LES VIGILANTS

Vigilants - Vigilants Noirs - Vigilant Archery - Licornes Vigilantes
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 ROUKY

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Gojira
Admin
avatar

Nombre de messages : 1207
Vigilant : Elysian, Gore, Tyah, Lench
Date d'inscription : 21/10/2005

MessageSujet: ROUKY   Ven 5 Mai - 11:55

Rouky n'est pas Vigilant mais participe régulièrement aux missions de ces derniers (dont le sauvetage d'EstoK, voir le BG de ce dernier), c'est pourquoi je mets ici son histoire (déjà paru sur le forum officiel), histoire de cerner ce personnage haut en couleurs (surtout orange).


---

"Qu'est-ce que c'est que ça ?
- Touche pas ! ou ça va nous péter à la gueule !
- Mais non, tu vois bien que c'est en mille morceaux.
- Mille morceaux ou non, ce truc est dangereux, ça se voit au premier coup d'oeil."

Fred se caresse la barbe un instant.

Plusieurs semaines déjà que le lieu a été pulvérisé, suite à un bombardement Rikti sans précédent, et malgré les mises en garde télévisées, les allées et venue de la Police et sans doute également d'une myriade de truands à la recherche d'objets à chaparder - dont les Ferrailleurs toujours avides de bouts de tôles et de tubes en acier afin de se reproduire -, Tony et Fred viennent de tomber - totalement par hasard - sur ce "truc" gros comme le nez au milieu de la figure. Un "truc" éparpillé sur quelques mètres entre deux énormes containers, autant dire dans un couloir, un "truc" d'un gris métallisé, laissant volontiers réverbérer les rayons du soleil.

"Si personne ne s'en est encore emparé, c'est qu'un truc cloche avec ce machin, obligé.
- Arrête de dire truc ou machin, tu vois bien que c'est un robot.
- Truc, machin ou robot peu importe, je vais m'empresser de faire demi-tour et de chercher ailleurs ce satané câble dont tu as besoin.
- Mauviette va !
- Ah mais je t'emm..."

Tony suspend son juron, les yeux ronds soudainement rivés sur un détail qui après réflexion est aussi visible que la carcasse elle-même dans ce couloir de fortune.

"Non mais t'as vu ça ?
- Vu quoi ?
- Mais bon sang là, ce symbole ! voila pourquoi personne n'y a touché !
- Oh merde.
- Ce truc est Rikti !"

Tony, n'osant pas quitter le morceau de plastron dans lequel est profondément gravé "L'Emblème de la Mort Certaine", commence à reculer, d'abord doucement puis de plus en plus vite, jusqu'à ce que son pied vienne buter sur un morceau de tôle - sans doute encore un morceau du robot Rikti - et ne s'étale de tout son long sur le sol en terre.

"Nom de..."

Le souffle coupé, Tony ne peut une fois de plus laisser déborder un vocabulaire hérité de sa vie dans Kings Row.
Il ferme les yeux, cherche a reprendre le contrôle de sa respiration.
En vain.
Lui qui a sans distinction collaboré, échangé, trahi et souvent combattu avec ou contre les Hellions, les Krânes, et même parfois les Déviés les plus louches, n'arrive pas à se reprendre, à faire le point parmi toutes les informations qui remontent à la surface de sa mémoire.
Il avait vu tout son quartier envahi par l'armée des Rikti en un instant, avait vu ses voisins être désintégrés sans sommation, et dans ses cauchemars flottait encore l'étendard noir d'où surgissait cet insigne, à tout jamais synonyme de mort.
Tony avait beau avoir été un sacré salopard - pour sa femme et ses gosses, dirait-il sans doute pour déculpabiliser -, il n'était plus maintenant qu'un habitant de Paragon City comme les autres, un petit rongeur au regard reflétant la peur et l'angoisse, la solitude parmi la multitude, et le total désintéressement pour le lendemain.

"Je t'en prie Fred, fichons le camp d'ici" réussit-t-il enfin à articuler, alors que ses yeux sont peu à peu envahis de larmes qu'il ne parvient pas à réfréner. Le visage suppliant de sa femme se superpose à celui, ensanglanté, de son seul fils.

"Ok ok, calme-toi, et allons-nous en."

Fred aide Tony à se relever, lui tape dans le dos d'un geste amical, et l'entraîne vers la route. Avant d'atteindre l'asphalte, Fred ne peut s'empêcher de se retourner, et de localiser en un instant le passage entre les deux containers qu'ils viennent de quitter, parmi les décombres sinistres de ce qui fut un jour la plus importante centrale électrique de Kings Row.

--------

"C'est là, tu en es certain ?
- Nous allons être très vite fixés."

Fred fait entrer le faisceau de sa lampe-torche dans le passage, et repère instantanément le plastron qui a tant fichu la trouille à Tony l'après-midi même.

"Oui, c'est bien là.
- Ouah, trop cool mec !"

Fred pose à terre l'immense sac à dos qui, bien que vide, lui scie les épaules, et commence sa récolte. En essayant de faire le moins de bruit possible, il ramasse avec méthode tout ce qui de près ou de loin peut ressembler à un morceau du robot Rikti. Ici un semblant de visière, là un pouce, et un peu plus loin un drôle d'objet, comme une petite soucoupe volante à peine cabossée.
Très vite, le sac est plein à craquer.

"Ok Simon, c'est à toi de jouer."

Le visage de Simon s'illumine.
Il se rapproche du sac et le soulève avec une facilité déconcertante, le met sur son épaule.

"Tu as bien compris ? tu déposes le sac chez-moi, mon frère qui t'attend le vide, et tu reviens illico ici avec le sac. Et surtout, tu ne te fait pas remarquer.
- Pas de problème, Simon a compris."

Et dans une gerbe d'étincelles Simon disparaît.

Fred continue à rassembler les éléments éparpillés. Un morceau de jambe, des circuits électriques, des câbles.
Quelques minutes plus tard, Simon est de retour.

"Pas de problème ?
- Aucun.
- Très bien, encore quelques allers-retours et nous aurons tout ramassé.
- Et après on le remonte ?
- Et après, on le remonte."

Simon frappe dans ses mains comme un enfants.

--------

Le robot Rikti est éparpillé dans le garage de Paul et Fred.
Simon, émerveillé, papillonne tout autour d'eux, tandis qu'ils essaient de donner un ordre aux choses.

"C'est incroyable, il y a très peu de pièces réellement détruites, comme si ce robot s'était simplement déconstruit, comme un Lego.
- Des pièces ont tout de même fondues, et entre autres, il ne reste plus rien du système d'IA.
- Oui c'est vrai, mais je préfère avoir à le reprogrammer que d'avoir à remodeler sa carlingue.
- Et ce truc, là, tu as réussi à l'identifier ?
- Oui. Il s'agit d'un module externe autonome. Ce petit drône est un complément au système de défense du robot. Comme il est autonome, il gère lui-même la puissance à accorder à tel ou tel fonction, et adapte sa stratégie suivant la situation. Il sert généralement de générateur de bouclier et d'appoint de visée, ainsi que d'adaptateur de munitions. On utilise ce principe depuis quelques années, afin de ne pas surcharger la mémoire inflexible du robot. Il faudra voir s'il fonctionne encore."

--------

Deux semaines que les frères travaillent dans leur garage.
Ils ont tendu de grands draps sur les fenêtres et coincé de vieux chiffons sous les portes, afin d'être sûr ne n'attirer la curiosité de personne. Seuls Simon et Tony passent de temps en temps leur apporter de quoi se nourrir, et même si ce dernier est persuadé d'avoir à faire à des fous, il va même jusqu'à troquer des pièces avec les ferrailleurs afin de les aider dans leur entreprise.

"Qu'allez vous en faire ? Un super aspirateur ? un distributeur de cacahuètes parlant ?
- Je ne sais pas ce que nous allons en faire, Tony.
- Vous savez tque ce machin a été programmé pour tous nous zigouiller ?
- Il ne reste plus rien de sa programmation antérieure, Tony.
- Ouais bin méfiez vous les gars, c'est tordu un ordinateur. Je me rappelle d'un jour où le mien a ressorti un fichier que j'avais effacé depuis des lustres, je vous fait pas un dessin les gars hein, putain d'ordinateur, je suis sûr qu'il se savait, ma femme est tombé dessus, vous voyez quoi, le salaud...
- Oui on voit bien Tony."

Il déraillait le Tony.

--------

Le robot est debout au milieu du garage. Sa tête touche presque le plafond, à plus de 3 mètres de hauteur.
Simon s'est appliqué à bien le repeindre, on lui a même laissé le loisir de choisir la couleur.
Orange.
Ça aurait pu être pire.
Il le regarde, les yeux plein d'une tendresse improbable.

Paul a raccordé son ordinateur au système central du robot, et nerveusement tape les dernières lignes de commandes.
Ça n'a pas été de la tarte.
De grandes cernes soulignent ses yeux, ses joues sont creuses et son ventre gargouille à l'unisson avec celui de Fred.

"Faut vous nourrir les frangibus, vous allez crever avant d'avoir fini !
- T'inquiète Tony, la passion nous tient vivants."

Envoi des dernières données.
Paul a la tête qui tourne.

"Je crois qu'on peut y aller."

Simon applaudit
Ses yeux sont grand ouverts, son sourire édenté, rien ne laisse deviner ses étranges pouvoirs.
On dirait juste "un abruti sympa mais complètement con" - dixit Tony -, mais à cet instant, il ressemble d'avantage à un enfant la veille de Noël.

Paul prend une grande inspiration, puis lance le programme.
Le vieux disque dur crépite.
La barre de progression s'emballe.

TRANSMISSION DES DONNEES EFFECTUEE.

Un bruit d'engrenage dans la carcasse rutilante du robot, en entraînant un autre, puis un autre, de plus en plus vite, jusqu'à ce que cela devienne un bourdonnement à peine audible.
Des "bip", des "tuiiiit" interminables, le robot s'initialise.

Simon n'en rate pas une miette.
Il a envie de s'approcher mais Fred l'en empêche, alors il geint un peu, se débat faiblement.
Heureusement.

"Tu peux enlever les câbles Fred, tout est bien passé."

Fred s'exécute, et se recule juste à temps pour voir le premier geste du robot.
Pieds clinquants l'un contre l'autre, bras emmenant une petite armoire en bois afin de positionner son poing énorme tout près de sa tête.
Garde à vous.

"Prêt au combat !"

Un voix monocorde, fortement électronique.
On a pourtant fait bien des progrès en la matière depuis longtemps.

Simon reste incrédule, mais Fred le traîne en arrière. Péniblement.
Paul retourne à son programme.

"Ah ah je vous l'avais bien dit" lancerai avec plaisir Tony s'il avait été là.

"Attente instruction !" dit le robot de sa même voix monocorde.

"Que se passe-t-il ?
- Je ne sais pas, peut-être un fichier qui n'a pas été effacé correctement.

"Attente instruction !" répète le robot.

Simon recommence à geindre, et décide de s'approcher de nouveau du robot, ce que Fred est un bien incapable d'empêcher. Il tire en arrière de toutes ses forces, mais Simon l'entraîne. Il fini par le lâcher. Simon s'approche encore, le robot reste immobile.

"Attente instruction !"

Simon est tout près de lui, et une main prudente se pose sur la cuisse du géant.
"Chante-moi une chanson.
- Ne sait pas chante-moi une chanson.
- Raconte-moi une histoire.
- Ne sait pas raconte-moi une histoire.
- Que sais-tu faire ?"

Silence.

"Comment t'appelles-tu ?"

Silence.

"Je m'appelle Simon, et toi ?
- Ne sait pas comment t'appelles-tu."

"C'est un gros bébé ! chuchote Fred à l'oreille de Simon.
- Oui, indéniablement. Ce robot est vide. Il n'a que les rudiments de paroles et de logique que je lui ai donné. Un programme très basique de test. Il est aussi intelligent qu'un grille-pain. Et pour le moment, je n'en demande pas plus. La résurgence de ses automatismes passés me suffisent pour savoir qu'il n'était pas valet de chambre et je crois qu'on va s'arrêter là pour aujourd'hui.

"Et eux c'est Fred et Paul.
- Fred et Paul."

--------

"Allume-le Paul !
- Non Simon, je n'ai pas terminé.
- Mais je veux lui parler !
- Tu lui parleras bientôt."

Simon s'éloigne en boudant.

Différents tests et mises à jour dans son programme ont révélés que mis à part quelques automatismes récurrents mais non dangereux, il a tout oublié.
Cela a rassuré les deux frères qui laissent Simon l'approcher et lui parler.
On peut même considérer qu'ils s'entendent bien, et dans une certaine mesure, qu'ils sont amis.

MISE A JOUR EN COURS...

"Que lui as-tu appris, Paul ?
- J'ai enrichi son vocabulaire, il doit être imbattable aux Echecs, ainsi que deux ou trois autres trucs.
- Tu vas l'allumer là ?
- Non, j'attend Fred qui doit avoir la pièce qui nous permettra de remettre en route son drône.
- Son drône aussi il sait jouer aux Echecs ?"

--------

MISE A JOUR EN COURS...

Le drône tourne autour du robot comme un satellite un peu bruyant. Il a permis à ce dernier de se repérer dans l'espace, et maintenant le robot tourne la tête en direction de ceux qui lui parlent.
Les tests d'IA sont un demi échec.
Il comprend, apprend, répète, analyse et répond correctement à beaucoup de questions, mais il est incapable d'imaginer, de mentir ou de formuler une phrase par lui-même.
Les frères n'ont pas dit leur dernier mot.

--------

MISE A JOUR EN COURS...

Le drône tourne autour du robot.
Maintenant, il sait utiliser ses membres supérieurs et inférieurs avec une précision quasi humaine. Ses mouvements sont fluides et sûrs (le drône libère de la mémoire permettant une synchronisation parfaite des articulations), il se déplace dans le garage avec aisance, ne renverse rien, ne brise rien.
Paul est particulièrement fier de cet aspect de la programmation, il a hâte de l'essayer dans la rue. Fred est réticent, les robots domestiques, surtout s'ils sont d'origine Rikti, ne sont ni légion, ni facile à camoufler.

--------

"Il a l'air proprement ridicule.
- Si tu as une meilleure idée Tony, ne te gène pas.
- Non, il est beau !"

Simon tourne autour du robot qui porte une grande gabardine beige et un chapeau gris. Il fut impossible de lui trouver des chaussures à sa taille, aussi marche-t-il en faisant claquer ses pieds métallique sur le sol du garage.

"Tu veux sortir ?
- Sortir ?
- Oui, sortir du garage, faire un tour dans Kings Row !
- Sortir du garage, faire un tour dans Kings Row. D'accord.
- Allons-y !"

Tony secoue la tête.

"Vous êtes tarés les frangibus."

--------

Simon tient le robot par la main.
Ou le contraire.

Les frères, qui marchent un peu en arrière, ne peuvent déterminer qui emmène qui.
Simon est ravi.
Le robot tourne la tête dans tous les sens.

"Immeuble.
- Immeuble, répète le robot.
- Arbre.
- Arbre.
- Crétin de Hellion.
- Chrétien de Hellion.
- Non non, pas chrétien, crétin.
- Crétin de Hellion."

Un groupe de héros déboule du bout de l'avenue. D'abord un grand gaillard en combinaison moulante jaune, suivi de près par une petite forme d'abord indistincte, puis clairement entourée d'une bulle opaque. enfin, un jeune homme athlétique aux vêtements amples d'un vert bouteille délavé.

"Regarde ! des super-héros !
- Super-héros.
(à voix basse)
- Tu sais, moi aussi je suis un super-héros.
- Moi aussi je suis un super-héros, essaie de chuchoter le robot.
- Si tu veux, mais tu dois d'abord avoir un nom pour être un super héros.
- Un nom.
- Moi je m'appelle Hurricane, mais chut, personne ne doit le savoir.
- Chut.
- Alors, comment veux-tu t'appeler ?
- Hurricane.
- Non, c'est moi Hurricane, comment veux-tu toi t'appeler ?
- Trouve un nom, toi."

Simon s'arrête, Fred et Paul les rejoignent.
"Qu'y a-t-il ?
- Il m'a demandé de lui trouver un nom.
- Un nom, répète le robot.
- Ah oui, forcement."

--------

"Ça devait arriver.
- Forcement.
- Mais plus vite qu'on ne le pensait.
- Beaucoup plus vite.
- La créature de Pauleinsten échappe à son maître.
- C'est beau ce que tu dis, Fred.
- Comment l'a-t-il appelé, au final ?
- Rouky."

Paul manque s'étrangler avec son café.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
ROUKY
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Rouky
» Mini Rouky
» Mini Roucky attaque le Maroc
» sakura ou garbolino???
» Nouvelles photos de Rouky

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LES VIGILANTS :: FORUMS DES VIGILANTS :: CITY OF HEROES :: Panthéon des Vigilants-
Sauter vers: