LES VIGILANTS

Vigilants - Vigilants Noirs - Vigilant Archery - Licornes Vigilantes
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Ulanakilia, journal de chasse de Robert James

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Poulpe
Poulpe Fiction
avatar

Nombre de messages : 3639
Age : 40
Vigilant : Snow, Tigerwolf, Ogre Noir, Miss Victory et Waka
Date d'inscription : 26/10/2005

MessageSujet: Ulanakilia, journal de chasse de Robert James   Lun 31 Juil - 12:23

Entrée du 4 Juin 2006 :

Aguado m'a encore appellé, aujourd'hui. Il me dit qu'il a un boulot pour moi. Je préfèrerais ne pas avoir de telles fréquentations dans mon agenda, mais un type comme lui offre de bons divertissements. Et quand on a chassé tout ce bouge sur cette planète, il est difficile de trouver de nouveaux challenges. Je le laisse attendre. Si il me rappelle encore, c'est que la situation est très intéressante pour moi, et très ennuyeuse pour lui.


Entrée du 5 Juin 2006 :

Aguado m'a téléphoné directement, et n'a pas lâché ma secrétaire tant qu'il ne m'a pas eu. Obstiné, le bonhomme. Il m'a expliqué qu'il avait des soucis avec une créature qui infestait ses champs. Après quelques mots d'explication, il me confirme que ce n'est pas un de ses concurrents qui essaye de le mettre sur la paille, parce que la créature en question ne s'en prend pas à ses plantations. En fait, CA file juste les chocottes à ses employés, et ceux-ci, même sous la menace, refusent de retourner bosser. Je ne me suis intéressé à son récit que lorsqu'il m'a dit que, malgré tout son talent -et Dieu sait qu'il sait chasser !-, il n'avait pas réussi à mettre la main dessus. J'ai réservé un billet pour la Colombie.


Entrée du 8 Juin 2006 :

Il fait une chaleur humide, normal en cette saison et dans cette région du globe. Aguado a déjà fait venir la vieille équipe : José Fortenza, Willy Erkin, Alphonse Moldicci, et les autres. Ca fait plusieurs fois que je chasse avec eux, ils sont très bons dans leur domaine. Willy prétend que la chose évite ses pièges facilement, ce qui rend le challenge intéressant. La créature est assez intelligente pour nous offrir un bon divertissement. Je prends mes aises dans la villa d'Aguado, le travail sérieux commence demain.


Entrée du 9 Juin 2006 :

J'ai rencontré la toubib personnelle d'Aguado, une certaine Esperanza. D'après ce que j'ai compris, c'est un médecin marron. A mon avis, elle participe à la création de la source de revenus d'Aguado. Elle a, semble-t'il, aperçu la créature, un bipède verdâtre. Je me demande si ce n'est pas bêtement un troll de Paragon qui s'est paumé dans le coin. Ils sont assez stupides pour ça. Mais dans ce cas, ils sont aussi assez stupides pour tomber dans les pièges. Quelque chose me dit que ce n'est pas un troll, mais cependant, je ne néglige aucune piste. Aucune trace de la bête aujourd'hui. Une journée de perdue. Aguado est déçu, mais pas autant que moi.


Entrée du 10 Juin 2006 :

On a fait une traque, mais ça n'a rien donné. On a pas pu l'approcher, même si on la suivait de près. José prétend l'avoir entr'aperçu, puis il a pris une sorte d'aiguille dans la jambe. La blessure est étrange, et on a effectué un retrait, de crainte qu'il ne soit empoisonné. La toubib Esperanza a examiné la plaie. Journée gâchée.


Entrée du 15 Juin 2006 :

Les journées précédentes ont été un fiasco complet. Impossible de déterminer l'endroit où niche la bête. Mais au moins, aujourd'hui, je sais ce que je chasse. Une créature de forme humaine, à la peau verte, légèrement couverte de ce qui ressemble à des vêtements, des feuilles un peu partout sur le corps. Je pense qu'il s'agit d'une mutante ou d'un truc comme ça. Il y'en a plein, là d'où je viens, à Paragon.


Entrée du 17 Juin 2006 :

Encore raté ! Cette saleté prévoit d'avance où nous allons, même si la tactique est prévue longtemps à l'avance. Moldicci prétend qu'elle commande aux plantes. Il a affirmé avoir aménagé un chemin dans l'épaisse jungle, et ne s'explique pas que les racines l'aient entravé comme ça. Je connais Alphonse depuis quinze ans, je l'imagine mal commettre une erreur de débutant. De la même façon, je crois que ... non, je deviens dingue, c'est la chaleur qui m'abrutit ! J'ai pourtant l'impression qu'elle entend ce qu'on pense !


Entrée du 26 Juin 2006 :

Au grands mots les grands remèdes ! On a organisé une gigantesque battue, avec tous les gars qu'on a pu recruter, de gré ou de force. J'ai repéré puis suivi la créature, essayant de l'aiguiller sur un piège, pour la capturer vivante. Mais à chaque fois que je pensais à un piège, elle l'évitait. Je crois que j'ai vu juste, elle lit les pensées, mais celles en surface uniquement. J'avais oublié un piège posé par Willy, et elle est tombée dedans. Je lui ai tiré dessus avec le fusil hypodermique, elle s'est endormie et on a pu la ramener. Aguado avait l'air content, mais aussi incoryablement surpris. Il y'a de quoi. Nous nous attendions à tout sauf à une espèce de plante de forme humanoïde.


Entrée du 27 Juin 2006 :

La créature est décidément très étrange. La toubib l'a ausculté, sans déceler d'activité cardiaque ou respiratoire. On a essayé de la nourrir, mais ni la viande ni les légumes ne l'intéressait. On lui a filé de l'eau, et elle l'a absorbé en mettant la main dedans. José a voulu se venger pour sa cuisse, qui prend désormais une teinte violacée, mais il est revenu en gueulant qu'elle n'avait pas d'orifices. Entre ses yeux fluorescents, sa peau verte, ses cheveux semblables à des branchages, ses bras et ses jambes couvertes de lierres et de feuilles diverses, je dois avouer que tout chez elle me laisse perplexe. Je ne sais pas ce qu'Aguado va en faire.


Entrée du 30 Juin 2006 :

Finalement, on a tous, d'un commun accord, décidés de l'envoyer à Paragon. Mes contacts avec des gens bien placés me permettront de la faire enfermer au Zig, pour qu'elle y soit étudiée. Je n'ai jamais vu une crature pareille. Mais en tout cas, c'était une bonne proie !


Entrée du 15 Juillet 2006 :

Aguado m'a envoyé les photos prises lors de la chasse, et une autre qu'il a prise quelques temps après. On dirait une espèce de masse végétale de forme ogivale, avec, en son centre, une espèce d'ouverture. L'intérieur forme une espèce de cuve aménagée pour recevoir un être de forme humanoïde, mais tout est d'origine végétale. Aguado me dit qu'il a trouvé son nid, mais je ne suis pas d'accord : on dirait plutôt une sorte de vaisseau spatial ...


Entrée du 29 Juillet 2006 :

La prison a été attaquée, et la chose s'est enfuie. Il est temps pour moi de me remettre en chasse. Un gibier aussi fort, je ne peux pas le laisser à n'importe qui !


Ulanakilia, Dominatrice Plantes/Psychique, sur Union Wink

_________________
Jeux à terminer :

Cradle
Deponia Doosmday
Divinity Original Sin 2
Rage
The Elders Scroll : Skyrim

Prochaines acquisitions :

Darksiders 3
Ghost of a Tale (si jamais il sort)
South Park, l'Annale du Destin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Poulpe
Poulpe Fiction
avatar

Nombre de messages : 3639
Age : 40
Vigilant : Snow, Tigerwolf, Ogre Noir, Miss Victory et Waka
Date d'inscription : 26/10/2005

MessageSujet: Re: Ulanakilia, journal de chasse de Robert James   Mar 1 Aoû - 17:54

Quelques semaines avant que Robert James ne se rendent en Colombie.

Station Carel, aux abords de la Confédération Baldane (ça vous rappelle quelqu'un ?)

- "Je répète, ici les troupes de la Confédération. Nous nous adressons au pilot de l'Ovi végétal en provenance de Cuild. Veuillez décliner votre identité et stopper votre appareil. Je répète ..."

Le soldat en armure blanche, Elyn, arrêta alors tout net ses paroles, sous le regard étonné de son copilote, Lokat.

- "Quoi ?"
- "C'est une Egana."
- "Comment tu le sais ?"
- "Elle vient de m'envoyer un message mental."
- "Qu'est-ce qu'elle a dit ?" Elyn rougit alors.
- "Crois-moi, tu ne veux pas le savoir !"
- "Qu'est-ce qu'on fait ?"

Des huit races nommées Dominantes sur Cuild, celle des Egana était la plus crainte et la plus redoutée, que ce soit sur leur planète d'origine comme dans le reste de la Confédération Baldane. Leur monde a atteint la maturité du voyage spatial, grâce à la technologie végétale développée par les Egana, mais cette race est la seule à laquelle il est interdit de voyager dans l'espace.

Ils représentent maintenant un centième de la population de Cuild, et ont tous plus ou moins les mêmes caractéristiques. Corps de forme féminine, couverts de feuilles et de lierres, ce qui n'est guère étonnant si l'on considère que ce sont des végétaux qui ont progressés jusqu'à atteindre un état avancé dans l'évolution, celui d'être doté de conscience.

Autrefois tyrans de leur monde, ils ont été obligés de se retirer quand, dans un formidable bond de l'évolution, les Ragis, leurs ennemis naturels issus du monde animal, ce qui est une exception sur Cuild, ont developpé une immunité aux pouvoirs télépathiques des Egana. Devant le reflux des Egana, les Ragis s'établirent alors en partisans de la démocratie, balayant les vestiges de l'ancienne Monarchie Egan. Devant le changement de régime, les Baldans s'intéressèrent à ce monde, et, après âpres négociations, convainquirent les Ragis et les six autres races Dominantes à rejoindre la Confédération. D'un commun accord, les sept races avaient convenu de laisser les Egana de côté.

Repliés sur eux-mêmes, vivant dans un territoire qui leur a été accordé, les Egana sont alors devenus une ethnie minoritaire sur le monde qu'ils ont contrôlés. Le droit de voyager dans l'espace leur a été retiré, et il a été promis de sévères sanctions pour les resquilleurs. Ils ont réduit volontairement leur rythme de procréation, afin de limiter les risques de surpopulation. Les Egana sont autorégulateurs de leur propre société. De temps en temps, néanmoins, ils ressentent le besoin de coloniser d'autres territoires. A ce moment-là, ils démontrent volontiers que ce sont eux qui ont offert à Cuild sa technologie intersidérale, en construisant un vaisseau végétal en quelques instants et en s'envolant.

Le dernier cas en date d'évasion d'Egana remonte à huit cycles, et, auparavant, il y'en avait plus régulièrement. Les Egana attrapés étaient emprisonnés, dans l'espoir d'être réimplantés dans leur territoire. Mais aucun n'est jamais revenu sur leur monde d'origine, préférant se laisser mourir en prison. Depuis, la surveillance autour de Cuild s'est relâchée, bien qu'elle existe toujours. On pense que les effets de la surpopulation d'Egana a contraint certaines d'entre eux à cet exil. Depuis, la race semble avoir trouvé son rythme de reproduction, à une exception près.

La naissance de jumelles est un fait rare chez les Egana. Pourtant, il arrive parfois, comme pour Ulanakilia et Ilonakilia. Devant cet excédent de population, la chef des Egana a alors demandé à l'aîné de quitter le monde, afin de laisser la jeune pousse grandir. Comme les Egana naissent adultes, cela n'a pas franchement posé de problèmes, si ce n'est celui du départ. Un vaisseau lui fut préparé, et la jeune créature fraîchement née a quitté son monde de naissance.

Le relâchement de la surveillance autour de Cuild a permis à son vaisseau de traverser une bonne partie de la Confédération, avant d'être rattrapé par un vaisseau armé de Baldane.

- "Arrêtez votre vaisseau, je répète ..." scandait Elyn.
- "Je reçois des messages aussi." fit Lokat. "Ho, la garce !"
- "Je répète, cessez de nous insulter et ... euh ... stoppez votre véhicule, sinon nous serons dans l'obligation de faire feu !"
- "Purée, quelle vicieuse ! Tu verrais ce qu'elle m'envoie !"
- "Bon sang, ce n'est pas le moment de s'extasier sur sa vulgarité ! Mets plutôt l'écran Psy en marche ! Nous passons en mode attaque !"

Une bulle violette entoura ensuite le vaisseau Baldan, coupant court à toute intrusion mentale. Deux canons à protons sortirent de la carlingue de l'appareil, pointant vers le cocon végétal comme deux dards monstrueux.

- "On est sortis de la Confédération." fit remarquer Lokat. "Elle n'appartient plus à notre juridiction. Stop !"
- "Trop tard ! Canons enclenchés ! Tir dans 5, 4, 3, 2, 1 ... 0."
- "Objectif atteint mais non détruit !"
- "Flûte, je crois que nous allons au devant de graves problèmes, mon vieux !"

_________________
Jeux à terminer :

Cradle
Deponia Doosmday
Divinity Original Sin 2
Rage
The Elders Scroll : Skyrim

Prochaines acquisitions :

Darksiders 3
Ghost of a Tale (si jamais il sort)
South Park, l'Annale du Destin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Poulpe
Poulpe Fiction
avatar

Nombre de messages : 3639
Age : 40
Vigilant : Snow, Tigerwolf, Ogre Noir, Miss Victory et Waka
Date d'inscription : 26/10/2005

MessageSujet: Re: Ulanakilia, journal de chasse de Robert James   Mer 2 Aoû - 12:47

- "Alors, Eddy, et la nouvelle prisonnière ?"
- "J'ai le rapport médical sous les yeux. Qui nous l'envoie ?"
- "Un certain Robert James, un chasseur. Il nous l'a expédié de Colombie."
- "Et bien ... il aurait mieux fait de la garder !"
- "Pourquoi ?"
- "Je vais te faire lecture du dossier médical :

Créature d'apparence humanoïde. De nombreuses disparités existent physiquement.

Les cheveux sont en fait un mélange de branches d'arbres, de lierre et de plantes diverses. Plusieurs excroissances pointues apparaissent au niveau du front. Les oreilles sont longues et perpendiculaires au crâne. La peau est verte et souvent humide. Les tâches sous les yeux ne correspondent pas à du maquillage : ce sont des tâches naturelles. Les yeux sont d'ailleurs verts luminescents.

Les ergots qui lui sortent des épaules seraient en fait des racines. Ce qui lui dissimule en partie la poitrine est un amalgame de mousse végétale. Pareil pour son espèce de bikini. Les avant-bras et les pieds et mollets sont recouverts de la même structure végétale que ce qui remplace les cheveux. Une sorte de 'queue de démon' est visible à l'arrière, et son usage doit être pour l'absorption de l'eau.

Un examen gynécologique devait être pratiqué, mais le médecin n'a pu que constater l'absence d'orifices à l'entrejambes. Nous ignorons comment elle évacue les déchets de son organisme. Elle a une propension naturelle à rester au soleil, et sa bouche ne semble n'avoir qu'une utilité limitée à l'absorption d'eau."

- "La vache ! C'est quoi, cette fille ?"
- "Attends, le reste n'est pas mal non plus !

Aucun squelette ne ressort des quelques radios que nous avons pu faire. Les prélèvements sanguins n'ont rien donné, l'aiguille ne pouvant traverser sa peau. Il semblerait que la prisonnière durcisse celle-ci dès que nous essayons de faire un prélèvement, cela même en étant que moitié consciente. Moitié consciente car les traitements soporifiques n'ont qu'un effet limité sur elle : elle semble planer un peu, mais ne montre aucun signe de sommeil.

Les examens de base du corps confirment ce que les personnes qui nous l'ont envoyé laissaient entendre : aucun battement de coeur, ou de signe d'activité respiratoire. Son alimentation semble être constituée d'eau, mais elle ne répugne pas à dévorer quelques insectes qui lui passeraient sous la main. Son 'régime' actuel ne semble pas lui convenir, et nous pensons que de nombreuses promenades au soleil seront à lui prescrire.

De fait, l'assistant Kingsley a émis l'hypothèse que tout le monde ne voulait pas reconnaître. Mais il semblerait qu'il ait vu juste, et que l'ensemble des professionnels du corps médical ayant participé à l'examen se range de cet avis : la créature représente ce que serait devenu l'espèce humaine si c'était les plantes qui avaient évolué à la place des animaux !"

- "Ils se foutent de nous ?"
- "J'ai pas fini.

Concernant les activités extrasensorielles, les avis sont partagés. Aucun scanner cérébral n'a pu être fait correctement. En fait, si les hypothèses sur sa nature d'organisme végétal intelligent se confirment, cela veut dire que la créature, tout en ayant une apparence humaine, n'en a pas la composition, et donc pas de cerveau. Du moins, le cerveau serait constitué par l'ensemble des cellules composant le corps.

Plusieurs des assistants prétendent avoir entendu une voix dans leur tête, qui leur lançait des injures, et ils affirment que c'est elle. L'un des chasseurs a aussi confirmé que la créature devait 'percevoir' les pensées en surface. Mais nous ne comprenons pas comment elle ferait pour nous comprendre, car, de toute évidence, elle ne connait pas notre langue. Le médecin-major, John Starman, avance l'hypothèse que plutôt que de communiquer par paroles, elle perçoit des images dans nos esprits.

Fin du rapport."

- "Fiou ! Les pauvres toubibs ! Z'ont dû en chier !"
- "Ouais."
- "Tu en fais quoi ?"
- "Cellule 49, c'est la plus exposée au soleil. On va en virer les occupants actuels. Il parait qu'elle n'aime pas notre compagnie, on va éviter les soucis !"

_________________
Jeux à terminer :

Cradle
Deponia Doosmday
Divinity Original Sin 2
Rage
The Elders Scroll : Skyrim

Prochaines acquisitions :

Darksiders 3
Ghost of a Tale (si jamais il sort)
South Park, l'Annale du Destin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Poulpe
Poulpe Fiction
avatar

Nombre de messages : 3639
Age : 40
Vigilant : Snow, Tigerwolf, Ogre Noir, Miss Victory et Waka
Date d'inscription : 26/10/2005

MessageSujet: Re: Ulanakilia, journal de chasse de Robert James   Jeu 3 Aoû - 15:43

Liberté

De grandes plaines se dessinent dans l'esprit d'Ulanakilia. Le vent les parcoure, le soleil les berce de sa douce lueur, la surface du plan d'eau ondule sous la brise légère. C'est l'idée qu'elle se fait de la liberté. Ce qu'elle vit actuellement est pour elle un cauchemar quotidien. Les gens autour d'elle sont ... surnuméraires.

Ce ne sont pas des Baldans. Elle le sait. Leur schéma cérébral est trop simple pour cela. De même, ils n'ont aucune protection. A plusieurs reprises, elle a dû faire un effort pour adapter ses pouvoirs psychiques à son nouvel environnement. Ca lui a pris du temps, mais le temps est un luxe qu'elle peut se permettre.

Depuis qu'elle peut percevoir les images résiduelles des esprits des êtres entourant sa geôle, elle voit où elle a atterri en catastrophe. Dans son malheur, elle sait qu'elle a eu la chance de parvenir sur un monde vivant. Mais ses habitants sont méfiants et rusés, elle n'a pas pu s'installer comme elle le désirait, et ils l'ont empêchés de se ménager son propre territoire.

Vibrations

Elle sait déjà que quelque chose se trame. Elle s'installe au soleil, plongeant sa main dans le bac d'eau que ses détenants lui ont apporté, afin d'emmagasiner un maximum de force. Elle ferme les yeux, pour se concentrer sur son ouïe. Elle entend les sons, mais ne les interprète pas correctement. Mais les vibrations lui apportent plus d'informations.

Des gens, comme ceux qui vivent autour d'elle, viennent attaquer le bâtiment. Elle perçoit leurs pensées, mais leur nombre fait qu'elle se perd dans les données. Elle entrevoit un symbole, une sorte d'araignée stylisée. Elle ne comprend pas plus, mais y voit une opportunité de sortir, de profiter de l'occasion pour recouvrer sa liberté.

Les vibrations se font plus intenses, comme si une onde de choc se propageait dans les murs de la prison. Un craquement sourd et sinistre se fait entendre. Il ne lui en faut pas plus pour abandonner sa position et se diriger vers la porte. Quand elle ouvre de nouveau les yeux, elle sait déjà ce qu'elle va trouver. Elle a senti les pensées du détenu le plus près d'elle. La porte est grande ouverte.

Sortir

Comme sa cellule, le couloir est insalubre et impropre à la vie. Elle se dit qu'elle corrigera tout cela quand le temps sera venu. Il n'y a ici aucun plante pour la féconder, elle va donc devoir s'adapter, comme son peuple l'a toujours fait, pour fonder son propre clan. Diriger ce monde pourra être une occasion de retrouver leur gloire passée. Elle voit plusieurs de ces êtres, ceux qui se nomment 'humain'.

En fait, Ulanakilia voit qu'il y'a deux genres. Un genre qui lui ressemble, et un autre qui semble plus épais et costaud. Mâle et Femelle. Le concept lui est inconnu. Pour mieux le comprendre, elle se dirige vers l'un d'eux. La simple lecture de pensée ne suffira pas pour comprendre leur fonctionnement et leur mode de procréation. Le contact physique est nécessaire.

Trop de pensées sont diffuses dans l'air. Prendre les informations directement au plus profond d'un être, même aussi peu complexe que ceux-ci, nécessite que les épidermes d'Ulanakilia et de la personne dont elle veut lire les pensées plus profondément entrent en contact. Elle trouve alors un être qui lui ressemble, même si sa peau est blanche et non verte.

Combat

Elle s'approche de l'humaine, ainsi qu'elle semble se définir. L'autre a pensé 'non-humaine', permettant à l'alien de comprendre ce qu'elle représente à leurs yeux. L'humaine lui crie quelque chose, mais les mots ne lui disent rien. En revanche, la pensée est sans équivoque. Si Ulanakilia l'approche encore, elle la tuera. Ou du moins, elle tentera, lui répond mentalement l'être végétal.

L'autre ne met pas longtemps à réagir, et colle son poing dans la figure de la femme-plante. Le choc est tel que le corps de cette dernière est projeté en arrière. Le choc, mais pas la douleur qui va avec. L'avantage d'être une plante est que l'on peut ignorer ce genre d'informations, et continuer à se battre dans un état dans lequel ces pitoyables humains ne seraient même plus portés par leurs jambes.

L'humaine s'étonne de la voir se relever, comme si rien ne s'était passé. Elle retente une attaque. Mais cette fois, Ulanakilia réagit avant l'impact. Des racines surgissent du sol, enveloppant les jambes de l'agresseur, l'empêchant d'approcher trop près. Les attaques mentales jaillissent alors des cornes frontales de la femme-plante. Quand l'humaine est suffisamment affaiblie, elle s'en approche, et malgré ses dénégations, lui pose la main sur le front.

Lecture mentale

Aux yeux des gens alentours qui voient la scène, l'humaine sur laquelle Ulanakilia a posé la main semble faire une attaque. Ses yeux tournent dans tous les sens, indépendament l'un de l'autre, et de l'écume s'échappe de ses lèvres. Son corps tremble comme si elle était traversée par un courant haute tension, tandis que les informations affluent dans l'esprit de la femme-plante.

Les concepts de Mâle/Femelle sont acquis, de même que la méthode pour concevoir un enfant. Les données affluent dans l'organisme d'Ulanakilia, qui les enregistre pour s'adapter au nouvel environnement. Le corps de la femme-plante est à son tour secoué de spasmes, au niveau du bassin et de l'entrejambes. En quelques secondes, elle vient de se rapprocher des humains.

Elle relâche alors l'humaine qu'elle maintenait debout, et celle-ci s'écroule dans un râle, ayant toujours l'écume aux lèvres. Une fois que la femme-plante s'en écarte, deux humaines s'approchent de celle qui est tombée, la retournant pour mieux voir ce qu'elle lui a fait. Elles la regardent avec étonnement, avant de se retourner vers Ulanakilia et de l'observer avec effroi. Mais celle-ci est déjà loin.

Souvenir psychique

Elle parcoure alors des couloirs, suivant des traces d'énergie psychique, avant d'être interpellée par une zone contaminée par une trace mentale assez stupéfiante. Elle pose la main au sol, absorbant les résidus psioniques traînant sur le sol. "D'ici s'est échappé la Mouche." (Insigne Fille de l'air acquis Wink ).

Sortir

Un message mental précédant des mots lui parvient. La lecture mentale a été plus laborieuse qu'elle ne le pensait, et pour y parvenir, elle a été obligée de détruire le psychisme de cette femme. Peu lui importe. Cela a été un sacrifice nécessaire, et qui porte ses fruits. Même si elle ne peut pas parler, elle comprend néanmoins le sens des mots qui lui parviennent.

- "Je m'appelle D.C., t'es qui, toi ?"

Pas de réponses, du moins verbales. Ulanakilia n'a pas d'organes pour faire vibrer l'air, elle se contente de lâcher un avertissement mental, accompagné de l'image de la femme en piteux état. L'autre attend, stupéfait, avant de lire sa liste, et de reprendre sa phrase. Cela ne sert à rien, puisque ses pensées sont déjà arrivées à Ulanakilia.

- "Mentalement décérébrée ? Ombre de la Violence ? Bon sang, mais je devais la faire sortir d'ici ! Qu'est-ce que je vais pouvoir faire ?"

Une nouvelle réponse mentale lui parvient. La femme-plante accepte de prendre sa place dans l'évasion, faisant miroiter tous les avantages qu'il aura à la laisser partir, en premier lieu celui de rester vivant. Il semble hésitant, mais une nouvelle vague de menaces semble l'impressionner. Alors qu'il réfléchit et que les résultats de sa cogitation s'affichent au fur et à mesure dans son esprit, Ulanakilia attend, percevant la moindre de ses pensées.

- "Bon, de toute manière, si tu as survécu à une rencontre avec Ombre de la Violence, c'est que tu es plus forte qu'elle ! Vas-y, je vais prévenir les autres qu'il y'a un changement de dernière minute."

Liberté. Enfin, je suis libre ! Je vais pouvoir profiter de cette nouvelle nature qui s'offre à moi, et établir mon règne céans !

_________________
Jeux à terminer :

Cradle
Deponia Doosmday
Divinity Original Sin 2
Rage
The Elders Scroll : Skyrim

Prochaines acquisitions :

Darksiders 3
Ghost of a Tale (si jamais il sort)
South Park, l'Annale du Destin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ulanakilia, journal de chasse de Robert James   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ulanakilia, journal de chasse de Robert James
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» terrible accident dans le journal du 18/08
» Les groupes de chasse de l'armée de l'air:
» Décès Robert Lebastard
» chasse au trou
» Qui tient un journal de bord ? [pêche carpe]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LES VIGILANTS :: FORUMS DES VIGILANTS :: CITY OF VILLAINS :: Panthéon des Vigilants Noirs-
Sauter vers: