LES VIGILANTS

Vigilants - Vigilants Noirs - Vigilant Archery - Licornes Vigilantes
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Les frères de sang

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
La bestiole
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 1088
Vigilant : Bête Humaine, Maître du feu, Raage, Morizio ACCATENANGO
Date d'inscription : 31/10/2005

MessageSujet: Les frères de sang   Mar 28 Nov - 16:43

Tehouantepec (Ville ancestrale au nouveau Mexique) 1700 ans avant notre ère.

Tehouantepec n’est encore qu’une toute petite ville, principalement axée sur l’agriculture. Sa situation géographique lui a permis d’échapper jusqu’à présent aux guerres continuelles qui font rage sur le reste du continent.

Des paysans travaillent dans les champs autour de la ville. Le temps est radieux, pas un seul nuage à l’horizon. Cependant, l’impression qui se dégage de ce spectacle n’a rien d’idyllique, le travail est dur et les gens mal alimentés.

Tout à coup, tous les oiseaux des environs s’envolent, semblant fuir les lieux. Les animaux domestiques semblent pris de folie et font de même.

Les paysans regardent autour d’eux, hébétés, ne comprenant rien à ce qui se passe lorsqu’un tonnerre de tous les diables gronde au-dessus de leurs têtes. Les vents se déchainent quand un anneau lumineux, parallèle au sol déchire le ciel à plusieurs centaines de mètres d’altitude.

Des lasers sortent immédiatement de ce cercle et labourent le sol, répandant mort et chaos quand un vaisseau Ritki gravement endommagé pénètre l’atmosphère à grande vitesse, suivis de près par un second vaisseau totalement inconnu. Le second astronef n’a pas fini de passer lorsque le cercle se referme. Aucun des deux vaisseaux n’a le temps de faire quoi que ce soit avant de s’écraser au sol, libérant une onde de choc assez puissante pour plaquer toutes les personnes présentes au sol dans un rayon de plusieurs centaines de mètres.

Un calme de mort s’installe dans la vallée, jusqu’à ce que les mourants commencent à se faire entendre et que les champs les plus proches prennent feu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La bestiole
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 1088
Vigilant : Bête Humaine, Maître du feu, Raage, Morizio ACCATENANGO
Date d'inscription : 31/10/2005

MessageSujet: Re: Les frères de sang   Mer 29 Nov - 12:12

Quelques minutes seulement auront permis aux paysans de s’organiser. Un groupe se charge des incendies et l’autre des blessés.

Tout le monde est bien trop occupé pour prendre le temps de prêter la moindre intention aux amas de ferrailles plantés dans le sol.

Une série d’explosions finissent toutefois par attirer l’attention. Des mouvements à l’intérieur sont perceptibles. Quelque chose semble vouloir sortir.

Plusieurs personnes s’arment de ce qu’ils trouvent et commencent à chercher afin de voir d’où viennent exactement ces bruits quand une plaque bascule pour laisser la place à trois êtres en armure de combat high tech, aux formes vaguement féminines.

L’un des paysans brandi sa lance et s’apprête apparemment à attaquer les intrus lorsqu’il reçoit une décharge énergétique lui faisant exploser le thorax. Les autres, devant un tel spectacle, reculent. Un cri venant du fond les fait s’arrêter. Tous jettent leurs armes au sol et se prosternent devant les extra-terrestres.

- (Sashania (traduit)) « Où sommes-nous capitaine ?
- (Capitaine Ahurale) Aucune idée caporal. Les Ritkis ont essayé de fuir via un portail transdimentionnel. Nous nous sommes rués à leur suite afin de ne laisser aucun survivant. La suite, vous la connaissez.
- (Docteur Bèkse, regardant un appareil qu’elle tient à la main) Je ne perçois que des signaux vitaux extrêmement faibles provenant des restes des vaisseaux. Nous devons faire vite si nous voulons avoir une chance de sauver qui que ce soit. »

Un mouvement dans la foule coupe leur conversation. Un vieil homme s’avance respectueusement et les invites, visiblement, à le suivre.

- (Capitaine Ahurale) « Caporal Sashania, activez votre champ de force au cas où et suivez-le. Il vous montrera peut-être quelque chose d’intéressant. Docteur, tachez de prendre quelques-uns de ces sauvages avec vous et allez voir si vous ne trouvez pas quelques survivants. Pour ma part, je vais voir s’il n’y a pas de matériel bon à récupérer. » Sashania obéit immédiatement et suit le vieillard.
- (Docteur Bèkse) Que fait-on des Riktis si nous en trouvons ? Nous n’avons nulle part où les enfermer.
- (Capitaine Ahurale) Aucun Rikti n’a put survivre.
- (Docteur Bèkse) Message reçu madame.


Dernière édition par le Mer 29 Nov - 20:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La bestiole
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 1088
Vigilant : Bête Humaine, Maître du feu, Raage, Morizio ACCATENANGO
Date d'inscription : 31/10/2005

MessageSujet: Re: Les frères de sang   Mer 29 Nov - 16:20

Une demi-heure plus tard, le capitaine Ahurale s’étonne de ne pas voir revenir Sashania. Elle la contacte donc par radio et lui demande de la rejoindre afin de l’aider à trouver du matériel à récupérer.

Sashania la rejoint, entourée de paysans équipés de cordes. Elle tient deux enfants par la main.

- (Capitaine Ahurale) « C’est quoi, ça ?
- (Sashania) Je pense qu’ils veulent nous venir en aide.
- Je vois bien. Je parle des petits …
- Ha, heuuu, ils pleuraient aux cotés du cadavre de leur mère. J’ai préféré les prendre avec moi. Cela aura au moins eu le mérite de nous attirer les bonnes grâces de ce peuple.
- Vous avez désactivé votre champ de force ??
- Oui, après l’exemple que vous avez fait tout à l’heure, ils nous craignent. De plus, ce n’est visiblement pas un peuple guerrier, donc …
- Humpf … Ne prenez donc pas de risques inutiles ! Que voulait le vieillard ?
- Je n’ai pas trop compris capitaine … Leur langage est incompréhensible … Il s’agit d’une sorte de prêtre, il m’a emmenée dans un temple. Par contre, je n’ai aucune idée de ce qu’il nous voulait exactement.
- Bien. Faisons en sorte que ces sauvages nous soient utiles. Nous irons plus vite pour parcourir les restes des deux vaisseaux. Il y a forcément quelque chose à récupérer.
- Ils me semblent assez intelligents pour nous permettre une communication par signes. Pour le reste …
- (Capitaine Ahurale) Pour le reste, nous verrons plus tard. Débarrassez-vous de ces enfants, nous avons du travail qui nous attend. Ha, et si vous voyez un Rikti, abattez-le, nous n’avons pas de temps à perdre avec eux.
- A vos ordres madame.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La bestiole
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 1088
Vigilant : Bête Humaine, Maître du feu, Raage, Morizio ACCATENANGO
Date d'inscription : 31/10/2005

MessageSujet: Re: Les frères de sang   Jeu 30 Nov - 13:54

Trois jours ont passé.

Nos trois extraterrestres se sont réunis au milieu des décombres afin de faire un point de la situation.

- (Capitaine Ahurale) Docteur, comment va Almen ?
- Il est mort dans la matinée. Nous sommes les seules survivantes. Nous l’enterrerons ce soir avec les autres.
- (Capitaine Ahurale) Maudits soient les Riktis ! Caporal, où en êtes-vous avec ces sauvages ?
- Houlà, vague question. Ils sortent à peine de l’âge de pierre. Ils ne savent travailler que l’or, et encore, de façon rudimentaire. Comme vous avez certainement pu le voir, ils cultivent des plantations, mais ne connaissent pas encore l’irrigation. Ils ont une capacité de reproduction énorme. Entre ça et leurs connaissances paysannes, ils sont, sans aucun doute possible, victimes de famines récurrentes. Nous allons avoir du mal à survivre longtemps parmi eux. Quand à leur langue, elle ne me semble pas bien compliquée et je commence à arriver à communiquer, même si cela reste basique. Le seul point sur lequel je serais catégorique, c’est qu’ils nous prennent pour des déesses mineures, d’où leur servitude actuelle.
- (Capitaine Ahurale) Voilà qui nous servira, essayez de vous renseigner afin de savoir quel rôle nous sommes sensé avoir, histoire de ne pas avoir de mauvaise surprise. Pour ma part, je n’ai pas put récupérer grand-chose de réparable et absolument rien en état de fonctionner directement, nos armures mises à part. Docteur, vous vous y connaissez quoi en technologie Riktie ?
- Pas grand-chose si ce n’est que la plupart de leur technologie nous a été volée, je ne serais donc pas étonnée outre mesure d’apprendre qu’elle serait compatible avec la notre. De toutes façons, j’ai tout le temps de vous y aider maintenant, mes connaissances médicales ne me serviront pas dans un proche avenir. Du moins, je l’espère.
- (Capitaine Ahurale) Ne prenez pas cela pour acquis. Actuellement, nous n’avons absolument rien qui nous permette de réalimenter nos armures. Elles seront donc à plat d’ici quelques jours à peine. Et sans ces armures, nous n’aurons plus aucune protection contre les bactéries de ce monde. Et vous avez vu ce qui est arrivé au major Almen … Bien, pour résumer, Bèkse, nous allons toutes deux essayer de réparer un maximum de matériel. Sashania, vous, vous continuez à en apprendre un maximum sur ces sauvages. Ne faites rien qui pourrait leur faire comprendre que nous ne sommes pas des déesses, je pense qu’une telle situation pourrait nous servir, cas échéant.
- (Sashania) Ce sont des Aztlans. Pour le reste, il n’y a aucun souci, leurs prêtres sont on ne peut plus dociles, mais je pense qu’il serait préférable de dormir dans les restes des vaisseaux. Cela ajoute à notre charisme apparemment.
- (Ahurale) Fort bien, c’est ce que nous ferons, donc. Docteur, nous attaquons de suite, à commencer par les modules énergétiques.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La bestiole
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 1088
Vigilant : Bête Humaine, Maître du feu, Raage, Morizio ACCATENANGO
Date d'inscription : 31/10/2005

MessageSujet: Re: Les frères de sang   Lun 4 Déc - 17:02

- (Docteur Bèkse) Ca marche ! Capitaine !!

Le capitaine Ahurale arrive en courant. Elle se penche sur la sonde et ne cache pas sa joie le moins du monde.

- VIVA !!! Vérifiez les circuits. Cette balise de secours avait tout de même bien reçu lors du crash …
- (Docteur Bèkse) C’est typiquement ce que je suis en train de faire madame et … et nous allons avoir un problème.
- Comment ça ?
- La partie transfert interdimensionnel des messages est hors service. Il va falloir que je regarde ça. Par contre, mes connaissances en électronique étant basiques, il y a peu de chance que je parvienne à quoi que ce soit …
- Ainsi donc, il va certainement falloir attendre que l’un de nos vaisseaux vienne dans cette dimension pour qu’il puisse capter notre appel au secours … Autrement dit, nous sommes coincées ici pour un certain temps.
- (Docteur Bèkse) Moui … Et je dois bien vous avouer que mourir sur ce monde ne m’enchante guère … ». L’attention du capitaine Ahurale fut attirée par l’arrivée de Sashania et des deux jumeaux, qui ne la quittaient plus d’une semelle depuis leur arrivée.
- (Capitaine Ahurale) Voyez s’il n’y a vraiment rien que vous ne puissiez faire pour réparer les pièces défectueuses. J’ai réussi à coupler un module énergétique sur une cuve Riktie, cela vous aidera certainement. Si rien de tout cela ne nous permet de réparer la sonde de secours, et bien …
- (Docteur Bèkse) Et bien ?
- Il y aurait bien une solution, mais nous n’en parlerons qu’en dernier ressort.
- Bien madame. Je ferais de mon mieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La bestiole
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 1088
Vigilant : Bête Humaine, Maître du feu, Raage, Morizio ACCATENANGO
Date d'inscription : 31/10/2005

MessageSujet: Re: Les frères de sang   Lun 5 Fév - 17:28

- (docteur Bèkse) « Capitaine ?
- Oui ?
- Certains des composants restent irréparables. Et la cuve Riktie ne nous servira à rien, les composants semblent ne pas exister sur ce monde, ou, en tout cas, pas en quantité détectables.
- Voilà qui est ennuyeux … Mais la sonde est tout de même opérationnelle pour lancer un message dans cette dimension ?
- Oui. Mais il nous faudra la mettre en orbite, l’atmosphère de ce monde risque de rendre le message incompréhensible.
- (capitaine Ahurale) Ce point n’est pas inquiétant outre mesure. Nous avons de quoi effectuer le lancement, mais sans possibilité de récupération. Le message sera donc définitif.
- Je pense qu’il est temps de dévoiler votre plan de secours …
- En effet. Cela se fera en trois phases. Construction de trois chambres d’hibernation, conditionnement des jumeaux afin qu’ils nous prennent pour des déesses, ce qui ne devrait pas être bien compliqué et, pour finir, nous les polymériserons, afin qu’ils deviennent des gardes dignes de ce nom.
- (à l’évocation de la polymérisation, le docteur Bèkse semble marquer le coup) Mais … ! Cette action serait réprouvée par n’importe quel conseil ! Nous seront condamnées et …
- Peut-être préférez-vous vous porter volontaire afin de mieux surveiller notre sommeil. Vivre ici ne vous dégoûte-t-il point ?
- Si, bien sûr que si capitaine. Mais que va-t-il se passer si l’on nous retrouve ? Sans compter qu’il nous faudra trouver de TRES grandes quantités de polymères …
- Nous les détruirons lorsque les nôtres viendront nous récupérer. Et pour ce qui est du polymère, le sable qui se trouve dans le lit de la rivière en est saturé. Maintenant, préparez le message de la sonde, nous effectuerons le lancement dès ce soir. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La bestiole
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 1088
Vigilant : Bête Humaine, Maître du feu, Raage, Morizio ACCATENANGO
Date d'inscription : 31/10/2005

MessageSujet: Re: Les frères de sang   Lun 5 Fév - 18:59

De nos jours, dans le grand nord.

Un vent intense fouette le paysage, soulevant la neige de toutes par, limitant la visibilité.

Un véhicule chenillé s’arrête au milieu de la plaine. Une silhouette en descend. Il est visiblement malmené par le froid et le vent.

Il prend un poteau métallique, le plante dans le sol puis branche un câble électrique afin de le relier au camion.

Sans attendre, il remonte rapidement dans le camion.

Dès que la porte est refermée, il enlève sa cagoule, jette son écharpe et ses moufles au sol puis souffle dans ses mains, histoire de se réchauffer.

- « C’est bon Ely, la sonde est plantée. Il fait un froid de canard !!
- Mouais. A peine -30° C, petite nature va.
- Très drôle. Tu crois vraiment qu’on va pouvoir trouver du pétrole par ici ?
- Y a des chances. Il y avait des forêts ici, il y a une paire de milliers d’année. L’axe de la Terre à bougé d’une trentaine de degrés. Enfin bref, fais un check up de la sonde s’il te plait. Plus tôt on aura fait ça, plus tôt on retournera dans nos pénates.
- Chef ! Oui chef ! »

Ely lance un regard noir à son collègue qui se contente de sourire et lance la procédure de contrôle.

- « Tous systèmes sont opérationnels.
- Bien, je déclenche la première charge. »

Ely entre un code sur le PC puis appuie sur la touche de validation. Une détonation assourdie ne tarde pas à se faire entendre puis, plus rien.

Quelques minutes plus tard, les données affluent.

Des couches géologiques grossières prennent forme sur les écrans mais une partie semble bizarre.

- « Qu’est-ce que c’est que ce délire ? Tu es sûr que le check up était bon ??
- Ben oui. » Mark s’approche d’Ely pour jeter un œil à l’écran : « C’est quoi ce bordel ?
- Relance les vérifications, repasse un calibrage, on va recommencer.
- Ca roule. »

Mark retourne dans son coin, sorts un livret d’un tiroir et se lance dans ses procédures.

Ely, de son coté, étudie ce qu’il a sur l’écran. Plus il analyse les résultats, plus il est perplexe.

- « Bon, en attendant, on a du pétrole un peu plus bas, c’est déjà ça … »

Mark se contente de maugréer mais ne s’arrête pas dans ses réglages.

Vingt minutes ont passées quand les vérifications sont terminées.
- « Bon, j’ai tout vérifié. Il y avait bien quelques petites erreurs, mais rien qui puisse expliquer notre anomalie …
- Bon, on va faire péter les charges deux et trois histoire d’avoir une onde de choc plus importante. Les mesures devraient être plus précises. »

Ely recommence la manœuvre de sondage. Une détonation un peu plus forte se fait entendre, le véhicule tremble à peine.

Quelques minutes passent puis les données affluent à nouveau.

L’anomalie est toujours présente, mais les tracés sont beaucoup plus précis.

- « Bon, et bien cette fois, on est sûr que ce ne sont pas les appareils qui déconnent Ely …
- Mouais. Bon, écoute, on ne va pas s’embêter avec ça pour l’instant. On a trouvé du pétrole, c’est le principal. On refilera ça à la société, qu’ils se démerdent avec. On rentre »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La bestiole
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 1088
Vigilant : Bête Humaine, Maître du feu, Raage, Morizio ACCATENANGO
Date d'inscription : 31/10/2005

MessageSujet: Re: Les frères de sang   Mar 6 Fév - 17:35

Cold Moutain.

Le colonel Hammond est dans son bureau, perdu derrière une pile de documents à étudier quand l’un de ses hommes, le docteur Starr, frappe à la porte.

- « Entrez.
- Mon colonel. Une société pétrolière a trouvé ceci. Je pense que cela pourrait-être intéressant. »

Le colonel prend les documents que lui tend le docteur Starr et jette un œil rapide.

- « Vous m’expliquez ?
- Nous avons trouvé une structure à plusieurs centaines de mètres de profondeurs au pôle Nord. D’après les traces géologiques, cet élément a été projeté contre le sol à plusieurs fois la vitesse du son. Nos chercheurs voudraient le récupérer pour l’étudier. Ce serait très prometteur à ce qu’il semble. » A ces paroles, le colonel rejette un œil au dossier et manque de s’étouffer :
- « Dites, vous avez vu le montant des sommes demandées ???
- Oui mon colonel. Sachez toutefois que ce montant ne sera pas atteint. La société a commencé le forage et est passée par la zone traversé par l’élément, le sol y est un peu plus meuble apparemment. Ils estiment l’atteindre d’ici une petite semaine.
- Il ne nous restera le transport donc … Ce n’est pas rien !
- Effectivement mon colonel, mais cela devient un peu plus envisageable, non ?
- Humpf … D’un point de vue tactique, quel est l’urgence ?
- Nous avons intercepté un message Iranien y faisant allusion. Ils semblent décidés à s’en emparer. Idem avec les Nord-Coréens.
- … Je vous donne le feu vert. Vous prendrez plusieurs équipes pour sécuriser le terrain. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La bestiole
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 1088
Vigilant : Bête Humaine, Maître du feu, Raage, Morizio ACCATENANGO
Date d'inscription : 31/10/2005

MessageSujet: Re: Les frères de sang   Jeu 8 Fév - 13:13

Cold Mountain.

Le colonel Hammond vient d’apprendre que le docteur Starr est de retour. Il prend donc les devants et va à la rencontre du docteur afin d’obtenir un premier rapport oral.

Plus le colonel approche du laboratoire, plus il y a d’effervescence. Les techniciens s’activent dans tous les sens, les couloirs sont encombrés de caisses et, dans une pièce placée un peu plus loin, Starr hurle des ordres et râle devant la lenteur de l’emménagement..

Hammond entre, tout le monde se met immédiatement au garde à vous.

- « Repos messieux. Docteur Starr, un premier rapport ?
- Rien de bien intéressant pour l’instant mon colonel. Il faudrait que nous fassions plus de tests et …
- Dites moi déjà ce que vous savez …
- Très bien. Il s’agit d’un monolithe de 7.50 mètres de haut, 5.20 mètres de large et 5 mètres d’épaisseur. Ca pèse plus de 200 tonnes. C’est plus dur que le diamant, plus lourd que le plomb. L’ultraviolet ne passe pas au travers, les caméras à onde T non plus. Le bloc est réellement amagnétique dans le sens où il rejette tout champ électromagnétique. Il suffit d’approcher une boussole pour qu’elle s’affole et se démagnétise. Imaginez les dégâts que cela peut occasionner sur les systèmes informatiques. Idem pour les personnes ayant un pacemaker. Nous ne sommes pas encore en mesure de savoir si c’est le matériau lui-même, un système technologique ou de la magie qui occasionne ces effets. Il y a des gravures sur toutes les faces, sauf sur celle dont nous pensons être le dessous. Sur l’une d’entre-elles, nous avons relevé ce qui pourrait être le système solaire, regardez, là haut. Nous pouvons y voir avec précision les huit planètes du système avec un trait extrêmement fin qui les relies toutes au soleil.
- Arrêtez-moi si je dis une bêtise, mais … Il n’y a pas neuf planètes dans notre système ?
- Non. En fait, il y a eu un long débat au sujet de pluton qui est plus petit que la lune et sans atmosphère. Le débat a définitivement été clôturé lorsque nous avons trouvé des corps célestes de la même taille dans la ceinture de Kuiper. Il devait donc s’agir d’une lune d’une géante gazeuse qui à échappé à son orbite, ce qui explique sans doute l’axe de son …
- C’est bon, c’est bon. Ne nous éloignons pas du sujet. Donc, pour en revenir au dessin ?
- Et bien, si les planètes sont représentées dans leur position exacte autour du soleil, nous sommes en mesure de dater la création de ce monolithe.
- Et ?
- Avril ou mai de l’an 1 300 avant JC.
- Ha oui, quant même. Rien d’autre ?
- Non, rien pour le moment monsieur.
- Bien, bien. Continuez vos investigations … Au fait, vous ne m’avez pas fait de rapport concernant les Nord-Coréens et les Iraniens … ?
- Parce qu’il n’y a rien à en dire. Ils ont préféré laisser tomber lorsqu’ils ont vu les moyens que nous avions mis en face.
- Très bien. Allé, au travail. »


Dernière édition par le Ven 9 Fév - 1:03, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La bestiole
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 1088
Vigilant : Bête Humaine, Maître du feu, Raage, Morizio ACCATENANGO
Date d'inscription : 31/10/2005

MessageSujet: Re: Les frères de sang   Jeu 8 Fév - 16:51

Cold mountain, deux jours plus tard.

Le docteur Starr vient faire son rapport au colonel Hammond.

- « Le rapport va être des plus court : nous faisons du sur place.
- C'est-à-dire ?
- C'est-à-dire que nous n’avons pas découvert grand-chose de neuf. Nous avons réussi à récupérer un échantillon de matière pour analyse, mais il s’agit d’une matière totalement inconnue. La datation au carbone 14 s’avère donc impossible. Une chose est sûre, donc, le bloc est d’origine extraterrestre. Il reste les gravures. Nous avons trouvé des pyramides qui rappellent les pyramides Incas ou Mayas de par leur formes, mais elles sont trop différentes de celles des peuples sud-américains pour les rapprocher de l’un ou l’autre ...
- Quoi d’autre ?
- Le … l’amagnétisme vient d’un mécanisme magique ou technologique caché à l’intérieur du bloc. L’échantillon prélevé semble ne présenter qu’un amagnétisme résiduel. A moins que la courbe ne soit pas linéaire. Pour finir … Nous pensons avoir trouvé le moyen de l’ouvrir.
- Hors de question.
- Pardon ? Mais …
- Ecoutez, nous savons que ce truc est extraterrestre, qu’il a été lâché à haute altitude dans le seul but qu’il pénètre dans l’une des zones les plus reculées de notre planète. Quelque chose me dit que ce n’est pas pour rien. Celui qui a mit ça là-bas ne voulait pas qu’on le retrouve. Il serait peut-être sage de respecter ce souhait, non ?
- Oui, mais … Peut-être que maintenant nous sommes en mesure de faire face à ce qui se trouve à l’intérieur ?
- Non.
- Nous pourrons prendre toutes les mesures pour nous assurer de ne prendre qu’un risque minimal !
- Jai dit : non.
- Pensez aux retombées économiques si nous parvenons à trouver un système capable de fournir de l’énergie pendant plus de trois milliers d’années sans faiblir !
- NON !!
- Pensez aux applications militaires si nous sommes capable d’annihiler tout système informatique, de rendre inopérant les moteurs électriques et les centrales ennemies ! ». Starr semble avoir marqué un point important. Le colonel Hammond semble tout à coup hautement intéressé.
- « Vous pouvez développer ?
- Vous vous rappelez de l’exemple de la boussole ? Le simple fait de l’approcher du monolithe l’a rendu complètement folle puis a démagnétisé l’aiguille. Ce n’est toujours pas revenu.
- Comment pourriez-vous l’ouvrir ?
- En fait, il y a deux chevilles qui traversent toute la largeur du bloc. D’après les dessins, il suffirait de les faire pivoter d’un quart de tour pour pouvoir ensuite les faire glisser. Les parois du bloc font un mètre d’épaisseur apparemment. Et les chevilles font 20 centimètres de diamètre.
- Pourquoi ne les avez-vous pas vues avant ?
- Parce que la découpe est tellement précise que nous ne sommes pas en mesure de les voir à l’œil nu.
- Si je me souviens bien, le bloc pèse plus de 200 tonnes … Le couvercle ne doit pas être léger, je me trompe ?
- Non monsieur. Mais nous pourrons avoir le matériel pour le bouger d’ici une petite semaine. Il vous suffira de nous signer une autorisation.
- Humm … Vous ferez ça dans une salle blindée avec une sécurité virale de type P4. Je veux aussi quatre gardes en armures de combats surboostées. Occupez-vous du protocole de mise en place pour cela. Vous pouvez disposer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La bestiole
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 1088
Vigilant : Bête Humaine, Maître du feu, Raage, Morizio ACCATENANGO
Date d'inscription : 31/10/2005

MessageSujet: Re: Les frères de sang   Ven 9 Fév - 16:31

Le colonel Hammond et le docteur Starr ont tout deux revêtu une blouse blanche. De nombreux moniteurs de surveillance, avec autant de techniciens, les entourent.

Les deux hommes sont face à une vitre blindée les séparant du laboratoire.

Le bloc y a été installé au milieu. Une énorme machinerie de manutention lui fait face.

Une seule personne, dans une combinaison imperméable se trouve dans la même pièce que le bloc.

Quatre militaires en armure de combat se trouvent dans le sas d’accès, prêts à intervenir.

Starr coche des cases sur un bloc notes.

- « Les systèmes sont tous opérationnels mon colonel. » Le colonel toise Starr quelques instants, regarde les techniciens puis s’approche du micro de l’interphone.
- « Nous allons commencer la procédure d’ouverture. Que chacun se tienne sur ses gardes et nous pourrons très certainement parer à toute éventualité. Docteur Starr, à vous de jouer.
- Messieux, la première phase consiste à déverrouiller les goupilles. Lancement dans 3 … 2 … 1… Top. »

L’un des techniciens actionne un programme.

La machine se positionne au niveau de la goupille du bas. Un disque prend place à chaque extrémité de la goupille puis des vérins les presses contre.

Une fois la pression suffisante, le système pivote d’un quart de tour, sans trop de difficultés, apparemment.

L’un des techniciens s’étonne de certaines données :

- « Docteur Starr, nous avons une chute de 20% des capacités amagnétiques du bloc ! ». Starr s’approche de l’écran et y jette un œil.
- « Oui … Et ça continue de descendre … ». Regardant le colonel Hammond : « Nous savions que cela pouvait se produire mon colonel. Cela confirme donc que cela ne vient pas de la matière dont est composé le bloc. Pouvons-nous de continuer ?
- Faites, faites.
- Messieux, lancez la procédure d’extraction. »

Le premier technicien s’exécute et lance un second programme.

L’un des disques se retire pendant que l’autre reprend sa poussée. Dès qu’une dizaine de centimètres de la goupille est dégagée du bloc, trois rouleaux sont positionnés contre, prennent le relais du disque et continuent à tirer la goupille géante sur un tapis roulant.

La personne qui se trouve dans e labo prend la parole :

- « Docteur, je vois une succession de disques le long de la goupille. Cela me fait penser à des connections électroniques.
- Docteur, la puissance du bloc chute encore, nous n’en sommes plus qu’à 40% de la valeur initiale.
- Oui, oui. Nous continuons. »

Sur un signe du docteur Starr, le premier technicien enchaîne les phases de retrait de la seconde goupille.

- « La puissance est tombée à 10% docteur.
- C’est noté. Entamez la phase de retrait de la porte. »

Quatre énormes ventouses pneumatiques viennent se positionner se la porte pendant qu’un tapis roulant se place au niveau du bas.

Plusieurs minutes sont nécessaires pour que le vide soit fait au nouveau des ventouses. Dès que celui-ci est presque total, la porte commence à avancer.

Trois quarts d’heure passent avant que l’intérieur du bloc ne soit entièrement dégagé.

Le colonel Hammond et le docteur Starr peuvent enfin poser un regard, plus qu’étonné, sur l’intérieur du bloc.

Les bords intérieurs de la structure sont cannelés sur les cotés gauche et droit, tout comme le plafond. Dans chaque creux se trouve une bande métallique dorée qui s’arrête à une quinzaine de centimètres du bord extérieur du bloc.

A l’intérieur de l’espace vide se trouve un second bloc.

Le colonel Hammond est le premier à rompre le silence :

- « Docteur, je veux une batterie de tests sur cette seconde structure. Je veux un rapport complet sur mon bureau demain en début d’après-midi.
- Ce sera fait monsieur.
- Et je veux une surveillance constante de ce truc. Exécution. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La bestiole
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 1088
Vigilant : Bête Humaine, Maître du feu, Raage, Morizio ACCATENANGO
Date d'inscription : 31/10/2005

MessageSujet: Re: Les frères de sang   Lun 12 Fév - 12:59

Le lendemain, à quatorze heures pétantes, le docteur Starr se rend dans le bureau du colonel Hammond.

- « Bonjour mon colonel.
- Entrez. Alors ?
- Il faudrait le bloc de la coque externe, parce que là … On ne peut vraiment rien faire.
- Y-a-t-il un danger quelconque à le faire ?
- Pour être honnête, nous n’en avons pas la moindre idée. Tout ce que nous savons, c’est que le module externe contient très certainement la source d’énergie et qu’elle servait aussi de blindage. En enlevant les goupilles externes, nous avons coupé le système, d’où la perte de puissance. L’impact sur le champ électromagnétique environnant ne devait correspondre qu’à des pertes minimes, ce qui nous donne une petite idée de l’ambiance qui devait régner à l’intérieur du second module. Par contre, impossible de vous dire ce qui pouvait bien se passer à l’intérieur.
- Donc, en résumer ? Danger ou pas danger ?
- Le système n’est pas loin d’être inerte. Tout danger potentiel est donc limité.
- Bien. Nous l’ouvrerons donc ce soir. Faites préparer la salle et le personnel qualifié. Posez le rapport sur le bureau avant de partir. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La bestiole
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 1088
Vigilant : Bête Humaine, Maître du feu, Raage, Morizio ACCATENANGO
Date d'inscription : 31/10/2005

MessageSujet: Re: Les frères de sang   Lun 12 Fév - 16:43

Le soir même, tout le monde est de retour dans le laboratoire et dans la salle de contrôle.

Sans attendre plus avant, le docteur Starr donne ses premiers ordres :

- « Messieux, lancez la phase d’extraction du module interne. »

Presqu’immédiatement, le tapis roulant se met en position et trois bras mécaniques armés de ventouses vont se placer contre la face avant du module interne.

Quelques minutes à peine suffisent pour l’extraire.

Dès que le module est posé à même le sol, des caméras le filment sous tous les angles. Après une analyse succincte des données, Starr s’adresse au colonel :

- « Il s’agit du même type de fermeture que celle utilisée pour le module externe à ceci près qu’il semble y avoir une porte de chaque coté. Pouvons-nous continuer ?
- Oui, mais n’ouvrez qu’un seul coté.
- Très bien, vous avez entendu messieux ? Ouvrez la porte qui nous fait face. »

L’un des techniciens lance les programmes correspondants.

Les deux goupilles sont retirées puis mises de coté.

Le tapis roulant et les ventouses se mettent une fois encore en place, puis la porte est enlevée.

Immédiatement, une sorte de sable fin se met à couler sur le sol.

Le colonel plisse les yeux puis donne ses ordres, apparemment interloqué de ne trouver que ça :

- « Docteur … Ramassez-moi tout ce sable. Je veux une batterie de tests plus que complète. Je veux connaître sa composition, ses propriétés et vous vous démerdez pour m’expliquer l’utilité de ce module. Compris ?
- Oui monsieur. Vous voulez tout cela pour quand ?
- Le plus tôt sera le mieux. Parallèlement à cela, vous aller m’étudier les deux parties du module. Je veux savoir comment ça marche et quel type d’énergie cela peut produire. Vous me décortiquez ces machins et quelles applications nouvelles nous pourrons en tirer. Au boulot. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La bestiole
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 1088
Vigilant : Bête Humaine, Maître du feu, Raage, Morizio ACCATENANGO
Date d'inscription : 31/10/2005

MessageSujet: Re: Les frères de sang   Mar 13 Fév - 17:47

Le lendemain, le docteur Starr débarque dans le bureau du colonel.

- « Mon colonel ? Pourrions-nous nous entretenir ?
- Est-ce urgent ? Je suis sensé aller à une réunion dans à peine dix petites minutes …
- C’est au sujet du sable monsieur.
- Oui, et alors ?
- C’en n’est pas. Nous avons trouvé des traces d’ADN dedans.
- How. Des restes de corps ?
- Non monsieur. Pas de simples restes. Chaque grain de ce ‘sable’ est un Hamas de cellules … qui reviennent toutes à la vie les unes après les autres. Plus fort, le sable semble se réchauffer et s’agglomérer en deux tas bien distincts. Nos scientifiques en ont conclu que ces choses reviennent à la vie !
- Vous m’isolez ces trucs immédiatement.
- C’est fait monsieur.
- De combien de temps disposons-nous ?
- Difficile à dire. La vitesse d’évolution n’est pas constante, mais ça va en accélérant. Nous avons fait des radiographies et nous pouvons déjà voir une ébauche d’os dans l’un des deux tas.
- … Quoi qu’il arrive, vous devez considérer ces trucs comme étant dangereux. Continuez vos analyses, je veux connaître leurs capacités. Savez-vous à quoi servaient les deux modules constituant le bloc ?
- C’est … extrêmement compliqué.
- Dites toujours.
- Le module externe servait à la fois de blindage et de source d’énergie. Le module interne semble créer un vide magnétique. Les anomalies magnétiques relevées à l’extérieur étaient bel et bien de simples pertes. Autre point troublant, une partie significative du blindage est dynamique et tournée vers l’intérieur des modules.
- Vous me transférez les deux machins au Zig immédiatement. Vous continuerez vos tests là-bas. Cherchez aussi un moyen de les détruire au cas où.
- Ce serait contraire à l’éthique et aux conventions de Ge …
- J’ai dit ‘au cas où’, non ? Exécution !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La bestiole
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 1088
Vigilant : Bête Humaine, Maître du feu, Raage, Morizio ACCATENANGO
Date d'inscription : 31/10/2005

MessageSujet: Re: Les frères de sang   Mer 14 Fév - 15:25

Bureau du colonel Hammond. Le téléphone sonne. Le colonel répond aussitôt.

- « Colonel Hammond.
- Bonjour mon colonel, c’est le docteur Starr.
- Bonjour docteur. Le transfert s’est-il bien passé ?
- En gros, oui. Le directeur …
- Comment ça ‘en gros’ ?
- Nous n’avions pas pris de mesures de protection contre le contact direct avec les deux corps en reconstruction. Rien ne laissait supposé que cela aurait pu être dangereux. L’un des techniciens a perdu connaissance lorsqu’il en a touché un, mais rien de bien dangereux apparemment. Les analyses sont encore en cours. J’ai préféré ne pas retarder le déplacement.
- Bonne initiative. Continuez.
- Bien, le directeur du ZIG nous a laissé nous installer dans une zone de haute sécurité. Une vitre blindée sépare la cellule du couloir et une autre, sans teint celle-ci, sépare la cellule de notre pièce. Ils ne peuvent donc pas nous voir. Nos appareils de mesure sont tous opérationnels. Tout est enregistré.
- Très bien. Où en sont-il ?
- Ca continu de chauffer, la température atteint les 35°C. Nous pouvons voir un squelette presque formé. Les tissus mous se mettent en place doucement. Il y a une sorte de peau bleue qui enveloppe le tout.
- Quelque chose d’autre ?
- Oui. La distorsion magnétique va en augmentant et cela semble se charger en électricité.
- Du style ?
- Nous en sommes à plusieurs dizaines de volts. Par contre, pas moyen de les décharger malgré un lien avec le sol.
- Très bien. Autre chose à dire ?
- Oui. Nous aurions bien voulu leur faire passer un IRM, mais cela risquerait d’endommager l’appareil. Impossible de savoir ce qui se passe exactement à l’intérieur. Par contre, nous avons fait de nouveaux prélèvements. Les résultats sont assez intéressants, je vous en dirais un peu plus dans quelques jours.
- Très bien. Tenez-moi au courant de l’évolution de ces machins. Nous avons une réunion demain quand à la suite à donner à tout cela. A demain donc.
- Bonne journée monsieur. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La bestiole
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 1088
Vigilant : Bête Humaine, Maître du feu, Raage, Morizio ACCATENANGO
Date d'inscription : 31/10/2005

MessageSujet: Re: Les frères de sang   Mer 14 Fév - 19:00

Le lendemain, le colonel Hammond, le docteur Starr et tout un parterre de scientifiques en tous genres sont réunis dans une salle de réunion de la base militaire de Cold Moutain.

Le colonel Hammond ouvre la rénion.

- « Messieux, bonjour. Comme indiqué à l’ordre du jour, nous sommes tous réunis pour faire un point sur le monolithe remmené d’Arctique. Vous êtes divisés en trois groupes distincts. Le premier, dirigé par le docteur Sanders, devait travailler sur la technologie utilisé par … Nous ignorons qui, il faut bien l’avouer. Docteur Sanders ? Je vous laisse la parole.

- Bien. Comme vous le savez tous, le monolithe est en fait formé de deux ‘sarcophages’ imbriqué l’un dans l’autre. Le module externe servait à la fois de générateur et de protection. Nous avons trouvé deux couches de blindages dynamique, l’un orienté vers l’extérieur, ce qui me semble normal, l’autre, vers l’intérieur. Il y a trois modules énergiques à l’intérieur, basé sur le principe de la fusion nucléaire, sensiblement plus performants que les modules Riktis du même type. Le module interne, lui, ne possède qu’un blindage, dynamique, lui aussi, orienté vers l’intérieur uniquement. Le système semble capable créer un vide magnétique total à l’intérieur. » Après un bref silence, le colonel Hammond reprend la parole.

- « Pour les modules énergétiques, cela nous aidera-t-il à en fabriquer ou non ?

- Non monsieur. La technologie utilisée est plus en avance encore que celle des Riktis. Nous en sommes pour l’instant qu’aux premiers balbutiements. Nous ne sommes même pas en mesure d’assurer le bon fonctionnement d’un réacteur tel qu’Iter, qui, de toute façon, aura un rendement réellement bas.

- Et … pour le module interne ?

- Monsieur … Nous n’avons pas encore trouvé le moindre circuit électronique, que ce soit dans le module externe ou l’interne. Certains de mes hommes commencent à parler d’électronique moléculaire. Si tel est le cas, cela revient à chercher une aiguille dans une motte de foin. Et encore, nous irions plus vite à trouver l’aiguille … Quoi qu’il en soit, ce serait comme découvrir le saint Graal !

- Plein de bonnes choses à venir donc ?

- Oui … Si nous ne sommes pas pressés.

- Bien. Le second groupe est dirigé par le docteur Starr. Le but est d’étudier ce qui se trouvait dans le monolithe. Docteur, nous vous écoutons.

- Pour commencer, bonjour tout le monde. » Le docteur Starr appuie sur un bouton d’une télécommande et des photos de deux choses vaguement humanoïdes et toutes bleues commencent à se succéder sur un écran mural. « Ces photos ont été prises ce matin. Comme vous pouvez le voir, la reconstitution des corps sera bientôt complète. Nous tablons sur une échéance de deux jours à peine. Les chercheurs de mon équipe ont fait de très nombreuses découvertes. Un quart de ces corps est composé de ferrites, un autre quart, de silicium. Le reste est d’une composition à base de carbone. Nous avons récupérer de l’ADN dans les cellules, identique, par sa forme, à de l’ADN humain, par contre, les composants ne sont pas les mêmes. Ces corps ne contiennent pas une goutte d’eau. Nous savons que les ferrites sont sensibles au champ magnétique terrestre, c’est de cette manière que les races d’oiseaux migratoires sont capables de trouver leur chemin sur des milliers de kilomètres, c’est comme s’ils avaient une boussole dans la tête. C’est de cela que ces corps tirent l’énergie nécessaire à leur reconstruction. Chaque groupe de ferrite se positionne en forme de tore. Et chaque tore est entouré d’une coque de silicium, le tout est capable de générer quelques microvolts … Et étant donné qu’il y en a plusieurs centaines de milliard, ils seront, à terme, capables de générer des centaines de milliers de volts. C’est cette énergie phénoménale qui maintient la cohésion de la structure même de ces corps. Coupez-les du champ magnétique de la planète et ils se désagrègeront petit à petit. Mais dès qu’ils atterriront sur une planète, il se reconstiturons. » A ces mots, le colonel Hammond prend la parole.

- Oui, mais le ‘sable’ qui les composes sera semé aux quatre vents, non ?

- Effectivement. Nous avons fait plusieurs prélèvements qui disparaissaient tous au bout d’un certain temps. » Le docteur Starr appuie à nouveau sur la télécommande. « Sur la courbe du haut indique l’énergie contenue dans les corps. Celle du bas représente la présence de l’échantillon dans l’éprouvette. Comme vous pouvez le constater, la courbe du haut va en augmentant, puis nous voyons une chute sensible de celle-ci à l’instant précis où l’échantillon disparaît. En d’autre terme, le corps se rend compte qu’il lui manque une partie et il le téléporte. Il suffit qu’un seul tore soit formé pour qu’il soit capable de téléporter une partie d’un autre tore. Petit à petit, les corps se reformeraient de façon inéluctable. Ce n’est qu’une question de temps. » Le docteur Starr a fini sa présentation et reprend sa place. Le colonel Hammond reprend alors la parole.

- « Bien, voici qui est encourageant … Le dernier groupe, dirigé par le théoricien Bens devait apporter une réponse au pourquoi de tout ceci. Monsieur Bens, nous vous écoutons.

- Nous allons faire simple. Etant donnée la façon dont ces choses ont été enfermées puis abandonnées dans l’un des coins les plus reculés de la planète, Nous avons deux solutions possibles : soit ils représentent un danger des plus important, soit ils ont été victimes et n’ont que servit d’exemple pour quelqu’un d’autre. Le mieux serait de s’aligner sur la première solution, au cas où, en les gardant dans le quartier de haute sécurité du Zig. Cette façon de faire nous permettra de continuer à étudier la technologie alien.

- Bien, donc, pour résumer, nous avons fait ce qu’il fallait. Docteur Starr, vous ferez des rapports réguliers à ce comité quand au développement des corps. Docteur Sanders, transférez l’étude des modules aliens au Nevada, les recherches continuerons sur place. Bonne fin de journée messieux. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La bestiole
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 1088
Vigilant : Bête Humaine, Maître du feu, Raage, Morizio ACCATENANGO
Date d'inscription : 31/10/2005

MessageSujet: Re: Les frères de sang   Ven 23 Fév - 11:43

Le docteur Starr arrive tôt au Zig ce matin.

A peine est-il entré dans la pièce de contrôle qu’il prend connaissance des mesures des deux êtres en cours de reconstitution.

Le rapport de la nuit parcouru, il repose le document et s’approche du seul technicien présent.

- « Bonjour. J’ai vu que les corps n’évoluaient plus depuis cette nuit ?
- Bonjour docteur. Effectivement. La reconstitution physique s’est terminée cette nuit aux alentours de deux heures. Par contre, contrairement à vos prévisions, les anomalies magnétiques continuent d’augmenter légèrement …
- Hmmm … Peut être les corps continuent-ils de se reconstitués, mais que ce n’est pas captable par nos appareils … Prévenez l’équipe médicale, nous allons pouvoir leur faire subir l’IRM, les fluctuations magnétiques sont de moins en moins importantes, nous pourrons donc les prendre en compte.
- Immédiatement docteur. »

Moins d’un quart d’heure plus tard, une demie douzaine de soldats entre dans la cellule des deux personnes inconscientes. Ils sont tout deux nus et ont la peau bleue. Leurs têtes sont cerclées de ce qui semble être des bandes métalliques. D’autres pointes, métalliques elles aussi sont situées au niveau des épaules.

Le personnel militaire leur passe les tenues orange des prisonniers puis les installes dans deux fauteuils roulants.

Sur le chemin qui les mènent aux scanners médicaux, bien que personne ne le remarque, l’un des deux êtres commence à cligner des yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La bestiole
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 1088
Vigilant : Bête Humaine, Maître du feu, Raage, Morizio ACCATENANGO
Date d'inscription : 31/10/2005

MessageSujet: Re: Les frères de sang   Lun 9 Mar - 12:50

Le groupe, précédé du docteur Starr suit le couloir menant à la pièce où est située l’IRM, écartant avec peu de ménagement les rares personnes présentes.

Sur le chemin, ils rencontrent le directeur de la prison qui s’interpose :
- « Bonjour docteur, Oliver Manfred, directeur de cet établissement carcéral. ». Le groupe s’arrête, Starr s’avance et salue l’homme qui se tient devant lui.
- « Monsieur le directeur.
- Je viens d’apprendre que vous conduisiez ces deux personnes pour leur faire passer un IRM ?
- C’est exact.
- D’après les dossiers que vous nous avez fournis, ils semblent tirer une certaine énergie du champ magnétique terrestre ?
- Oui. Mais …
- Mes connaissances techniques sont certes limitées, mais un IRM produit un très fort champ magnétique. Cela ne risque-t-il pas d’entrer en résonnance avec leurs pouvoirs ?
- Si, bien sûr, mais je pense que les risques sont limités.
- Cela ne correspond pas à mon analyse de la situation. Les détenus que nous avons ici sont extrêmement dangereux. Ils profiteront de la moindre occasion. Veuillez reconduire ces deux individus dans leur cellule immédiatement, s’il vous plait.
- Sauf votre respect, monsieur, je …
- Je représente l’autorité dans cet établissement. Vous êtes ici sous ma responsabilité et vous ferez donc ce que je vous demanderais. Ne faites que mine de refuser et le colonel Hammond devra vous trouver un remplaçant dès aujourd’hui. Suis-je clair ?
- Oui monsieur. »

A contre cœur, Starr donne l’ordre de reconduire les deux inconnus dans leur cellule.

Quelques heures plus tard, un surveillant vient trouver Starr dans la salle de repos :
- « Docteur, l’une des deux personnes vient de se réveiller.
- Déjà ???»

Starr se rue devant la cellule. Les deux inconnus sont debout et regardent la cellule sous tous les angles avec curiosité.

Remarquant le docteur Starr, l’un des deux s’adresse à lui d’un ton impérieux. Il semble essayer plusieurs dialectes, mais pas un seul de compréhensible.

Starr les salues d’un geste de la tête puis leur fait un signe d’incompréhension. Il retourne ensuite dans la pièce d’observation où il saisi un téléphone.
- « Oui, bonjour, c’est le docteur Starr. Où en êtes-vous de vos analyses du bloc ? … OK. Sud américain donc ? … Ils viennent de se réveiller, mais nous allons avoir un souci pour communiquer. Vous auriez un expert des langues anciennes sud américaines sous la main ? … Impeccable, envoyez-le mois immédiatement. … Merci. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La bestiole
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 1088
Vigilant : Bête Humaine, Maître du feu, Raage, Morizio ACCATENANGO
Date d'inscription : 31/10/2005

MessageSujet: Re: Les frères de sang   Mar 10 Mar - 16:51

Les deux inconnus attendent depuis un bon moment mais ne semblent pas en être plus affectés que cela.

Une nouvelle tête se présente à eux, accompagné du docteur Starr. Il s’agit d’un homme aux cheveux blancs et hirsutes, dans la cinquantaine plus que bien entamée, un vieux mégot de cigarette collée au coin de la bouche.


Celui-ci salue les deux inconnus.

L’un des deux hommes bleu s’adresse alors à lui, toujours d’un ton impérieux.

Le vieil homme en laisse tomber son mégot d’étonnement. Starr l’interroge alors :
- « Vous les comprenez ?
- Ha ça, oui. Ils parlent un vieux dialecte, encore parlé dans quelques zones dans la partie nord du continent sud-américain. Il y a bien quelques différences, mais ils me sont parfaitement compréhensibles.
- C’est un coup de chance alors. D’après nos estimations, ils dorment depuis plus de 3 000 ans. Pouvez-vous essayer d’en savoir un peu plus sur eux ?
- Oui, oui, bien sûr. Etes-vous conscient que ces deux êtres représentent une découverte archéologique sans précédent ?
- Je veux bien le croire, oui.
- M’autorisez-vous à parler un maximum avec eux ? Il y a toute une foule de détails à découvrir d’une civilisation aussi ancienne !
- Oui, vous êtes aussi là pour ça. Bien entendu, nous aurons un droit de regard sur vos découvertes et nous nous arrogeons le droit de censurer les points qui pourraient porter atteinte à la sureté de l’état.
- Mille mercis docteur. »

Le vieil homme sort un dictaphone de sa poche, le pose devant la vitre blindée puis commence à parler cette langue inconnue. Il reviendra plusieurs jours durant. Dès le surlendemain, il livre un dossier écrit de sa première rencontre :

Ce qui suit recoupe une conversation avec des êtres ayant vécus au temps des civilisations pré-Incas. Ils sont actuellement détenus dans une prison de haute sécurité que je me dois de garder secrète. Je pense que nous devrons les y laisser enfermés au moins jusqu’à ce qu’ils aient compris à quelle époque nous sommes et qu’ils aient intégrés nos lois.
- « Me comprends-tu mortel ?
- Oui, je vous comprends. J’ai quelques difficultés à parler cette langue, mais je devrais pouvoir y faire face. Puis-je vous demander qui vous êtes ? »

Il est à noter qu’ils ont fait preuve d’un très grand étonnement. Ils se sont contentés de me répondre :
- « Nous sommes les frères de sang. Les gardiens des dieux ! Le monde nous a-t-il oubliés ? Combien de temps avons-nous dormis ?
- Plus de 3 000 ans selon nos experts. Nos recherches n’ont jamais révélées votre existence avant que nous de découvrions votre … Heu …
- Prison. Nous avons été enfermés au nom de plusieurs abominations.
- Sont-elles vôtres ?
- Pour certaines, oui. »

Apparemment, ils étaient relativement contents d’avoir enfin quelqu’un à qui parler. Et je les comprends. Aussi ai-je osé leur poser la question qui m’a ouvert les portes de leur genèse :
- « auriez-vous la bonté de me conter votre histoire ? Cette chose (je leur désignais mon dictaphone) a la capacité de boire votre parole et de nous la rendre plus tard, au mot près ». Je leur en ai immédiatement fait une démonstration. Cela les a grandement amusés. Le texte suivant est, à la traduction près, très exactement leur aventure, telle qu’ils me l’ont racontée.

« Nous ne nous souvenons pas du début de cette histoire. Nous étions trop jeunes pour cela. Les prêtres nous l’ont conté maintes et maintes fois plus tard. Une guerre entre les dieux s’est terminée dans la destruction de notre village maternel. Un char des dieux c’est écrasé sur celui d’un démon. Notre mère n’a pas survécu à leur arrivée, tout comme un grand nombre des nôtres ce jour-là. Trois déesses mineures se sont alors installées parmi nous. Il y avait la déesse de la guerre, la grande Ahurale, la déesse de la connaissance, Bèkse au grand savoir, et la déesse de l’amour, la belle Sashania. Cette dernière nous a recueillis. A toutes trois, elles nous ont élevés et entrainés pour devenir leurs gardiens. Les nôtres ont travaillé pendant quinze longues années avant de fini la construction de la grande pyramide, à partir des restes des deux chars célestes, elles ont fait de nous ce qui se rapproche le plus des dieux : les gardiens. Elles nous ont alors nommés les frères de sang. Chacune d’elles s’est ensuite endormie pour plusieurs années. Elles se réveillaient chacune leur tour pour passer une année ou deux parmi les mortels puis retournaient dans leur sarcophages transparents pour y dormir pendant 15 années d’affilées.

La première à rester fut la grande Ahurale. Elle nous a alors appris que, pour assouvir leur faim au court de leur long sommeil, il nous faudrait mener une guerre à chaque décade pour remmener trois cents prisonniers que nous devrions alors égorger sur l’autel. Notre armée n’était composée que d’une centaine de paysans et de nous deux. Nous savions être devenus plus que de simples mortels, mais nous ignorions alors tout de l’étendue de nos capacités. La grande Ahurale nous a alors dit que nous serions en mesure de battre n’importe quelle armée, seuls. Plus nous serions proches l’un de l’autre, plus nous serions dangereux. Nous avons passé une après-midi sous son chef à chercher et ressentir une étrange énergie en nous. Une fois fait, elle nous a dit que nous devrions l’utiliser au cours de nos batailles. Avec nos cent soldats nous sommes partis en guerre contre nos voisins.

Lors de notre première bataille, comme nous l’avait ordonné la grand Ahurale, nous nous sommes lancés seuls dans la mêlée, tout en libérant cette énergie phénoménale que les déesses avaient enfermée en nous.

Les survivants de nos premières batailles s’en sont allés vanter nos exploits. A la fin de notre première campagne, les villes et les villages se rendaient à nos pieds, nous donnant sans combattre leurs jeunes femmes les plus belles et leurs jeunes hommes les plus robustes.

Nous sommes revenus parmi les nôtres triomphants avec nos trois cents prisonniers.

Mais la grande Ahurale nous a fait part de son mécontentement. Nous avions mis trop de temps pour revenir. Pour contenir la soif de ses deux sœurs, elle avait exigé le sacrifice du premier né de chaque famille.

Honteux, nous avons alors commencé notre véritable travail de gardiens. Nous avons fait monter les prisonniers un par un puis les avons égorgés en haut des marches de la pyramides. Le sol semblait comme boire le liquide vital si bien que, malgré la grande quantité de sang versée, jamais la coulée n’a atteint la première marche. Nous n’avions que dix-neuf ans et, pourtant, nous avions déjà plus de sang sur les mains que les plus grands guerriers de nos légendes.

Au court de ses deux années, la grand Ahurale nous a appris à former nos paysans pour en faire une armée digne de ce nom. Quand à nous, nous avons appris à utiliser nos pouvoirs au mieux.

Alors que nous protégions le sommeil des trois déesses, les contrées voisines se sont unies pour nous combattre. Nous n’avons même pas eu besoin d’aller guerroyer contre elles. La puissance des dieux s’est déchargée sur nos assaillants du haut de la grande pyramide pour semer la mort parmi eux. Jamais plus ils ne se sont élevés contre nous. Chaque année, ils venaient rendre hommage à nos trois divinités et, tous les dix ans, nous livraient d’eux-mêmes trois cents jeunes hommes et femmes pour satisfaire la faim des déesses. En contre partie, nous allions leur prêter main forte lorsque des ennemis les attaquaient. Nous avons vécu, au total, quatre siècles de paix et d’entres-aides en période de famine.

Bien des années plus tard, Bèkse au grand savoir s’est éveillée et a passé deux années parmi nous. Elle nous a appris le pouvoir de l’irrigation, comment entretenir au mieux nos greniers et les bases de la médecine, puis elle s’est rendormie.

Pour finir, ce fut le tour de la belle Sashania. Elle nous a appris à aimer. Sous son corps de métal se cachait un corps très proche de celui des mortels. Nous avons passé des nuits inoubliables à ses cotés. Cette période a connu de grandes fêtes, de grands mariages et de grands banquets. Elle détestait nos sacrifices humains mais reconnaissait leur utilité. Le peuple l’aimait et, tous, nous avons été très peinés de la voir s’endormir à nouveau.

Puis ce fut à nouveau la venue de la grande Ahurale.

Le cycle s’est répété un grand nombre de fois. La brutalité d’Ahurale, les connaissances de Bèkse puis l’amour de Sashania.

Nous n’aimions pas Ahurale. Des trois, elle n’était que haine, la seule qui nous méprisait, malgré la façon dont nous gérions le peuple. La seule qui ne nous ait jamais fait l’honneur de sa couche.

Au bout d’une dizaine de cycles à la supporter, nous nous sommes élevés contre elle et l’avons combattue. Le combat dura longtemps, mais dès le début, nous avions conscience de notre supériorité sur elle.

Notre destin s’est alors révélé à nous. Nous n’étions plus de simples gardiens. Nous étions devenus l’égal des dieux. Bèkse au grand savoir et la belle Sashania ont été peinées de la perte de leur sœur et ont craint de nous voir nous élever contre elles aussi. Mais il n’en a rien été. Le peuple ne nous l’aurait jamais pardonné. Les cycles ont donc continués avec les deux déesses restantes, le rythme des sacrifices s’est amoindri au point de ne les faire que tous les quinze ans.

Notre gouvernance rayonnait sur tout le monde connu lorsque le ciel s’est assombri. La nuit vint en plein jour, mais nous ne reconnaissions alors aucune étoile. Le char céleste des dieux majeurs recouvrait le ciel d’un horizon à l’autre. Leurs représentants sont venus à nous et ont été courroucés de notre existence. Bèkse au grand savoir et la belle Saschania ont du répondre de la plus grande abomination qui soit : faire d’un homme l’égal des dieux. Elles ont alors quitté notre sol pour s’en aller dans le char céleste.

Quand à nous, nous avons été jugés pour nos crimes, à commencer par celui d’exister. Apparemment, ceci était bien plus important que la mort de la grande Ahurale.

Les dieux ont alors créé notre prison et nous y avons connu la faim pour la première fois. Nous ignorons le temps qu’à duré notre torture. Nous nous sommes endormis pour ne nous réveiller que dans cet autel. »

Pour la première fois depuis le début de leur récit, je reprenais le dialogue :
- « Un autel ?
- Que pourrait donc être d’autre cette pièce ?
- Et bien … Je … Comment vous dire …
- Voyez ces habits faits d’un fin tissus aux couleurs chatoyantes, voyez ces mets odorants que vos serviteurs nous changent plusieurs fois par jours … Ce miroir, le plus lisse que nous ayons jamais vu, ou bien cette roche cristalline qui sépare les mortels de notre illustre présence ! »

J’ai passé les jours suivants à leur expliquer la réalité de leur situation. C’est peu de dire qu’ils l’ont mal pris, même s’ils ont accepté le fait que c’était passager mais nécessaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les frères de sang   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les frères de sang
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» sang
» Don de sang et compétition?
» Sang = Attractant ?
» oh bon sang !!!!!!
» 91, Arcizan, pur sang anglais, est parti...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LES VIGILANTS :: FORUMS DES VIGILANTS :: CITY OF VILLAINS :: Panthéon des Vigilants Noirs-
Sauter vers: