'aperçut qu'un diffracteur de lumière (level 6 : Furtivité) était inclu, permettant de se cacher, même partiellement, aux yeux de ses adversaires. De même, elle pouvait augmenter sensiblement sa rapidité d'action (level 10 : Hâte), lui octroyant ainsi un bonus en temps d'action.


Améliorations :
Tir en rafale : Brenda n'est pas maladroite avec un fusil en main, et le tir en rafale était son préféré lors de ses entraînements à l'Arc (Dégâts x3, Précision).
Balle unique : Après un peu d'entraînement, Brenda a réussi à amener son tir à balle unique au niveau de ses rafales (Dégâts x3, Précision).
Fusil de précision : cette attaque est une nouveauté pour Brenda, et elle ne la maîtrise encore que très peu, bien qu'elle arrive maintenant à déterminer avec justesse où frapper pour faire plus de mal (Dégâts)
Grenades-Araignées : en rajoutant de la super-glu avec les cables de nylon, Brenda a réussi à augmenter légèrement la durée pendant laquelle les grenades sont efficaces, tout en s'entraînant à lancer des objets (Précision, Durée de l'entrave).
Balise de soin : la haute technicité de cet appareil empêche Brenda de s'en servir au maximum, mais elle a déjà réussi à augmenter le potentiel de la machine et améliorer son système de recharge (Réduction en temps de recharge, Soin).
Chausse-Trappes : cette technologie étant simple à manipuler, Brenda s'est confectionné une nouvelle petite sacoche remplie de ces pointes, mais craint énormément d'en faire plus, de peur que les ergots métalliques ne reviennent tous en même temps, et la transforme en porc-épic ... elle en a profité pour les aiguiser un peu (Réduction en temps de recharge, Ralentissement)
Furtivité : en modifiant un peu l'appareillage, Brenda a réussi à réduire sa consommation d'énergie, et à augmenter légèrement sa transparence (Consommation d'endurance, Défense)
Hâte : elle n'a, pour l'instant, pu modifier que légèrement le système, lui permettant d'être plus rapidement opérationnel (Réduction du temps de recharge).

_________________
Jeux à terminer :

Cradle
Deponia Doosmday
Divinity Original Sin
Rage
The Elders Scroll : Skyrim

Prochaines acquisitions :

Darksiders 3
Divinity Original Sin 2
Ghost of a Tale (si jamais il sort)
South Park, l'Annale du Destin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Poulpe
Poulpe Fiction
avatar

Nombre de messages : 3588
Age : 39
Vigilant : Snow, Tigerwolf, Ogre Noir, Miss Victory et Waka
Date d'inscription : 26/10/2005

MessageSujet: Re: Brenda Smithson   Mer 3 Mai - 13:49

Citation :
ARC

Note de Service

Date : 02/05/2006
Emetteur : Commandant Adolpho Ignus, du service d'enregistrement des individus recherchés
A l'attention : de tous les services actifs présents sur les Insoumises

De nouvelles consignes viennent d'être établies par le haut commandement concernant Brenda Smithson, ex-soldat de première classe de l'ARC.

Il faut à tout prix la stopper, et user de tous moyens pour procéder à son arrestation, y compris par la force.

De nouveaux éléments nous sont parvenus :
- il semblerait qu'elle ait volé les prototypes non pas pour les revendre, mais pour son usage personnel et malveillant. Plusieurs personnes, dont les témoignages ne peuvent être remis en cause, ont affirmé que Brenda Smithson avait procédé à des braquages de banques.
- nous craignons fort, au vu d'une photo qui nous est arrivée sous pli anonyme, qu'elle ait maille à partir avec Hulk Return, le tristement célèbre super-vilain.
- les Wyvernes nous ont rapportés avoir été la cible de ses attaques.
- il semblerait qu'elle ait tenté de saboter les installations du STE, pour provoquer le chaos. Cependant, cette information demande à être approfondie, compte tenu du témoignage de Mademoiselle Amanda Vines, reporter, qui prétend que Brenda Smithson est une simple 'accidentée' sur les Insoumises, et que celle-ci l'a aidé à plusieurs reprises.
- en tout état de cause, elle semble nourrir une haine féroce envers l'ARC. Un de nos cargos de reconnaissance, patrouillant aux alentours des Insoumises, a été attaqué par cette femme. Aucune perte de notre côté, mais notre infirmerie a été légèrement débordée pendant un instant. Brenda Smithson a réussi à s'enfuir, cependant.

Pour la Paix et la Justice

A. Ignus, Commandant




















Voilà.

Ca, c'est la version officielle.

Ce qui s'est réellement passé, je vais vous le raconter.

D'abord, elle a commencé à braquer les banques, non pas pour son profit personnel, mais pour apauvrir les super-vilains : ils ne sont pas différents des autres, n'est-ce pas ? Il faut bien qu'ils rangent leur argent quelque part ? Brenda a alors décidé de s'attaquer aux financements obscurs. Idée pertinente, si ce n'est que les super-vilains ne sont pas les seuls à confier leurs économies aux banques. Ce qui fait que l'idée de départ a été facilement détournée ... par l'Arc comme par nos propres services !

Elle a rencontré Hulk Return et a discuté cinq minutes avec. Forcément, puisque, l'ayant rencontré, je lui avais dit que l'individu en question pourrait la renvoyer à Paragon. Je savais évidemment que cela était faux, qu'il ne pouvait pas. Mais ça m'a permis de prendre une jolie photo. Les gens simples d'esprit sont tellement faciles à manipuler. Un pli anonyme .... je ris ! C'est moi, le pli anonyme !

Elle a attaqué les Wyvernes, considérant ceux-ci comme de simples mercenaires, à la solde de n'importe qui. Elle ne les connait pas assez, et ignore tous de leur code de l'honneur, qui les empêche de travailler pour des gens malveillants. Je suis désolée pour elle, mais quand on ne sait pas, on n'attaque pas !

Concernant les installations su STE ... elle a été manipulée, ceci afin d'aider le Marshall Brass à avoir un point de contrôle sur le Dr Aeon. Sans qu'elle le sache vraiment, c'est moi qui l'ai envoyé vers le Marshall. Bien sûr, je savais qu'elle refuserait de travailler pour Arachnos. C'est pour cela que j'ai demandé à Leon de se conduire en individu cherchant à trahir Arachnos en semant la zizanie entre Aeon et Lord Recluse. Je dois reconnaître qu'il est assez bon acteur : la pauvre enfant a cru à ses boniments jusqu'au bout.

Par contre, j'ignore totalement pourquoi elle s'est attaquée à un cargo rempli d'hommes de l'Arc. Je dirais qu'elle a dû vouloir se rendre .... et que sa malchance a encore frappé. Là où ça fait mal, rajouterais-je. Décidément, elle n'a vraiment pas de bol !

Signé :
Bloody Kris




















Brenda explique à Foedelis ce qui lui est arrivé :

Ma première occasion de pouvoir me rendre, expliquer mes actes et retourner à la maison.
Et il a fallu que ça m'arrive à ce moment-là.
Quand le soldat de l'Arc m'a interpellé, tandis que je montais sur le bateau, j'ai tout de suite levé les bras, arme en bandoulière, et il a bien vu que je ne résistais pas. J'ai avancé vers lui, tout doucement, pour qu'il me passe les menottes, sous l'oeil vigilant de ses deux amis.
Et là, je sais pas ce qu'il s'est passé ...
La bandoulière a lâché ...
L'arme est tombée au sol, et ça a dû activer le lance-flammes. Quand je pense que j'avais jamais vu qu'il y'avait un lance-flammes ! Ils ont commencé à crier, à se rouler par terre, pour éteindre les flammes, alors que je restais droite comme un piquet, les bras au-dessus de ma tête.
Quand j'ai voulu bouger pour les aider, j'ai shooté dans le fusil ... et une rafale est partie en direction du soldat au sol. Ca l'a achevé, heureusement que son système de téléportation était actif.
Les deux autres m'ont regardé méchamment, et se sont montrés assez malpolis. Ils ont dû croire que je leur avais tendu un piège et se sont placés d'un côté et de l'autre de moi, pour me couper toute retraite. J'ai eu beau leur dire que c'était un accident, ils ne m'ont pas cru.
Je me suis baissée pour ramasser mon arme et leur rendre ... au moment où l'un des deux décochait une rafale, qui atteignit son collègue de plein fouet, l'expédiant aussitôt à l'infirmerie. Le dernier s'est alors jeté sur moi, pour me maîtriser.
Va savoir pourquoi, le sol du pont supérieur s'est effondré sous notre poids et on est tombés tous les deux dans les cales. Je lui ai atterri dessus, l'assommant pour le compte.
Quand je me suis relevé, j'avais l'arme à la main et un soldat de l'Arc sous moi.
Les autres soldats présents dans les cales n'ont pas cru que je ne l'avais pas fait exprès, et, ont commencé à me tirer dessus. Par peur, j'ai répliqué.
Quand j'ai eu fini de tirer ... ben, il restait personne sur le bateau.

_________________
Jeux à terminer :

Cradle
Deponia Doosmday
Divinity Original Sin
Rage
The Elders Scroll : Skyrim

Prochaines acquisitions :

Darksiders 3
Divinity Original Sin 2
Ghost of a Tale (si jamais il sort)
South Park, l'Annale du Destin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Poulpe
Poulpe Fiction
avatar

Nombre de messages : 3588
Age : 39
Vigilant : Snow, Tigerwolf, Ogre Noir, Miss Victory et Waka
Date d'inscription : 26/10/2005

MessageSujet: Re: Brenda Smithson   Ven 23 Juin - 11:30

- "Alors là, c'est vraiment la cata !"

Les balles ricochaient en rafale sur les parois rocheuses, tandis que Brenda Smithson se recroquevillait derrière la pierre où elle s'était mise à l'abri. Tenant fermement son fusil entre ses jambes, elle criait de temps en temps de cesser le feu, mais les agents de l'Arc, de l'autre côté, ne semblaient pas disposés à lui donner satisfaction.

- "Arrêtez ! Je vous dis que je me rends !"

L'hélicoptère d'Arachnos s'était crashé, alors qu'il était presque arrivé à Cap au Diable, tombant sur l'Archipel des Nerva, et plus précisément sur Primeva. Dès qu'ils la virent, conformément à leurs instructions, les soldats de l'Arc avaient ouvert le feu, obligeant Brenda, craignant pour sa vie, à se retrancher derrière un abri, provisoire s'il en fut. Elle n'osait riposter, de crainte que le malentendu ne s'aggrave.

Ce qui devait arriver arriva. Pour se faire entendre de ses anciens alliés, elle tira un coup de semonce en l'air, pour obtenir le silence. Suite à la détonation, les mitraillades cessèrent, et furent vite remplacés par les cris des soldats et un sifflement, comme celui d'une bombe qui tombait.

Une explosion suivit alors, et Brenda, regardant par dessus son rocher, vit ce qu'il était arrivé. Sa balle avait atteint l'un des appareils volants de l'Arc, le touchant au niveau du giroscope de stabilisation, et cette unique balle avait suffi à abattre le soldat aérien. Brenda pesta contre sa malchance, sachant que ces appareils étaient manifestement conçu pour le combat, et ne présentaient que peu de failles. Elle tapa du pied, de dépit, avant de s'apercevoir qu'elle était encerclée par les soldats, revenus à la charge.

Deux d'entre eux extirpaient leur camarade des débris de l'engin, tandis que les huit autres entouraient leur ancienne collègue. En signe de rémission, elle leva ses bras, toujours son fusil à la main, et certains eurent un mouvement des yeux vers le ciel, croyant fermement qu'elle tentait de viser un autre appareil.

Alors que l'un des soldats l'approchait, pour lui confisquer son arme, le sol se déroba sous eux. Ils tombèrent tous deux dans une base camouflée de l'Arc, mais, si le soldat heurta le sol de manière rude et brute, Brenda, elle, pour une fois, eut la chance de tomber sur quelque chose d'un peu plus mou. Ou qui aurait dû l'être.

Mister Zane venait de lui servir de matelas d'atterrisage.

BOUF !

- "Aïe !"
- "Ouch !"
- "Je savais que je faisais tomber les filles .... mais pas de si haut !" plaisanta le maître des robots.
- "Aiaiaiaie !" Brenda se malaxait la cheville.
- "Dis donc, pourquoi t'es déguisée en agent de l'Arc ?"
- "Je ne suis pas déguisée !"
- "Ah bon ? Alors pourquoi ces gars-là te menacent avec des armes ?" répondit Zane en désignant une nouvelle troupe de l'Arc qui venait d'arriver.
- "Elle ... elle fait équipe avec Mister Zane ! Elle est encore pire que je ne le croyais !" dit à voix haute l'un des officiers.
- "Mais euh ! C'est une erreur !"
- "Pas le temps de s'excuser !" répondit Zane. Il porta alors ses doigts à la bouche, et émit un sifflement strident.

Comme en réponse, un piétinement se fit entendre, et une demi-douzaine de robots apparurent au tournant, tout en commençant à arroser les soldats. Ces derniers durent se replier, laissant à Mister Zane le temps de soulever Brenda par l'épaule et de la traîner à l'abri derrière les robots.

- "Qu'est-ce tu fais ?" demanda t'elle à Zane.
- "Ben, je te mets à l'abri !"
- "Mais c'est une erreur ! Je suis un agent de l'Arc !"
- "Ils n'ont pas l'air d'avoir la même idée que toi. Reste ici et attends-moi, je reviendrais te chercher."

Il partit, se lançant à la poursuite des agents de l'Arc qui s'étaient repliés dans un local, hélas sans issue pour eux. Zane fit le vide, et, comme promis, il revint chercher Brenda, la souleva dans ses bras, comme une jeune mariée, et prit la direction de la sortie, ignorant que leurs faits et gestes étaient filmés.

C'est ainsi qu'à l'Arc, une rumeur vit le jour comme quoi Brenda Smithson serait venu aux Insoumises pour retrouver l'amour de sa vie, Mister Zane.

Décidément, elle n'a pas de chance !

_________________
Jeux à terminer :

Cradle
Deponia Doosmday
Divinity Original Sin
Rage
The Elders Scroll : Skyrim

Prochaines acquisitions :

Darksiders 3
Divinity Original Sin 2
Ghost of a Tale (si jamais il sort)
South Park, l'Annale du Destin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Poulpe
Poulpe Fiction
avatar

Nombre de messages : 3588
Age : 39
Vigilant : Snow, Tigerwolf, Ogre Noir, Miss Victory et Waka
Date d'inscription : 26/10/2005

MessageSujet: Re: Brenda Smithson   Ven 7 Juil - 16:05

Gang of Girls ...

- "Alors, combien sont-ils ? Dépêche !"
- "Sept, dont deux Lieutenants, serrés comme des sardines !"
- "Parfait. Plus ils seront nombreux, plus le combat durera. Et plus le combat dure, plus je suis efficace !"

A moitié dissimulées par une épaisse machinerie, les trois femmes faisaient le point de la situation.

Défroissant sa cape de dentelle noire et violette, Bloody Kris ne semblait pas vouloir se cacher de la même manière que ses deux alliées. Son visage s'ornait d'un large sourire inquiètant. Tout autour d'elle, l'air semblait frais, voire même givrant. Elle ajusta un peu ses vêtements, son oeil rouge brillant plus que son oeil de couleur normal. La sorcière du Cercle dominait l'ensemble du corps, apparemment.

Celle qui avait décompté les ennemis refit sa queue de cheval, grogna quand l'élastique craqua, fouilla dans sa poche pour en prendre un autre, termina sa coiffe, avant de se retourner. Elle étouffa un cri quand son genou heurta l'appareil, et Brenda Smithson pesta contre l'agencement des bases d'Arachnos. Elle s'assit en se massant la jambe, à côté de la troisième femme.

C'était une créature toute de noir vêtue, les cheveux teints d'une couleur rougeâtre peu naturelle. Elle ajustait ses chaînes entourant ses avant-bras, les resserrant légèrement, puis refit les lacets de ses bottes de combat. Elle semblait attendre avec impatience la suite des opérations, hochant la tête à l'évocation de la composition de l'équipe adverse. Quand sa tenue fut prête, Bad Cat se redressa.

- "Je ne comprends pas, qu'est-ce qui vous pousse à m'aider dans cette mission ?"
- "J'ai besoin d'action." répondit Bad Cat.
- "Comme dans le jardinage," fit Bloody Kris, "il faut couper les branches pourries !" Son sourire mauvais fit froid dans le dos de Brenda.
- "Toi, hein, je ne te cause pas. Tu m'as envoyé près de ce type, Hulk-machin, en me disant qu'il me renverrait à Paragon. Il s'est montré grossier, pervers, dépravé, et le seul endroit où il m'aurait conduit, c'est dans une maison-close pour ..."
- "Et alors ?" reprit Bad Cat. "Un peu de sport, de temps en temps, ce n'est pas désagréable !" Brenda rougit jusqu'à la racine des cheveux.
- "Mais euh !"
- "Désolée, mes informations devaient être erronées." s'excusa Kris.
- "Tu n'as qu'à demander à Mister Zane de te renvoyer à Paragon. Il parait que vous êtes assez proches l'un de l'autre." suggéra Bad Cat.
- "C'était un accident ! Je ne suis pas intime avec lui ! Il m'a juste ..."
- "Toute ta vie n'est qu'une suite d'accidents, ma chérie ! A tel point qu'on se demande si ce n'est pas contagieux !"
- "Grrrrrr !" La colère faisait monter le rouge aux joues de Brenda.
- "Dites, si vous vous frittez, je peux achever la survivante ?" questionna Bad Cat.
- "Non, ça va, c'est bon." La jeune femme vêtue de rouge et blanc se résignait. "On y va. Plus vite j'aurais fini, plus vite je me débarrasserais de vous !"
- "T'inquiètes pas, minette ! On ne cherche pas vraiment ta compagnie non plus !" souligna la femme-chat.

Brenda avait commencé sa mission seule, avant de tomber dans une fosse et de s'assommer pour le compte. Quand elle avait repris conscience, les deux autres femmes étaient arrivés, et elle devait maintenant faire équipe avec elles pour mener à bien sa propre mission. Les deux autres étaient là l'une pour épurer les factions dissidentes d'Arachnos, l'autre, juste pour se battre. Brenda, quand à elle, venait récupérer des informations. Elle s'était rendu furtive dès son entrée dans la base, cherchant à accomplir sa tâche le plus rapidement possible, et c'est ainsi que les soldats ne la virent pas, tandis qu'elle gisait au fond de son trou.

- "J'ose espérer" fit Brenda à l'attention de Kris "que tu ne m'empêcheras pas de prendre mes renseignements ?"
- "Tu as ta mission, j'ai la mienne. Du moment que ça n'empiète pas sur mes ordres ..."
- "Hé, ho, les grognasses. On peut y aller, oui ou non ? Je commence à m'em...nuyer, moi !"
- "Okay, on est parties."

Le combat commença avec une chute spectaculaire de Brenda, qui venait de marcher sur son lacet qui avait cassé au même instant. La rafale partit, et les balles se fichèrent dans une espèce de gros container. Ce dernier devait contenir des matières inflammables, car il explosa, soufflant l'équipe d'agents d'Arachnos comme des feuilles de papier. Bad Cat attrapa Brenda par la housse du dos, et la remit sur pieds d'une seule main.

- "Purée, tu as la poisse, mais tu la portes aussi à ceux en face !"
- "Mais euh ! Pas fait exprès !"
- "Tu m'aurais dit que tu l'avais fait exprès, je ne t'aurais pas cru !"
- "Aaaaah ! Regarde-ça ! Tu m'a déchiré mon costume !" tempêta Brenda, en montrant à Bad Cat son haut moulant, passablement arraché au niveau de l'encolure.
- "Heureusement que Zane n'est pas dans le coin, il ne serait plus bon à rien avec un décolleté pareil !" s'esclaffa la femme-chat.
- "Clair !" approuva Bloody Kris.
- "Mais euh !"
- "Allez, on continue d'avancer." fit Bloody, poussant les deux autres en avant.

Une nouvelle vague d'assaut, ayant entendu le raffut provoqué par l'explosion, arriva sur les lieux. Ils furent accueillis par une plaque de glace qui se forma à l'endroit précis où ils étaient, les empêchant de se tenir debout. Bad Cat en profita pour faire étalage de ses pouvoirs obscurs, frappant sans vergogne ses ennemis. Peu semblait lui importer qu'ils faisaient partis d'Arachnos, et Brenda se surprit à penser que, selon toute vraisemblance, la femme-chat devait frapper tous ceux qui se mettaient en travers de sa route.

De son côté, l'ex-agent de l'ARC arrosait la zone de feu et de flammes, et les rares coups portés par les soldats rebondissaient sur l'écran émanant du générateur de champ de force. Elle s'approchait petit à petit, et, quand elle fut à bonne distance, activa sa balise de soin, qui améliorerait le potentiel de régénération de Bad Cat, bien que celle-ci semblait disposer d'une capacité vampirique.

Bloody, elle, restait en arrière, jouant parcimonieusement sur ses pouvoirs de glace. Les rafales d'énergie repoussaient les ennemis, et Bad Cat avait grogné en disant qu'elle n'aimait pas courir après ses proies. Bloody se limitait donc à ses pouvoirs glaciaires, ce qui avait fait baissé l'intensité de son oeil rouge. Cristel Markham avait repris le contrôle du corps.

Brenda avait camouflé les déchirures de son costume en enroulant sa cape autour d'elle, et elle chuta une bonne demi-douzaine de fois en essayant cela. Au cours de sa dernière chute, elle tomba sur son fusil, déclenchant la délivrance d'une grenade qui roula en bas des escaliers, explosa en éparpillant et achevant les soldats Arachnos.

- "Dis donc, ARC-woman ! Quand est-ce que tu m'as dit que t'avais un lance-grenades ?" rouspéta Bad Cat.
- "Attends, je ne sais même pas comment je l'ai activé !"
- "En tout cas, tu as achevé les survivants !" ajouta Bloody Kris, comme un point final à la discussion. "Tiens, l'ordinateur qui contient tes précieuses données est là-bas. Va te servir, avant que je ne change d'avis !"
- "Okay." Brenda se dirigea alors vers l'appareil, puis se ravisa et s'approcha de la femme-chat.
- "Ca va, Bad Cat ?"
- "Pas formid' ! La grenade a explosé près de moi, j'ai pris un éclat !"
- "Je vais t'installer ça."

Brenda activa alors sa balise de soins, puis retourna à sa précédente préoccupation, laissant Bad Cat dans un état mental perturbé.

- "On est pas censée être amies, tu sais ..."
- "Je sais."
- "Donc, tu n'es pas obligée de faire ça."
- "Je sais aussi."
- "Alors là, je comprends pas ..."
- "Aaaaaaaargh !"
- "Ca y'est, tu redescends sur Terre ?"
- "Ah non, c'est pas vrai ! Y'a eu un éclat dans la machine ! Toutes les données sont perdues !"
- "Ha ha ha !" Bloody Kris explosa d'un fou-rire, tellement franc et naturel que Bad Cat ne put se retenir de rire, elle aussi.
- "Décidément, t'as vraiment pas de chance !"
- "Mais euh ! Arrêtez de vous moquer, les filles !"
- "Bah, tu m'as bien aidé. Je vais te laisser une chance de trouver ce que tu cherches ! Il y'a une autre base, à huit cent mètres au nord d'ici, et les données de celle-ci sont sauvegardées là-bas aussi !"
- "Tu es sûre de tes renseignements, cette fois ?" Brenda n'avait toujours pas digéré l'affaire Hulk Return.
- "Absolument certaine !"

Elles quittèrent toutes les trois la base, et Bloody Kris quitta le groupe, arguant qu'elle avait accompli son but. Bad Cat resta un peu près de Brenda.

- "Alors, c'est vrai, tu es vraiment une ex-soldat de l'ARC ?"
- "Oui."
- "Et qu'une succession de malheurs t'a conduit ici ?"
- "Tout juste !"
- "Je comprends pas ..."
- "Quoi ?"
- "Je sais pas pourquoi, j'ai du mal à comprendre ce que tu cherches à prouver. Tu veux à tout prix retourner à l'ARC, redevenir l'obscure petite bureaucrate que tu étais, alors qu'ici, tu peux faire ce que tu veux, sans que personne n'aie rien à te reprocher. Tu n'as jamais rêvé de ne plus avoir les entraves qu'impose une vie de 'gentil' ?"

Sur ces paroles, Bad Cat s'en alla aussi, laissant Brenda sur place. Cette dernière retournait la dernière phrase de la femme-chat dans ses pensées. Puis elle secoua la tête, chassant probablement les idées un peu sombres qu'elle venait d'avoir, et avança d'un pas ferme et conquérant en direction du Nord. Elle marcha sur une dalle de métal, qui camouflait un accès aux égoûts, et qui se déroba sous elle, la faisant tomber de plusieurs mètres. La chute fut suivi d'un bruit d'éclaboussures et d'une insulte proférée à voix haute.

- "M*RDE !"

Un peu plus loin, Bloody Kris et Bad Cat avaient assisté à la scène.

- "C'est pas possible une déveine pareille !"
- "Tu lui as dit ce que je t'avais demandé de lui dire ?"
- "Oui."
- "Bien. Plus elle se posera de question sur le Bien te le Mal, plus elle a des chances de passer de notre côté !"
- "T'as des drôles de goûts. Moi, personnellement, je la renverrais plutôt à Paragon : elle y fera plus de dégâts qu'une escouade entière d'Arachnos !"
- "Comme tu as dit : 'C'est pas possible une déveine pareille'."
- "Tu penses que ..."
- "Je ne sais pas d'où viens cette malchance, mais, si nous arrivons à la manipuler, Brenda Smithson pourrait bien être la femme par laquelle le malheur arrive. Dans tous les sens du terme."

Les deux femmes se séparèrent alors, chacune partant de son côté.

_________________
Jeux à terminer :

Cradle
Deponia Doosmday
Divinity Original Sin
Rage
The Elders Scroll : Skyrim

Prochaines acquisitions :

Darksiders 3
Divinity Original Sin 2
Ghost of a Tale (si jamais il sort)
South Park, l'Annale du Destin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Poulpe
Poulpe Fiction
avatar

Nombre de messages : 3588
Age : 39
Vigilant : Snow, Tigerwolf, Ogre Noir, Miss Victory et Waka
Date d'inscription : 26/10/2005

MessageSujet: Re: Brenda Smithson   Jeu 3 Aoû - 16:55

Journal informatisé de Brenda Smithson, entrée 148-BF du 01/08/2006

DEBUT

Je vis actuellement dans une ancienne base d'Arachnos, qui sert maintenant de repère à Bloody Kris et Bad Cat. Depuis peu, Kris a ramené Hacaga, une gamine, résultat d'une expérimentations d'Arachnos, qui s'était enfuie il y'a dix ans du laboratoire.

Bon, je sais, c'est une situation un peu insolite. Mais je n'ai pas eu le choix.

Je savais que les deux femmes se connaissaient, pour avoir fait équipe avec elles. En revanche, j'ignorais complètement qu'elles vivaient sous le même toit (mais heureusement pas dans le même lit).

D'après ce que j'ai compris, cela faisait peu de temps que Bad Cat s'était installé dans la base secrète de Bloody. Elle vivait dans la rue, comme une SDF, en dépit de sa force phénoménale. A force de cogner sur tout ce qui se présente et a l'air agressif, elle s'est faite remarquer. Je suis à peu près persuadée que 'On' a demandé à Kris de garder un oeil sur elle, parce qu'elle a tendance à taper sur vraiment tout le monde. Je ne sais pas si on s'entendra un jour. On est vraiment aux antipodes l'une de l'autre. Mais dans le fond, je suis sûre que c'est une brave fille qui, comme moi, n'a pas eu de chance. Elle parle rarement de son passé, et j'ai le désagréable sentiment que, si jamais elle venait à en parler, mes chances de me réveiller le lendemain seraient minimes.

Je reste circonspect quant à Kris. Je me sens plus proche d'elle que de Bad Cat. Elle aussi a voué fidélité à une organisation, même si c'est du mauvais côté. Enfin, l'une d'elles. C'est étonnant d'apprendre qu'une Sorcière du Cercle des Epines a élu domicile dans le corps d'un humain, sans dévorer son âme. Je ne pense pas que la partie magicienne de l'ensemble soit très attachée à Arachnos. J'imagine que c'est plutôt la gloire et les honneurs qu'elle cherche. Peut-être même la domination mondiale. En tout cas, en récompense de ses bons et loyaux services au sein de cette organisation, 'On' lui a offert cette base. On a rien pour rien, ici, c'est une leçon que j'ai bien retenu. Et j'ai plutôt l'impression qu' 'On' veut aussi l'avoir à l'oeil.

Hacaga est une exception au sein de notre groupe. Echappée d'un laboratoire d'Arachnos, ce dont on ne saurait lui tenir rigueur, au vu des expériences de tordus qu'ils mènent, elle a vécu comme une bête sauvage pendant dix ans. C'est Kris qui l'a retrouvé, il y'a quelques semaines maintenant, mais la Dominatrice a refusé de me dire où et comment. Bad Cat n'en sait apparemment pas beaucoup plus que moi. Tout ce qu'on sait, c'est qu'Hacaga est en fait un combiné génétique humain/animal, qu'elle adore manger, peut rester des heures devant la télé, est capable de tuer quelqu'un en un coup, et qu'il ne faut pas laisser traîner un paquet de sucreries sous peine de le voir disparaître. J'essaye de lui apprendre un peu notre langue, et quelques petites choses, tandis que Bad Cat l'entraîne régulièrement pour entretenir ses réflexes de tueuse. Même si je ne suis pas foncièrement d'accord, il a fallu me ranger de l'avis de Kris : même si nous n'étions pas sur les Insoumises, elle serait rejetée de partout, et il vaut donc mieux pour elle qu'elle sache se battre.

Pour ma part, j'ai accepté l'offre d'hébergement de Kris après plusieurs déconvenues avec ma base. D'abord, la construction d'une route à proximité (juste au dessus, en fait) empêche de s'y reposer, fait trembler tous les meubles, fait régulièrement chuter tout ce qui n'est pas préalablement fixé, et, en plus, il faut faire attention aux véhicules pour rentrer dedans ! Ensuite, il faut bien reconnaître que le taux de fréquentation de la base est voisinage du zéro absolu. Le peu d'alliés que j'ai pu réunir préfèrent dormir ailleurs, compte tenu de la route et du vacarme occasionné. Mais le pire était encore à venir. Le passage de poids lourds, et les vibrations correspondantes, ont fini par faire exploser la grosse canalisation d'eau qui passait à proximité. La ventilation de la base a donc recraché de l'eau plutôt que de l'air. Ce ne serait qu'un détail, si nous pouvions respirer sans nous noyer : la base étant conçu pour être indétectable, il n'y a pas d'évacuation des eaux de prévues, hormis les toilettes. Et au rythme où ça va, compte tenu du volume d'eau emmagasiné là-dedans, le temps des réparations de voiries, je ne récupérerais pas ma base avant au moins deux mois !

Dormir dans la rue étant le meilleur moyen de se faire dépouiller, j'ai préféré accepter l'offre de Kris, en insistant bien sur le côté 'temporaire' de la chose. L'avantage est que ça me permet de garder un oeil sur ces trois-là, d'acquérir la confiance d'Hacaga, qui me surnomme déja 'Maman Brunda', et de pouvoir vivre proprement. Les inconvénients ne sont pas en restes, puisque je suis sûre être observée par les deux autres (non, je ne suis pas paranoïaque ! Mais comme je l'ai dit, on a rien pour rien, dans les Insoumises !), que je dois m'occuper de l'éducation de la jeune fille, sans compter les moqueries de Bad Cat qui a été jusqu'à acheter un tableau blanc pour noter tout mes malheurs afin d'en établir des statistiques.

N'empêche qu'elles sont toutes trois assez sympas quand on ne parle pas 'boulot', et que je comprend pas toujours comment elles ont pu en arriver là.

Remarque, je ne comprends pas pour moi non plus !

A noter : bien qu'il n'ait pas la clé, Zane arrive souvent à entrer dans la base. Malgré les changements apportés à la sécurité par Bad Cat et Bloody Kris, il parvient toujours à rentrer sans se faire prendre.

FIN


La saisie et l'enregistrement de ce texte ont engendré :

* huit coupures de courant

* un changement de disque dur

* il a fallu que Brenda recommence la saisie douze fois pour divers désagréments domestiques :
- café renversé sur le clavier,
- Hacaga a frappé sur la touche Esc pous s'amuser -à quatre reprises-,
- erreur au niveau de l'enregistrement automatique,
- fichier corrompu -précédant le changement de disque-,
- une fuite de mémoire,
- deux plantages de l'OS,
- un débranchement intempestif de Bad Cat -qui voulait que Brenda lui réponde-,
- et une erreur de manipulation de Brenda -"Alors, là, c'est vraiment ma faute !"

* nous ne compterons pas les nombreuses coupures occasionnées par le voisinage direct ou indirect :
- appels de contacts,
- interruption dû à la présence et l'envie de discuter de certains alliés,
- un "Coucou, qui c'est ?" de Mister Zane -avec les mains sur la poitrine au lieu des yeux, évidemment, et la baffe qui suit généralement Razz-,
- heure des repas,
- heure de dormir,
- téléphone divers,
- entretien du fusil et des gadgets,
- etc ...

* nous passerons sous silence également le virus qui s'est introduit sur l'ordinateur, malgré la présence d'un système de protection efficace, et qui échangeait les fonctionnalités des touches du clavier, et ce de manière absolument aléatoire. C'est-à-dire que si elle tapait sur A, Brenda pouvait aussi bien voir s'afficher B, à l'écran. Si elle retapait sur A juste après, ça pouvait aussi bien afficher Z, etc ...

* une crise d'hystérie de Brenda, et la paire de baffes de Bad Cat qui va avec Razz

* suivi d'une grosse déprime, et les tapotements consoleurs de Kris sur l'épaule, continuant sur un gros câlin d'Hacaga

* et la fin du rapport des activités de Brenda sur les Insoumises, sauvegardés sur une carte mémoire qui ne fonctionne désormais que rarement ...

Wink Wink Wink Wink Wink Wink Wink Wink Wink Wink

_________________
Jeux à terminer :

Cradle
Deponia Doosmday
Divinity Original Sin
Rage
The Elders Scroll : Skyrim

Prochaines acquisitions :

Darksiders 3
Divinity Original Sin 2
Ghost of a Tale (si jamais il sort)
South Park, l'Annale du Destin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Poulpe
Poulpe Fiction
avatar

Nombre de messages : 3588
Age : 39
Vigilant : Snow, Tigerwolf, Ogre Noir, Miss Victory et Waka
Date d'inscription : 26/10/2005

MessageSujet: Re: Brenda Smithson   Jeu 10 Aoû - 15:53

Mes problèmes ne font qu'empirer.

Je ne m'attendais pas au retour si rapide de Foedelis, et malheureusement, ma belle base n'est déjà plus qu'un lointain souvenir. Les travaux pour reboucher la canalisation d'eau éclatée ont obligé les gens de la voirie à étendre la surface à creuser. Ce faisant, ils sont tombés sur ma base, et ont eu vite fait de faire ceux qui n'avaient rien vu, et de la reboucher aussitôt ... avec du macadam. Invivable, inexploitable. Ma position de colocataire chez Kris est passée de temporaire à permanente. Et c'est là que le bât blesse. Je n'ai plus d'endroit où loger mon ami extraterrestre et sa compagne.

Une galère phénoménale.

En désespoir de cause, je me suis retrouvée condamnée à quémander auprès de la propriétaire des lieux l'autorisation d'inviter deux personnes supplémentaires.

- "Non, non, non et non !" cria Bloody Kris en écoutant ma demande.
- "On a dit pas de mecs ici." appuya Bad Cat.
- "Ce n'est pas vraiment un mec, c'est un alien !"
- "Un couple d'aliens en plus ! Et si ils se reproduisent, on aura l'air fin !"
- "Je ne peux quand même pas les laisser à la rue, comme ça ? Ce sont des amis !"
- "Pas mon problème !"
- "Ni le mien, ne me dévisage pas comme ça !" ajouta Bad, voyant que Brenda l'implorait du regard.
- "Mais enfin, essayez de comprendre. Je leur suis un petit peu redevable, et puis ils comptent sur moi."
- "Brenda, écoute. Je veux bien être sympa. Je suis même prête à reconnaître que nous te devons bien ça. Cependant, je me refuse à accueillir des gens dont même toi tu ignores bien des choses sous mon toit. Ce n'est pas du racisme, c'est de la prudence !"
- "Je vois bien le truc ... le mâle et la femelle s'accouple, et la femelle plante ses oeufs dans le corps d'êtres vivants pour que sa descendance puisse s'en nourrir. Ouah, le sale truc !" Bad Cat ne faisait rien pour améliorer la situation avec ses remarques crétines.
- "C'est pas vrai !"
- "Tu as des preuves ?"
- "Non, enfin ... Ho et puis flûte, elle aussi elle n'a aucune preuve de ce qu'elle vient de dire !" Je protestais en montrant Bad du doigt.
- "C'est pas poli, ça ! Tu montres le mauvais exemple à Hacaga !"
- "Grrrr ! Elle s'en fiche, elle regarde la télé !"
- "De toute façon, il y'a, en plus du problème de voisinage, un problème de surface. Nos locaux commencent à devenir étroit, et c'est déjà limite à quatre. Surtout quand il faut se battre pour les toilettes et la salle de bain le matin !" fit Bloody.
- "Pas ma faute ! D'habitude, Bad ne se lève jamais avant dix heures ! Le temps de cuver de sa gueule de bois ..."
- "Comment oses-tu ... !"
- "Ben quoi, c'est la vérité ! Les deux bouteilles de vodka, qui les a vidé ?"
- "Ah oui ? Dis donc, Miss 'Vertu', tu ne t'es pas gênée de vider la troisième ? T'as même une sacrée descente !"
- "Beuh ? Vous avez vidé la réserve d'alcool ? A vous deux ?"
- "Euh ..." Je devais être rouge comme une pivoine.
- "Ben, euh, trois en fait." interrompit Bad Cat. "J'ai fait boire un verre à la petite, ça fait maintenant un mois qu'elle est chez nous. Je pensais que ça s'arrosait ..."
- "Vous l'avez fait picoler ?" Le ton de Bloody devenait passablement énervé et agressif.
- "Pas grand chose, hein. Juste un fond de verre." Je tentais de me justifier.
- "Elle a quand même gerbé triple boyaux !"
- "D'où l'odeur bizarre que j'ai senti ce matin ! Il y'a d'autres choses que je devrais savoir sur ce que vous faites quand je m'absente ?"
- "Ben, on était tellement allumées hier soir qu'après avoir couché Hacaga, nous avons passé la nuit ensemble."
- "C'est pas vrai ?" Bloody Kris ouvrait de grands yeux ronds et étonnés.
- "Mais non, c'est pas vrai, là, elle invente !" Je prenais un air offensé.
- "Ouf, j'ai eu peur !"
- "Et pour mes amis ?" Je préférais ramener la conversation sur un terrain moins glissant.
- "Quoi ?" Je voyais bien qu'elle s'imaginait moi et Bad en train de se faire des câlins. "Ah, oui. On ne peut pas les recevoir ici."
- "Mais euh ..."
- "Cependant, l'aile Ouest de cette vieille base est toujours inoccupée. C'était les locaux administratifs, et ils sont séparés du reste de la base. On peut aller y jeter un oeil et vider les indésirables. Et si tes amis veulent s'y installer, je ne dirais rien. A personne." ajouta t'elle à mon intention, devinant que je pensais à Arachnos.
- "Merci."
- "Ben voilà, problème résolu." ajouta Bad Cat.
- "Je vais prendre les devants et jeter un oeil rapidement." fit Bloody Kris.

La Dominatrice s'en alla de sa démarche provocante, nous laissant derrière elle pendant que nous nous préparions à venir l'aider si elle nous appellait. Quand elle fut sortie de la base, je pris Bad Cat à part.

- "T'étais pas obligée de lui raconter ce qui s'était passé la nuit dernière !"
- "T'as honte ?"
- "Oui ! Et surtout, c'est un coup à se faire virer d'ici !"
- "T'étais plus câline hier soir !"
- "Quand j'ai un coup dans le nez, ça me déshinibe complètement. Mais de là à ce que je le fasse avec une autre femme, je m'imaginais même pas !"
- "C'est comme ça que tu as perdu ta virginité ?"
- "..."
- "J'ai mis dans le mille !"
- "Tu vas me faire le plaisir d'oublier ! Tout ça et tout de suite !"
- "Jusqu'à la prochaine soirée beuverie ! Hi hi hi !"
- "Et surtout, tu n'en touches pas un mot à Zane, hein ! J'ai pas envie de ... enfin, je veux dire qu'il n'est pas déplaisant ... encore un peu jeune, peut-être ... Toujours est-il que ce n'est pas le moment ! Il serait encore assez futé pour ..."
- "Tiens, je n'y pensais même pas ! Merci pour l'idée !"

Quelle déchéance ! Et ma vie qui devient de plus en plus compliquée ! Tiens, la sonnerie de l'intercom, c'est Bloody.

- "Nous avons quelques Shivans en dehors de Baie Sanglante, mes chéries. Je pense que vous devriez venir m'aider !"

Je prends mon arme, tandis que Bad Cat resserre ses chaînes autour de ses poignets.

- "On y va ?" me fait-elle avec un clin d'oeil égrillard.
- "C'est parti ..." lui répondis-je en répondant à son clin d'oeil " ... Symphony !"
- "Que ... ?" Elle fut étonnée. Elle ne s'attendait probablement pas à ça.

D'accord, je n'étais pas dans mon état normal, hier soir, mais je n'en étais pas à son point. Elle m'a pratiquement tout dit sur son histoire, dans une pleine séance de confessions sur l'oreiller. Je sais désormais plein de choses sur elle. De la manière dont elle est arrivée ici aux raisons qui l'ont conduites chez nous. De ses cicatrices qu'elle porte sur son corps jusqu'à celles qu'elle a dans le coeur. Mais elle, apparemment, elle ne se souvient plus qu'elle m'en a parlé. Pour une fois, c'est moi qui ai de la chance !

_________________
Jeux à terminer :

Cradle
Deponia Doosmday
Divinity Original Sin
Rage
The Elders Scroll : Skyrim

Prochaines acquisitions :

Darksiders 3
Divinity Original Sin 2
Ghost of a Tale (si jamais il sort)
South Park, l'Annale du Destin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Poulpe
Poulpe Fiction
avatar

Nombre de messages : 3588
Age : 39
Vigilant : Snow, Tigerwolf, Ogre Noir, Miss Victory et Waka
Date d'inscription : 26/10/2005

MessageSujet: Re: Brenda Smithson   Jeu 9 Nov - 16:45

- « Mais c'est pas vrai, ça ! »

D'ordinaire, lors de ce genre de mission, je tombe plus facilement sur des Arachnos ou des Prospecteurs que sur des agents de l'Arc. A croire que je suis vraiment malchanceuse !

Cependant, je ne peux pas me permettre d'être prise, même si cela assurerait mon retour à Paragon. Je ne peux pas laisser Hacaga ici, entourée de Bad Cat et de Bloody Kris. Elles ne sont pas méchantes, dans le fond, mais je crois quand même que ma présence au sein de la base y est pour quelque chose. De toute manière, si ils m'arrêtent, je retournerais à Paragon juste le temps d'être jugée et emprisonnée. Le nombre de coïncidences a fait qu'ils ne me croiront pas si je leur dis que tout ce qui est arrivé n'est dû qu'à des accidents regrettables. Sans compter qu'ils me croient intime avec Mister Zane, alors que c'est Kris qui sort avec.

Non, décidément, je ne peux retourner à Paragon que par mes propres moyens. En attendant, il faut que je m'empare du contenu d'une caisse, des documents secrets dont l'un révèle l'emplacement de la base secrète de Kris. Ho, bien sûr, personne n'est censé savoir que nous y vivons. Mais je préfèrerais éviter qu'une escouade de l'Arc ne débarque un jour pour toutes nous arrêter, même si je pense que Zane nous sortirait de ce pétrin. Enfin, surtout Kris ...

Et ce fichu module de furtivité ! Si je n'avais pas trafiqué le costume, je pourrais m'en servir pour me rendre directement jusqu'au coffret. Vu comme c'est parti, je vais devoir jouer les commandos, et me glisser sous les containers de l'entrepôt pour y arriver, en espérant qu'il n'y en ait pas un qui me tombe sur le dos !

Et les filles qui ne sont pas là, alors que ça les concerne autant que moi. Bon, inutile de perdre du temps à me lamenter sur mon sort. Il faut que j'y aille, et le plus discrètement sera le mieux !

J'entrevois déjà un moyen de progresser.

- « L'aération ! Voilà une chouette idée ! »

Je retire les quatre vis qui tiennent la grille en place, mais elle ne bouge pas. Elle est rouillée, et semble tenir grâce à cela. Je tente de l'enlever, et je me retourne un ongle ce faisant. Etouffant un cri de douleur, pendant que je tiens mon doigt endolori, la grille finit par se décrocher et me tombe sur le gros orteil. Les larmes me montent aux yeux, tandis que je retiens une exclamation de surprise.

Quelques secondes de pause, le temps de couvrir mon doigt avec un sparadrap. Dans ma sacoche, il y'a beaucoup de pansements, de désinfectant, une vraie trousse de secours. Etrange, je ne me rappelle pas avoir emmené tout ça. Sûrement une fine plaisanterie de Bad. Fort heureusement, ça me sera utile.

Je grimpe dans les tuyaux de la ventilation, et ça fait un vacarme du tonnerre. Je suis étonnée que personne ne m'ait encore entendu ! Enfin, à quelque chose, malheur est bon. Une fois totalement entrée, je m'aperçois que je ne peux pas avancer là-dedans, à cause d'un gros ventilateur derrière une grille soudée. Tout ça pour rien !

Il faut que je ressorte, mais je suis coincée. Le fusil me bloque et je n'arrive pas à me retourner. Avant même que je ne tente quoi que ce soit, j'entends des bruits de pas. Finalement, si, on m'a entendu. Une main se pose sur ma jambe, et une grosse voix bourrue se fait entendre. C'est un agent de l'Arc, je le vois à la couleur de son gant.

- « Dis donc, c'est pas un endroit pour la sieste ! »

Il m'a prit pour un collègue, la chance. Pas tant que ça, en fait ! Il regarde pour voir qui c'est et ...

- « Brenda Smithson ? Que ... ? »
- « Euh, salut ... »
- « Sors de là et rends-toi ! »

Il commence à me tirer par la jambe et déclenche accidentellement une grenade-araignée. Il a beau insister, les filaments issus de la grenade me coincent encore plus dans le tube de métal. A chaque traction de sa part, je sens les larmes qui me remontent encore un peu plus. Il est en train de tirer sur mon pied, déjà blessé par la chute de la grille.

- « Aïeuuuuh ! Vous me faites mal ! » lui dis-je.
- « Rends-toi ! »
- « Je ne demande pas mieux, mais arrêtez de tirer ! Vous allez ... »

Un bruit de tissu qui se déchire. Je savais que ça allait arriver. Tout ce qu'il a réussi à avoir c'est mon pantalon. J'ai entendu le soldat chuter, emporté par son élan. Enfin, l'avantage est qu'il m'a débloqué. L'inconvénient est que je me retrouve en petite culotte. Je descends de la ventilation et contemple l’étendue des dégâts. Il s’est assommé, et tient toujours le bas de mon costume. J’ai un mal de chien à lui faire lâcher, et, quand je le remets, il est tout déchiré. Sigh ! Il va encore falloir que je joue les couturières !

La couture n’est décidément pas mon fort, ça fait au moins huit fois que je me pique en essayant de recoudre le bas de mon costume, le fusil posé verticalement contre le mur, à côté de moi, dissimulée que je suis derrière de grands cartons. Le temps que je m’applique à refaire mon costume, le soldat assommé s’est relevé et, ne me voyant plus, a probablement pensé que je suis partie. Je connais leurs procédures, ils vont sûrement envoyer plusieurs patrouilles en extérieur pour s’assurer que je me suis enfuie, et renforcer la sécurité à l’intérieur. Pour la discrétion, c’est raté …

En parlant de discrétion, voilà les renforts. Au bruit de pas, je dirais qu’ils sont une dizaine. L’un d’eux hurle les instructions, et je reconnais sa voix. C’est le soldat que j’ai assommé. Au moment où je me replie encore un peu plus pour mieux me cacher, je m’appuie sur le fusil, et déclenche accidentellement un tir de grenade M30. J’ai juste le temps de voir la petite bombe retomber derrière les cartons, là où se trouvent les agents de l’Arc. L’explosion s’ensuit, et seuls les râles d’agonies et les sons des balises de téléportation de l’hôpital m’indiquent que la zone est nettoyée … accidentellement. Je n’ai jamais voulu ça !

La grenade a fichu le feu aux cartons, et les cartons ont propagé l’incendie jusqu’à moi. Le temps que je m’en aperçoive, inquiétée par la rumeur des voix grandissante, j’ai déjà des cheveux roussis et mon costume est noirci par endroit. Je pousse les cartons du pied, pour les écraser du pied, et éteindre le feu, mais le système anti-incendie est plus rapide que moi. En moins de quelques minutes, je suis trempée de la tête au pied, pied qui continue de me faire mal depuis que j’ai pris la grille de l’aération sur le gros orteil. Je suis obligée de retirer la botte pour voir dans quel état il est.

Rouge, boursouflé, et l’ongle incarné. Pas beau, gros orteil, comme dirait Hacaga. Demain, il sera sûrement violet. Quelques jours de repos se profilent déjà. Ensuite, je constate l’erreur que je viens de faire quand je tente de remettre la botte. Mon orteil est si enflé que je n’y arrive pas, ça ne rentre plus. Sans compter que la couture que je viens de faire commence à lâcher et que le bas de mon costume glisse lentement mais inexorablement vers mes chevilles.

- « Mais, m*rde ! »

Je sais bien que de lancer une insulte n’améliorera pas ma situation, mais ça défoule. La couture vient de lâcher, et j’ai le bas de mon costume sur les chevilles, dont l’une est nue, et présente un gros orteil rouge qui a doublé de volume. Je peste de plus belle, bien que cela n’arrangera pas ma situation.

Petit récapitulatif : je suis donc en petite culotte, pantalon sur les chevilles, une botte en moins, un orteil endommagé, un pansement sur un doigt, trempée jusqu’aux os, les cheveux et une partie de mon costume roussis par le feu. A tous les coups, il va apparaître …

- « Brenda, qu’est-ce que tu fais là ? »

Mister Zane. Je l’aurais parié. La situation présentant cet aspect des choses, je savais qu’il allait arriver. C’est toujours comme ça. Mais je ne pensais pas qu’il viendrait de là où je devais aller. Je me dépêche de relever mon pantalon, avant de voir une autre personne derrière lui. C’est celle qui m’a invité dans sa base.

- « Salut, Kris. » lui dis-je. Elle me regarde des pieds à la tête.
- « Salut. Brenda la Malchance a encore frappé ? »
- « Qu’est-ce que vous faites ici, tous les deux ? » J’ignore sa remarque.
- « Nous sommes venus chercher des documents secrets qui pourraient indiquer l’emplacement de la base. » me répond la Dominatrice.
- « Mission accomplie ! » ajoute Zane.

Grrrrr, une journée gâchée ! Et pour rien en plus.

_________________
Jeux à terminer :

Cradle
Deponia Doosmday
Divinity Original Sin
Rage
The Elders Scroll : Skyrim

Prochaines acquisitions :

Darksiders 3
Divinity Original Sin 2
Ghost of a Tale (si jamais il sort)
South Park, l'Annale du Destin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Poulpe
Poulpe Fiction
avatar

Nombre de messages : 3588
Age : 39
Vigilant : Snow, Tigerwolf, Ogre Noir, Miss Victory et Waka
Date d'inscription : 26/10/2005

MessageSujet: Re: Brenda Smithson   Mar 19 Déc - 13:50

Sur les Insoumises

Bloody Kris précéda Mister Zane dans la base, riant aux éclats, tandis que le Mastermind se débattait avec l’un des nombreux pièges parsemant le couloir d’accès de l’ancienne structure d’Arachnos, et qui avait pris la forme d’un singe rikti qui s’agrippait aux pieds du malencontreux piéton ayant eu l’infortune de l’activer. Zane sautillait comme un forcené pour tenter de faire lâcher prise au leurre, ce qui provoquait l’hilarité de sa concubine.

Mais l’entrée dans la salle commune ne se fit pas comme ils l’avaient espéré. Ils ne trouvèrent dans celle-ci qu’une Bad Cat adossée au mur, affichant un air soucieux évocateur de sa mauvaise humeur, et une Hacaga qui pleurnichait sur le canapé, ressuyant ses larmes et la morve de son nez sur ses vêtements trop grands.

A la vue de ce tableau pour le moins inhabituel, les rires s’arrêtèrent. Zane cessa ses mimiques, et fit apparaître son fusil d’assaut. Une seule rafale d’énergie fit disparaître le faux singe rikti, alors que le Mastermind et la Dominatrice comprenaient que quelque chose de grave s’était produit pendant leur absence.

- « Qu’est-ce qui se passe ? » demanda directement Kris à Bad Cat.
- « Brenda a été arrêtée ! »
- « C’est impossible ! Sa malchance l’a toujours empêché de … »
- « Le fait est là. Je tiens l’information d’un Inquisiteur, il n’y a donc pas à douter de sa fiabilité. »
- « Comment est-ce arrivé ? »
- « D’après l’Inquisiteur Lupin, Brenda, pour se passer le temps, a été jouer au casino, et elle a perdu beaucoup. Elle a alors voulu braquer la banque d’Independence Port, en étant sobre, histoire de payer ses dettes. »
- « Elle a voulu braquer une banque ? Sans boire un coup ? » Kris ouvrait de grands yeux étonnés, et Zane, surpris, lâcha son fusil qui fit un bruit de plastique en heurtant le sol. Hacaga se moucha violemment dans ses affaires.
- « Maman Brunda ! » pleurnicha t’elle de plus belle. Kris vint s’asseoir à côté d’elle et la serra dans ses bras.
- « Tu aurais pu éviter de le dire à la petite, Bad. » fit-elle remarquer à la Brute.
- « Désolé, je sais que j’ai tendance à être un peu trop franche, parfois. »
- « Qui l’a arrêté ? » Zane prenait la parole pour la première fois.
- « L’Arc. »
- « Fait chier. Les Wyvernes et les Croisés de la Lignée gardent leurs prisonniers quelques temps, pour voir si d’autres super-vilains viendront les délivrer. Mais l’Arc … »
- « Quoi, l’Arc ? »
- « Ils ont connus pas mal d’échecs cuisants, ces derniers temps. Alors la condamnation d’un prisonnier va être une source de réconfort, et une preuve de leur efficacité. A tous les coups, ils l’ont déjà renvoyé à Paragon. »
- « Flûte ! » objecta Kris.
- « Reste à savoir ce qu’ils vont faire d’elle. Si ils la mettent au Zig … »
- « On l’en fera sortir par la force. » En dépit des disputes que Bad Cat avait eu avec Brenda, elle ne semblait pas disposée à laisser sa comparse finir ses jours en prison.
- « Je vais me renseigner, je connais quelqu’un qui pourra me dire ce qu’il en est. » Zane pensait bien évidemment à sa sœur, la super-héroïne Miss Victory.
- « Tu lui enverras le bonjour. » lui fit Kris.
- « A qui ? » questionna Bad Cat.
- « Ca, ça ne te regarde pas. » répondit Kris, qui tentait toujours de consoler Hacaga.


Quelques heures plus tôt

A Independence Port, il y’a nombre de petits bateaux de plaisance amarrés aux embarcadères de bois. Le petit voilier emprunté par Brenda ressemblait à l’un de ceux qui attendaient sagement leurs propriétaires. La Corruptrice sortit de la cabine, non sans se prendre le pied sur une corde qui ne s’y trouvait pas cinq minutes auparavant, et elle chuta en avant.

- « Ca commence bien ! » s’écria t’elle.

Se relevant avec peine, elle constata qu’un vent violent s’était levé et qu’il valait mieux replier la voilure. Elle s’en approcha, avec beaucoup de précautions, quand soudain une bourrasque poussa la barre perpendiculaire au mât dans sa direction. Elle ne put l’éviter et la prit en plein front. Le choc la repoussa sur le bastingage et elle tomba à la renverse dans l’eau.

A moitié groggy, elle commença à couler, avant de reprendre conscience et de commencer à nager. Mais le poids du fusil et de la ceinture de pièges l’empêchait de remonter. A contrecoeur, elle résolut de les retirer. Avec le peu de profondeur qu’il y’a ici, se dit-elle, j’arriverais à les rattraper. Une fois libérée de ce poids, elle put regagner la surface, et réussit à poser la main sur l’embarcadère, puis à se hisser à mi taille. Soudain, elle vit devant elle deux pieds vêtus de rouge et blanc, et entendit distinctement le bruit d’un fusil que l’on armait.

- « Brenda Smithson, vous êtes en arrestation au nom de l’Arc ! »

_________________
Jeux à terminer :

Cradle
Deponia Doosmday
Divinity Original Sin
Rage
The Elders Scroll : Skyrim

Prochaines acquisitions :

Darksiders 3
Divinity Original Sin 2
Ghost of a Tale (si jamais il sort)
South Park, l'Annale du Destin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Poulpe
Poulpe Fiction
avatar

Nombre de messages : 3588
Age : 39
Vigilant : Snow, Tigerwolf, Ogre Noir, Miss Victory et Waka
Date d'inscription : 26/10/2005

MessageSujet: Re: Brenda Smithson   Mar 19 Déc - 15:55

Quelques jours plus tard

Gustav Blossomheart jubilait derrière son pupitre. Non seulement il avait ouvertement rit quand l’avocat de la défense, par accident, avait mis son stylo dans l’œil de sa cliente, mais, qui plus est, il avait l’occasion de pouvoir enfin mettre une authentique super vilaine derrière les barreaux, bien que celle-ci prétendait que seule sa malchance l’avait conduit à une telle extrémité.

En dépit de quelques témoignages en faveur de Brenda, les jurés avaient décidés de condamner l’ex-agente de l’Arc à une peine exemplaire. Pour beaucoup d’entre eux, sa malchance était quelque chose qu’elle avait inventé pour excuser ses agissements.

- « Au vu des éléments de l’enquête, compte tenu de son tempérament affabulateur et des faits qui lui sont reprochés, le Tribunal condamne Brenda Smithson à la réclusion criminelle à perpétuité. Sa peine sera purgée à la prison de Ziggursky, et aucune remise de peine ou liberté conditionnelle ne seront accordées. La sentence est exécutable immédiatement. » Blossomheart exultait.

Dans le public, un tollé d’indignation montait. Plusieurs connaissances de Brenda Smithson étaient venues apporter leur soutien à ses parents. Dans la salle, on pouvait dénombrer pas moins de cinq héros en costume, mais certainement qu’il y’en avait plus déguisés en civil. Parmi les héros vêtus normalement, on remarquait difficilement la présence d’une jeune femme timide, qui se mordait les lèvres. Deux autres personnes la remarquèrent, et s’approchèrent d’elle.

- « Salut, Vicky. Qu’est-ce que tu fais ici ? » demanda Reine Asilova, ex-Firelight, qui était accompagnée de son concubin, Fox Williamson, aussi connu sous le nom de Tigerwolf. « Tu connaissais Brenda ? »
- « Euh, non, pas personnellement. »
- « Ben alors, pourquoi tu es là ? » demanda Fox.
- « Mon frère la connaît. Il voulait savoir ce qui allait lui arriver. Et je crois que ça ne va pas lui plaire. »
- « Y’a des chances. » soupira Reine. « Brenda est une poisseuse, mais pas une criminelle. Avec ce juge à la c… »
- « Hmm, hmm. » toussota Tigerwolf, alors que l’huissier passait près du trio.
- « Moui. Ce jugement est excessif, je dirais. Les témoignages concernant la malchance de Brenda étaient assez nombreux pour qu’elle puisse écoper d’une peine légère. Mais Blossomheart … » Reine lança un regard noir en direction du juge, qui remballait ses affaires avec précipitation, craignant probablement une esclandre.
- « Kitty m’a déjà dit qu’elle aimerait assez lui faire une tête au carré, à celui-là ! » approuva Fox. « Je me demande si elle m’en voudrait si je la devançais. »
- « Tu la connais. Je suis sûre qu’elle ne te pardonnerait jamais de la précéder ! »

Les deux prirent congé de la jeune femme, puis au moment de passer la porte se ravisèrent et revinrent vers elle, le teint écarlate. Ils avaient apparemment eu la même idée au même instant, et étaient revenus s’assurer de la réponse. Reine Asilova coupa la parole à son concubin qui commençait à questionner Victoire.

- « Rassures-nous, Vicky. Ton frère n’a quand même pas l’intention de la faire sortir de prison ? »

_________________
Jeux à terminer :

Cradle
Deponia Doosmday
Divinity Original Sin
Rage
The Elders Scroll : Skyrim

Prochaines acquisitions :

Darksiders 3
Divinity Original Sin 2
Ghost of a Tale (si jamais il sort)
South Park, l'Annale du Destin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Poulpe
Poulpe Fiction
avatar

Nombre de messages : 3588
Age : 39
Vigilant : Snow, Tigerwolf, Ogre Noir, Miss Victory et Waka
Date d'inscription : 26/10/2005

MessageSujet: Re: Brenda Smithson   Mar 19 Déc - 18:48

En prison, trois jours après le jugement

- « Ca fait combien de fois que tu la changes de cellule, Louise ? »
- « La quatrième en deux jours, Maria. » La dénommée Louise avait les yeux rouges.
- « Qu’est-ce qui t’arrives, tu pleures ? »
- « J’ai été grossière, la nénette n’a pas voulu me suivre, j’ai voulu lui faire peur avec la bombe anti-agression, et au moment où j’ai fait semblant d’appuyer sur le bouton, le plastique a explosé. »
- « Pas de bol ! »
- « Moi ? Attends, tu verrais, c’est cette gonzesse qui a pris le plus gros. Elle chialait comme une madeleine quand je l’ai mise dans la cellule 117. »
- « La 117 ? Ce n’est pas là où il y avait ce type, là, Fleur de Mort ? »
- « Ouais. »
- « Il était mignon. Il se serait amendé, je me serais bien occupé de sa réhabilitation. »
- « Maria, tu me gonfles. »
- « Au fait, pourquoi elle change souvent de cellule, cette Brenda ? C’est une bagarreuse ? »
- « Même pas. Le plafond de la première cellule s’est effondré sur elle. Dans la seconde, les chiottes étaient bouchées, c’était une véritable infection. Dans la précédente, sa co-détenue a choppé un virus et lui a refilé. ‘On’ a décidé de la laisser seule. Elle attire la poisse ! »
- « Mais non, d’après Blossomheart, c’est de la simulation. »
- « Si tu as le cran, alors essayes de la garder une journée. Tu te diras après qu’il y’a forcément plus malchanceuse que toi. »
- « Tu déconnes ! »
- « Même pas. Tiens, rien qu’en s’installant sur le lit de la 117, elle s’est plantée le postérieur sur un bout de métal, alors que ses prédécesseurs n’ont jamais rien remarqué ! »
- « Un bout de métal ? »
- « Ouais, un truc gros comme une pièce de 20 cents, une sorte d’acier inox peint en bleu nuit. »
- « Dis donc, c’est un phénomène, celle-là ! »
- « Ouais, mais pas agressive pour un brin. Elle n’aurait pas cette guigne qui lui colle à la peau, ce serait une détenue sympa. »
- « Arrêtes, on dirait presque que tu vas la plaindre ? »
- « Ben, je me dis qu’à sa place, après tout ça, on me proposerait d’être une super-vilaine, je l’accepterais plus facilement. »

_________________
Jeux à terminer :

Cradle
Deponia Doosmday
Divinity Original Sin
Rage
The Elders Scroll : Skyrim

Prochaines acquisitions :

Darksiders 3
Divinity Original Sin 2
Ghost of a Tale (si jamais il sort)
South Park, l'Annale du Destin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Poulpe
Poulpe Fiction
avatar

Nombre de messages : 3588
Age : 39
Vigilant : Snow, Tigerwolf, Ogre Noir, Miss Victory et Waka
Date d'inscription : 26/10/2005

MessageSujet: Re: Brenda Smithson   Mer 20 Déc - 13:12

Dans la cellule 117, quatre jours plus tard

Brenda était allongée sur le dos, regardant le sommier du lit supérieur. Dans sa main droite, elle tenait toujours le morceau de métal qui lui avait perforé l’arrière-train, et le faisait glisser entre ses doigts. Elle avait fait un constat étrange. Tant qu’elle tenait ce bout de métal, ses malheurs stoppaient. Dès qu’elle le laissait dans un coin, ses soucis reprenaient de plus belle. Elle avait fini par se persuader qu’il s’agissait d’une sorte de porte-bonheur efficace, et ne s’en séparait plus.

De même, elle avait vu que le morceau se mettait à grossir. Elle ne saurait expliquer pourquoi cela ne l’effrayait pas. Elle se disait que le morceau de métal se nourrissait peut-être de sa malchance, ce qui pourrait être une hypothèse intéressante. Comme un mange-poisse, avait-elle fini par conclure.

Elle ferma ses yeux et s’endormit.

Mais son sommeil fut de courte durée, et le cliquetis de la porte la tira de ses rêves. Elle ne comprenait pas pourquoi à cette heure du soir quelqu’un prenait la peine de la déranger. Allait-on encore la changer de cellule ? Ce serait étonnant, se dit-elle, rien ne m’est encore arrivé ici.

Les gonds grincèrent, et, par l’entrebâillement de la porte, Brenda put voir la silhouette si caractéristique d’un des gardes féminins du Zig. La casquette noire bien calé sur le crâne dissimulait à peine une couleur de cheveux plutôt inhabituelle, un blanc mâtiné d’un bleu ciel. Quand elle releva la tête, Brenda put reconnaître Bloody Kris. Celle-ci mit son doigt devant sa bouche, dans un signe de silence, et l’encouragea à la suivre par geste.

Dans le couloir, deux autres gardes attendaient, en surveillant les sorties. L’un d’eux redressa ses lunettes de soleil rondes qui avaient glissé le long de son nez, tandis que l’autre se débattait en tentant de refermer sa chemise, trop petite pour contenir son opulente poitrine.

- « Bad ? Zane ? » chuchota Brenda, de crainte de provoquer une émeute parmi les autres détenus.

Sans un mot, ceux-ci la conduisirent vers la sortie la plus proche. Une fois arrivés, Zane activa le bouton d’un interphone placé à gauche de la grille.

- « Qu’est-ce que c’est ? » demanda une grosse voix à travers le haut-parleur.
- « On escorte un prisonnier vers les quartiers des détenus spéciaux. Transfert de la cellule 91 au bloc de sécurité A4. » répondit le Mastermind.
- « Attendez, je vérifie … Okay, c’est bon. »

La grille s’ouvrit seule, faisant entendre un bourdonnement électrique. Le quatuor emprunta le passage et s’orienta plein Nord, totalement à l’opposé des quartiers haute sécurité des détenus spéciaux. Ils arrivèrent à un entrepôt de stockage de nourriture, y pénétrèrent, puis, dans un crépitement d’énergie, disparurent sans laisser de trace.

_________________
Jeux à terminer :

Cradle
Deponia Doosmday
Divinity Original Sin
Rage
The Elders Scroll : Skyrim

Prochaines acquisitions :

Darksiders 3
Divinity Original Sin 2
Ghost of a Tale (si jamais il sort)
South Park, l'Annale du Destin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Poulpe
Poulpe Fiction
avatar

Nombre de messages : 3588
Age : 39
Vigilant : Snow, Tigerwolf, Ogre Noir, Miss Victory et Waka
Date d'inscription : 26/10/2005

MessageSujet: Re: Brenda Smithson   Mer 20 Déc - 15:44

Paragon, dans le laboratoire de Michel Dupré, pendant que Brenda croupit en prison

- « Bon sang, c’est pas possible. Regardes-moi ça, Michel ! » fit Gabriel Sinclair à l’attention de son ami.
- « Au moins quatre centimètres de disparu ! »
- « Comment est-ce que ton armure pourrait disparaître, Gabe ? » questionna Ogre Noir.
- « Je ne saisis pas. Nous avions pourtant récupéré tous les morceaux ? »
- « Tout ce qui était sur les lieux de la mort de ce cambrioleur professionnel, mais piètre super-vilain. » souligna Dupré.
- « Et si on l’enfermait dans une zone hermétique ? » suggéra le colosse.
- « Cette armure est constituée de nano-machines, Alex. Si elles ne trouvent pas d’issues praticables, elles s’en feront une ! »
- « Bon sang, Gabe, mais d’où sors-tu cet engin ? »
- « C’était … une technologie expérimentale. »
- « Qui aurait dû le rester. » lui fit remarquer Michel. « Son IA se serait développé, d’après toi ? »
- « Je n’en sais rien. Si l’armure est composée de nano-machines, elle forme néanmoins un ensemble. Cependant, il a bien fallu … » Gabriel Sinclair suspendit ses paroles.
- « Il a fallu quoi ? » Ogre Noir lui intimait presque de continuer son laïus. Ce fut Michel Dupré qui reprit.
- « Mettre au point un programme qui permettait à l’armure de se reconstituer. Un programme suffisamment intelligent pour décider de l’endroit où elle se reconstituerait. Il fallait donc prendre en compte de multiples facteurs, comme par exemple l’endroit où se trouvait le plus gros de l’armure, le lieu où était le porteur de l’armure, la distance la plus économique, ce genre de paramètres, quoi. Mais depuis l’affaire Victor Larsen, Gabe et moi, on a commencé à avoir des doutes. »
- « De quel genre ? »
- « Nous nous demandions si l’armure ne décidait pas d’elle-même qui elle allait aider. »
- « Ce qui dénoterait une certaine forme d’intelligence artificielle qui se serait développé. » acheva Sinclair.
- « Y’a pas un moyen d’arrêter ça ? » demanda le tank.
- « Peut-être qu’un coup massif chargé d’énergie dérèglera le système ? » suggéra Michel.
- « Ca peut s’arranger. »
- « Non, ne … » coupa Sinclair.

Sans attendre la fin de la phrase de son mentor, Ogre Noir s’était élevé dans les airs, chargeant ses poings d’énergie, et les abattit sur l’armure, qui vola en éclat.

- « … fais pas ça. » finit Gabriel.
- « Pourquoi ? » demanda Michel.
- « Regardes. » Le mentor d’Ogre Noir prit un morceau de l’armure, qui s’effrita instantanément entre ses doigts.
- « Quoi ? »
- « Elle n’attendait que ça ! »
- « C’est-à-dire ? »
- « Elle peut désormais se reconstituer plus vite. »
- « Gabe, ton armure commence à me faire suer. » grogna Ogre Noir. « Il va falloir me donner plus d’informations. »
- « Que je le veuille ou non, l’armure s’est trouvé un nouveau propriétaire. »

_________________
Jeux à terminer :

Cradle
Deponia Doosmday
Divinity Original Sin
Rage
The Elders Scroll : Skyrim

Prochaines acquisitions :

Darksiders 3
Divinity Original Sin 2
Ghost of a Tale (si jamais il sort)
South Park, l'Annale du Destin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Poulpe
Poulpe Fiction
avatar

Nombre de messages : 3588
Age : 39
Vigilant : Snow, Tigerwolf, Ogre Noir, Miss Victory et Waka
Date d'inscription : 26/10/2005

MessageSujet: Re: Brenda Smithson   Mar 2 Jan - 15:45

Un article dans le Paragon Libre

C’est une évasion sans précédent qu’il y a eu hier soir, dans la prison de Ziggursky.

Brenda Smithson, la jeune femme accusée d’avoir trahi l’Arc et revendu du matériel de haute technicité de cette organisation, a été délivrée dans la soirée, sans qu’un coup de feu ou aucun heurt ne soit enregistré. On ignore encore comment les malfrats pouvaient connaître l’emplacement exact de sa cellule, ou bien la manière dont ils se sont servis pour entrer dans l’enceinte pénitentiaire de haute sécurité.

Plusieurs gardes ont été retrouvés en état d’hypothermie, et certains ont clairement indiqué avoir été vidé de leur énergie. La porte de la cellule n'a pas été forcée, bien que la clé soit encore sous scellé dans l’armoire du directeur de l’aile de la prison où était enfermé Miss Smithson.

La Direction n’a pas voulu se prononcer sur les circonstances étranges qui entourent cette évasion. Le mystère reste donc entier.


Un entrefilet dans le même journal, à la page ‘Sports et loisirs’

Une pêche miraculeuse.

Alors qu’Irvin Langley se livrait à son sport favori, taquiner le goujon, il eut la surprise de sortir de l’eau un fusil d’assaut de l’Arc de dernière génération, ainsi qu’une ceinture contenant pléthore de matériels divers.

M. Langley, retraité des télécommunications, a de suite été rendre sa pêche au bureau de l’Arc le plus près. Ces derniers ont entrepris des recherches pour savoir lequel de leurs agents jette ainsi l’argent du contribuable dans l’eau.


Un article dans le même journal, à la page ‘Notre ville’

Nous apprenons aujourd’hui le départ à la retraite du juge Gustav Blossomheart, après quarante années de services au barreau de Paragon.

Avocat débutant au cabinet Pompkin lors de son arrivée en ville, il a gravi les échelons de la hiérarchie lentement et sûrement, jusqu’à devenir juge pénal. Son goût immodéré pour la justice lui a valu parfois la qualification d’expéditif. Il critiquait ouvertement le manque de procédure lors des arrestations menées par les super-héros, et s’était attiré la malveillance de nombre de truands qu’il avait placé en prison.

Bien que candidat aux dernières élections, Gustav Blossomheart préfère désormais se retirer de la vie active, en invoquant des raisons de santé.

A la rédaction, certains pensent cependant que quelques accusés qui sont passés devant lui, notamment une super-héroïne à la mode féline, lui ont promis, selon les propres termes de mes confrères, « un coup de démonte-pneus dans la mâchoire », ce qui fait que Blossomheart ne sortait ces derniers temps qu’accompagné de son chauffeur.

_________________
Jeux à terminer :

Cradle
Deponia Doosmday
Divinity Original Sin
Rage
The Elders Scroll : Skyrim

Prochaines acquisitions :

Darksiders 3
Divinity Original Sin 2
Ghost of a Tale (si jamais il sort)
South Park, l'Annale du Destin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Poulpe
Poulpe Fiction
avatar

Nombre de messages : 3588
Age : 39
Vigilant : Snow, Tigerwolf, Ogre Noir, Miss Victory et Waka
Date d'inscription : 26/10/2005

MessageSujet: Re: Brenda Smithson   Mer 3 Jan - 13:33

- « Ca va, Brenda ? » demanda Bad Cat.
- « Ca va, ça va. » affirma l’interpellée.

Si l’évasion s’était déroulée exactement comme l’avait prévu Mister Zane, le retour sur les Insoumises avait donné lieu à une escarmouche avec les soldats de l’Arc. Ces derniers avaient bien entendu été surpris par l’apparition impromptue du Mastermind et de ses alliées, mais avaient réagi rapidement. Fort heureusement pour les vilains, moins promptement que Zane.

La Bulle de Force les avait repoussé jusqu’au coin de la rue, lui laissant le temps d’appeler sa fidèle armée de robots à la rescousse, tandis que Kris invoquait son golem de glace, et que Bad Cat se jetait sur le soldat le plus près pour le rosser copieusement.

Au cours de la bataille, l’un des soldats décocha une rafale en direction de Brenda. Celle-ci tomba à la renverse, probablement atteinte par une des balles. C’est à ce moment-là que Bad Cat, ayant vu la scène, avait interpellé sa comparse.

- « Tu es blessée ? » l’interrogea Kris, alors que son golem s’en prenait à un Dissipeur de l’Arc, soutenu par les tirs de laser des robots de Zane.
- « Je n’ai rien. »
- « Mais qu’est-ce que … »

Kris regardait le morceau d’armure technologique qui s’était formé à l’endroit précis où la balle aurait dû atteindre Brenda. C’était une coque métallique d’environ cinq millimètres d’épaisseur, de couleur bleu nuit. A en juger de la structure déjà apparente, l’armure était encore incomplète.

- « Je ne sais pas ce que c’est. On dirait que c’est la même matière que le morceau de métal que j’ai trouvé par accident. »
- « On en discutera plus tard. » Kris exhiba l’appareillage électronique de soin que Zane lui avait procuré, lui en donna une décharge, puis aida Brenda à se redresser.
- « Rendez-vous ! » fit soudain une Sentinelle.

Il avait surgi de nulle part, bouscula Kris et tenta de s’en prendre à Brenda. Celle-ci dressa le bras pour se protéger avant de voir qu’il était recouvert d’un autre morceau d’armure. Surpris, la Sentinelle recula. En quelques secondes, le corps entier de Brenda Smithson était recouvert d’une armure bleu nuit. Avant que le leader de l’Arc ait pu intervenir, une décharge d’énergie l’atteignit de flanc. Bloody Kris revenait à l’assaut, secondée par son golem de glace.

Comme par réflexe, Brenda orienta ses yeux, désormais camouflés derrière une visière sur laquelle apparaissait de nombreux symboles, dont une tête de mort qui clignotait, et un rayon sortit du masque de l’armure, frappant la Sentinelle en parfaite coordination avec l’attaque énergétique de Kris et le coup d’épée de glace du golem.

L’agent de l’Arc poussa un hurlement, se préparant sans doute à user de son pouvoir ultime, mais il fut interrompu par un coup de griffes venu de nulle part. Hacaga venait de faire son apparition au milieu de la bagarre, sûrement sur ordre de Kris. La Sentinelle vaincue, les autres soldats refluèrent pour soigner leurs blessés, tandis que Zane s’occupait de retenir les quelques vaillants qui voulaient continuer le combat.

- « Ca risque de prendre quelques minutes. » fit-il à l’adresse de Kris. Son regard s’attarda sur Brenda, couverte de son armure. « Que … ? » Il hésita un instant. « Repliez-vous, je les retiens. Je vous rejoindrais plus tard. »
- « Okay. Suis-nous, Brenda. »
- « J’arrive. »

Les trois femmes et la jeune fille quittèrent les lieux, écoutant le rire moqueur de Mister Zane qui devait faire battre en retraite les agents de l’Arc. Elles montèrent à bord d’un engin aéroporté d’Arachnos, aux commandes duquel s’installa Kris. La Dominatrice manipula l’appareil comme si elle en avait toujours eu l’habitude. Il s’éleva doucement du sol, puis monta à bonne hauteur. Kris le plaça en survol stationnaire, semblant attendre quelque chose. Un éclair de lumière inonda la cabine, et Zane apparut.

- « Je leur ai laissé les robots en souvenirs ! Ils vont douiller ! »
- « Bon sang, Brenda, d’où tu sors cette armure ? » demanda Bad Cat, sans se préoccuper de la réflexion de Zane.
- « J’en sais fichtre rien. On dirait que c’est le même métal que mon porte-bonheur. »
- « Ton … porte-bonheur ? »
- « Tu n’as pas remarqué ? » fit Kris. « Depuis qu’on l’a récupéré, il n’est rien arrivé de fâcheux à Brenda. »
- « Ah oui, tiens, maintenant que tu le dis … »
- « Rentrons, nous discuterons de la situation une fois à la base. Tu restes dîner avec nous, mon cœur ? » Kris s’adressait à Zane.
- « Avec joie. »

_________________
Jeux à terminer :

Cradle
Deponia Doosmday
Divinity Original Sin
Rage
The Elders Scroll : Skyrim

Prochaines acquisitions :

Darksiders 3
Divinity Original Sin 2
Ghost of a Tale (si jamais il sort)
South Park, l'Annale du Destin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Poulpe
Poulpe Fiction
avatar

Nombre de messages : 3588
Age : 39
Vigilant : Snow, Tigerwolf, Ogre Noir, Miss Victory et Waka
Date d'inscription : 26/10/2005

MessageSujet: Re: Brenda Smithson   Mer 3 Jan - 16:26

- « C’est comme je vous le dis. J’ai trouvé un morceau de métal qui m’est rentré dans le derrière quand on m’a changé de cellule, lors de mon séjour en prison, et j’ai remarqué que tant que je le tenais ou que je l’avais sur moi, je n’avais plus la poisse. »
- « Pas possible, ça ! » s’étonna Bad Cat. « Kris, Zane, vous avez une explication ? »

Bad Cat était assise dans un fauteuil, pendant que les autres se répartissaient dans les canapés, Zane à côté de Kris, Hacaga collée à Brenda. La petite Rôdeuse ne semblait pas vouloir lâcher sa Maman tout juste retrouvée.

- « Pas la moindre. » répondit Zane.
- « Peut-être, mais comme c’est tiré des souvenirs de Kinra, c’est un peu magique. »
- « Ce sera mieux que rien. Nous t’écoutons. » lui répondit Brenda.
- « Selon toute vraisemblance, tu es née sous un mauvais alignement d’étoiles. »
- « Ridicule. L’astrologie n’a rien de … » fit Bad Cat.
- « Et c’est une femme qui a récupéré des pouvoirs de vampires qui dit ça ? »
- « Euh … »

Bad Cat prit un air bête, surprise par la réalité de ce souvenir. Elle qui tenait ses pouvoirs d’un être que beaucoup considéraient comme chimérique, comment pouvait-elle mettre en doute des principes connus tels que la magie ?

- « Bon, je reprends. Cet alignement stellaire s’applique à ton corps et ton âme, Brenda. Il provoque autour de toi malheurs et circonstances malencontreuses. »
- « Comment cela marche t’il ? »
- « D’après les données et souvenirs de Kinra, il s’agit d’une modification substantielle de ton aura électromagnétique, comme un conflit entre l’aura de ton âme et celle de ton corps. Cela agit sur ton environnement immédiat, provoquant un effet aléatoire sur celui-ci. On en conclut que tu as la poisse. »
- « C’est rien de le dire. » ricana Bad Cat.
- « Le morceau d’armure que tu as trouvé, et l’armure en elle-même, assurément, annihile les effets de cette aura électromagnétique. Ce qui fait que tant que tu la portes, ou que tu te trouves dans son champ d’action, tu es une personne comme une autre. »
- « Voilà qui éclaircit la situation. » fit Brenda. « Mais si tu savais tout cela, pourquoi est-ce que tu ne me l’as pas dit plus tôt, qu’on puisse faire quelque chose pour moi ? »
- « Je te rappelle gentiment que j’ai hérité de Kinra une somme assez conséquente de savoirs divers et variés. Si je devais transcrire tout ce que j’ai appris, il me faudrait toute la vie. Je cherche donc en fonction de mon besoin du moment. Ta malchance n’était pas une priorité auparavant. »

Brenda soupira en regardant sa comparse, tout en caressant la tête d’Hacaga.

- « Ce qui me remet à ma place ! » Brenda avait pris un air ironique pour dire ça. « Zane, il y’a un danger immédiat avec l’armure ? » Pendant que les femmes discutaient, le Mastermind avait analysé l’armure avec de nombreux scanners.
- « Zéro côté radiation. Il y’a bien une source atomique qui alimente l’armure, mais aucune fuite à ce niveau. La technologie de contrôle utilisée est d’origine terrienne, donc tu ne devrais pas avoir de soucis pour prendre l’armure en main. Hacaga l’a reniflé de haut en bas sans rien trouver d’inquiétant, ce qui est bon signe aussi. Elle a un bon instinct pour ce genre de choses. En revanche, la composition de l’armure … »
- « Quoi ? »
- « Il s’agit d’une technologie utilisant des nano machines. Je dirais que l’armure s’est reconstituée à partir du morceau que tu avais, en rappelant à elle les différents morceaux épars à travers le monde. Comme tu étais en danger, ça a dû activer un mode d’urgence, d’où l’apparition surprise de l’armure au milieu du combat. Faudra que je questionne Zitch, à partir des données amassées par mes scanners. »
- « Tu ne peux pas avoir de réponses de suite ? » lui demanda Kris.
- « Je suis intelligent, mais mon champ de connaissances est dépassé par ce truc. Je vais faire un tour chez mon fournisseur de robot. » Zane se dirigea vers Kris, l’embrassa, puis disparut dans un crépitement d’énergie.

Les trois femmes et la jeune fille, elles, continuaient d’observer l’armure en silence.

_________________
Jeux à terminer :

Cradle
Deponia Doosmday
Divinity Original Sin
Rage
The Elders Scroll : Skyrim

Prochaines acquisitions :

Darksiders 3
Divinity Original Sin 2
Ghost of a Tale (si jamais il sort)
South Park, l'Annale du Destin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Poulpe
Poulpe Fiction
avatar

Nombre de messages : 3588
Age : 39
Vigilant : Snow, Tigerwolf, Ogre Noir, Miss Victory et Waka
Date d'inscription : 26/10/2005

MessageSujet: Re: Brenda Smithson   Jeu 4 Jan - 17:38

La vie est décidément étrange. Un mois à peine auparavant, Brenda Smithson n’aurait jamais imaginé braquer une banque pour son profit personnel. Cependant, à cet instant, c’était bien ce qu’elle faisait.

- « Bon sang, mais qui c’est ? » questionna un des agents de sécurité de la banque. Ils n’étaient plus que trois, cachés derrière un mur.
- « C’est Peur Nocturne, j’en ai entendu parler. Une nouvelle super-vilaine ! » répondit son collègue.
- « Mais qu’est-ce qui se passe ? Je me sens tout drôle. » Le troisième s’épongeait le front avec son mouchoir.
- « Elle nous a contaminé. Il faut s’en débarrasser ! »

Ils entendirent ensuite un bruit d’explosion. La porte de la chambre forte venait sans doute de céder sous les attaques irradiantes. Maintenant, les agents n’entendaient plus qu’une voix qui chantait « Money, money, money. » sur un ton enjoué. Ils bondirent dans le couloir, portant toujours les stigmates de la contamination dont ils étaient victimes.

Peur Nocturne tourna la visière de son casque vers eux, et un rayon en sortit pour venir frapper le premier garde, qui s’écroula instantanément. Les autres refluèrent, toujours atteint par la contamination. La femme en armure attendit quelques secondes, afin de voir si les deux agents restants revenaient à l’assaut, puis, ne voyant rien bouger, recommença à se servir dans le coffre en chantant.

De l’autre côté de la banque, près de la porte d’entrée, Bad Cat semblait suspicieuse, et son air intriguait Bloody Kris.

- « Un souci, Bad ? »
- « Elle a voulu braquer une banque ? Seule ? Alors qu’elle s’est toujours montrée si … si … »
- « Proche de l’Arc ? »
- « Oui. »
- « A mon avis, elle a eu le trop plein. Elle faisait confiance à l’Arc, et tu as vu le résultat : ils l’ont laissé choir comme une pestiférée. »
- « Ouais. Pas cool de leur part, ça. »
- « Mais bien pour nous. Tu sais, j’ai toujours eu l’impression que Brenda n’est resté avec nous que pour nous garder à l’œil, qu’elle n’a jamais vraiment été notre alliée. Maintenant, je suis sûre qu’elle est de notre côté. Arachnos a gagné une sacrée recrue ! »
- « Qui a la poisse quand son armure n’est pas dans le coin ! »
- « En parlant de son armure, regarde ça. »

Kris mit la main dans sa ceinture, puis en extirpa un bout de papier. C’était une coupure d’un journal des Insoumises, sur laquelle on pouvait voir la photo d’un super-vilain. En gros titre dans la manchette, on pouvait lire « Fleur de Mort n’est plus ». Bad Cat s’empara du bout de papier et commença à le défroisser pour le lire. Elle contempla la photo, qui représentait un individu en armure. La Brute reconnut aussitôt l'armure que portait en ce moment Brenda.

« Le super-vilain Fleur de Mort a été retrouvé mort hier, lors d’un braquage de banque qui a semble-t’il mal tourné. Sa véritable identité serait Victor Larsen, un cambrioleur à la petite semaine, qui aurait réussi un coup d’éclat en dérobant l’armure au premier Fleur de Mort, super-héros aujourd’hui retraité. Il ne reste aucune trace du ou des super-héros -ou autres- ayant procédé à l’arrestation. La Police n’exclut pas l’hypothèse d’un règlement de comptes entre super-vilains. L’armure a été rendue à son propriétaire d’origine qui a décidé de la mettre bien à l’abri des regards indiscrets. »

- « Bien à l’abri ? Alors comment se fait-il que Brenda l’ait retrouvé ? »
- « Tu te rappelles ce que Zane nous a dit quand il est revenu de chez son fournisseur high-tech ? Cette armure est composée de nano-machines qui forment maintenant une sorte d’intelligence collective. »
- « A vrai dire, j’ai pas tout compris. »
- « Chaque nano-machine a sa propre identité, sa propre intelligence. Regroupée ensemble, elles ont une intelligence de groupe. Bien plus élevée que la tienne, à ce qu’il me semble ! »
- « Grrrr ! »
- « Couchée, minette ! Zane et moi, nous en avons tiré l’hypothèse suivante : l’armure s’est ménagée une ‘issue de secours’ en laissant un petit amas de nano-machines derrière elle, quand Fleur de Mort est sorti de prison. Quand l’armure s’est vue de nouveau inutilisée, l’amas en question a commencé à rappeler les morceaux vers lui, afin de reconstituer l’armure. D’après Zane, ça se faisait très lentement, parce que personne n’avait encore trouvé le morceau de métal. Quand Brenda a mis la main dessus, ça a dû activer un mode d’urgence. »
- « J‘pige que dalle, si ce n’est que tu es en train de me dire que ce machin est vivant. »
- « Mais non, l’armure n’est pas vivante. Elle se préserve simplement de l’inactivité. Probablement, et là encore c’est une théorie de Zane, que l’ancien propriétaire avait retiré la source d’alimentation initiale de l’armure, et que celle-ci, ayant développé une certaine intelligence artificielle, s’est arrangé, une fois réalimentée, d’empêcher toute nouvelle coupure. »
- « Je comprends rien. »
- « Imagines que tu es une machine, et que tu n’as qu’une source d’énergie, mais une légère intelligence. On te coupe les vivres. Tu restes inactive pendant un certain temps, puis, tout à coup, on te redonne de l’énergie. Qu’est-ce que tu fais alors ? »
- « Ben, euh … »
- « Tu t’arranges pour qu’il n’y ait pas de prochaine fois. »
- « Ah, okay. »

Bad Cat oscillait de la tête, ce qui était un signe qu’elle avait enfin compris.

- « Ce qui veut donc dire que la source d’énergie des nano-machines doit désormais disposer d’un système qui empêche quiconque de la désactiver. » Kris reprenait ses explications.
- « Donc l’armure se défend contre toute tentative de retrait de la source d’énergie. »
- « Exact. »
- « Brenda est au courant ? »
- « On en a parlé avant qu’elle n’aille vider le coffre. Je lui ai montré l’article de journal. »
- « Qu’en pense t’elle ? »
- « La même chose que moi. Il doit manquer un petit bout d’armure qui traîne quelque part, au cas où Brenda se ferait attraper. »
- « Charmant. On ne peut même pas faire confiance à une armure. »

Bad Cat avait un petit tic étrange, un nerf de son visage tressautait parfois, quand elle pensait à quelque chose en particulier, l’obligeant à froncer les ailes de son nez. Elle renifla, se passa la main sur le front, puis regarda Bloody Kris droit dans les yeux. Elle avait apparemment réussi à donner forme à sa question.

- « Mais d’où sort ce truc ? »
- « Bonne question. Zane est parti se renseigner. Il doit être en train de fouiller dans une base de l’Arc, actuellement, en compagnie d’Hacaga. J’ai tenu à ce qu’elle l’accompagne. »
- « Pourquoi ? »
- « Elle est plus discrète que lui, et je ne tiens aucunement à faire savoir à l’Arc que c’est nous qui avons l’armure de Fleur de Mort. »
- « Bonne idée. Zane a tendance à être un peu … comment dire ? Disons qu’il passe difficilement inaperçu ! »
- « Ca fait tout son charme ! » souria Kris.

_________________
Jeux à terminer :

Cradle
Deponia Doosmday
Divinity Original Sin
Rage
The Elders Scroll : Skyrim

Prochaines acquisitions :

Darksiders 3
Divinity Original Sin 2
Ghost of a Tale (si jamais il sort)
South Park, l'Annale du Destin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Poulpe
Poulpe Fiction
avatar

Nombre de messages : 3588
Age : 39
Vigilant : Snow, Tigerwolf, Ogre Noir, Miss Victory et Waka
Date d'inscription : 26/10/2005

MessageSujet: Re: Brenda Smithson   Mer 26 Sep - 17:13

- « Et bien, il ne t’a pas raté, Brenda ! »

L’armure de Peur Nocturne était assise, vide, dans le canapé, pendant que sa propriétaire, Brenda Smithson, en compagnie de Bad Cat, la regardait se recomposer. La structure en était fissurée de la tête jusqu’à la taille, suite à un choc violent, mais elle se restaurait elle-même, petit à petit. Bloody Kris entra dans la salle commune de la base, et vint près des deux femmes. Elle avait revêtu une tenue de ville marron, et des lunettes noires. Elle ôta ces dernières à leur approche.

- « Vous allez rester longtemps plantées comme ça, toutes les deux ? »
- « Moi, oui. » répondit Brenda. « Plus de sorties jusqu’à ce que l’armure se soit auto-réparée. »
- « Que s’est-il passé ? »
- « Brenda a rencontré un homme qui lui a fait du rentre-dedans ! Ha, ha ! » Brenda avait un large sourire compatissant, pendant que Kris soupirait d’insatisfaction, face à cette réponse.
- « Et sans les sous-entendus graveleux de Bad Cat, ça donne quoi ? »
- « J’ai été à Siren’s Call pour chercher quelques infos sur les Shivans, quand je suis tombée nez à nez avec un colosse monstrueux. Je ne sais pas pourquoi, mais il m’a sauté dessus sans raison. »
- « Les héros ont toujours une raison pour nous passer à tabac, Brenda. »
- « En particulier quand l’armure appartenait à son mentor. » ajouta Zane, qui venait de sortir de la salle de bain.

Le jeune homme portait juste son pantalon de cuir et un tee-shirt sans manche de couleur bleu pastel. Il continuait de frotter ses cheveux avec une serviette-éponge de couleur blanche, sur laquelle était écrit « Grand Hôtel du Golden Gizeh ». Il s’agissait, comme Brenda l’avait une fois fait remarquer, d’un souvenir d’une nuit crapuleuse que le jeune couple avait passé dans le casino. Zane, ayant fini de se ressuyer, passa la serviette autour de son cou, et reprit ses explications.

- « D’après une source sûre, cette armure a été volée par un certain Victor Larsen, qui s’est ensuite fait appelé Fleur de Mort. A ce moment-là, il y avait déjà un super-héros qui courait après l’armure. Ce dernier doit savoir que tu l’as retrouvée, et il doit parcourir les zones de conflit pour en retrouver la trace. »
- « Quel super-héros ? »
- « Un certain Ogre Noir. »
- « On dirait que ta malchance est de retour, Bren, sous une autre forme. » lui dit Kris, un sourire triste sur le visage. « J’ai rencontré une fois l’individu, et je peux t’assurer qu’une seule fois suffit. »
- « Effectivement. » approuva celle-ci. Ancien membre de l’Arc, elle en avait entendu parler.
- « Qu’est-ce qu’il a de spécial ? » demanda Bad Cat.
- « Ce mec est un danger public. Il se fiche complètement des droits de ses victimes. » répondit Brenda.
- « Ce n’est pas très super héroïque, ça. »
- « Il s’en moque, d’après mes sources. » fit Zane. « Tout ce qui est maléfique et qui s’oppose à lui périt, point. »
- « Bad, il ne faut pas voir chaque camp de façon manichéenne. » expliqua Kris. « Rien n’est tout blanc ou tout noir. Nous avons des gens, sur les Insoumises, qui sont des méchants ‘tempérés’, et d’autres qui sont de pures ordures. »
- « C’est pareil chez les héros. Ils ont les modèles à suivre, et quelques spécimens qui se conduisent encore pire que nos ordures à nous. »

Le silence s’installa, afin de laisser le temps à Bad Cat de digérer l’information. Seul un petit crépitement, à peine audible, se faisait entendre, provenant de l’armure dont la structure se réparait. On pouvait voir la déformation causée par l’impact initial se résorber. Brenda s’assied à côté.

- « Bon, admettons. Ce gars-là veut l’armure. Voire même la détruire vu le coup qu’il m’a porté. Cependant, il est hors de question que je lui cède. J’en ai besoin. Cette armure, c’est mon porte-bonheur à moi. »
- « Et maintenant, c’est même ton gagne-pain ! » ajouta Kris, ricanant.
- « Exact. »
- « Que vas-tu faire ? »
- « Eviter les zones où se balade le grand monsieur, tout bêtement. »
- « Tout de même, tant de bruit pour un simple armure. » fit Bad Cat.
- « Ce n’est pas qu’une ‘simple armure’, Bad. Tout ce système est incroyablement avancé. »
- « Bien trop, surtout compte tenu de l’époque où elle est apparue pour la première fois. » fit Zane.
- « Ah bon ? »
- « Oui. Cet attirail ultramoderne a déjà presque trente ans, Bad. C’était la fin des seventies, à l’époque où elle a été conçue. »
- « La technologie de l’époque ne prenait pas une telle forme. J’imagine que le voleur de l’armure l’a fait moderniser, mais sans rien changer au concept initial. »
- « Du bel ouvrage, vraiment. » fit Brenda, passant la main sur le casque, dont les fissures disparaissaient progressivement. « Dis donc, Zane, tu n’aurais pas un plan génial pour que j’évite de me faire tabasser ? »
- « Rendre l’armure ? »
- « Inutile. J’en garde toujours un morceau, » fit Brenda, en désignant un joli collier, dont le pendentif était constitué d’un éclat de métal bleuté, « aussi l’armure se reconstituerait d’elle-même autour de moi. »
- « Je sais, c’était une plaisanterie. »
- « Peut-on envisager d’en faire une copie, de leur donner, en leur faisant croire que c’est l’original ? »
- « Il y’a peu de chances que ça fonctionne. Celui qui s’est servi de l’armure pour jouer les justiciers doit la connaître par cœur. Le subterfuge ne fera pas long feu. »
- « Je pensais à une copie conforme, Zane. Ton fournisseur de robot ne pourrait pas faire ça ? »
- « Pas à ma connaissance. »
- « Il fait pourtant des clones absolument parfaits. » objecta Bad Cat, jetant un regard en biais vers le canapé, ou Kinra s’était assise pour lire un livre, à côté d’Hacaga qui regardait la télévision.
- « L’ensemble de l’armure est composée de nano machines. Les reproduire n’est pas infaisable, je le reconnais. Le seul inconvénient, et il est majeur, c’est que Zitch n’a aucune idée de la matière dont elles sont composée. »
- « Pardon ? »
- « Lui pas savoir de quoi armure être faite. Toi comprendre ? » fit ironiquement Kris.
- « Gnagnagna ! »
- « Alors, il ne me reste plus qu’à trouver la composition initiale de l’armure. » clôtura Brenda.

Deux jours plus tard, dans une base du Conseil

- « Et pan ! » fit Peur Nocturne, avec ses doigts formant un revolver.

La boule d’énergie atomique percuta de plein fouet le dernier soldat, qui s’effondra en s’appuyant sur le mur. Bad Cat était pliée en deux de rire, suite au manège que venait de faire sa comparse. Cette dernière avait tellement irradié son adversaire qu’aucun coup ne l’avait atteint, et elle avait émaillé chaque attaque d’un petit commentaire peu flatteur, tel que « presque » ou « ce n’est pas encore tout à fait ça ». Après un « tu progresses, alors on va arrêter là pour aujourd’hui », elle l’avait achevé.

- « Ho, bon sang, je crois bien que j’ai fait des gouttes dans la culotte ! »
- « Je me passe des détails, Bad. »
- « C’est de ta faute, aussi. Tu avais l’air tellement sérieuse à chaque fois que tu lui infligeais tes remarques, et lui semblait si en colère … Hi, hi, hi ! »
- « Ravie que ça t’ait plu. »
- « Que cherche t’on ? »
- « Des données sur les anciens super-héros. Ils aiment bien ça, ces militaires. Ils gardent toujours plus d’archives qu’ils ne peuvent en stocker. »
- « Quoi ? Mais ça va prendre des jours pour tout retrouver ! »
- « Idiote ! Les données sont informatisées, maintenant. Il suffit de faire une copie du disque de l’ordinateur principal, c’est tout. »
- « Ah. »

Peur Nocturne se rendit près du gros ordinateur du conseil, et entreprit d’en extraire les données. Pendant ce temps, Bad Cat cherchait quelque chose.

- « Tu as perdu un truc, Bad ? » lui demanda Brenda, qui la surveillait du coin de l’œil.
- « Non, non, je cherche de l’essence pour mettre le feu. »
- « Pourquoi faire ? »
- « Ben, pour effacer toute trace de notre passage. »
- « Méthode barbare. »
- « Hé, ho ! Tu penses pouvoir faire mieux ? »
- « Tout à fait. Alors, calmos, et assure-toi plutôt qu’ils n’envoient pas de renforts. »
- « J’en ai marre. Toi et Kris, vous me traitez comme une gamine ! C’est pas juste. »
- « Tu t’es écoutée, là ? On dirait une ado qui fait un caprice ! »
- « Beuh … »
- « Je vais te montrer le summum dans l’art et la manière d’ennuyer les gens, je te le promets. »

L’ordinateur tinta, et, éjecté par le système, un disque sortit du pupitre. Peur Nocturne s’en empara et le glissa dans la sacoche de son armure, un emplacement où elle pouvait dissimuler quelques affaires. Elle se leva, et se rendit, en suivant son GPS, au centre de la base du Conseil, suivie par Bad Cat. La super-vilaine en armure s’arrêta au milieu du passage.

- « En plein milieu, parfait. Réglage de l’IEM, de manière à ce que toute la superficie soit couverte. »
- « Tu fais quoi, exactement ? »
- « Tu as des appareillages électroniques sur toi, Bad ? »
- « Euh ? Non, à part ma montre. »
- « Elle coûte cher ? »
- « Tu plaisantes, c’est une bricole que j’ai eu dans un machin à tirettes. »
- « Tant mieux. »

Elle tapota quelques instructions sur son bracelet, et Bad Cat sentit l’onde de choc se propager tout autour de sa comparse. Celle-ci attendit quelques secondes, en lisant les instructions qui défilaient sur le petit écran LCD au dessus des boutons de contrôle de certaines fonctionnalités de son armure.

- « IEM complète. Parfait. »
- « C’est quoi, ça, une IEM ? »
- « Regarde ta montre, Bad. »

Celle-ci obéit. La montre à quartz n’affichait plus rien. La Brute secoua son poignet, comme pour la faire repartir, mais elle restait absolument muette.

- « Qu’est-ce que …. »
- « Impulsion Electro Magnétique. IEM. C’est un principe qui découle de la bombe atomique. L’explosion de la bombe génère une impulsion qui endommage définitivement tous les circuits électroniques, de la simple montre aux ordinateurs les plus complexes. Rien n’y échappe. »
- « Ton armure a dû souffrir. »
- « Pouvant générer une IEM, tu penses bien qu’elle en est protégé. »
- « Et si les gars du Conseil avaient fait pareil avec leurs ordinateurs ? »
- « Nous sommes ici dans un bunker, enterré profondément pour éviter de tels problèmes. Ils n’ont donc rien prévu pour une explosion IEM, puisque celle-ci devrait venir du dehors, pas de l’intérieur. »
- « Ah ouais, logique. »
- « Rentrons. J’ai un gros travail de recherche à faire, maintenant. »
- « Hé ! »
- « Quoi ? »
- « Tu me dois une montre ! »

_________________
Jeux à terminer :

Cradle
Deponia Doosmday
Divinity Original Sin
Rage
The Elders Scroll : Skyrim

Prochaines acquisitions :

Darksiders 3
Divinity Original Sin 2
Ghost of a Tale (si jamais il sort)
South Park, l'Annale du Destin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Poulpe
Poulpe Fiction
avatar

Nombre de messages : 3588
Age : 39
Vigilant : Snow, Tigerwolf, Ogre Noir, Miss Victory et Waka
Date d'inscription : 26/10/2005

MessageSujet: Re: Brenda Smithson   Mer 3 Oct - 17:25

Après l’attaque contre le Conseil, elles étaient rentrées, ensemble, dans la base qu’elles occupaient avec Bloody Kris, Mister Zane, Kinra et Hacaga. En l’absence de ces derniers, les pièces faisaient échos de leurs pas. Pendant que Brenda jetait le disque dur dans le canapé et grimpait à l’étage, pour s’emparer de l’ordinateur de Zane, Bad Cat commença à se dévêtir pour aller prendre une douche. La Brute avait une fâcheuse tendance à se montrer en sous-vêtements, ce que le Mastermind ne trouvait pas déplaisant, mais qu’il esquivait soigneusement, craignant la crise de jalousie de sa concubine. Les affaires de Bad Cat s’éparpillèrent au sol, alors qu’elle entrait dans la salle d’eau.

Pendant ce temps, Brenda redescendit de l’étage, tenant à la main droite une pochette noire, par la poignée. Elle la posa sur la table basse du salon, en sortit un ordinateur compact et un câble d’alimentation, puis débrancha la télévision pour installer le cordon du PC à la place. L’appareil émit un tintement sonore, tandis qu’une image apparaissait sur l’écran. La femme chercha ensuite dans le canapé, pour rattraper le disque qui s’était glissé entre deux coussins, et, voyant que les connections étaient dissemblables, mit la main dans la pochette, pour y trouver un adaptateur. En même temps qu’elle l’en sortait, elle tira une carte de visite frappée d’un Z noir magistral, avec un petit dessin stylisé représentant Mister Zane.

- « Je t’y prends, coquine ! » se lisait dans un phylactère partant de la bouche du personnage dessiné.

Brenda eut un sourire. Zane avait apparemment remarqué que la Corruptrice lui empruntait régulièrement son appareil, et le Mastermind, qui se comportait souvent de manière juvénile, avait glissé à son intention, dans la sacoche, un petit billet pour lui montrer qu’il avait noté qu’elle s’en servait. Un bip sonore indiqua que l’engin avait fini de charger l’OS, et se tenait prêt à être utilisé. Elle adorait l’ergonomie et la praticité de cet appareil, sans compter que les logiciels installés étaient d’un tout autre niveau que ceux dont elle avait l’habitude de se servir. Une fois avait suffi pour qu’elle devienne accro à cette technologie.

Elle prenait souvent l’ordinateur du Mastermind pour établir des statistiques de son armure, améliorer celle-ci avec des gadgets de son invention, qu’elle soumettait à certains programmes inclus pour en déterminer la viabilité. Elle combinait ensuite cela avec ses propres pouvoirs, et proposait régulièrement à ses amies des systèmes de son invention, destinés à augmenter leur potentiel. N’y voyant aucune menace, celles-ci acceptaient souvent volontiers.

Elle plaça l’adaptateur sur l’appareil, puis brancha le disque dur. Elle lança ensuite un programme de décryptage, espérant que l’ordinateur serait assez puissant pour le permettre, sous peine de quoi il lui faudrait demander à Zane de la conduire chez son ami extraterrestre, qui disposait d’engins bien plus puissants et performants que celui-ci, surclassant pourtant nombre d’appareils trafiqués en vente sur les Insoumises. Heureusement, le logiciel y parvint, et lança le déchiffrage des données. Profitant de cela, Brenda se leva et se rendit en cuisine, pour prendre quelque chose à boire.

Quand elle revint, des milliers de chiffres s’affichaient sur l’écran, conséquence du travail demandé. Brenda s’installa dans le canapé, décapsula son Cola sans sucre, attrapa une revue sur la table basse et commença à lire. Elle entamait un article très intéressant sur les travaux de rénovation du Golden Gizeh quand Bad Cat sortit de la salle de bain, à moitié nue.

- « Va t’habiller, s’il te plait. »
- « Oui, oui, je vais le faire. »
- « Arrête de tenter d’allumer Zane, aussi. Je croyais que tu avais un copain attitré, maintenant ? Ce mutant, là, Blue Howler. »
- « Jack ? Oui, c’est vrai, c’est un bon coup. Quand à dire que c’est mon fiancé, c’est une autre paire de manches. »
- « Tu sais, tu commences à prendre de l’âge, ma belle, il faudrait peut-être penser à te fixer. »
- « Les engagements durables, ce n’est pas mon truc. » Pendant qu’elles discutaient, Bad Cat avait ramassé son pantalon et son haut moulant, et fixait son soutien-gorge. « Et ça te va bien, à toi, de faire la morale, alors que tu n’as pas d’homme dans ta vie. »
- « Ca, tu n’en sais rien. »
- « Tu passes l’essentiel de ton temps, quand tu ne braques pas les banques, dans la base, à t’occuper de Kinra et d’Hacaga, et, accessoirement, de moi. Tu ne penses pas que tu devrais envisager aussi le mariage ? »

Cela peinait Brenda, mais elle devait bien reconnaître que Bad Cat n’avait pas tort. Elle se contenta de soupirer, pendant que la Brute s’affalait dans le canapé, à côté d’elle, pour mieux enfiler son pantalon, rentrant un peu son ventre pour pouvoir refermer le bouton. Bad Cat soupira en relâchant son abdomen.

- « Enceinte ? » demanda Brenda.
- « Ca va bien, la tête ? » Elle paraissait profondément offusquée. La Corruptrice leva un sourcil.
- « Alors, je te conseille un régime ! »
- « Tu te venges de ce que je t’ai dit, c’est ça ? »
- « Tu as vu les efforts monstrueux que tu as fait pour enfiler ce pantalon ? »
- « C’est parce qu’il n’est pas à moi ! »
- « Ah, bon ? Il est à qui, alors ? Mais ? C’est l’un des miens ! »
- « Oui, je n’en avais plus de propre, alors je te l’ai taxé ! »
- « Mais retire-le, tu es en train de me le déformer avec ton gros … »

Un bip sonore couvrit le dernier mot de la phrase de Brenda. Pendant qu’elle lisait le résumé de la machine, en pestant après Bad Cat, la Brute se leva, sans obéir à l’injonction de sa comparse, préférant aller chercher une boisson fraîche dans la cuisine.

- « Huit mille pages de texte. » conclut Brenda.
- « Et bien, tu n’as pas fini de lire ! » fit la voix lointaine de l’autre femme.
- « Je vais lancer un autre logiciel, après avoir sauvegardé le texte décrypté, c’est tout. » Elle joignit le geste à la parole.
- « Un autre programme ? Que fait-il, celui-là ? » demanda Bad Cat, en revenant de la cuisine.
- « On détermine un mot-clé, qu’il doit retrouver dans le texte, et il te sort les articles qui en parlent le plus. Après, il établit des liens hypertexte avec d’autres mots-clés qui, eux aussi, reviennent fréquemment. Par exemple des noms de personnes, ou un mot bien particulier. »
- « Je ne comprends rien à ce que tu me racontes. »
- « En gros, la machine va me faire un tri pour que je n’ai plus qu’à suivre les indices, c’est tout. »
- « Ah, c’est pour ça, alors, que Zane y arrive aussi bien. »
- « Il y’a de ça, c’est vrai. Mais il y’a aussi le cerveau du bonhomme. Mère Nature ne l’a pas oublié, de ce côté-là. »
- « Plus bas non plus, d’après ce que j’ai pu tirer de Kris. »
- « Il a fallu que tu lui demandes les mesures. » soupira Brenda. « Tu n’as donc aucune tenue ? Aucun savoir-vivre ? Aucun tact ? »
- « Il faut croire que non. » Bad Cat regarda l’écran. « Mot-clé initial, Fleur de Mort ? »
- « Le surnom des anciens propriétaires de l’armure. J’ai aussi lancé une recherche sur Victor Larsen, en sous-directives, et j’ai placé quelques mots particuliers pour obtenir plus d’informations. »
- « Quel genre de mots ? »
- « Nano machines, radiations, source atomique. Tout ce qui pouvait avoir trait à l’armure, quoi. »

L’ordinateur, de nouveau, affichait sur son écran bleuté des dizaines de milliers de chiffres, qui défilaient à toute allure. Brenda referma l’écran, puis se leva en disant qu’une douche lui ferait du bien aussi. Bad Cat annonça qu’elle sortait passer un appel. En quittant la salle d’eau, Brenda alla directement ouvrir le portable, pour voir la progression des travaux. L’ordinateur avait terminé son office, et un article de presse s’affichait à l’écran. Plusieurs mots étaient soulignés, indiquant une quelconque référence vers un autre article, qui pouvait être intéressant aussi. Bad Cat rentra dans la base.

- « Ca donne quoi ? »
- « Un article sur Fleur de Mort, qui annonce sa retraite. »
- « Il n’est pas déjà mort ? »
- « Non, Bad Cat, le premier Fleur de Mort. Le super-héros. »
- « Ah. »
- « Voyons voir, il est dit ici qu’il se retire de la vie active, pour cause d’ennuis de santé. Oui, si l’armure a trente ans, on en était aux balbutiements du nucléaire, surtout portatif. Probablement qu’il y avait quelques fuites radioactives. »
- « Aïe ! »
- « Il n’y en a plus, tête de linotte. Le second Fleur de Mort, le voleur de l’armure, a du payer cuir et poil pour la faire sécuriser. On a fait de gros progrès, depuis Positron. De toute façon, Zane aurait détecté la moindre fuite, et, dans ce cas là, l’armure finissait dans un caisson anti-radiations, je te l’assure. »
- « Je me sens mieux. » Bad Cat détestait ce qui était invisible et vous sapait insidieusement. Elle préférait un bon coup de poing dans la face, dont les dégâts étaient visibles de suite.
- « Pas de noms. Si Zane avait bien voulu nous donner l’identité du premier Fleur de Mort directement, au lieu de nous laisser mijoter … » grogna Brenda.
- « Je n’ai pas bien compris. D’après ce qu’il a dit, ça nous mettrait en danger de le savoir ? »
- « Rappelle-toi du grand costaud qui m’a cogné. D’après Zane, c’est le disciple du premier Fleur de Mort. Il doit craindre que nous ne tentions quelque chose contre le vieillard qui, le premier, a porté cette armure, ce qui déclencherait des hostilités immédiates. Et j’en ai assez entendu sur la réputation de cet Ogre Noir pour ne pas avoir envie de l’avoir une nouvelle fois en face. »
- « Bon, cherchons autre chose, alors. »
- « Tiens, un raccourci intéressant. »
- « Quoi donc ? »
- « Lis cet article. »
- « Attends voir. »

Depuis que Brenda avait entrepris d’apprendre à Bad Cat à lire et à écrire, la Brute avait considérablement progressé. Elle commença par lire le titre du sujet, avant de s’attaquer au corps du texte, se penchant en avant pour mieux lire sur l’écran. Elle vit une photo en noir et blanc, représentant une dizaine de personnes, tous jeunes.


Citation :
UN METAL DEVOREUR DE RADIATIONS

Une théorie française, sans précédent, laisserait supposer l’existence d’un tel matériau, écrit Jack Willman, notre envoyé spécial à Paris, France.

Il a aussi pu rencontrer l’équipe française responsable des recherches (notre photo), qui comprend plusieurs sommités dans le domaine des technologies nouvelles, notamment l’ingénieur Michel Dupré, la biologiste Karine Vantou, l’expert en radioactivité William Sander. Il a aussi noté la présence de plusieurs noms issus de la nouvelle vague de scientifiques résolument modernes, tels que Josiane Longueau, diplômée d’Harvard en ingénierie atomique, et Gabriel Sinclair, de Polytechnique, un spécialiste des robots moléculaires, une nouvelle science baptisée nanotechnologie.

Les plus grands experts américains des phénomènes nucléaires ont émis un doute quand à la probabilité d’existence d’un tel matériau, mais ont tous souligné qu’une telle trouvaille ne serait pas superflue, bien que la plupart paraissaient sceptiques.

En suivant les études du regretté professeur Marchand, l’équipe française base ses recherches sur la possibilité de créer « un métal de nouvelle génération, en constante évolution, absorbant les particules radioactives pour se compléter ». Comme l’a écrit notre envoyé spécial, ils semblent optimistes et ont apparemment des raisons de croire que leur projet est voué à la réussite.


- « Tu trouves que c’est une bonne piste ? »
- « Ma chère, je dispose actuellement d’une armure qui se nourrit de radiations pour fonctionner. Cet article lui colle on ne peut plus. »
- « Ca ne dit pas où chercher. Tes savants, là, ils sont peut-être mort depuis belle lurette ! »
- « Ce ne sont pas les savants qui m’intéresse, c’est le résultat de leurs recherches. »
- « Et comment vas-tu les trouver, miss Je-Sais-Tout ? Tu penses que le gouvernement français va te les donner comme ça ? »
- « Voilà ce que je t’expliquais tout à l’heure, concernant Zane. Il ne s’arrêtera pas à l’article, lui. En lisant cela, je suis sûr qu’il aurait déjà imaginé une ou plusieurs hypothèses. »
- « Laisse-moi deviner, tu en as une en poche ? »
- « Exact. »
- « Et je peux savoir laquelle ? »
- « Tu ne connaîtrais pas, par hasard, une société qui s’accapare beaucoup de recherches ? »

_________________
Jeux à terminer :

Cradle
Deponia Doosmday
Divinity Original Sin
Rage
The Elders Scroll : Skyrim

Prochaines acquisitions :

Darksiders 3
Divinity Original Sin 2
Ghost of a Tale (si jamais il sort)
South Park, l'Annale du Destin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Poulpe
Poulpe Fiction
avatar

Nombre de messages : 3588
Age : 39
Vigilant : Snow, Tigerwolf, Ogre Noir, Miss Victory et Waka
Date d'inscription : 26/10/2005

MessageSujet: Re: Brenda Smithson   Ven 5 Oct - 16:21

Le soleil était couché depuis longtemps sur l’Archipel des Nerva, plongeant les îles dans une obscurité malsaine et malveillante, quand un bruit incongru se fit entendre, suivi d’une expression de colère.

SPROTCH

- « Ah, flûte, j’ai marché dedans ! »
- « Comme l’on m’en faisait la remarque, il y’a quelques temps, tu le fais exprès ou quoi, Bad ? »
- « On n’y voit rien, dans ce trou ! »
- « Arrête de hurler, je te prie. Tu nous as déjà fait repérer, ce n’est pas la peine de continuer ! »
- « Désolée. »
- « Va te ressuyer les pieds dans l’herbe. »

Pendant que sa comparse obéissait, bon gré, mal gré, Brenda, dans son armure de Peur Nocturne, approchait des immeubles de haute stature, sur lesquels un panneau indiquait les propriétaires de l’endroit.

- « Crey’s Industries, visites à tout heure du jour et de la nuit ! » plaisanta t’elle.
- « Voilà, c’est bon. »
- « Ca t’arrive régulièrement, ce genre de bévues ? »
- « Moins qu’à toi, quand ta malchance était à son apogée ! » riposta Bad Cat, furieuse. « Pourquoi venir en pleine nuit ? »
- « Pour des raisons évidentes de fréquentations des lieux, très chère. »
- « Logique. »

Il y avait quelques vigiles en faction, mais rien qui aurait pu inquiéter deux super-vilaines telles que Bad Cat et Peur Nocturne. Cette dernière proposa de faire le tour, en éliminant toutes forces d’opposition, pour empêcher celles-ci d’appeler des renforts. Les accès de l’arrière étaient autant surveillés que la porte principale, voire même plus. Cependant, la combinaison entre la Brute et la Corruptrice était largement suffisante pour se débarrasser des gardes en faction. Bad Cat fit sauter la serrure d’un coup de pied, et la porte quitta ses gonds. Elle tomba au sol dans un vacarme du tonnerre.

- « De toute façon, la discrétion, c’était déjà foutu. » dit-elle à Peur Nocturne, qui soupirait.

Les couloirs sentaient le formol et l’anesthésique. Il y avait nombres d’affiches de contrôle de routine, des instructions placardées à même le mur, et un seul garde, qui fut stoppé dans sa course par une manchette de la Brute. Quand il heurta le sol en gémissant, elle le mit hors service en abattant sa semelle sur le visage de l’homme. Le calme revint un court instant, et, pendant que Bad Cat tirait le corps de sa victime pour la cacher derrière son bureau, sur lequel plusieurs écrans relayaient les images de l’extérieur, Peur Nocturne consulta un plan d’évacuation anti-incendie, espérant y dénicher la salle des archives.

Elle devina que celle-ci se trouvait dans les sous-sols, et s’empara du badge de sécurité que portait le gardien. Elle ordonna à Bad Cat de le réveiller en douceur. Celle-ci le gifla violemment, la tête oscillant sur son cou à chaque fois. Le garde finit par rouvrir les yeux, levant les bras vers son visage pour prévenir une nouvelle série de claques.

- « Désolée de ne pas te laisser agoniser en paix, mais ma copine a une ou deux petites questions à te poser. »
- « Y’a-t-il un code pour accéder aux archives de Crey ? » Il ne répondit rien. « Vois-tu, Bad, il n’est pas conciliant. Aurais-tu l’amabilité de … »
- « N’en dis pas plus ! » répondit la Brute, en levant le poing. L’homme de paille des industries Crey se protégea du mieux qu’il put, et conserva le silence.
- « Non, décidément, ce n’est pas un de nos fans. »
- « Je lui casse quelque chose ? »
- « Il est inutile d’en arriver là. » fit une voix, derrière elles.

C’était une femme, une scientifique d’une trentaine d’années, à la blouse impeccable, aux vêtements lisses et propres. Elle portait des lunettes rectangulaires, et ses cheveux demi longs étaient correctement attachés, formant un ensemble strict. Elle ressemblait à une maîtresse d’école, sévère et intransigeante. Derrière elle, plantés comme des piquets, quatre Protecteurs de Paragon de 7ème génération attendaient ses ordres, leur tenue de cuir luisant par la clarté de la lune, qui apparaissait entre deux nuages.

- « Vous êtes qui ? » demanda Bad Cat.
- « Lea Dagger, chef de projet pour Crey’s Industries. » se présenta t’elle. « En l’absence de monsieur Ralph, le directeur de cette antenne, c’est à moi qu’il revient de faire face à ce genre de … difficultés. Comme vous pouvez le constater, je vous connais, de réputation, et j’ai donc pris soin d’amener des renforts. »
- « Effectivement, je vois ça. »
- « Je vous sommerais donc de quitter les lieux. Je ferais celle qui n’a rien vu pour l’entrée par effraction, mais en échange, ne revenez plus ici. »
- « Je ne peux pas partir comme cela, j’ai besoin d’informations. »
- « Les secrets de Crey sont bien gardés, mademoiselle Peur Nocturne. Même si vous parvenez à l’ordinateur des archives, je ne crois pas que vous obtiendriez satisfaction. »
- « Laissez-moi deviner, seuls les hauts responsables tels que vous y ont accès ? »
- « Tout juste. »
- « Vous parlez trop. »

Peur Nocturne activa son pouvoir qui accélérait le métabolisme. Elle appliqua ses radiations, en les répartissant sur les quatre cibles, pendant que Bad Cat, bousculant la scientifique, se jetait sur le Protecteur le plus près d’elle. Elle commença à le marteler de coups, tant et si bien que son collègue, venu le supporter, en prit une partie aussi. Bad Cat frappait en continu, sans prendre le temps de souffler, soutenue par sa comparse. Lea Dagger recula jusqu’au mur derrière le bureau, regardant ses alliés se faire corriger en quelques secondes. Finalement, le dernier s’écroula, après que son pouvoir ultime fut terminé. Peur Nocturne avait porté le coup de grâce, et l’explosion cosmique avait traversé le torse du clone créé par Crey.

Elle se tourna ensuite vers le bureau, pour voir que Dagger tentait de se servir de la situation confuse pour s’enfuir. Bad Cat l’attrapa et la gifla, la tenant au bout d’un seul bras. La femme finit par s’évanouir, et la Brute fouilla dans ses poches, à la recherche de son portefeuille. Peur Nocturne lui arracha des mains, ignora les billets qui en dépassaient, et se concentra sur les cartes de visite. L’une d’elle portait le nom de la chef de projet, et, bien que ce ne fut pas visible pour des yeux normaux, Brenda y décela, grâce à la visière de son armure, une série de chiffres et un code à huit caractères.

- « On y va. »
- « On ne la réveille pas ? »
- « Pas la peine. » répondit la Corruptrice. « J’ai ce qu’il me faut avec ça. »
- « Une carte de visite ? »
- « Bien plus. C’est une carte d’accès camouflée. »

Elle prit la direction de l’ascenseur, suivie par la Brute. La cabine tinta quand elles pénétrèrent à l’intérieur, et Peur enfourna le badge dans la fente prévue à cet effet. Un second panneau se dévoila en dessous de celui permettant d’accéder aux étages standard de la société, révélant la présence d’une vingtaine de sous-sols en plus des trois indiqués par les commandes. Un petit symbole apparaissait sur chaque bouton lumineux, et même Bad Cat devina que celui représentant un livre ouvert indiquait les archives. L’ascenseur vibra et descendit dans les profondeurs de la terre. Il s’arrêta vite, débouchant sur un étage quasiment vide, hormis un gigantesque ordinateur, dont la structure montait jusqu’au plancher. Pendant que Bad Cat coinçait la cabine avec une chaise, Peur Nocturne commença à pianoter sur les commandes.

- « Il n’y a rien ! » protesta t’elle. « Juste un rapport succinct qui raconte que les différents savants appartenant au projet se sont dispersés à travers le monde. Quelques-uns d’entre eux sont même dans les environs immédiats. »
- « Si tu trouves les adresses, on pourra peut-être obtenir d’eux de meilleurs renseignements ? »
- « Excellente idée. Parce que je pense que si Crey n’a pas d’informations, ça veut dire que le gouvernement français n’en sait pas beaucoup plus. Partons, évitons de nous faire cueillir ici. »
- « Okay. »

Ses données retranscrites sur un calepin, Peur Nocturne quitta l’ordinateur pour retourner de nouveau dans la cabine. Bad Cat fit voler la chaise d’un coup de pied, pour débloquer la porte, et l’ascenseur s’envola, selon les instructions de la Corruptrice, vers le dernier étage de la tour. L’air y était plus frais et vivifiant, et elles s’approchèrent du bord. Il leur suffisait de se pencher pour chuter vers le sol.

- « Nous ne trouverons rien de plus ce soir. Rentrons. »
- « Okay. »

Bad Cat fit un bond surpuissant, se laissant tomber sur le toit d’un immeuble en contrebas. Elle reprit sa course sur ce dernier, sautant sur un autre toit proche, en prenant la direction du ferry. Peur Nocturne se laissa choir, dérivant dans l’air tel un parachutiste, puis, parvenue à hauteur du troisième étage, activa soudainement ses bottes de propulsion, s’envolant comme une fusée. Quelques gardes, ayant observé leur manège, tentèrent de les suivre, mais renoncèrent bien vite. Ils disparurent vite du champ de vision des deux femmes.

_________________
Jeux à terminer :

Cradle
Deponia Doosmday
Divinity Original Sin
Rage
The Elders Scroll : Skyrim

Prochaines acquisitions :

Darksiders 3
Divinity Original Sin 2
Ghost of a Tale (si jamais il sort)
South Park, l'Annale du Destin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Poulpe
Poulpe Fiction
avatar

Nombre de messages : 3588
Age : 39
Vigilant : Snow, Tigerwolf, Ogre Noir, Miss Victory et Waka
Date d'inscription : 26/10/2005

MessageSujet: Re: Brenda Smithson   Mer 10 Oct - 16:43

Cela faisait maintenant plus d’une semaine que Brenda n’était pas sortie de la base. Elle partageait son temps entre les cours qu’elle donnait à Kinra et Hacaga, et des journées entières en cuisine, à peaufiner ses dons de cuisinière. Comme l’avait fait remarquer Bloody Kris, sans sa malchance, devenue légendaire, elle avait beaucoup de talents. Bad Cat, de son côté, s’étonnait de ce brusque désintérêt pour son armure, en dépit de tout ce qu’elles avaient accompli auparavant. L’affrontement avec l’Ogre Noir, le combat contre le Conseil, la visite chez Crey’s Industries, tout cela semblait fort lointain à présent. Pendant que la Brute se posait des questions, Brenda fit le tour de la salle commune, en tenant un plateau devant elle, sur lequel était posés une trentaine de biscuits appétissants.

- « Qui veut goûter ? Hacaga, c’est chaud, vas-y doucement. »

La jeune fille s’était servie plus rapidement que les autres. Elle retourna sur le canapé, après s’être emparée de son butin. Kris la rappela à l’ordre.

- « Ne mange pas sur le sofa ! » cria t’elle. Hacaga se leva en vitesse, comme si on lui avait placé un fer chauffé au rouge.
- « Ils sont très bons. » fit Kinra, qui finissait le sien debout.
- « Dis, c’est pas le moment de s’essayer à des recettes de cuisine ! » Bad Cat paraissait énervée. « Et ton armure, alors ? Tu as laissé tomber cette histoire ? » Brenda la regarda, un petit sourire mesquin en coin.
- « Tu crois vraiment que je suis comme toi ? Que je vais courir sur toutes les îles dans l’espoir d’accrocher un maigre indice ? »
- « Quoi ? »
- « Je prends mon temps, très chère. C’est aussi simple que cela. Certaines affaires nécessitent de la patience. Pour résoudre un problème d’une nature aussi délicate, il vaut mieux ne pas foncer tête baissée. »
- « Ce qui veut dire ? »
- « Que je n’ai pas l’intention de sortir aujourd’hui. Ni demain. Je verrais ça plutôt après-demain. »
- « Et pourquoi pas tout de suite ? »
- « Bad, tu es pénible, parfois. » lui dit Kris. « Tu ne devines pas que Brenda a continué ses petites affaires, même sans en avoir l’air ? »
- « Ah bon ? » La Brute regarda sa comparse, sans véritablement comprendre comment elle avait pu poursuivre ses recherches sans sortir pour enquêter.
- « Je t’expliquerais ça plus tard. » répondit Brenda, en voyant qu’elle semblait perdue.

Elle retourna en cuisine pour le reste de la journée, et, le lendemain, son programme ne varia pas beaucoup, si ce n’est qu’elle s’enferma dans sa chambre pour y travailler. Brenda avait installé un bureau d’architecte, pour dresser des plans, et Zane, plein de bonne volonté, avait encore agrandi la base, en construisant un atelier, dans lequel tous pouvaient aller, théoriquement, mais où, bien souvent, on ne trouvait que le Mastermind et la Corruptrice, et celle-ci bien plus fréquemment que l’autre.

Le surlendemain, elle demanda à Bad Cat si elle désirait l’accompagner. Kinra et Hacaga se portèrent volontaires pour venir avec elles, mais Brenda eut vite fait des les consigner à l’intérieur de la base, leur intimant de faire une quantité astronomique de devoirs. Les deux femmes s’en allèrent donc seules, et, craignant que les « deux petites pestes », selon les propres termes de Bad Cat, ne les suivent, elle prit soin de prendre toutes les clés et d’enfermer les deux jeunes filles à l’intérieur. Brenda voulut s’envoler, mais la Brute la retint par le bras.

- « Bon, alors explique-moi comment tu as pu continuer à chercher des infos sur ton armure pendant cette semaine. » Brenda soupira, car elle avait espérée que Bad Cat aurait fini par comprendre d’elle-même.
- « Tout d’abord, j’ai cru qu’avec la visite de Crey et l’absence d’informations dans leurs archives, j’avais pris une voie sans issue. J’ai donc repris les données piquées au Conseil, et j’ai relancé une nouvelle recherche, en réorganisant et changeant les mots clés. En pure perte, je dois bien le reconnaître, puisque j’en suis arrivé au même résultat. J’ai donc relu l’article sur les inventeurs français, et, en affinant mes recherches, grâce à Internet, j’ai retrouvé la trace de la plupart d’entre eux.
« L’ingénieur Michel Dupré, premier nom sur ma liste, est inaccessible. Le monsieur travaille pour le DATA et les super-héros, à Paragon City. C’est dommage, car j’imagine qu’il a probablement participé, au vu de son titre, à la création de l’armure. »
« Karine Vantou, la biologiste, est décédée en 1995, des suites d’un cancer du poumon. Le tabac fait des ravages. On a beau être dans la branche, on paie les conséquences de ses actes. »
« Josiane Longueau est restée en France, où elle enseigne. A moins de m’offrir un billet d’avion pour Paris, je ne risque pas de la rencontrer. Qui plus est, elle est l’une des premières à avoir quitté le projet, ce qui fait d’elle la moins bien renseignée sur l’armure. »
« Il me restait donc Gabriel Sinclair et William Sander. Le premier vit à Paragon City, en tant que simple antiquaire, se trouvant donc hors de ma portée. Le second est mon issue de secours. »
- « Pourquoi cela ? »
- « Parce qu’il travaille pour Arachnos, maintenant. »
- « Et bien, voilà ! Pourquoi tu ne lui as pas sauté dessus plus tôt ? »
- « Parce que Sander était à l’étranger, pour participer à un colloque de sommités scientifiques, ma chère. »
- « D’où le peu d’empressement que tu mettais pour le retrouver. »
- « Exact. J’ai préféré attendre qu’il rentre tout seul. Sans compter que … »
- « Que ? »
- « Il travaille pour Scorpion Noir. L’individu fait partie de son entourage proche. »
- « Autrement dit, il tripote son armure, quoi. »
- « Voilà, tu as tout compris. Alors autant y aller en tant qu’invitées. J’ai pris rendez-vous, en laissant vague le but de ma visite, mais en précisant qu’elle était purement informelle. »
- « En gros, comité d’accueil assuré. »
- « Nous y allons, oui, mais pacifiquement. Cependant, reste sur tes gardes. »

Elle s’envola, pendant que sa comparse la suivait, sautant de toits en toits. Elles parvinrent devant le ferry, et attendirent celui qui partait pour Grandville. Le bateau, rouillé au possible, quitta le port, fendant l’écume de l’océan. Le trajet dura moins de dix minutes, pendant lesquelles Bad Cat explosa au bras de fer tous les marins présents, et qui ont eu le courage de la défier. Elles descendirent sur l’esplanade d’accueil du quai de Grandville, et remontèrent les files d’attente sans attendre. Il y eut bien quelques grognements et protestations, fort peu véhémentes, mais un seul regard de la Brute les fit taire aussitôt.

Elles traversèrent l’allée principale, arrivant, au terme de celle-ci, devant une cage d’ascenseur, qui devait les conduire jusqu’à la Toile. En haut, elles prirent à droite, pour arriver devant l’entrée d’un laboratoire. Le Bane en faction, après s’être assuré de l’authenticité de leur invitation, les laissa entrer, menaçant de représailles si elles faisaient du grabuge.

- « Je n’en reviens pas ! Quel prétentieux, ce mec ! »
- « Du calme, Bad. N’oublie pas ce que je t’ai dit, nous sommes venues pacifiquement. »
- « D’accord, mais tout de même … »
- « Remballe ta colère, s’il te plait. »
- « Bon, okay, zen, décontracte. »

Les couloirs étaient étroitement surveillés, et, à presque chaque tournant, on leur demanda leur laissez-passer. A plusieurs reprises, on les fit s’arrêter, le temps qu’un des gardes s’assurent de l’authenticité du document. A chaque arrêt, Bad Cat grognait.

- « C’est bon. » fit le LongCroc Mécaraignée. « Le docteur Sander va vous recevoir. Asseyez-vous ici. » ajouta t’il, en désignant deux chaises.
- « Qu’est-ce que c’est que ces engins de torture ? » demanda Bad Cat, en voyant celles-ci, deux morceaux de métal sans aucun ornement.
- « Ce sont des sièges pour montrer que les invités ne sont pas choses courantes. Ou bien alors, elles sont là pour les faire fuir. »
- « C’est sûrement la seconde solution. »

Elles s’assirent cependant, puis patientèrent trois quarts d’heure avant que Sander ne consente à ouvrir sa porte. Bad Cat était au bord de la crise d’apoplexie, alors que Brenda semblait parfaitement maîtresse d’elle-même. Le savant était un homme chauve, au regard aussi perçant que celui d’un aigle, vêtu d’une blouse blanche sous laquelle on devinait un pantalon noir. Ses chaussures étaient impeccables, et paraissaient avoir été cirées il y’a à peine quelques minutes. Il regarda ses deux invitées, puis, d’un signe de tête, leur demanda d’entrer dans son bureau.

La pièce ne ressemblait pas au reste de la base Arachnos. Les murs métalliques avaient été doublés de plaque de plâtre, blanche, sur lesquelles étaient punaisés des schémas techniques et des graphiques. On devinait plusieurs des organes de l’armure du Scorpion Noir. Le plancher était couvert d’une moquette épaisse, de couleur grise. L’ensemble avait été bien isolé au niveau phonique, et, dès la porte fermée, le bruit des soldats Arachnos défilant dans le couloir disparut.

Sander s’installa sans cérémonie derrière son bureau, un meuble de luxe sur lequel on trouvait tout le nécessaire administratifs, tels des papiers officiels dans une corbeille, et un écran plat d’ordinateur. Bien que le savant se soit montré distant avec elles, il observait Peur Nocturne avec intérêt.

- « Et bien, que me vaut l’honneur de votre visite, mesdemoiselles ? Je ne vous cacherais pas que j’ai beaucoup de travail, et qu’il m’a été difficile de vous accorder un rendez-vous. »
- « Je sais. Mais je pense que vous connaissez déjà le but de ma visite. Vous n’avez pas cessé de m’observer, depuis tout à l’heure. » répondit Brenda.
- « Exact. Cette armure a réveillé quelques vieux souvenirs. »
- « J’aurais besoin d’informations sur cette arme, justement. »
- « Une arme ? Vous n’y êtes pas. Elle n’avait rien d’une arme, au début. Ce sont ses propriétaires qui en ont fait une arme. »
- « Alors, quel était le but initial recherché ? »
- « Je suppose que si vous savez mon nom et que vous portez l’armure, c’est que vous avez déjà fouillé dans notre passé commun, à elle et à moi. »
- « Oui, je l’avoue. »
- « A l’origine, et pour répondre à votre question, nous avons cherché à créer une combinaison permettant de survivre au milieu des radiations. Les résultats n’étaient pas très prometteurs, jusqu’à ce que l’on nous adjoigne un tout jeune élève issu de l’école française appelée Polytechnique, un dénommé Sinclair. En compagnie de l’ingénieur appartenant au projet, ils ont conçu, ensemble, une armure, plutôt qu’une simple combinaison. A défaut d’avoir les fonds suffisants pour continuer les recherches, l’équipe s’est éclatée, au fur et à mesure que nous trouvions des places ailleurs. »
- « On en arrive à une question qui me travaille. De quoi est faite l’armure ? »
- « De nano machines. »
- « Ca, je le savais déjà. Je veux savoir de quoi sont faites ces nano machines. »
- « Pour le premier point, bravo. Pour le second, je ne suis pas sûr de pouvoir vous aider, n’ayant pas participé à la conception de l’engin. Je peux néanmoins vous affirmer une chose. Le ‘métal’ dont elles sont composées n’est pas d’origine terrestre. »
- « Sur quoi vous appuyez-vous pour affirmer ceci ? »
- « J’ai moi-même travaillé sur l’extrait de météorite dont Sinclair a extrait la matière première pour son armure. Après la suspension des crédits, lui et Dupré sont partis pour les Etats-Unis. C’est là que Sinclair a modifié la structure de l’armure, la complétant avec des armes énergétiques, en ajoutant une source radioactive, pour avoir la puissance nécessaire. J’imagine que, grisé par l’ambiance particulière de cette ville, Sinclair a vu dans l’armure, dont il avait emporté les morceaux, l’opportunité de rendre le monde meilleur. Quelle bonne blague ! »
- « Pourquoi cela ? »
- « Comme si des armes pouvaient rendre le monde meilleur ! »
- « Venant de quelqu’un qui aide Scorpion Noir, je trouve vos propos assez étranges. »
- « Navré, mademoiselle Nocturne. »
- « Appelez-moi Peur. »
- « Bien. Vous me voyez désolé, mais je ne cherche pas à rendre le monde meilleur. Donc, travailler sur une arme ne me dérange aucunement. Et je ne prétendrais jamais que c’est pour le bien de l’humanité que j’en produis. »
- « Savez-vous si des morceaux de cette météorite sont encore accessibles ? »
- « Pas à ma connaissance, Peur. Soit nous avions tout, auquel cas je peux vous affirmer qu’il n’en reste plus, soit nous n’avions pas l’intégralité, et je suis incapable de vous dire où se trouve le reste. Tout ce que j’ai vu de l’astéroïde, vous le portez désormais. »
- « Autre chose, et cela concerne l’IA développée pour l’armure. »
- « Oui, là, je peux vous répondre. C’est fort simple, je suis censé l’avoir conçu. »
- « ‘Censé’ ? »
- « Il n’y pas plus d’IA dans cette armure que dans le crâne de mes subordonnés. Du moins, pas d’IA conçu par l’homme. »
- « Ca veut dire quoi ? » Cela faisait un moment que Bad Cat était larguée.
- « Que l’armure … non, pardonnez-moi, que le métal composant l’armure a développé sa propre intelligence. »
- « Ou qu’elle en disposait déjà en arrivant sur Terre. » compléta Peur Nocturne.

_________________
Jeux à terminer :

Cradle
Deponia Doosmday
Divinity Original Sin
Rage
The Elders Scroll : Skyrim

Prochaines acquisitions :

Darksiders 3
Divinity Original Sin 2
Ghost of a Tale (si jamais il sort)
South Park, l'Annale du Destin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Poulpe
Poulpe Fiction
avatar

Nombre de messages : 3588
Age : 39
Vigilant : Snow, Tigerwolf, Ogre Noir, Miss Victory et Waka
Date d'inscription : 26/10/2005

MessageSujet: Re: Brenda Smithson   Mar 11 Mar - 18:29

Bloody Kris courait de long en large, dans sa base, faisant les cent pas, devant Brenda, sagement assise dans le sofa, en train de lire un magazine quelconque. Zane était en face d’elle, dans le fauteuil, le visage éclairé d’un sourire un peu crispé, qui devait être consécutif au comportement de sa compagne. La Dominatrice fulminait en circulant, et, de temps à autre, des phrases comme « formidable, ça ! » ou « nous manquait plus que ça ! » sortaient de sa bouche. Le reste de la base était entièrement vide.

- « Elle veut battre un record ? » demanda Brenda, en regardant Kris entamer son énième tour.
- « Poussin, assied-toi. » fit Zane à sa femme.
- « Mais comment tu peux être aussi calme, toi ? Nous nous absentons trois mois, juste pour que tu me présentes à des amis de ta connaissance, et quand nous revenons ici, nous trouvons, dans ma propre base, sous mon propre toit, ma propre amie, Brenda, enceinte de trois mois ! »

Effectivement, on devinait, par les rondeurs du ventre de l’ancien agent de l’Arc, que celle-ci n’avait pas fait que discuter. Revenus de leur voyage de noce, après trois mois de vadrouilles inter dimensionnelles diverses, ils avaient eu la surprise de tomber, en pleine semaine, sur Brenda, qui se promenait dans la base. Aussitôt, le détail de sa grossesse leur sauta aux yeux. Zane, plein de sollicitudes, la fit s’asseoir, pendant que Kris commençait déjà à s’énerver sur place.

- « Elle va nous expliquer ce qui s’est passé, alors calme-toi. »
- « Nous l’expliquer ? Il n’y a rien à expliquer ! Ca se voit tout de suite ce qu’il s’est passé ! Elle a transformé ma base en maison de passes ! »
- « Mais non. » fit Brenda.
- « Mais non. » répéta Zane. « Maintenant, assied-toi. »

Le ton du Mastermind avait changé. Il y avait eu quelque chose de glacial dans son propos, et Kris, s’étant marié avec l’individu, avait déjà dû l’entendre utiliser une telle intonation. Elle renonça à continuer de faire les cent pas. Elle s’installa dans le second fauteuil, en soupirant et en passant la main sur son visage. Elle paraissait extrêmement lasse, comme si cette révélation était la dernière d’une longue série de mauvaises nouvelles.

- « Bon, cela s’est passé il y’a environ trois mois. » commença Zane. « Serait-ce arrivé le jour de notre mariage ? »
- « Tout juste. » approuva Brenda.
- « Je comprends. Tu avais trop bu et … »
- « Non, je n’avais pas trop bu. Je n’avais même pas bu du tout, à dire vrai. »
- « Alors, la situation est plus grave que je ne le pensais. » soupira Zane à son tour, en basculant sur le dossier du fauteuil. « Peut-on savoir ce qui t’est passé par la tête ? »
- « J’avais besoin d’exercice physique. »
- « Juste par curiosité, qui est le père et qu’en pense t’il ? »
- « Penser ? Franchement, ce n’est pas son genre … »
- « Non ? » fit Zane, en écarquillant les yeux. « Pas lui ? »
- « Qui ? » demanda Kris, d’une voix fatiguée.
- « HR. » répondit Brenda. « Et oui, c’est lui le père. »
- « Bravo, c’est génial. Il ne manquerait plus que ton bébé soit un mix entre ta malchance et sa stupidité phénoménale ! On aura une vraie bombe à retardement entre les mains ! » plaisanta Zane.
- « Tu ne pouvais pas prendre des précautions, Brenda ? » explosa Kris. « Les préservatifs, ça ne te dit rien ? »
- « J’en avais, je lui ai fait mettre. Mais, manifestement, même ça, c’est trop compliqué pour lui ! »
- « Pourquoi ne pas avoir pratiqué une opération, lorsque tu as constaté que tu étais enceinte ? »
- « Un avortement ? Pas question ! »
- « Ho, pas à moi, Brenda ! Je ne t’ai jamais entendu dire que tu faisais partie d’un mouvement anti-IVG ! »
- « C’est vrai, mais ça faisait un moment que ça me démangeait d’avoir un bébé rien qu’à moi. »
- « Pourquoi avec lui, alors ? »
- « Je l’ai dit : par accident. Mais maintenant que ce bébé est là, je le garde. » Brenda eut un sourire un peu navré. « Tu sais, pendant un moment, avant que tu n’épouses Zane, je voulais lui demander de me faire un enfant. »
- « Quoi ? »
- « C’est que je suis plus âgée que toi ou Bad Cat. Je commençais à me dire qu’il me fallait y songer sérieusement, avant d’être trop vieille pour ça. »
- « Zane, tu l’as échappé belle ! »
- « C’est une question de point de vue ! » répondit le Mastermind, une pointe d’amusement dans la voix. Kris lui lança une œillade assassine.
- « Dis donc, ça ne doit pas plaire à Bad Cat, ça ! Après tout, vous êtes très … proches. »
- « Ho, elle a d’autres soucis en tête. »
- « De quel ordre ? »
- « Elle passe ses week-end chez Jack. »
- « Jack ? Le mutant des XGen ? Je croyais qu’elle ne voulait pas s’engager ? »
- « J’ai réussi à la convaincre de faire un essai. Ca a l’air de plutôt bien se passer. »
- « Comment ça, un essai ? »
- « Elle y passe ses week-end, ça lui donne un avant-goût du mariage. »
- « Je n’y crois pas ! »
- « C’est pourtant la vérité. Elle attendait que vous soyez de retour pour … disons ‘prolonger l’expérience’, en vivant chez lui toute la semaine. »
- « Tu dois avoir du mal à t’en tirer, avec Kinra et Hacaga, toute seule. » fit Zane.
- « Kinra est une grande fille, presque une femme, je peux donc compter sur son aide. Et Hacaga s’est beaucoup améliorée. En fait … » Mais Brenda s’interrompit.
- « En fait, quoi ? » continua Kris, devinant qu’il se passait autre chose.
- « Ca y’est, tu t’énerves encore ! C’est mauvais pour mon bébé, tu sais, trop de tension dans l’air. »

Kris prit une large inspiration, pour essayer de se détendre. Zane, lui, restait maître de ses nerfs. Ils restèrent quelques secondes en silence, écoutant le mécanisme de l’horloge, jusqu’à ce que Kris, s’étant apparemment calmée, reprenne la parole.

- « Que se passe t’il avec Hacaga et Kinra, s’il te plait, Brenda ? »
- « Je les ai mises à l’école. »
- « Comment ? » crièrent en même temps Kris et Zane.
- « Du calme. La situation a évolué, depuis votre départ. »
- « Kinra, je comprends. Mais Hacaga … » fit Zane.
- « Et bien, je vous le disais, la situation a changé. Kinra, comme tu le fais remarquer, Zane, c’est compréhensible. Grâce aux cours hypnotiques prêtés par ton ami Zitch, elle a facilement rattrapé le niveau d’un lycéen moyen. Et c’est justement à cause de ces mêmes cours qu’Hacaga est différente, aujourd’hui. »
- « Tu lui as fait écouter ? Mais elle n’a pas du tout le niveau ! » s’écria Zane. « Je t’avais bien dit de ne pas le faire avant au moins deux à trois ans. »
- « Je ne lui ai pas fait écouter volontairement, Zane. En fait, elle s’est servie elle-même. »
- « Explique-nous, s’il te plait. » demanda Kris.
- « En fait, elle stagnait dans ses progrès. Evidemment, je la rouspétais un peu, pour tenter de la secouer. Elle n’aimait pas vraiment m’entendre lui crier dessus, alors elle a cherché à s’améliorer. Je ne sais pas comment, elle a deviné que les écouteurs prêtés par Zitch, ceux dont se servait Kinra, avaient pour but de rendre plus intelligent. Un jour que Kinra les a oubliés, elle s’en est emparée, et les a placés sur ses oreilles. »
- « Aïe. »
- « Au bout d’un moment, inquiète de ne pas avoir de ses nouvelles, et comme je venais de l’enguirlander, je suis montée voir où elle était. C’est là que je l’ai trouvée, inconsciente. »
- « Et bien. »
- « J’avais beau me démener, je n’arrivais pas à la réveiller. Elle semblait endormie dans un coma profond. J’ai appelé Kinra et Bad, mais aucune d’elles n’a pu m’être utile. Je suis alors entrée en contact avec ta sœur, Zane. »
- « Ma sœur ? »
- « Je me doutais qu’elle avait les mêmes pouvoirs que toi. Elle est arrivée chez nous, et m’a aidé à rejoindre la dimension de Zitch. »
- « Excellente initiative. »
- « Bien sûr, ton ami virtuel a accepté de nous aider. J’ai été surprise de voir qu’il nous connaissait de vue. Une de ses nombreuses machines est venue s’emparer d’Hacaga, pour la conduire dans une sorte de bloc opératoire. Moi, Kinra, Bad Cat et Victoire, nous avons attendu le diagnostic. »
- « Quel était-il ? » demanda Zane.
- « Surcharge neuronale. Le cerveau d’Hacaga était volontairement bridé pour ne pas trop évoluer. Arachnos voulait, semble t’il, éviter que ses soldats assassins issus du projet Hacaga ne soient trop intelligents. »
- « Laisse-moi deviner, Zitch a fait sauter le bridage. »
- « Gagné. »
- « Je ne comprends pas pourquoi je n’y ai pas pensé avant. »
- « Evidemment, avec ce bridage psychologique en moins, elle a vite rattrapé son retard scolaire, ce qui m’a permis, il y’a un mois, de les présenter à l’académie d’Aeon, à Cap au Diable. Sous des faux noms, bien entendu. Et avec la précision qu’Hacaga était albinos. »
- « Bien trouvé. »
- « Veronica Payne a donc accompagné les deux jeunes filles à l’école. »
- « Qui c’est, celle-là ? »
- « C’est Bad Cat. »
- « Quoi ? »
- « Elle ne voulait pas reprendre son vrai nom, ici, alors elle a opté, comme son chanteur de copain, pour un nom de scène. »
- « C’est donc accompagnée de leur tante qu’Hannah O’Toole et Karine Smissy sont entrées à l’école. »
- « Trois mois d’absence, et tu m’as retourné toute la base ! »

Un bruit de porte accompagna cette phrase.

- « Voilà d’ailleurs nos écolières ! Les filles, devinez qui est là ? »
- « Ouais, Maman Kris ! » fit Hacaga, en lui sautant en cou dès qu’elle la vit.

Kinra était un peu plus réservée, mais son sourire était éloquent. Elle semblait ravie de voir le couple revenir. Zane se leva, fit la bise à Hacaga, toujours suspendue au cou de Kris, puis alla embrasser Kinra sur la joue. Cette dernière rougit un peu, puis vint s’asseoir à côté de Brenda, regardant son ventre avec envie. Apparemment, le miracle de la vie plaisait beaucoup à la jeune fille.

- « Tu as vu, Maman Kris ? » demanda Hacaga, en montrant le ventre de Brenda. « Je vais bientôt avoir une petite sœur ! »
- « Tu parais bien certaine qu’il s’agit d’une petite sœur. » fit Kris, bouleversée d’entendre le petit hybride parler normalement.
- « Ho, oui, j’en suis sûre ! »
- « Elle en est persuadée. » ajouta Brenda. « Elle sera très déçue si c’est un garçon. »
- « Je sais que ce sera une fille. »
- « Pas moyen d’en discuter. » Brenda regarda Kris. « Question caractère, elle me rappelle quelqu’un. »
- « Ho, y’a du monde. » fit la voix rauque de Bad Cat, qui avait été rechercher les jeunes filles à l’école. « Le grand retour des noceurs. Vous avez vu les changements ? »
- « On constate, on constate. » répondit Kris. « Et je vois que tu n’y es pas opposé, mademoiselle Payne. »
- « Ah, Brenda vous l’a dit aussi ? Qu’est-ce que tu en penses, Kris ? Payne, ça se rapproche de Pain (la douleur, en anglais), c’est bien moi, non ? »
- « Tu es sérieuse, avec ce Jack ? » demanda Zane.
- « Tu as quelque chose contre lui ? »
- « Rien. Si tu es heureuse, c’est le principal. »
- « Maintenant que vous êtes revenus, tous les deux, je vais m’incruster un peu plus chez lui. »
- « Donc, c’en est fini de Peur Nocturne ? » questionna Kris.
- « Ho que non. Si quelqu’un fait le parallèle entre ma grossesse et l’absence de la super-vilaine à l’armure bleu nuit, ma couverture de ‘Brenda Smithson’ est grillée. »
- « Comment fais-tu ? »
- « Je prête mon armure. Evidemment, je dois faire une sélection assez poussée. Il est hors de question que Bad Cat, qui est bien plus grande que moi, la porte, ou tout le monde devinerait qu’il y’a quelqu’un d’autre sous l’armure. Alors je demande à diverses personnes de ma corpulence de faire des apparitions. Kinra a etrenné le procédé, mais comme elle va à l’école, maintenant, j’ai trouvé un autre remplaçant. Avec toi, Kris, ça me fera trois candidats possibles. »
- « Qui d’autre que nous sommes au courant de ton identité ? Tu n’as pas pris le risque de dévoiler ton secret à quelqu’un d’extérieur ? »
- « En fait, si, à une personne. Mais je sais qu’elle ne me trahira pas. »
- « Et qui est cette bonne âme volontaire ? » fit Zane, un sourire goguenard sur le visage.
- « La même personne qui m’a aidé à sauver Hacaga. »
- « Non ? Tu as demandé à ma sœur ? »
- « Le secret sera bien gardé, non ? »
- « T’es tarée ! Si tu savais la moitié de ce que je sais sur sa sœur … » commença Kris.
- « D’où ma présomption de secret bien gardé : ça la ferait mal qu’un super-héros avoue qu’il fait le méchant à ses heures, n’est-ce pas ? »

Kris et Zane se regardèrent, les yeux grands ouverts. Décidément, Brenda n’avait pas été oubliée le jour de la distribution des cerveaux, et rien ne lui échappait.

_________________
Jeux à terminer :

Cradle
Deponia Doosmday
Divinity Original Sin
Rage
The Elders Scroll : Skyrim

Prochaines acquisitions :

Darksiders 3
Divinity Original Sin 2
Ghost of a Tale (si jamais il sort)
South Park, l'Annale du Destin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Poulpe
Poulpe Fiction
avatar

Nombre de messages : 3588
Age : 39
Vigilant : Snow, Tigerwolf, Ogre Noir, Miss Victory et Waka
Date d'inscription : 26/10/2005

MessageSujet: Re: Brenda Smithson   Ven 14 Mar - 16:26

HR était paisiblement assis dans le canapé, occupant environ la moitié de la surface, alors que le meuble devait être prévu pour quatre personnes. Il regardait, affalé, un match de foot navrant, en piochant largement dans un sachet de poulet frit, posé à côté de lui. Soudain, la fenêtre et le mur volèrent en éclats, et quelqu’un entra dans la pièce. HR se leva aussitôt en braillant.

- « Non, mais, ho, Zane, qu’est-ce que tu fous ? »

Pour seule réponse, un champ de force repoussa HR jusqu’au mur, le maintenant pressé contre. Zane avait un large sourire goguenard, de ceux qu’il réservait d’ordinaire pour une bonne plaisanterie.

- « Salut, gros sac. »
- « Dis, y’a d’autres moyens d’entrer chez les gens. Frapper à la porte, par exemple. »
- « Ouais, quand on est invité, par exemple. Mais ce n’est pas le cas aujourd’hui, pas vrai ? »

HR peinait à respirer. Le champ de force le maintenait captif. Ce pouvoir paraissait nouveau au super vilain. Auparavant, il arrivait à le repousser, la bulle disposant d’une certaine densité. Aujourd’hui, il la sentait molle, prête à l’englober totalement si il tentait de se dégager. Comme un piège en fait. Et il ne voulait pas donner à Zane la satisfaction d’être emprisonné. Le Mastermind lâcha soudainement la pression. La bulle se dissipa aussitôt.

- « Ta charmante copine, le lance-flammes humain, n’est pas là ? » demanda t’il.
- « Partie faire des courses. » grogna HR.
- « Tant mieux. Assieds-toi. »

HR trouvait honteux de se faire inviter à s’asseoir alors qu’il était chez lui, mais il n’opposa pas plus de résistance au Mastermind. Ce dernier conservait son sourire sur le visage.

- « Je ne suis pas très content, gros tas. Tu sais pourquoi ? »
- « Non. »
- « Ca ne s’améliore pas, décidément. »
- « Alors, accouche, plus vite tu me dirais ce que tu veux, plus vite tu pourras décamper de la en vitesse. »
- « Si je te parle d’une charmante nénette brune, tu me réponds ? »
- « Euh … »
- « Je te parle de Brenda, là, gros ! »
- « Brenda ? Ah oui. Qu’est-ce qu’il y’a ? »
- « Elle t’a pourtant prévenu, m’a-t-elle dit ! »
- « A quel sujet ? »
- « Elle est enceinte de toi, machin ! »
- « Ah ? Tu es au courant ? »
- « On peut difficilement ne pas le voir. A dire vrai, ça m’écoeure même un peu, surtout depuis qu’elle a dit qu’elle m’aurait bien vu être le père du bébé, alors je ne suis pas de très bonne humeur. Lorsqu’elle m’a annoncé que c’était toi le père, j’étais encore plus furieux ! Cependant, elle m’a demandé de faire quelque chose pour elle. Et ce que femme désire, femme obtient. Pas vrai ? »
- « Je comprends rien à ce que tu me racontes. »
- « La pension, gros ! »
- « Quelle pension ? »
- « Pour l’éducation du môme ! Brenda m’a dit qu’elle t’en avait touché un mot. Tu lui dois trois mois. »
- « Ah, oui, je m’en rappelle de ça. »
- « Enfin ! »
- « Combien elle veut ? »
- « J’en sais rien. Ce que tu peux donner, c’est ce qu’elle m’a fait comprendre. Elle est trop gentille, surtout avec un gros machin comme toi. »
- « Attends voir. »

HR se leva, alla jusqu’au portemanteau, et fouilla dans les poches d’un gigantesque blouson, que l’on croirait conçu pour abriter un éléphant. Il enfourna ses gros doigts dans une poche, et en extirpa une liasse de billets, tous froissés. Manifestement, lorsque HR attaquait une banque, tout le contenu des coffres ne finissait pas dans le compte partagé avec Miss Mytho.

- « Alors, cinq cent, mille, mille cinq cent … » commença t’il, en comptant.

Mais Zane fut plus vif. Les billets se volatilisèrent de la main d’HR pour réapparaître dans celle du Mastermind. Celui fit un calcul bien plus rapide de la somme en sa possession.

- « Mouais, six mille. C’est tellement, tellement peu pour élever un enfant. »
- « Hé ! C’est mon argent de poche ! »
- « Fallait y penser avant de faire des bêtises, mon pote. »
- « Rends-moi ça, sinon … »

Le sourire disparut du visage de Zane. Il émanait de lui une certaine froideur, à présent.

- « Des menaces ? Tu oses me menacer ? Je sais que tu es costaud, et qu’au corps-à-corps, je n’aurais aucune chance. »
- « Hé, hé. » ricana HR.
- « Mais tu crois que tu pourrais survivre à la colère de ta copine ? » De nouveau, le sourire goguenard fit son apparition.
- « Quoi ? »
- « Et si je lui annonçais que tu vas être papa ? A ton avis, comment le prendrait-elle ? »
- « Tu ne ferais pas ça ? »
- « Brenda ne le ferait pas, elle. Moi, c’est une autre affaire, machin ! Je te l’ai dit, pas vrai ? Je ne suis pas très content de toi, mon vieux ! »
- « Grrrr. »
- « Allons, c’est rien, ça. » fit Zane, tapotant les billets. « C’est l’affaire d’une petite heure de boulot à deux. Si tu es discret, ce dont je doute, tu pourrais même en subtiliser trois fois plus. Mais je ne suis pas optimiste. Si tu en prends trop, ta copine se doutera qu’il se passe quelque chose. »
- « Laisse m’en au moins la moitié ! »
- « Des clous. Ca t’apprendra à rater la date ! Tiens ! » fit Zane, en lui envoyant une clé.
- « C’est quoi ? »
- « Une boîte au lettre réservée, accessible au central de la poste des Insoumises. Tu y mettras quatre mille par mois, dans une enveloppe anonyme. »
- « C’est du chantage ! »
- « Ouais ! »
- « Je pourrais … »
- « Me dénoncer à la Police ? Mon pauvre vieux, ils s’enfuiront en te voyant arriver ! »
- « … »
- « Allez, quoi, fais pas cette tête. Après tout, vous avez été à deux à faire ce bébé. D’après Brenda, elle cessera de te demander quoi que ce soit dès qu’elle pourra reprendre ses activités. Tu n’as plus que six mois à payer. Ensuite, tu seras libre. »
- « Et si je ne paye pas ? »
- « Ben, la prochaine fois, je viendrais réclamer la pension lorsque Miss Mytho sera là. »
- « Heu … »
- « Ho, bien sûr, je ne pense pas qu’elle sera ravie de ma visite. On est restés en d’assez mauvais termes, depuis la dernière fois. Mais j’imagine que sa répugnance à mon égard ne sera pas jusqu’à dédaigner quelques informations sur une certaine paternité. »
- « T’es vraiment une enflure ! »
- « Je sais. »
- « J’ai pas confiance en toi. » HR paraissait fournir un gros effort de réflexion.
- « Pourquoi ? »
- « Parce qu’une fois les six mois finis, tu me relanceras. »
- « Tu crois vraiment que je vais me casser le postérieur pour quatre mille biftons par mois ? J’ai mieux à faire ! » ricana Zane.
- « C’est … c’est promis ? Après ces six mois, elle ne me demandera plus rien ? »
- « Voyons, voyons, HR. Tu vis avec Miss Mytho ! Tu devrais savoir qu’avec une femme, ce qui est valable à l’instant X devient obsolète la semaine d’après ! » Zane enfourna les billets dans sa poche intérieure, et emprunta de nouveau le passage qu’il s’était aménagé dans le mur.
- « Et je fais quoi de ça, moi ? » demanda HR, en montrant le trou creusé dans la paroi.
- « Tu n’auras qu’à dire à Miss Mytho que je suis venu t’annoncer être de retour de voyage de noce, juste pour te faire enrager ! »
- « Elle n’aura aucun mal à le croire ! »
- « C’est bien pour ça que je le dis ! »

Toujours en ricanant, Zane disparut, dans un éclair d’énergie. HR soupira en prenant appui sur le rebord du mur. Il n’avait plus qu’à espérer que Zane tienne sa promesse et ne révèle rien à Miss Mytho.

_________________
Jeux à terminer :

Cradle
Deponia Doosmday
Divinity Original Sin
Rage
The Elders Scroll : Skyrim

Prochaines acquisitions :

Darksiders 3
Divinity Original Sin 2
Ghost of a Tale (si jamais il sort)
South Park, l'Annale du Destin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Poulpe
Poulpe Fiction
avatar

Nombre de messages : 3588
Age : 39
Vigilant : Snow, Tigerwolf, Ogre Noir, Miss Victory et Waka
Date d'inscription : 26/10/2005

MessageSujet: Re: Brenda Smithson   Ven 10 Oct - 16:50

Manticore éprouvait d’importantes difficultés à tenir la mesure. Bien sûr, il était parvenu à neutraliser deux des robots de Mister Zane, mais le Mastermind, après quelques secondes, avait eu tôt fait d’en invoquer deux autres. Le carquois du héros était presque vide, et la situation n’allait pas s’arranger. Il banda son arc, encocha une flèche, et, juste avant de se prendre une rafale de rayons laser, tira sur le super vilain. Hélas, comme deux autres tentatives auparavant, la flèche dévia de son objectif, rebondissant sur un champ de force fort peu visible à l’œil nu.

- « Ah, y’avait de l’idée ! » plaisanta le Mastermind.

Ce dernier était tombé dans une embuscade, tendu par l’archer justicier. Malheureusement, Mister Zane était bien trop habitué à ce genre de manœuvres pour ne pas avoir vu le coup venir. Surprenant tout le monde, il était passé par la « porte de service », ainsi qu’il le présenta au super-héros. Le but initial du piège était de forcer le Mastermind à épuiser ses forces en affrontant l’Arc, de telle sorte que Manticore n’aurait plus qu’à le cueillir. Cependant, Zane avait utilisé ses dons de téléportation pour apparaître dans leur dos, réduisant à néant tous leurs efforts. Les quelques soldats accompagnants le défenseur de la veuve et de l’orphelin ont vite été balayés par les troupes mécanisés de l’homme, et il ne resta plus que le super-héros, vaillant et téméraire, mais malencontreusement seul.

- « T’as une autre surprise dans ta hotte, père Noël ? » se moqua Zane.
- « Tu le regretteras, je te le jure ! »
- « Dis donc, mon vieux, je ne me suis pas lancé dans une vendetta contre les super-héros. Mais encore deux ou trois coups comme celui-ci, et ça pourrait le devenir ! »

Soudain, avant que Manticore ne puisse riposter, un appareil fit entendre un bip sonore. Fouillant dans ses poches, Zane fit apparaître un téléphone portable high-tech, le consulta et lança un sourire goguenard au super-héros. Il donna un signe de la main, et tous ses robots lancèrent une grande salve d’énergie. Manticore fut repoussé jusqu’au mur, s’agenouilla, mais n’abdiqua pas. Mister Zane reprit la parole.

- « J’avais prévu de t’envoyer à l’hosto, avec un message pour tes petits copains, mais c’est jour de bonté, aujourd’hui ! »
- « Quoi ? »
- « Je te laisse donc expliquer à tes chers amis comment notre affrontement s’est déroulé, aujourd’hui, et de quelle façon je me montre miséricordieux en te laissant rentrer chez toi, tranquillement. »
- « Tu te moques de moi ? »
- « Légèrement, oui. Ho, et tant que j’y pense, renoncez à me tendre un piège. Vous manquez trop de finesse, pour m’avoir ! »

Une porte dimensionnelle s’ouvrit dans son dos, et Mister Zane s’y engouffra, après un dernier salut de la main. Les robots le suivirent également. Manticore s’effondra sur le sol, face vers l’avant. Sa fierté en avait pris un coup, bien plus que son physique. Etre traité comme un moins que rien par cet individu le mettait dans une rage folle. Il rampa sur quelques centimètres, en direction de l’ouverture dimensionnelle, espérant rattraper le Mastermind.

- « Il me le paiera ! » proféra t’il, avant de sombrer dans l’inconscience.

Sur une autre île, celle de la Merci pour être exact, une entrevue tout aussi risquée se déroulait, mais dans une ambiance bien moins guerrière. La Veuve Fantôme flottait dans les airs, au milieu de la grande salle noire aux tentures frappées du symbole d’Arachnos. Son attachement à ne pas souvent quitter cette tour lui avait valu d’être qualifiée d’Isolée. En face d’elle, agenouillée comme pourrait l’être un chevalier des temps ancien, une femme attendait de connaître les desideratas de celle qui était supposé diriger ses actions.

Vêtue d’une combinaison noire et violette, une longue cape de dentelles posées sur l’épaule, pour ne pas qu’elle traîne par terre, elle portait, sans que personne ne s’en doute, une lentille de contact, destinée à faire paraître rouge l’iris son œil droit. Quelques ossements, issus des cadavres de ceux qu’elle considérait comme ses créateurs, ornaient ses avant-bras. Ses cheveux demi longs, d’une inhabituelle couleur bleu ciel, tombaient vers le sol, camouflant légèrement son regard. Bloody Kris patientait dans cette position depuis maintenant une minute.

- « Nous avons connu de nombreux ratés, ces derniers temps. » se plaignit la Veuve.
- « Quoi de plus naturel, lorsque vous restez vos journées plantés autour de Lord Recluse, craignant qu’un autre de ses lieutenants ne tente de l’évincer. » pensa Kris. « Quels sont-ils ? En quoi puis-je vous aider à les résoudre ? » annonça t’elle, à contre-courant de ses pensées.
- « Plusieurs choses. Mister Zane, jusqu’où as-tu du contrôle, sur cet homme ? »
- « J’en ai autant que vous, c’est-à-dire très peu. »
- « Tu es pourtant son épouse, maintenant. »
- « Vous devez le connaître, à présent. Nul n’a d’influence sur ses choix ou sa vie. Pas même sa propre femme. » répondit-elle. « De toute façon, sa manière de vivre me convient ! » pensa t’elle, souriant intérieurement en devinant ce qui gênait réellement la Veuve.
- « Autre chose, ton esprit reste impénétrable. »
- « Je n’y peux rien. Depuis qu’elle s’est repliée en moi, Kinra a soigneusement empêché toute intrusion mentale. »
- « Nous n’y pouvons rien, alors. »
- « Oui, ses pouvoirs mentaux sont bien supérieurs aux tiens. Couplés avec la technologie de Zane, tes petites séances de manipulation mentale sont terminées ! » Les pensées de Kris restaient bien protégées, dans son cerveau.
- « Ton mari, Mister Zane, a refusé de m’aider, le sais-tu ? »
- « Je suis sa femme, il me l’a dit. Néanmoins, je partage son appréhension, et non pas votre optimisme de la situation. Cette Sangsue, que nous avons eu beaucoup de mal à arrêter, est incontrôlable. »
- « J’y parviens bien, pourtant. »
- « Il est impossible, même pour quelqu’un de votre stature, de connaître le fonctionnement exact de cette chose. Carole Westmint, celle qui se fait aujourd’hui appeler Esprit du Vide, n’obéit à Arachnos que par intérêt. La transformer en Veuve Nocturne n’est pas une bonne idée. »
- « Me refuseras-tu aussi ton aide ? »
- « Veuve Fantôme, je suis incapable de faire face à cette créature. Cela vous avait été consigné dans mon rapport, la fois précédente. »

Comme pour Zane, un portable bipa, annonciateur d’un message qu’elle, Zane et les autres, attendaient depuis déjà quelques jours. Elle s’excusa auprès de la Veuve Fantôme, passa la porte, et s’envola dans les couloirs, sans aucune considération pour les soldats. Avant qu’elle n’atteigne la sortie, une ouverture dimensionnelle s’ouvrit devant elle. Elle s’y engouffra et disparut.

A Cap au Diable, dans l’école d’Aeon, il est interdit de courir dans les couloirs. C’est pour cela que le surveillant général hurla lorsque les deux jeunes filles passèrent devant lui à toute allure, en direction de la sortie. Il se lança à leur poursuite, pour les rattraper et les punir comme il se doit, mais au terme de quelques mètres, constata qu’il ne ferait que s’essouffler inutilement. Il savait que ces jeunes étaient sportives, et qu’il n’aurait aucune chance de réduire la distance entre elles et lui. Il peinerait même à tenir celle-ci.

La première, et la plus grande, des jeunes filles, avait de longs cheveux bruns, portait la tenue de l’école. La seconde était plus anormale, avec sa peau et ses cheveux blancs, et courait aussi vite que sa comparse. De fait elle paraissait retenir ses véritables capacités.

- « Qu’est-ce que c’était ? » demanda Karin Smissy, une fois qu’elle eut entendu, avec du mal, l’éclat de voix de l’homme.
- « Le pion. » répondit Hannah O’Toole, sans s’arrêter de courir, alors que sa comparse avait ralenti. « On s’en fout. » ajouta t’elle, agitant la main dans un geste désinvolte, mais ralentissant tout de même pour attendre l’autre jeune fille.

Au sein de l’établissement, même si il y’a de nombreuses rumeurs circulant sur le compte de ces deux élèves, personne ne sait réellement qui elles sont. Pourtant, Karin Smissy n’est autre que Kinra, une Rôdeuse qui, depuis quelques temps déjà, ne fait plus parler d’elle, préférant se consacrer à ce qu’elle nomme la vraie vie. L’autre est en fait Hacaga. Si Kinra, l’ancienne sorcière, ne s’intéresse plus à la gloire d’être une super vilaine, il n’en va pas de même pour la plus jeune des deux, qui cherche encore et toujours à ressembler à Bloody Kris ou Mister Zane.

- « Si Brenda t’entendait parler comme ça … »
- « Allons-y ! Ne perdons pas de temps. »
- « On rentre à la base ? »
- « C’est le plus court, noooooooooon ? »

Le dernier mot se perdit en écho sur les murs de l’école. Elles venaient de disparaître, happées par un passage dimensionnel s’étant ouvert sous leurs pieds. Elles tombèrent, mais de faible hauteur. Hacaga se réceptionna sur ses quatre membres, comme un félin, mais Kinra perdit l’équilibre, et tomba sur son postérieur, en lâchant un juron. L’arrêt des activités maléfiques de super vilaine lui avait fait perdre tous ses acquis. De fait, par rapport à Hacaga, elle ressemblait bien plus à une élève tout à fait normale.

- « Aïe ! Nous y voici ! Décidément, les pouvoirs de Zane vont en s’améliorant. Ou presque. » termina t’elle en se frottant l’arrière-train.

Elles se trouvaient sur une vaste esplanade technologique, sur un monde étranger, extérieur à notre galaxie. Un insecte robot vint à leur rencontre, faisant plusieurs tours sur lui-même, les invitant à les suivre. Il entra par une porte électronique, qu’elles franchirent à leur tour. Il y avait déjà, dans la salle, d’autres personnes. Celles-ci attendaient apparemment les nouvelles venues. Ce monde était le refuge habituel de Mister Zane. Cette planète, entièrement dévouée à l’existence d’un être électronique, Zitch, contenait l’essentiel des secrets du Mastermind.

Dans le Colorado, il y avait quelques personnes devant la caravane d’une star de films d’action. Metteur en scène, scénariste, maquilleuses et autres acteurs se relayaient pour tenter de la faire sortir de son abri temporaire, le temps du tournage.

- « Allez, quoi ! » fit le réalisateur. « Tu ne vas pas nous faire un caprice ! »
- « Si ! » rétorqua une voix. Le réalisateur se tourna vers l’une des autres actrices.
- « Mademoiselle, vous voulez bien vous excuser ? Sinon, nous n’en finirons jamais ! Ce tournage est maudit ! »
- « Il n’avait qu’à pas me pincer les fesses ! » grogna l’interpellée. « Je n’ai fait que lui rendre ce qu’il m’avait fait ! Et je rembourse toujours au centuple ! »
- « Mademoiselle Payne ! » Le réalisateur paraissait sur le point de fondre en larmes.

Il n’est pas toujours évident de gérer un casting, et probablement que la personne ayant accepté que Veronica Payne, aussi connue comme la super vilaine Bad Cat, fasse partie du film n’envisageait pas que la situation eut pu dégénérer comme ceci. Un faux mouvement, une lubie soudaine de la vedette mâle du film, et le tournage s’en était trouvé interrompu.

- « Hors de question que je lui présente des excuses ! C’est lui le fautif ! » se plaignit-elle. « Si je laisse les hommes me pincer le postérieur, je vais bientôt avoir le popotin tout bleu ! »
- « De là à lui retourner une telle claque ! »

Et quelle claque, d’ailleurs, pensa Bad Cat. La « star de film d’action » a fait deux fois le tour sur lui-même, avant de s’effondrer en pleurant comme une fillette ! Elle n’avait pas vraiment forcé, voulant juste lui faire comprendre qu’il y avait des choses qu’on ne faisait pas. Mais il n’avait d’un dur que l’apparence.

- « Je vais vous le sortir de là, moi, ça ne va pas traîner ! »
- « Pardon ? » s’étonna le metteur en scène.

Sans plus attendre, elle se rendit jusqu’à la porte de la caravane, et, sous les regards médusés de l’assistance, donna un grand coup de pied dans la serrure. La porte s’ouvrit à la volée, et ils virent, avec effarement, Veronica Payne entrer dans la loge de l’acteur, et les hurlements hystériques de l’individu capricieux furent vite remplacés par des pleurs et des couinements.

- « On dirait qu’on égorge un porcelet ! » plaisanta l’un des seconds rôles.

Bad Cat surgit ensuite, tirant par l’oreille la vedette.

- « Rien à faire de tes états d’âmes ! On a un film à tourner, on va le tourner. »
- « Arrêtez ça tout de suite ! » hurla le producteur, qui arrivait au même moment. « Payne, dehors ! » Le biper de Bad Cat sonna précisément au même moment.
- « Ca tombe bien, j’allais devoir m’en aller ! » répondit-elle.
- « Hein ? » s’étonna le producteur. Il lui avait dit de s’en aller, par envie de lui faire perdre ses envies belliqueuses. « Je disais ça pour rire, je … »
- « Moi pas ! »
- « Mais, … »
- « Je n’ai pas encore touché mon cachet, vous ne me devez rien. Mais j’en ai assez de tourner avec cet enfant gâté. »

Elle s’éloigna de quelques pas, en fulminant, mais fut rattrapée, avant de quitter la scène du tournage, par le réalisateur.

- « Mademoiselle Payne, attendez-moi ! »
- « Quoi encore ? Inutile de chercher à me convaincre de rester ! Trop, c’est trop ! »
- « Non, ce n’est pas ça. Tenez, voici ma carte. Je suis sur un autre tournage, après celui-ci, et je crois que vous serez parfaite dans l’un des rôles principaux. Le nom du film est sur le dos, je rentrerais en contact avec votre agent, pour le reste. »

Bad Cat le regarda s’éloigner, se cacha derrière une caravane de maquilleuse, retourna la carte, et lu le titre. « Féroces Amazones. » Elle eut un rictus, avant de disparaître dans un cocon de lumière.


Sur le monde de Zitch, ils étaient tous réunis.

Mister Zane et Bloody Kris étaient en tenue de combat. Kinra et Hacaga portaient toujours leur uniforme d’école. Bad Cat était habillée civilement, comme elle devait l’être pour le film. Elle fut la première à poser la question.

- « Ca y’est ? Enfin ? »
- « Oui. »
- « Qu’est-ce qu’on attend, alors ? »
- « Que Zitch en ait terminé avec l’accouchement. Deux semaines de retard, il doit s’assurer qu’il n’y aura pas de séquelles. »

Comme pour répondre à leur attente, la porte automatique s’ouvrit. Ils entrèrent alors dans ce qui ressemblait à une chambre d’hôpital, dans un futur éloigné. Brenda, dans le lit, tenait dans ses bras un nourrisson bien emmitouflé. Elle leur annonça de garder le silence, à voix basse.

- « Alors, c’est monsieur ou madame ? » demanda Zane, sur un ton très discret.
- « Madame. » répondit Brenda.
- « Comment vas-tu l’appeler ? » demanda Kris, attendrie par le poupon.
- « Barbara. »
- « Tu as trop regardé la télé, ma chérie, pendant ton arrêt maternité. » plaisanta Bad Cat.
- « La télé ? »
- « Santa Barbara, quoi. »
- « Ah, mais non. Ca n’a rien à voir. »
- « Barbara Streisand, alors ? » questionna Kinra.
- « Non plus. Barbara, c’était le prénom de ma grand-mère. »
- « Ah, d’accord. »
- « Bon, ben, la famille s’agrandit. » fit Zane.

_________________
Jeux à terminer :

Cradle
Deponia Doosmday
Divinity Original Sin
Rage
The Elders Scroll : Skyrim

Prochaines acquisitions :

Darksiders 3
Divinity Original Sin 2
Ghost of a Tale (si jamais il sort)
South Park, l'Annale du Destin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Brenda Smithson   

Revenir en haut Aller en bas
 
Brenda Smithson
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» t'as raison ma BRENDA !
» [balite] Balitecyclette version HD, Brenda qu'elle s'appelle
» Brenda et le WQT
» Je me présente !
» Down Hill a Taxco 2012

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LES VIGILANTS :: FORUMS DES VIGILANTS :: CITY OF VILLAINS :: Panthéon des Vigilants Noirs-
Sauter vers: