LES VIGILANTS

Vigilants - Vigilants Noirs - Vigilant Archery - Licornes Vigilantes
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 La Sangsue

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Poulpe
Poulpe Fiction
avatar

Nombre de messages : 3601
Age : 39
Vigilant : Snow, Tigerwolf, Ogre Noir, Miss Victory et Waka
Date d'inscription : 26/10/2005

MessageSujet: La Sangsue   Lun 26 Fév - 17:33

Chapitre un : une nouvelle victime

Dans le bar du Pocket D, un super-héros, solitaire, boit. Un peu trop même. Il boit pour oublier, sa longue cape bleue et jaune tombant misérablement de ses épaules abaissées et de son dos voûté. Il donne hélas un triste exemple de sa profession, mais après tout, avant d’être un justicier, un super-héros est avant tout un Homme, avec ses défauts et qualités. Que retiendrons-nous de celui-ci ? Qu’un soir il a trop bu ? Oublierons-nous que la veille encore, il a sauvé des dizaines d’enfants en empêchant un bus de se renverser ? Son nom nous est inconnu, anonyme parmi les centaines de héros qui parcourent la cité. La seule chose à savoir, c’est qu’il est seul, à nouveau. ‘Elle’ l’a plaqué, d’où son état de ce soir.

Retournant à sa demeure, il n’y a trouvé que du vide, et un simple message enregistré sur le répondeur, lui annonçant que c’était fini. « Encore une. » s’était-il dit, désespéré. Son monde s’écroulait à nouveau, et, comme à chaque fois, le seul moyen qu’il avait de passer son cafard, c’était d’aller dans ce bar, qu’il fréquente à chaque fois que ce genre d’évènements irrigue sa vie. Le barman le connaît, de réputation, mais n’a pas le cœur de tenter de lui remonter le moral. Il pourrait fort mal le prendre.

Puis soudain, elle arrive. Une femme, assurément, bien faite, avec ce qu’il faut là où il faut, ni trop, ni trop peu. Elle est très séduisante, dans sa robe courte noire à bretelles, dévoilant ses charmes, suffisamment pour attirer l’œil, mais pas exagérément, pour ne pas être taxée d’exhibitionnisme. Ses cheveux demi longs sont bien coupés, et tombe en une cascade de fils noirs sur ses épaules. Elle commande un bloody mary, que le barman lui apporte promptement, puis son regard se porte sur le super-héros, et elle lui sourit. Il regarde derrière lui, ne voit personne, et en déduit, l’esprit embrumé par l’alcool, que ce sourire lui est destiné. Il interpelle le barman et lui demande de mettre la boisson de la femme sur sa note. L’homme s’exécute.

Le super-héros, lui, se sent les idées un plus claires, comme si la présence de la femme lui redonnait une certaine clarté. Il prend son verre, puis, légèrement vacillant, vient s’asseoir à côté d’elle. Il repose sa boisson sur le comptoir, à côté du verre de bloody mary vide de cette femme, puis commence à lui parler. Elle lui répond, de manière doucereuse, et ne semble pas farouche ou offusquée de son état d’ébriété. Il la contemple alors dans les yeux, et voit deux sphères violettes, et aucun iris. Dans son esprit, il est clair qu’il a affaire à quelqu’un comme lui, quelqu’un de différent. Il lui pose la main sur la cuisse, elle ne le repousse pas. Bien au contraire, cela semble lui faire plaisir.

Elle lui propose de trouver un endroit plus calme. Il se dit qu’après tout, un coup d’un soir, ça arrive bien aux autres, alors pourquoi pas à lui. Ils restent moins de dix minutes devant le comptoir, et se lèvent ensuite, rejoignant les alcôves camouflées du Tiki Lounge. Sur place, elle lui passe les bras amoureusement autour du cou, et lui pose ses mains sur les hanches parfaitement équilibrées de la femme, son regard perdu dans ces yeux entièrement violets. Les lèvres entrent en contact, et aussitôt, il sent que quelque chose ne va pas. C’est comme si toute sa vitalité lui était retirée. Il perd toute notion du temps. Depuis combien de temps s’embrassent-ils ? Trente secondes ? Vingt minutes ? Il ne le sait pas, il sait de moins en moins de chose. Et il tombe … il tombe sans espoir de retour.

Physiquement, il tombe aussi. D’abord à genoux, puis ensuite de tout son long, sur le plancher de l’alcôve. La femme se ressuie les lèvres, avec sa main, dans un geste vulgaire qui ne colle pas à l’image de petite poupée pas sage qu’elle s’est donnée jusqu’à présent. Elle a un sourire moqueur tandis qu’elle contemple le super-héros, effondré sur le sol. Elle quitte l’alcôve, et prend la direction des ascenseurs qui conduisent aux Insoumises.

Le lendemain, dans le bureau d’Andrew MacFlayers, au sein du PPD, à King’s Row

Le téléphone sonne, et, en l’absence de son assistante, MacFlayers est obligé de répondre lui-même.

- « MacFlayers, j’écoute. »
- « Bonjour, Andy. Rosmerta Dilbur, au téléphone. » Andrew connaissait la responsable de l’hôpital de Talos Island, ayant souvent affaire à elle ces derniers temps.
- « Bonjour, Rosie. Ton appel me laisse présager de sinistres augures. Encore un ? »
- « Tout juste. C’est le quatrième. Mutant, cette fois. Ta théorie semble se confirmer. »
- « Ca ne me réjouit pas. Il n’a rien laissé, pas un indice ? »
- « Comme les autres, il est dans le coma. Aucune trace d’ADN, mais la même façon de procéder. Les victimes semblent dépouillées de toute leur énergie. Ca expliquerait pourquoi notre mystérieux assaillant ne s’en prend qu’aux héros d’origine mutante, expérimentations ou prodige. Les super-héros magiques doivent être hors de sa portée, et les technologiques ne doivent pas l’intéresser. »
- « Où l’a-t-on retrouvé ? »
- « Dans le Pocket D, inerte. D’où le fait qu’il soit atterri dans mon service. Par le plus grand des hasards, je dirais. »
- « Je ne crois pas au hasard. Probablement que notre ‘aspirateur à force vitale’ passe par le Pocket D. Il n’est sûrement pas fiché, et peut donc passer d’un côté à l’autre sans aucun souci. »
- « Tu penses qu’il agit aussi sur les Insoumises ? »
- « Nous avons eu quelques rapports sectaires sur des disparitions inexpliquées de super-vilains. Mais au vu de la mentalité régnante sur ces îles, impossible de savoir si il s’agit de simples règlements de comptes ou de l’intervention de notre coupable. »
- « Bon, je retourne à mes patients. Je te préviens si il y’a du nouveau. »
- « D’accord. Merci, Rosmerta. »

Il raccrocha le téléphone, soupirant. Depuis le début de la semaine, trois super-héros avaient été retrouvés dans un état catatonique, après, d’après les témoins, une rencontre. Etrangement, ceux-ci ne se rappelaient plus de la personne que les héros avaient rencontrés. Juste qu’ils avaient discuté avec quelqu’un. Mais aucune des personnes présentes n’avaient souvenir de la personne en question. A la seconde victime, Andrew s’était dépêché de demander l’aide de Tigerwolf et de son flair exceptionnel, mais celui-ci avait été obligé de déclarer forfait. Quelque soit la personne qu’avaient rencontré les super-héros, celle-ci ne disposait d’aucune odeur, chose impensable pour l’homme-tigre, vexé de n’avoir pu remonter la piste du coupable, ce qu’il considérait comme un échec personnel.

A la troisième victime, MacFlayers, résolu, repassa à la méthode traditionnelle pour pister les criminels. Cependant, le défaut de témoin lui fit ombrage, et il ne put progresser que par petits à-coups. En dépit de plusieurs soirées passées au dehors, près des zones où l’on avait pu retrouver les victimes, il n’avait pas réussi à mettre la main sur un indice. Il prévenait ses connaissances super-héroïques, les unes après les autres, pour les avertir de la menace, insistant particulièrement pour ceux dont l’origine des pouvoirs était ciblée par le mystérieux assassin.

Andrew se leva, enfila son pardessus, puis, au moment où il s’apprêtait à sortir, on frappa à la porte. Il ouvrit, pour se retrouver face à une jeune fille brune, vêtue discrètement. Celle-ci sembla dire quelque chose, ses lèvres ayant bougées, mais MacFlayers n’entendit rien.

- « ‘vous demande pardon ? »
- « Je … je suis … Miss Victory. Vous … vouliez me … voir, m’a-t’on dit. »
- « Ah, la petite protégée d’Ogre Noir ! Entrez, Mademoiselle. Alex m’avait dit que vous étiez timide, je n’imaginais pas que ce fut à ce point. »
- « Mer … merci. »
- « Asseyez-vous. »

Victoire Lissel obéit. Andrew MacFlayers ôta son pardessus, et revint à sa chaise. Il s’assied lui aussi, en face de la jeune fille, puis prit la parole.

- « Je vais être franc, je sais que vous avez un frère qui agit sur les Insoumises. »
- « Quoi ? » Ses yeux s’ouvrirent en grand. « Mais … comment … ? »
- « Alex me l’a dit. Il me l’a dit quand je lui ai demandé si, avec ses anciennes relations, il ne connaissait pas quelqu’un sur les îles. Il n’avait pas de nom à me donner, si ce n’est celui de votre frère, Mademoiselle. »
- « Et que … que voulez-vous exactement ? »
- « Je suis à la poursuite d’un individu qui s’en prend aux super-héros. Apparemment, notre mystérieux ‘assassin’ partage son temps entre les Insoumises et Paragon City, à la recherche, assurément, de nouvelles proies isolées. J’ai besoin de quelqu’un de confiance pour éventuellement m’épauler dans cette enquête. Hors, toujours d’après Alex, votre frère sait faire marcher ses méninges. Aussi, j’aimerais bien qu’il nous donne un coup de main. Et pour rentrer en contact avec lui, j’ai besoin de vous. »
- « Je … je vais voir ce que je peux faire. Mais … je ne vous promets rien. Je n’ai pas beaucoup de contrôle sur lui. »
- « Même un peu, ce sera toujours mieux que rien. »

Note de l'auteur : probablement pas un reroll, que ce personnage de sangsue.

_________________
Jeux à terminer :

Cradle
Deponia Doosmday
Divinity Original Sin 2
Rage
The Elders Scroll : Skyrim

Prochaines acquisitions :

Darksiders 3
Ghost of a Tale (si jamais il sort)
South Park, l'Annale du Destin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Poulpe
Poulpe Fiction
avatar

Nombre de messages : 3601
Age : 39
Vigilant : Snow, Tigerwolf, Ogre Noir, Miss Victory et Waka
Date d'inscription : 26/10/2005

MessageSujet: Re: La Sangsue   Mar 27 Fév - 20:30

Chapitre deux : sauvé de justesse

Hulk Return était satisfait de la situation. Non seulement Miss Mytho l’avait lâchement abandonné pour aller faire quelques commissions avec Anne Gelluc, mais en plus, il n’avait eu à faire que quelques pas pour trouver une femme. Celle-ci s’était pratiquement jetée sur lui, ce qu’il attribuait à son seul sex-appeal. Elle avait un petit air étrange, sûrement lié à ses yeux entièrement violets, mais elle le désirait ardemment, ce qui, pour le super-vilain, effaçait toute suspicion. Sans hésitation aucune, compte tenu de l’endroit où ils s’étaient rencontrés, HR l’invita à l’hôtel, et elle accepta avec un ravissement non dissimulé.

L’hôtel ne payait pas de mine, de prime abord, mais fort heureusement, l’intérieur n’était pas aussi lamentable que l’extérieur. Le concierge se montra révérencieux, habitué probablement à voir défiler des individus comme Hulk Return, et il tendit la clé au super-vilain en annonçant « Suite nuptiale. ». Comme à l’accoutumée, avec ce genre de client, le concierge toucha le montant du loyer en billets, sans se plaindre, acceptant sans rechigner le petit surplus que lui tendit la Brute, demandant à l’homme de l’hôtel de dire qu’il ne l’avait pas vu.

Ce n’est pas tant une quelconque faction qu’il craignait de voir débarquer au milieu de ses ébats, mais surtout la jalousie féroce de Miss Mytho, qui aurait vite fait de réduire l’hôtel en cendres, si le concierge lui disait seulement qu’HR était monté à la suite nuptiale en compagnie d’une femme. Il ricana en pensant à la tête qu’elle ferait si elle pouvait voir où il était en ce moment, et ce qu’il s’apprêtait à faire.

L’ascenseur d’un autre âge les emmena au huitième étage, là où se trouvait la chambre qu’il avait louée. C’était une suite tout ce qu’il y avait de plus glamour, avec un lit en forme de cœur, équipé d’un matelas à eau, et les tentures étaient de couleur rose, dans un teint de mièvrerie qui fit ricaner le super-vilain. La femme le poussa sur le lit, sans ménagement, dévoilant une force qu’il ne lui aurait jamais attribuée, puis elle monta sur lui à califourchon, lui ôta sa chemise, avant d’approcher ses lèvres des siennes. HR sentit, avant même qu’elle ne l’embrasse, que quelque chose n’allait pas. Mais il ne parvenait pas à rassembler ses esprits pour l’éjecter.

Soudain, avant que leurs lèvres ne se touchent, il entendit juste un bruit de verre brisé, un tir de laser fusa, accompagné d’un vacarme métallique et d’un cri de femme qui s’éloigna à toute allure, au milieu du fracas d’une porte. HR était toujours étendu sur le lit, inerte, se demandant ce qu’il faisait là. Il sentit une main se poser sur son épaule, et l’obliger à se relever pour s’asseoir, tandis que la voix de la personne qui le tenait assis résonnait dans la salle.

- « Sternum, Clavicule, Radius, Cubitus, à la poursuite de cette femme ! Humérus, Rotule, restez ici, en couverture. » De nouveau, le vacarme métallique se fit entendre. « Rotule, trousse de secours ! »
- « … » HR était toujours en état de choc.
- « Hé, gros lard, tu m’entends ? » lui demanda la voix, tandis qu’on mettait des sels sous le nez de la Brute.
- « Je … je m’appelle … » HR sembla s’éveiller d’un long sommeil lorsque deux baffes pas très vigoureuses s’abattirent sur ses joues. « Je m’appelle pas gros lard, sac d’os ! Dis donc, Zane, tu veux que je t’en retourne une, de claque ? Tu la sentiras passer celle-là, je te garantis ! »
- « Rappelle-toi, mec, je viens de te sauver de cette sangsue ! »
- « Quelle sangsue ? » HR regarda autour de lui. « Comment je suis arrivé là ? »
- « Tu … tu ne t’en souviens pas ? »
- « Non. Me rappelle juste que Miss Mytho m’a dit qu’elle allait faire des courses avec Anne, et que je suis sorti de ma base, pour aller faire un petit tour. »
- « Tu ne te rappelles pas de la gonzesse qui t’as fait du rentre-dedans ? »
- « Quelle gonzesse ? Bad Cat ? Je m’en souviendrais, si c’était le cas. »
- « Non, crâne vide ! Cette gonzesse là ! » répondit Zane, en exhibant une photo.

Sur la photo, c’était une jeune femme svelte, aux cheveux noirs bien coupés. Ses yeux avaient quelque chose d’étrange, dépourvus d’iris et entièrement violets. HR ôta la photo des mains du Mastermind, la contempla pendant quelques minutes, puis la rendit à son propriétaire.

- « Je dirais à Bloody Kris que tu cours après une autre femme ! »
- « Tu peux lui dire, elle est au courant. En fait, elle la cherche aussi. En revanche, tu veux peut-être que je dise à Miss Mytho que tu as bien failli t’envoyer en l’air avec une inconnue rencontrée par hasard dans la rue ? »
- « Euh … »
- « Ca va. Au vu de l’état de certains Bane d’Arachnos, j’ai imaginé qu’elle t’avait vidé la cervelle comme les autres. Quoi qu’il ne doive pas y avoir grand-chose à vider. »
- « Toi, tu vas … »

HR tenta un magistral coup de poing sur le Mastermind, et le regretta aussitôt. Le champ de force avait stoppé net le coup, et la main du super-vilain avait craquée de tout côté. Pendant qu’il se massait les doigts endoloris, Zane commença à fixer un point dans le vide. Il recevait des données envoyées par les quatre robots qu’il avait lancé à la poursuite de la femme. Il étouffa une expression de rage.

- « Fait ch… » La fin de la phrase fut inaudible.
- « Quoi ? »
- « Elle s’est barrée. Elle a foutu le camp par une bouche d’égout, et a disparu en plongeant dans les immondices. »
- « Mais c’est quoi, cette nana ? »
- « Si je le savais, je ne serais pas en train de courir après, mon vieux. »
- « Pourquoi tu la pourchasses ? »
- « Elle s’en est pris à plusieurs Elus de Recluse, et t’as bien failli être le suivant sur la liste. »
- « Pourquoi elle les attaque ? »
- « C’que j’en sais moi ? Apparemment, c’est pour se nourrir de leur énergie vitale. Elle s’en prend essentiellement aux mutants, ou aux gars ayant un talent de naissance, ou encore au sujet d’expériences, comme toi. »
- « Où tu vas ? » demanda HR, alors que Zane se rendait vers la fenêtre.
- « Faire mon rapport à la Veuve Fantôme. »

Zane grimpa sur le rebord de la fenêtre, tandis que les deux robots restants disparaissaient chacun leur tour. Le Mastermind chercha du regard un point dans l’espace, puis disparut soudainement. HR se demanda encore si Zane n’avait pas cherché à lui jouer un tour, puis, toujours sans se souvenir comment il était arrivé dans cette chambre d’hôtel, et la manière dont il s’était retrouvé à demi nu, commença à se rhabiller, quand une voix le fit sursauter.

- « Alors, gros, tu t’es bien amusé ? » Miss Mytho, les bras croisés, l’air furieux, se tenait dans l’encadrement de la porte.
- « Même pas, figure-toi. Je ne sais pas du tout comment je suis arrivé ici, et … »
- « SALE ORDURE ! »

Alors que Mister Zane s’éloignait par saut de téléportation, il entendit le bruit d’une explosion. Il s’arrêta sur le toit d’un immeuble proche, se retourna, vit l’hôtel en flamme, et étouffa un « Aïe ! » sincère et désolé pour le pauvre HR, qui venait sûrement d’être retrouvée par sa concubine.

_________________
Jeux à terminer :

Cradle
Deponia Doosmday
Divinity Original Sin 2
Rage
The Elders Scroll : Skyrim

Prochaines acquisitions :

Darksiders 3
Ghost of a Tale (si jamais il sort)
South Park, l'Annale du Destin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Poulpe
Poulpe Fiction
avatar

Nombre de messages : 3601
Age : 39
Vigilant : Snow, Tigerwolf, Ogre Noir, Miss Victory et Waka
Date d'inscription : 26/10/2005

MessageSujet: Re: La Sangsue   Mer 28 Fév - 18:11

Chapitre trois : jeux de pistes

Pendant ce temps, de l’autre côté des Insoumises, à Cap au Diable plus précisément, plusieurs personnes enquêtaient sur l’origine de la jeune femme. Compte tenu d’un pôle de recherche très développé autour de l’université du Docteur Aeon, il semblait évident que le choix de ce lieu avait été dicté par une grande sagesse.

Au centre de la place centrale d’Aeon City, une femme vêtue de noire attendait, vite rejointe par une autre, en tenue de combat celle-ci, puis par une femme en armure bleu nuit, accompagnée d’une adolescente.

- « Kris, tu as découvert quelque chose ? » demanda Bad Cat.
- « Aeon ne m’a rien dit, si c’est ce que tu veux savoir. Depuis le coup du masque carmin, s’entretenir avec lui est devenu subitement un peu plus compliqué. »
- « Ca ne m’étonne même pas ! Et toi, Peur Nocturne ? » demanda la Brute à la Corruptrice qui arrivait, accompagnée d’Hacaga.
- « Rien du tout dans ce labo des Prospecteurs. Des données en pagaille, mais rien sur la fameuse sangsue. Du moins, si on considère que ce sobriquet pourrait être son nom. »
- « Si jamais elle a un nom. » soupira Bloody Kris. Elle s’arrêta, levant la tête. « J’ai un message de Zane. Il a vu la sangsue, et il en a pris une photo. Apparemment, il est intervenu assez tôt pour sauver une personne, mais il n’a pas pu la rattraper. »
- « L’envoyer à la poursuite d’une femme, ce n’est pas la meilleure chose à lui demander. » ironisa Peur Nocturne.
- « Très drôle, tête de robot ! »
- « Zane t’a envoyé la photo de notre proie ? »
- « Oui. »
- « Décris-la nous. »
- « Taille et corpulence moyenne, cheveux noirs. Ses yeux sont entièrement violets. »
- « Entièrement ? »
- « Pas d’iris apparent, si tu préfères. »
- « Entièrement violets, moi, ça me convient. » fit Bad Cat.
- « En tout cas voilà un signe distinctif qui nous permettra de la reconnaître aisément. »
- « Zane m’a dit qu’elle s’était enfuie par les égouts. Il a été faire un court rapport à la Veuve Fantôme, pour que les séides d’Arachnos n’entravent pas notre enquête. »
- « Sympa. »
- « Qu’est-ce qu’on fait maintenant ? »
- « Et bien … »
- « Vous pourriez farfouiller dans le laboratoire C24 de Crey, sur l’Archipel des Nerva. Je pense que vous y trouverez quelques données intéressantes. » fit une voix dans le dos de la Dominatrice.

Les trois femmes et l’enfant se tournèrent vers l’origine de cette phrase, voyant une autre femme, habillée d’une armure d’insecte hybride de couleur rouge. Bad Cat regarda alternativement la nouvelle venue et Kris, qui, au vu de l’air qu’elle prenait, semblait la connaître.

- « Tiens donc, » fit la Dominatrice. « le Masque de Pandore en personne. Si je m’y attendais. »
- « Mademoiselle Bloody Kris, je suis aussi ravie de vous revoir. »
- « Qui c’est, Kris ? » questionna Bad Cat.
- « Des ennuis en perspective ? » demanda Peur Nocturne, dont l’armure émettait un bruit inquiétant, comme si la Corruptrice préparait une attaque. Bloody Kris lui fit signe de se calmer de la main.
- « Elle n’est pas notre ennemie. Ni notre amie, d’ailleurs. C’est plutôt une histoire … d’intérêts communs. »
- « Figurez-vous que j’ai de bonnes raisons de croire que la femme que vous cherchez est un pur produit de Crey. Un produit sur lequel la société aurait perdu tout contrôle. »
- « Alors pourquoi nous en tenir informé nous plutôt que les intéressés ? »
- « Et bien, disons que je serais contente de voir un peu comment fonctionnent ces pouvoirs. Vous savez, ils me font penser aux miens … dans une autre version, et beaucoup moins puissants. J’aimerais assez voir la demoiselle de face, afin de déterminer quelques petites choses. »
- « Dans le genre ? »
- « Disons que j’aimerais comprendre comment elle s’y prend pour influencer les esprits. Personne ne semble se souvenir d’elle après son passage, ce qui montre une trace d’intervention psychique. »
- « Laisse-moi deviner, tu veux te joindre à nous ? »
- « Ce serait un plaisir et un honneur. »
- « J’aime pas les nénettes trop cérémonieuses ! » fit Bad Cat. « Ca cache toujours quelque chose ! »
- « Alors je compte sur toi pour la garder à l’œil, Bad. » répondit Kris. « Allez, les femelles, en route ! » Le petit attroupement prit le chemin du ferry, Bloody Kris en tête, Bad Cat fermant la marche.

De son côté des Insoumises, Mister Zane continuait ses investigations dans les égouts, en dépit de l’odeur abominable, et en compagnie de HR et de Miss Mytho. Dans un élan de bonté, après son rapport auprès de la Veuve, Zane avait été calmer les ardeurs de la compagne de la Brute, en lui expliquant que son homme avait été victime d’une sorte d’illusionniste. Sachant que HR avait très peu de matière grise encore en action, l’explication avait semblé plausible à Miss Mytho. Cependant, quand HR proposa à Zane de l’accompagner « parce que je n’aime pas être manipulé ! », sa compagne avait tenu à se joindre à l’équipe. Evidemment, c’était plus pour surveiller son homme, puisqu’elle le suspectait de vouloir retrouver la femme illusionniste pour finir ce qu’il n’avait pas eu le temps de commencer.

C’est ainsi que se forma un trio qui s’engagea dans les égouts, à la suite de la sangsue. Ils reprirent la trace là où l’avaient abandonné les robots du Mastermind. Au vu de l’étroitesse des canalisations, Mister Zane avait décidé de ne pas faire appel à ses sbires mécaniques, espérant que son fusil suffirait à calmer sa proie avant que Miss Mytho ne la calme définitivement. La Veuve Fantôme avait bien précisé qu’Arachnos désirait récupérer celle-ci vivante de préférence, afin de prendre des contre-mesures. Hors, avait-elle dit à Zane, un mort ne nous apprendra rien, et le Mastermind de l’approuver.

- « Plein Nord. » fit-il à ses compagnons, après avoir remarqué quelques traces de pieds sur le sol.
- « Pourquoi c’est toi qui donnes les ordres ? » HR ne semblait pas décidé à avancer.
- « Parce qu’il sait où il va, gros. » lui dit sa concubine.
- « Si tu veux, machin, on se sépare ici. » ajouta Mister Zane. « Tu suis ton instinct, et on verra si t’as du flair. Je ne vous ai jamais demandé de venir ! »
- « On te suit. » Miss Mytho semblait plus volontiers croire dans les talents de chasse du Mastermind que dans ceux de son compagnon.
- « Alors, silence à compter de maintenant. N’ouvrez la bouche que si la situation l’exige ! » ordonna sèchement Zane, devant un HR boudeur de s’être fait rabrouer.

_________________
Jeux à terminer :

Cradle
Deponia Doosmday
Divinity Original Sin 2
Rage
The Elders Scroll : Skyrim

Prochaines acquisitions :

Darksiders 3
Ghost of a Tale (si jamais il sort)
South Park, l'Annale du Destin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Poulpe
Poulpe Fiction
avatar

Nombre de messages : 3601
Age : 39
Vigilant : Snow, Tigerwolf, Ogre Noir, Miss Victory et Waka
Date d'inscription : 26/10/2005

MessageSujet: Re: La Sangsue   Jeu 1 Mar - 18:07

Chapitre quatre : le labo de Crey's Industries

Sur l’archipel des Nerva, quelques instants plus tard, Bloody Kris et sa suite arrivaient devant la porte du laboratoire C24 de Crey’s Industrie. Conformément aux dires du Masque de Pandore, en cours de trajet, les abords immédiats des lieux avaient été cerclés de barbelés, et tout portait à croire que le laboratoire était en état de quarantaine, révélant par là même que des évènements incontrôlés s’y étaient déroulés. L’entrée principale fut atteinte, sitôt que Bad Cat et Peur Nocturne eurent fait un passage dans la clôture.

Les quatre femmes et l’adolescente se tenaient devant ladite entrée, une porte électronique à double battant glissant, qui ne semblait pas vouloir s’ouvrir, en dépit des solides coups de poings de la Brute ou des effets glaciaires de Bloody Kris. Après avoir tenté de l’ouvrir, elles reculèrent toutes deux.

- « Belle piste, Mademoiselle le Masque, mais inexploitable. Les verrous électroniques ont été soudés, et le poste de contrôle arraché. Crey tenait vraiment à ce que personne ne rentre plus jamais là-dedans. » fit Peur Nocturne, en s’adressant au Masque de Pandore.
- « Rien n’est jamais fixé définitivement. » répondit celle-ci.

Elle tendit la main à plat devant elle, paume vers le ciel, visant la porte. Elle serra ensuite le poing, et aussitôt la porte fit entendre plusieurs craquements et un bruit de métal que l’on froissait. Puis finalement, le Masque de pandore ouvrit la main de nouveau, dans un mouvement brusque, et la porte s’envola dans la base, comme poussée par une force incommensurable.

- « Il ne faut pas la prendre à la légère. » Kris prit la parole. « Elle a quand même failli m’écraser sous un entrepôt énorme, d’un seul geste. »
- « Vous ne m’en voulez pas encore pour cela ? »
- « Non, bien sûr que non. Mais si vous pouviez ouvrir ce laboratoire seule, pourquoi demander notre aide ? »
- « Disons que j’ignore si mes pouvoirs seront d’une quelconque utilité face à cette créature. Qui plus est, il est toujours plus agréable de voyager en compagnie. »

Bloody Kris haussa les épaules, puis s’engagea dans le couloir d’entrée de la base, imitée par les autres membres de la petite équipe. Le corridor était vide et silencieux, les murs gris et seulement décorés, de temps à autre, d’un écusson de Crey’s Industries. Le sol était encore propre, comme si cela faisait très peu de temps que la base était abandonnée.

Hacaga fit à peine quelques mètres, puis porta la main à son nez, en prenant un air écoeuré. Elle fut vite singée par Bloody Kris, qui avait un moins bon odorat que la petite Rôdeuse, puis par le Masque de Pandore. Le filtre de l’armure de Peur Nocturne empêchait Brenda Smithson d’avoir à souffrir de cette odeur, et Bad Cat, tout en se pinçant le nez, prit une figure réjouie pour prendre la parole.

- « Hum, la bonne odeur de chair en décomposition ! »
- « C’est donc ça qui pue autant ? » lui demanda Kris.
- « Ouais. Tu peux me faire confiance, je sais de quoi je parle. »
- « Prenez ça. » Peur Nocturne tendait à chacune des femmes un petit masque en plastique translucide.
- « Tu te balades toujours avec des trucs comme ça ? »
- « Pour les missions que je fais avec Hacaga, quand nous devons aller dans les égouts. »
- « En tout cas, ce sera pratique. »

Equipées des masques de protection, elles reprirent la marche dans les couloirs du laboratoire. Ici et là, quelques machines continuaient de fonctionner, probablement alimentées par un générateur de secours. Le Masque de Pandore fit remarquer que les ordinateurs étaient débranchés, et qu’il leur faudrait atteindre la console principale de ce centre de recherche pour accéder aux données primordiales qu’elles cherchaient.

Les couloirs défilèrent, semblables les uns aux autres, dévoilant parfois une pièce à l’abandon. Comme finit par le dire Bad Cat, elles n’avaient pas encore vu la moindre trace des corps à l’origine de l’odeur immonde qui les accompagnait depuis leur entrée. Arrivant à la salle du générateur principal, plongée dans l’obscurité, le Masque de Pandore se dirigea vers un pupitre, activa quelques commandes, puis éclaira la salle. Elles savaient désormais d’où venait l’odeur.

Au centre de la salle gisait un amas de corps, entassés les uns sur les autres, dont certains étaient pliés dans des positions peu naturelles, formant une pyramide de chair humaine en décomposition. L’odeur était encore plus infecte qu’à l’entrée, dû à la proximité de la source, et le spectacle était effrayant. Peur Nocturne détourna les yeux, tandis que Bad Cat, moins intimidée, s’approchait pour mieux observer.

- « Y’a de tout, là-dedans. Des savants, des gardes, et même des Protecteurs de Paragon. »
- « Dis voir, Bad, » fit Bloody Kris, sans s’approcher des corps « tu peux me dire comment ils sont répartis ? »
- « Les Protecteurs sont surtout sur le dessus, les gardes au milieu, et les savants en dessous. »
- « Logique : la créature a dû commencer par s’en prendre aux scientifiques, les gardes sont arrivés pour les défendre, et les Protecteurs ont été envoyés quand la situation a commencé à paraître désespérée. »
- « Brillante analyse. » ajouta le Masque de Pandore.
- « Cassons-nous. Trouvons ce fichu ordinateur et … » Bloody Kris s’interrompit, le regard fixe, et les autres suivirent le mouvement.

Au bout de la salle, une femme venait de faire irruption, une femme aux cheveux et à la robe noirs, et aux yeux entièrement violets, ce qui était visible même de leur position. La femme nouvellement apparue poussa un cri, et s’enfuit en courant, évitant de peu la balle d’énergie que venait de lui tirer la Dominatrice. Bloody Kris donna ses directives.

- « Bad Cat, avec Hacaga, vous restez avec le Masque de Pandore, et vous trouvez les ordinateurs ! Peur, avec moi ! »
- « Hé ! » fit Bad Cat. « Pourquoi elle ? » Mais les deux femmes s’étaient déjà lancées à la poursuite de la sangsue.
- « Parce qu’il vaut mieux. » répondit le Masque.
- « Comment ça ? »
- « Votre amie tient ses pouvoirs de l’armure qu’elle porte. Hors, la sangsue ne s’en prend pas aux héros technologiques. C’est préférable donc de lui demander à elle plutôt qu’à vous. D’où le fait de vous enjoindre à rester avec moi. Etant technologique, je suis moins sujette aux pouvoirs de la demoiselle, probablement. »
- « T’es en train de nous dire que … »
- « Bloody Kris a voulu vous protéger, oui. Allons-y, trouvons ces ordinateurs. »

Le petit groupe de trois personnes quitta la salle du générateur principal, et reprit son exploration minutieuse des lieux. Pendant qu’elles faisaient ça, le duo de chasseresses poursuivait la sangsue dans les couloirs de la base.

- « Elle a l’air de bien connaître l’endroit ! Sans le marquage radioactif que je lui ai lancé, elle nous aurait déjà semé. Bravo pour la diversion, au fait. Ta balle d’énergie lui a suffisamment détourné l’attention pour ne pas qu’elle voit que je lui ai placé le marquage ! » fit Peur Nocturne.
- « Tu as réagi pile-poil comme il fallait, aussi. »
- « A droite. »
- « Okay et … attention ! »

Kris stoppa net sa course, se cacha derrière un pan de mur, imitée par Peur Nocturne. Les poings de la Dominatrice se chargèrent d’énergie, tandis que l’armure de Peur émettait un bruit de réacteurs nucléaires. De l’autre côté du mur, les bruits de pas avaient cessés, plongeant le couloir sans un silence de mort. Bloody Kris et Peur Nocturne se jetèrent réciproquement un regard, puis surgirent de l’endroit où elles se cachaient en criant. Bloody Kris fut la première accueillie, l’embout d’un fusil à impulsion lui tombant juste devant le nez.

- « Pupuce ? »
- « Zane ? »

Mister Zane, HR et Miss Mytho venaient d’arriver, via les égouts, à l’endroit où enquêtaient les femmes. Le Mastermind baissa son arme, et le silence retomba d’un seul coup.

- « Marquage perdu. » interrompit Peur Nocturne. « Elle est sortie de la base, et se trouve trop loin pour que l’émission radioactive soit repérable par mes systèmes. »
- « Flûte. Comment ça se fait que vous êtes là ? » fit Bloody Kris.
- « On a suivi la trace de notre sangsue jusqu’ici, par les égouts. Je dirais que les gens de chez Crey ont voulu cloîtrer la demoiselle, mais qu’ils ont oublié l’issue de secours. » répondit Zane.
- « Les imbéciles ! »
- « Et vous ? Comment êtes-vous arrivées ici ? »
- « Par un tuyau donné par notre amie le Masque de Pandore. Elle est venue avec nous. »
- « Allons les retrouver. » acheva Zane, prenant la tête du groupe. « Il est inutile de se lancer à la poursuite de notre sangsue : le soir tombe, nous ne lui mettrons pas la main dessus cette nuit. »

_________________
Jeux à terminer :

Cradle
Deponia Doosmday
Divinity Original Sin 2
Rage
The Elders Scroll : Skyrim

Prochaines acquisitions :

Darksiders 3
Ghost of a Tale (si jamais il sort)
South Park, l'Annale du Destin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tyran

avatar

Nombre de messages : 562
Age : 48
Date d'inscription : 28/02/2007

MessageSujet: Re: La Sangsue   Ven 2 Mar - 10:16

Poulpy, c'est du grand art....on va avoir honte de nos misérables descriptions de perso nous maintenant Neutral
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Poulpe
Poulpe Fiction
avatar

Nombre de messages : 3601
Age : 39
Vigilant : Snow, Tigerwolf, Ogre Noir, Miss Victory et Waka
Date d'inscription : 26/10/2005

MessageSujet: Re: La Sangsue   Ven 2 Mar - 17:32

Chapitre cinq : des données et des hommes

Le groupe nouvellement formé finit par rejoindre les trois autres, qui s’étaient aventurées plus loin dans la base, et qu’ils retrouvèrent dans la salle de contrôle. Bad Cat et Hacaga se tenaient derrière le Masque de Pandore, qui tapotait tranquillement sur un ordinateur. Mister Zane, Bloody Kris, Peur Nocturne, HR et Miss Mytho les rejoignirent.

- « Alors ? » demanda Bad Cat.
- « Elle s’est enfuie. Elle court vite, cette saleté. » répondit Peur Nocturne.
- « Salut, Bad ! » fanfaronna HR, faisant rouler ses muscles pour l’impressionner, sous le regard furibond de Miss Mytho.
- « Tiens, qu’est-ce qu’ils font ici, ces deux-là ? »
- « Demande pas. » lui fit Zane, levant les yeux au ciel.
- « Vous avez trouvé quelque chose ? » questionna Kris, indifférente à l’ambiance locale.
- « Je sauvegarde les données du disque, pour plus amples analyses. » répondit le Masque de Pandore. « Les données sont cryptées, cependant. Enfin, cela ne devrait pas gêner Mister Zane pendant longtemps. »
- « Au fait, Zane, » interrompit Kris « comment tu savais qu’il y’avait cette chose en balade ? »
- « J’ai une bonne source d’informations, à Paragon. Il y’a apparemment des héros qui se sont fait absorbés, et ma source suspectait que du côté des Insoumises, il devait aussi y avoir quelques victimes. J’ai fait un petit rapport à la Veuve Fantôme, qui m’a confirmé quelques disparitions inexpliquées d’Elus. Depuis, elle m’a envoyé à la chasse à la sangsue. Et vraisemblablement imaginait-elle que j’aurais besoin d’aide, et c’est pour cela qu’elle t’a contacté, Bloody chérie. » Ces derniers mots firent se renfrogner HR, mais se réjouir Miss Mytho.
- « Une de prise. » pensa t’elle. « Ca fera toujours celle-là de moins à surveiller. »

Un bip sonore se fit entendre, accompagné de l’éjection d’une sorte de disque dur amovible de la console centrale de l’ordinateur. La copie venait de se terminer, et le Masque de Pandore la remit à Mister Zane, sans faire de difficultés. Zane récupéra sans tarder le disque, le brancha sur son bracelet, sûrement pour vérifier que le Masque ne lui donnait pas un disque vierge, avant de prendre son téléphone portable. Il composa un numéro rapidement.

- « Suzie ? Oui, c’est Zane. Dis donc, tu te rappelles que tu me dois un service ? De la viande, certes, mais avariée, tu m’en vois navré. Cependant, j’aurais besoin de savoir à qui elle appartient, cette barbaque, si tu vois ce que je veux dire. Oui. Oui. On sera quittes comme ça. Je t’envoie les coordonnées, pour le ramassage. Salut. » Il tapota quelques mots sur son téléphone, et raccrocha.
- « Suzie ? De Scalpel ? » demanda Kris.
- « Oui. Une pro de l’identification des macchabées. Elle travaillait en tant que coroner, avant de passer au service de Vahzilok. »
- « Vous voulez faire une corrélation entre la liste des salariés de ce laboratoire et les morts que l’on a retrouvés ? C’est brillant, définitivement ! » approuva le Masque de Pandore.
- « Tu penses qu’on trouvera notre sangsue avec ça ? »
- « Si il reste une personne de vivante, soit c’est un survivant qui sait beaucoup de choses, et probablement plus que ce disque dur, soit c’est notre cible. »
- « Au fait, tu as dit que tu avais des photos de notre proie. »

Mister Zane utilisa son bracelet, faisant apparaître l’un de ses robots Protectors. Celui-ci se mit en stase dès son arrivée, et un bruit, comme celui d’une imprimante, se fit entendre. Un compartiment s’ouvrit, laissant tomber plusieurs exemplaires de la même photo. Bad Cat se pencha, montrant intentionnellement son postérieur à HR, qui avait du mal à se contenir en dépit du regard dévastateur que lui lançait Miss Mytho et retenait difficilement un sifflement admiratif, ramassa les photos, et en tendit un exemplaire à chaque personne présente.

Entre-temps, des bruits de pas leur parvinrent, et plusieurs sbires de Vahzilok entrèrent dans la salle, accompagné d’une Eidolon au sombre costume. Ils ramassèrent les cadavres en putréfaction, sous les regards de la petite équipe, sans chercher querelle de quelque sorte. Probablement que Suzie avait déjà donné ses instructions avant même leur arrivée. Elle compta les cadavres, tint Zane informé de leur nombre, puis, toujours accompagnée de ses acolytes, emporta ceux-ci.

- « Mesdemoiselles … et Monsieur … » fit Mister Zane en s’adressant à ses comparses « nous devons nous rendre dans une base d’Arachnos. Scorpion Noir nous y attend. »
- « Scorpion Noir ? » fit Miss Mytho.
- « Ouais. Ca ne lui plait pas d’obéir à la Veuve, mais Lord Recluse ne lui a pas laissé le choix. Il va nous aider, volontairement ou pas, à percer les secrets des données de ce disque dur. »
- « Volontairement ou pas ? »
- « Si il se montre malpoli, il faudra probablement le corriger ! »
- « On parle tout de même de Scorpion Noir, là ! Ce n’est pas n’importe qui ! »

Miss Mytho ne semblait pas vouloir s’engager plus avant dans la bagarre. Zane la regarda, puis secoua la tête, et enfin reprit la parole. L’auditoire était suspendu aux lèvres du Mastermind.

- « Vous n’êtes pas obligés de venir. D’ailleurs, à l’origine, je ne vous ai jamais demandé de prendre part à l’affaire. Si vous voulez partir, c’est le bon moment. Si quelqu’un d’autre veut laisser tomber, qu’il le dise tout de suite. »
- « Je continue. » fit Bloody Kris.
- « Hacaga suivre Maman Kris ! » La petite Rôdeuse prit la main de sa mère adoptive.
- « Si je vous laisse seuls, vous allez encore faire des bêtises ! » soupira Peur Nocturne.
- « Je n’ai pas encore toutes mes informations, alors je suis le mouvement. » répondit le Masque de Pandore.
- « Y’aura forcément de la baston. Ca marche pour moi. » ajouta Bad cat.

HR et Miss Mytho n’avaient pas l’air décidés pour continuer l’aventure. Bad Cat, bien consciente de l’effet qu’elle produisait sur le colosse, ajusta son soutien-gorge à travers ses vêtements, juste devant son nez. Il n’en fallait pas beaucoup plus pour l’encourager à continuer.

- « Okay, je continue. » Miss Mytho lui lança un regard courroucé.
- « Grrr. Je viens aussi. » finit-elle par lancer sauvagement, en se disant qu’il valait mieux garder Bad Cat à l’œil.
- « Hou, le beau regard, chargé de haine. » se moqua cette dernière.
- « Okay, si on es tous partant, alors direction la base de Scorpion Noir. »

Le trajet ne fut pas exempt de difficultés, notamment une sévère dispute entre Miss Mytho et Bad Cat, stoppée nette par le Masque de Pandore, qui les envoya bouler à bonne distance l’une de l’autre, au grand étonnement de tous. L’idée avait eu du bon, puisque la Brute et la Corruptrice avaient désormais une autre adversaire qu’elles-mêmes, en la personne de la Dominatrice. Elles passèrent ainsi le restant du parcours à médire sur la femme à l’armure d’insecte hybride, mais celle-ci n’en avait cure. Ils trouvèrent facilement la base d’Arachnos où attendait Scorpion Noir, mais, en dépit des craintes de Zane, celui-ci leur décrypta les données sans trop se faire prier. Il était désormais certain que Lord Recluse avait menacé son homme de paille de représailles si satisfaction ne lui était pas donnée.

- « Voilà vos données décryptées. » fit-il après une bonne heure d’attente, tendant le disque dur au Mastermind. « Maintenant, du balai ! »

L’équipe ne se fit pas prier pour quitter les lieux. Ils se rendirent ensuite dans l’une des nombreuses planques de Mister Zane, dans laquelle un ordinateur de haute technologie, probablement déposé ici par les sbires mécaniques du maître des robots, attendait de recevoir les données qu’ils avaient récupéré. Un bip sonna quand Zane brancha le disque sur l’appareil, et un programme se mit en route. Il s’agissait vraisemblablement d’un logiciel destiné à trier les données et faire ressortir les points importants.

Pendant ce temps, le portable du Mastermind sonna, et quand Zane répondit, il dit aux autres que c’était la dénommée Suzie, servante de Vahzilok, qui l’appelait pour lui transmettre les identités des cadavres, bien que ceux des Protecteurs de Paragon n’étaient, évidemment, pas identifiables, ce qui n’avait rien d’étonnant selon les paroles du Masque de Pandore.

Après avoir reçu la liste des noms des gens morts dans le laboratoire de Crey, il l’imprima et la donna à Bloody Kris, qui se lança dans une comparaison rapide avec la liste des salariés présents en ce jour funeste sur les lieux. Cela ne lui donna qu’un nom.

- « Carole Westmint, stagiaire. C’est la seule qui manque. » Zane stoppa le programme sur l’ordinateur, et tapa le nom que venait de lui donner sa concubine.
- « Carole Westmint, stagiaire, voilà. D’après le trombinoscope, elle doit ressembler à … » il marqua un temps d’arrêt. « Et bien, Mesdemoiselles, Monsieur, nous avons l’identité de notre sangsue. »

Sur l’écran, hormis des yeux normaux et non entièrement violets, on pouvait reconnaître la sangsue qu’ils pourchassaient.

_________________
Jeux à terminer :

Cradle
Deponia Doosmday
Divinity Original Sin 2
Rage
The Elders Scroll : Skyrim

Prochaines acquisitions :

Darksiders 3
Ghost of a Tale (si jamais il sort)
South Park, l'Annale du Destin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Poulpe
Poulpe Fiction
avatar

Nombre de messages : 3601
Age : 39
Vigilant : Snow, Tigerwolf, Ogre Noir, Miss Victory et Waka
Date d'inscription : 26/10/2005

MessageSujet: Re: La Sangsue   Ven 2 Mar - 17:35

Interlude :

Voici les photos de la demoiselle :



@Tyran : merci Wink

_________________
Jeux à terminer :

Cradle
Deponia Doosmday
Divinity Original Sin 2
Rage
The Elders Scroll : Skyrim

Prochaines acquisitions :

Darksiders 3
Ghost of a Tale (si jamais il sort)
South Park, l'Annale du Destin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Poulpe
Poulpe Fiction
avatar

Nombre de messages : 3601
Age : 39
Vigilant : Snow, Tigerwolf, Ogre Noir, Miss Victory et Waka
Date d'inscription : 26/10/2005

MessageSujet: Re: La Sangsue   Lun 5 Mar - 16:22

Chapitre six : un nom sur un visage

- « Carole Westmint ? ‘connais pas ! » fit Bad Cat.
- « Peut-on voir son dossier ? Si c’est une stagiaire, elle doit avoir une fiche de renseignements. » demanda le Masque de Pandore.
- « Attends voir. » lui répondit Zane. « Voilà, le dossier est là. »
- « Ce n’est donc pas un simple cobaye. Ou du moins, elle ne l’était pas en arrivant. »
- « Je lis, pour que tout le monde profite des informations. Carole Westmint, seconde année à Cambridge, Angleterre, dans la section Psychosociologie. Elle devait trouver un stage pour son mémoire … »
- « On dit sa mémoire. » reprit Bad Cat.
- « Mais non, Bad. Son mémoire, un rapport nécessaire pour obtenir son diplôme. » lui dit Peur Nocturne, dans un réflexe de professeur d’école.
- « Dites … » coupa Zane.
- « Désolées ! » dirent-elles en même temps.
- « Elle a une tante -ou plutôt avait une tante, elle est dans nos cadavres- qui travaillait pour Crey, USA, depuis maintenant cinq ans. Une tante du nom de Sylvia Reens. Elle est venue vivre chez sa tante le temps de faire son année de stage chez Crey. Je pense que la tata est pour quelque chose dans l’obtention du stage. »
- « Le népotisme est affaire courante chez Crey. » appuya le Masque de Pandore. « Ca n’a rien d’étonnant, ça maintient une certaine cohésion sociale au sein du groupe. Sans oublier que ça permet d’avoir des cibles pour pouvoir menacer les salariés. »
- « Rien de notable dans ses études, élève moyenne que Crey n’aurait sûrement jamais pris en stage si la tata ne travaillait pas pour eux. Rien de rien, pas plus, nada. Un dossier banal, pour une fille qui semble banale. Rien à voir avec la harpie croqueuse d’hommes -et d’âmes !- que nous avons rencontré. »

Mister Zane souffla un instant, laissant aux autres le temps de digérer toutes les informations. Le Masque de Pandore et Bloody Kris continuait de regarder les informations par dessus les épaules du Mastermind, et Hacaga, qui ne comprenait rien à la discussion, s’était assise dans un coin et commençait à dodeliner de la tête. Devant le bureau, HR, Miss Mytho, Peur Nocturne et Bad Cat attendaient la suite des informations. HR entama le premier la suite de la discussion.

- « T’es en train de nous dire que ce n’est pas la même femme, Zane ? »
- « Ca lui arrive d’écouter ce qu’on dit, lui ? » Peur Nocturne poussa un soupir d’exaspération. « C’est la même personne, c’est juste que la transformation en sangsue est intervenue au sein de ce laboratoire. Au fait, quelles étaient leurs recherches ? »
- « On y arrive. C’était le plus gros des informations. » fit Zane. « Les études portaient sur une forme de vie extraterrestre. »
- « Riktis ? »
- « Il n’y a pas que les Riktis, dans l’univers, Peur. Non, là, il s’agit plutôt d’une forme de vie primitive, une sorte de limace toute noire, aux protubérances violettes, comme les yeux de notre amie. Les protubérances doivent être les yeux de la bestiole. »
- « Beurk. »
- « Gnagnagna, » fit Zane en continuant de lire « je passe sur les termes techniques, et je vous fais un résumé de la situation : la limace en question semble se nourrir d’êtres vivants, comme un parasite. En fait de limace, ce serait plutôt une sangsue, effectivement. Rapport médical succinct lors de la dissection. La bestiole est morte quand on l’a mise dans une cage empêchant toute interférence psychique. En gros, la bestiole meurt si elle n’a pas d’ondes cérébrales pour continuer à faire fonctionner ses centres nerveux. C’est dingue ! »
- « Et bien, je me disais bien que notre proie avait des pouvoirs psychiques. » fit Bloody Kris.
- « Elle n’en a aucun, au contraire. » contredit le Masque de Pandore. « Dites-moi si je me trompe, Mister Zane, mais est-ce qu’ils n’ont pas procédé à des prélèvements ADN sur la limace ? »
- « Exact. Et je pense que nous avons la même idée. »
- « Laquelle ? » questionna Kris.
- « Ils ont transposés l’ADN de la sangsue extraterrestre dans le corps de la stagiaire, par accident ou consciemment. » répondit le Masque. « Ce qui expliquerait beaucoup de choses. Par exemple pourquoi personne ne s’en souvient : toutes les pensées tournées vers elle ont été absorbées. »
- « Je comprends rien. » fit Bad Cat.
- « C’est un peu complexe, en effet. » ajouta Peur Nocturne.
- « Mettons que tu regardes un coucher de soleil. » tenta d’expliquer Zane. « Sur le moment, cela te semble un instant magnifique, que tu voudrais graver dans ta mémoire. Seulement, passe notre sangsue. Tu verras toujours le coucher de soleil, mais tes pensées seront ‘dévorées’ au fur et à mesure par elle. Au final, tu n’auras donc profité du coucher de soleil que lors de l’instant présent. Les pensées liées à ce coucher de soleil disparaîtront de ta mémoire, comme si tu ne l’avais jamais vu. »
- « Cette sangsue était une bien étrange créature. » remarqua le Masque de Pandore.
- « En fait, si je comprends bien, personne ne se souvient d’elle parce qu’elle a absorbé leurs pensées du moment ? » questionna Peur Nocturne.
- « Exact. »
- « Comment se fait-il que toi, tu arrives à t’en souvenir ? » demanda la Corruptrice à Zane.
- « Tu veux mon avis ? Indigestion ! »
- « Quoi ? »
- « Elle venait de se nourrir des pensées d’HR, et, malgré son pois chiche, … »
- « Grrrrr ! »
- « … il n’y avait plus de place pour mes pensées. Qui plus est, mes champs de force me protègent assez bien. »
- « Quelles autres conclusions tirez-vous de ces données, Mister Zane ? » Le Masque de Pandore prit de nouveau la parole.
- « Et bien, c’est un peu tiré par les cheveux, mais … »

De nouveau, l’auditoire se suspendait aux lèvres du Mastermind, chacun appréhendant ce qu’il allait leur révéler. Il y avait une sorte de tension palpable dans l’air, à peine détendue par les légers ronflements d’Hacaga, qui avait cessé de tenter de rester éveillée. Mister Zane prit son souffle, avant de commencer son monologue.

- « Je pense qu’il y’a eu accident ou test, que l’ADN de la sangsue extraterrestre a été injecté dans le corps de Carole Westmint. Le corps a dû réagir et adapter les pouvoirs de la limace. Maintenant, imaginez un peu le résultat obtenu : on transfère des pouvoirs d’absorption psychique d’une créature de petite taille dans un format humain. Ca prend vite des proportions ahurissantes, entre cette échelle et la nôtre. Je pense qu’ils ont dû se rendre compte qu’ils avaient fait une ânerie, et ont dû vouloir y remédier. En pure perte. Elle a eu un réflexe d’autodéfense, qui a dû consister en l’absorption pure et simple de toutes les pensées, par contact direct. C’est-à-dire, à mon avis, que les personnes atteintes ne se réveilleront jamais. Ils ne sont plus que des enveloppes vides, y’a plus rien dedans. »

Il laissa quelques secondes de répit aux autres, pour leur permettre d’assimiler ce qu’il venait de leur dire, attendant de voir si l’un d’eux allait poser la question qu’il espérait. Devant l’absence d’interrogations, il s’apprêtait à recommencer lorsque Bad Cat prit la parole.

- « Excuse-moi, Zane. Y’a un truc que je ne comprends pas. Qu’elle dévore les pensées des gars qui ont voulu s’en prendre à elle, j’arrive à imaginer la raison, se défendre. Mais alors, pourquoi continue t’elle ? »
- « La question que j’attendais, je dois bien le dire. J’ai sous les yeux un graphique, issu des données récupérées lors des tests sur la limace. Là, je crois hélas devoir être un peu technique. L’absorption ‘mineure’ des pensées permet aux centres nerveux de la sangsue –extraterrestre ou humaine- de survivre. C’est pour elle une question de vie ou de mort. Sans les pensées des autres pour stimuler sa production de neurotransmetteurs, elle meurt rapidement. Seulement, cette réaction est directement proportionnelle à la quantité absorbée. Maintenant, j’en arrive à une hypothèse, que le Masque de Pandore devrait pouvoir nous exposer aussi bien que moi. Madame le Masque, à vous. »
- « Si ce que vous nous dites est exact, alors l’absorption massive de pensées par contact direct doit produire plus que des neurotransmetteurs classiques. Probablement de l’endorphine. »
- « Tout juste. »
- « Je comprends que dalle. C’est quoi l’endorphine ? »
- « En cas de gros pépin physique, le cerveau produit de l’endorphine, une substance qui empêche de ressentir de la douleur. » expliqua Peur Nocturne.
- « Comme de la morphine, alors ? »
- « Avec six à dix fois plus d’effet. »
- « Purééééée ! »
- « En gros, et pour faire simple, la sangsue s’en prend aux gens parce qu’elle se shoote à l’endorphine. Et le seul moyen pour elle d’en avoir, c’est d’absorber un maximum de pensées, afin de conduire à la saturation de production de neurotransmetteurs, et à la relâche d’endorphine dans son cerveau. »
- « Alors, en fait, on poursuit une droguée. »
- « Gagné. »
- « Alors, pourquoi ne s’en prend-elle pas aux personnes dont les pouvoirs sont technologiques ou magiques ? »
- « Les technologiques se battent souvent en armure, et probablement que la plupart d’entre eux sont équipés de systèmes d’autodéfense. Les magiciens, eux, doivent être immunisés d’une certaine façon face à ce genre de pouvoirs. Je pense qu’une ou plusieurs rencontres avec ce genre d’individus à dû l’obliger à se rabattre sur les mutants et compagnie. »
- « Autre question, prof : est-il normal qu’elle ne s’attaque qu’à des super-héros ou des super-vilains ? »
- « Là encore, c’est de l’hypothétique, mais j’imagine fort bien que nos pensées à nous, gens de super-catégories, sont plus intenses et lui permettent d’accéder plus vite à sa dose. Elle a dû y prendre goût lorsqu’elle a affronté les Protecteurs de Paragon. »

Un court silence s’installa, chacun interprétant ce qu’on venait de leur dire à sa manière. On n’entendait plus que la respiration somnolente d’Hacaga, toujours endormie dans son coin. Bloody Kris fut la première à reprendre la parole.

- « On ne peut pas laisser ça traîner. »
- « D’autant plus qu’on sait à peu près à quoi s’en tenir. » ajouta le Masque de Pandore.
- « Mais maintenant qu’elle s’est enfuie, où pourrons-nous la retrouver ? » demanda Peur Nocturne.
- « La base de Crey était sa tanière, il y’a de fortes chances pour qu’elle se réfugie dans un autre lieu qu’elle connaît déjà. » répondit Zane.
- « Tu penses à quoi ? »
- « On peut déjà chercher chez sa tante. »

_________________
Jeux à terminer :

Cradle
Deponia Doosmday
Divinity Original Sin 2
Rage
The Elders Scroll : Skyrim

Prochaines acquisitions :

Darksiders 3
Ghost of a Tale (si jamais il sort)
South Park, l'Annale du Destin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Poulpe
Poulpe Fiction
avatar

Nombre de messages : 3601
Age : 39
Vigilant : Snow, Tigerwolf, Ogre Noir, Miss Victory et Waka
Date d'inscription : 26/10/2005

MessageSujet: Re: La Sangsue   Mar 6 Mar - 18:18

Chapitre sept : le passé rattrapé

Le groupe s’était divisé. Miss Mytho, excédée de voir HR aguicher Bad Cat –celle-ci ne faisant rien non plus pour l’en empêcher-, quitta le groupe, non sans emmener son compagnon, fortement déçu. Bad Cat et Peur Nocturne, accompagnées d’Hacaga, partirent pour tenter de retrouver la trace de la sangsue aux abords immédiats du laboratoire de Crey, Peur suspectant que celle-ci pourrait bien revenir une fois les lieux un peu plus calmes. Mister Zane, Bloody Kris et le Masque de Pandore furent donc désignés d’office pour aller fouiller l’appartement de feu Sylvia Reens, sur l’Archipel des Nerva.

La tante de celle qui était devenue la sangsue vivait dans un appartement au huitième étage d’une tour de manufacture récente, aux lignes modernes et élancées. De rares panneaux publicitaires l’ornaient, ajoutant un peu de couleur à cet ensemble, qui, si il paraissait neuf, restait tout en nuance de gris. L’adresse récupérée dans les données de l’ancien laboratoire était la bonne, et le trio entra dans la demeure de Reens.

L’appartement n’avait pas été aéré depuis de nombreuses semaines, et aucune trace de la sangsue n’était visible. Au vu de l’état des lieux, on aurait pu imaginer que Sylvia Reens et sa nièce étaient simplement parties en vacances.

- « La piste s’arrête ici. » fit Kris.
- « Pas obligatoirement. » objecta Zane. « Le tout est de trouver une bifurcation. Il doit bien y avoir des indices, des photos, quelque chose pouvant nous révéler une nouvelle voie à suivre. Va donc voir si les chambres nous en disent plus que la cuisine. Bleuaah. » finit-il en ouvrant le frigidaire, dégoûté par son contenu.
- « La dénommée Sylvia Reens ne semblait pas avoir de vie privée. Pas de photos au mur ou sur les meubles, quelques magazines épars, la télévision débranchée. C’est souvent ainsi lorsque l’on travaille pour Crey. »
- « A t’entendre, on pourrait croire que Crey exige que l’on sacrifie sa vie à son employeur. » répondit Zane, en haussant un sourcil.
- « Il y’a un peu de ça. » lui dit le Masque, avec un sourire désabusé.
- « D’où ce masque, et le secret qui l’entoure, je présume. »
- « Exactement. Ca me rend plus forte, d’une certaine manière, en me disant qu’ils ne me contrôlent pas entièrement. »
- « Que dit le salon ? »
- « Vaisselle bien rangée, table propre. Madame Reens devait être une maniaque de l’ordre. »
- « Même chose pour la cuisine, si ce n’est que le frigo est rempli de trucs avariés. Bloody chérie, tu trouves quelque chose ? »

Bloody Kris revint au salon, tenant dans ses mains quelques clichés qu’elle effeuillait. Elle avait l’air réjoui de quelqu’un qui venait de faire une grande découverte. Sur l’une de ces photos, on pouvait voir Carole Westmint en compagnie d’un homme démasqué, mais on devinait aisément à quelle faction il appartenait.

- « Oui, je crois bien que j’ai trouvé un indice. Tiens. » fit elle, tendant cette photo à Mister Zane. « Si la tata n’avait pas de vie privée, il n’en était pas de même pour notre petite poupée. »
- « Un Krâne ? Cette greluche sortait avec un Krâne ? »
- « Sans oublier ceci. » Elle tendit sa main, et dans la paume de celle-ci se trouvait une sorte de seringue automatique. « La sangsue était déjà droguée avant d’être métamorphosée. »
- « Et bien. »
- « Voilà en effet un indice révélateur. Je suppose que ceci était bien caché ? » fit le Masque.
- « Oui, plutôt. »
- « Comment tu as fait pour le trouver, alors ? » questionna Zane. Kris rougit.
- « J’ai cherché là où moi je cachais mes … enfin, ce que je ne voulais pas que mon père adoptif trouve. »
- « Tu as eu ta période aussi, hein ? Heureux que tu n’ais pas accroché. »
- « Euh, je crois savoir de quoi tu parles, mais non, ce n’est pas ça. J’y cachais mes … enfin, des petits sachets en caoutchouc, pour le cas où … »
- « Ah. Pardon, pupuce. »
- « Tu dois bien te douter que tu n’as pas été le premier. »
- « Ouais, ouais, je sais. »
- « Dites, quand vous aurez fini de parler de votre vie privée … » Pour une fois, le Masque de Pandore avait l’air singulièrement agacée.
- « Hum, bon. » toussota Zane. « Il faudrait mettre la main sur ce Krâne. »

Mister Zane ouvrit un vortex dimensionnel, faisant surgir l’un de ses robots Protector, puis tapota quelques instructions sur son bracelet. Un panneau s’ouvrit sur le devant du robot, le Mastermind y introduisit la meilleure photo du Krâne, et un duplicata en couleur sortit par la fente se trouvant juste au dessus de l’endroit où Zane venait de placer l’original. Il prit la photo, écrivit quelques mots au dos, la mit judicieusement sur le Protector, et il le téléporta.

- « Où est-ce que tu l’envoies ? »
- « Auprès de Bad Cat et des autres. Bad Cat a d’assez mauvaises fréquentations issues des fêtes auxquelles elle participe, alors il est possible qu’elle connaisse notre homme. »
- « Bonne idée. »
- « Au pire, elles se renseigneront. Je ne crois pas que notre sangsue retournera dans ce labo. »

Sur le même Archipel des Nerva, à quelques encablures de l’appartement de Sylvia Reens, les deux femmes et l’adolescente continuaient leur recherche de la fugitive. Peur Nocturne tentait de retrouver des traces du marquage radioactif qu’elle avait lancé sur la sangsue, en examinant le sol, suivi par Hacaga qui reniflait à ras du plancher, pour peut-être trouver une odeur, elle-même étant suivi par Bad Cat qui regardait les deux autres à quatre pattes. Peur Nocturne soupira et se redressa, imitée en tout point par Hacaga. Elles n’avaient rien trouvé.

- « Quand même, Bad, tu aurais pu éviter de faire du gringue à l’autre benêt. A un moment, j’ai cru qu’il allait te coincer dans un coin pour … »
- « Mais c’est ce que je voulais ! »
- « Sa copine ne semble pas très prêteuse ! Et puis, franchement, qu’est-ce que tu trouves à ce genre de gros ahuri sans cervelle ? »
- « Rien. C’est juste physique. Je ne suis pas comme toi, je ne peux pas me retenir pour ce genre de chose. Et pis, tant qu’à le faire, autant que ce soit avec un mec que je connaisse. Avec Zane, c’est grillé, alors il me faut un substitut. »
- « Mouais. »
- « T’es jalouse ? »
- « Non. Simplement que je ne comprends pas ton choix pour tes partenaires. »
- « C’est un peu comme la sangsue, j’en ai besoin, mais de temps en temps seulement, moi. Après, peu importe sur qui je pose mon dévolu. »
- « En parlant de la sangsue, et pour en revenir à un sujet moins frivole, impossible de retrouver la trace. Elle court trop vite, le marquage n’a pas eu le temps de laisser une traînée. Et Hacaga n’a pas l’air de trouver d’odeur non plus. »
- « Pas avoir odeur. Moi pas comprendre. »
- « L’ADN de la limace spatiale doit gommer les émanations olfactives. »
- « Hé, qu’est-ce que … »

Dans un éclair de lumière, l’un des robots de Mister Zane fit son apparition, portant sur son épaule, tel un perroquet sur un pirate, une photo. Peur Nocturne tendit la main, examina la photo, et la montra à Bad Cat.

- « Tu connais ? »
- « Non. Je ne connais pas tous les Krânes. »
- « Attends, il y’a quelque chose écrit derrière. C’est un message de Zane. ‘Carole Westmint droguée. Chercher corrélation avec individu sur la photo.’ »
- « On sait qu’elle est droguée. Il nous l’a déjà dit. »
- « Il n’aurait pas répété si ça n’avait un autre sens. Il l’appelle par son nom, et pas par le terme de sangsue. Ca veut donc dire qu’elle était déjà droguée avant de devenir monstrueuse. »
- « Ah ? »
- « Et que le type sur la photo, qui lui passe des mains, doit être son petit ami, et, éventuellement, son fournisseur. C’est donc par lui qu’il faut continuer. »
- « Je connais peut-être bien quelqu’un qui pourrait nous renseigner. »
- « Et bien voilà, tu vois quand tu veux ! »

_________________
Jeux à terminer :

Cradle
Deponia Doosmday
Divinity Original Sin 2
Rage
The Elders Scroll : Skyrim

Prochaines acquisitions :

Darksiders 3
Ghost of a Tale (si jamais il sort)
South Park, l'Annale du Destin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Poulpe
Poulpe Fiction
avatar

Nombre de messages : 3601
Age : 39
Vigilant : Snow, Tigerwolf, Ogre Noir, Miss Victory et Waka
Date d'inscription : 26/10/2005

MessageSujet: Re: La Sangsue   Jeu 8 Mar - 13:52

Chapitre huit : soirée privée

La nuit tombait sur les Insoumises, plongeant Peur Nocturne, Bad Cat et Hacaga dans les ténèbres. Elles attendaient depuis maintenant près d’une heure devant l’entrée d’un immeuble abandonné en apparence. Quand l’obscurité fut presque complète, la porte s’ouvrit, dévoilant un intérieur éclairé, tandis qu’un Krâne sortait et commençait à faire entrer quelques badauds qui patientaient eux aussi. Bad Cat eut un sourire, que ne remarquèrent pas ses deux compagnes.

- « Boîte de nuit ‘privée’ ? » questionna Peur Nocturne.
- « Exact. » répondit la Brute.
- « Je ne veux même pas savoir comment tu connais son existence ! »
- « Il vaut mieux pas, en effet. »
- « Ton contact, c’est celui qui fait entrer et sortir ? »
- « Malheureusement, non. C’est le proprio. Il est très copain avec les Krânes. La boîte de nuit sert de couverture à un trafic plus lucratif, si tu me suis. »
- « J’avais déjà compris. » Peur soupira. « J’espère au moins que tu ne touches pas à ça. »
- « Pour devenir plus bête que je ne le suis déjà ? Ca va bien, non ? » Bad Cat ricana. « De toute manière, mon sang noir le rejetterait. »
- « Hacaga, reste invisible et attends nous. Non, c’est trop risqué. La sangsue peut arriver à tout moment, vaut mieux que tu restes avec nous. »

Les deux femmes et l’adolescente s’avancèrent, Bad Cat en tête, vers l’entrée de la boîte. Après une âpre discussion (et une mandale distribuée), le portier accepta de les laisser rentrer, non sans prévenir ses collègues à l’intérieur. Elles descendirent ensuite un étroit escalier, qui les menait au sous-sol de l’immeuble, où devait se dérouler le gros de la fête.

- « Mais qu’est-ce qui le gênait chez moi ? »
- « Ton armure, ma chérie. Ils préfèrent les filles qui se baladent en vêtements, voire même sans. »
- « Laisse-moi deviner … ça t’est déjà arrivé ? »
- « Bof, une fois, j’avais bien picolé, j’ai fait une petite séance de topless. Pas de quoi fouetter un chat ! Hi, hi ! »
- « Pourtant, tu le mériterais, le fouet ! »
- « Hacaga pas aimer bruit ! » protesta l’adolescente.

Plus elles descendaient, plus le son était fort, et, avec son ouïe au dessus de la normale humaine, il était normal que la jeune fille éprouve quelques désagréments. Peur Nocturne farfouilla dans ses affaires, en sortit deux bouchons pour les oreilles, et aida Hacaga à les mettre.

- « T’es une vraie trousse à pharmacie ambulante ! » ironisa Bad Cat.
- « Vieille habitude, du temps où j’avais la poisse. »
- « Merci, Maman Brunda. »
- « Bon, trouvons ton contact, Bad, et cassons-nous. Ce n’est pas que je n’aime pas la fête, mais c’est le genre d’endroit que j’aimerais bien qu’Hacaga ne connaisse pas tout de suite. »
- « Okay. »

Bad Cat commença à interroger des personnes, qui dansaient sur la piste de danse, afin de savoir où elle pourrait retrouver l’homme qui lui donnerait ses renseignements. Pendant qu’elle vaquait d’un danseur à l’autre, l’un d’eux attrapa Hacaga par derrière, se colla à elle et commença à onduler de manière obscène. Sa danse fut vite interrompue par le sifflement furieux d’Hacaga, qui apparemment n’aimait pas être manipulée de la sorte par un inconnu, suivi d’un coup de pied involontairement placé au niveau de l’entrejambe. Il lâcha la jeune fille, et se pencha en avant, tenant ses bijoux de famille à pleines mains. La musique cessa alors.

Pendant que l’agresseur pestait, toujours plié en deux, il reçut un coup de genou en pleine face, présent offert par Bad Cat qui avait accouru au bruit qu’avait émis la petite Rôdeuse. Il fit plusieurs mètres en arrière, pissant le sang par le nez, tomba sur le postérieur, et plusieurs de ses amis l’aidèrent à se redresser. Certains sortirent des couteaux de leur ceinture, et d’autres cassèrent des bouteilles sur les rebords des tables. Mais avant même qu’ils ne puissent s’avancer, une vague d’électrons les balaya. Peur Nocturne pointa alors son doigt, puis fit un arc de cercle avec, semblant désigner toute la salle, et proféra sa menace.

- « Le prochain qui touche à la petite, je l’irradie tellement que Tchernobyl ressemblera à un pet de lapin à côté de lui ! C’est clair ? » fit-elle, sous le regard ébahi de Bad Cat, et celui admiratif d’Hacaga. La menace porta ses fruits, les armes furent rangées.
- « On cherche juste un pote, on ne veut pas d’histoire. » reprit Bad Cat. « Mais si pour le trouver, il faut ratiboiser cet endroit, vous pouvez comptez sur moi. »
- « Il y’a un problème, Bad ? » Une voix leur parvint de l’arrière. Le propriétaire de la boîte de nuit s’avançait vers elles.
- « Disons que certains aiment trop la chair fraîche, dans ton gourbi, mon vieux Mike. »
- « Venez dans mon bureau, nous y serons plus tranquilles pour discuter. » leur dit-il. « Et bien, alors, mon vieux ? » s’adressa t-il au DJ. « Je te paye pas pour regarder les bagarres ! Fais-les danser, mec, c’est un ordre ! »

La musique reprit de plus belle, comme si il n’y avait pas eu d’interruption. Peur Nocturne et ses amies suivirent le dénommé Mike, Bad Cat en queue de file, afin de prévenir toute tentative d’agression. Les trois femmes entrèrent dans le bureau du propriétaire. Dans la salle, la musique se faisait moins forte, la pièce devant être insonorisée partiellement, ce qui avait permis à Mike Sullivan de deviner que quelque chose n’allait pas juste avant. Au coin nord-est, une cage de danseuse était ouverte, laissant supposer qu’une fille viendrait probablement danser pour un spectacle réservé. Plusieurs colifichets de nature inconnue, probablement arraché au Cercle des Epines, ornaient les murs, ce qui donnait une ambiance tribale à ce lieu.

Mike s’assit derrière le bureau, contemplant celles qui venaient de le faire se déranger. C’était un grand noir, aux allures de patron mafieux. Son regard se porta sur Bad Cat, d’abord, puis sur Hacaga et Peur Nocturne. Il ouvrit une boîte sur son bureau, proposant à chacune un cigare. Devant leur refus, il s’en alluma un et commença à cracher son épaisse fumée.

- « Que puis-je pour vous, Mesdemoiselles ? »
- « On cherche un couple. »
- « Les soirées échangistes, c’est trois étages au-dessus, Bad, je pense que tu le sais. »
- « Non, non, pas pour ce genre de truc là. Sinon, je serais seule. Tiens, les voilà. » Bad Cat lui tendit la photo du couple.
- « Tiens donc, Willy. La fille qui est avec, c’est … hmmm, oui, je me souviens d’elle. Elle nous avait fait un beau numéro, une fois. » fit Sullivan en montrant la cage.
- « C’était donc loin d’être la petite poupée à sa Maman, hein ? »
- « Je crois qu’elle était mal tombée. Une petite anglaise, polie et gentille comme tout, qui entre chez Crey ? Cette gamine a dû en voir des vertes et des pas mûres. Elle venait faire la fête pour oublier, et comme elle n’y arrivait pas juste en dansant et buvant, elle est passée au-dessus. Parfois même, elle s’oubliait complètement, comme le numéro de la cage. »
- « Tu sais où est ce Willy ? »
- « Pas vu depuis un moment, déjà. »
- « Depuis combien de temps, environ ? » interrogea Peur Nocturne.
- « Je dirais que ça fait environ trois semaines. »
- « A peu près au moment où le labo a fermé, je crois. »
- « Quel labo ? »
- « Moins tu en sauras, Mike, plus longtemps tu resteras en vie. » lui fit Bad Cat, avec un sourire mauvais sur les lèvres.
- « Okay. »
- « Tu connais un endroit où on pourrait le trouver ? »
- « Il vit dans un squat, sur Port Oakes. L’entrepôt 32, sur les embarcadères. Ils l’ont baptisé ‘l’antichambre de l’Enfer’, alors je vous conseille d’emmener des renforts. »

_________________
Jeux à terminer :

Cradle
Deponia Doosmday
Divinity Original Sin 2
Rage
The Elders Scroll : Skyrim

Prochaines acquisitions :

Darksiders 3
Ghost of a Tale (si jamais il sort)
South Park, l'Annale du Destin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Poulpe
Poulpe Fiction
avatar

Nombre de messages : 3601
Age : 39
Vigilant : Snow, Tigerwolf, Ogre Noir, Miss Victory et Waka
Date d'inscription : 26/10/2005

MessageSujet: Re: La Sangsue   Ven 9 Mar - 13:31

Chapitre neuf : révélations

Hacaga, Peur Nocturne et Bad Cat faisaient le pied de grue devant l’antique entrepôt des quais numéro trente-deux, attendant impatiemment que leurs compagnons arrivent, ce qui ne prit guère de temps. Ce fut Mister Zane d’abord, apparaissant dans un cocon d’énergie, trace de la téléportation. Il fut suivi de près par le Masque de Pandore. Apparemment, le mutant avait plus de facilités à se servir de ce mode de déplacement, inné chez lui, que la Dominatrice. Il fit un mouvement des mains, semblant tirer quelque chose à lui, et, dans une explosion de lumière silencieuse, Bloody Kris apparut à ses côtés.

- « Elle est ici ? »
- « Oui. Mes capteurs réagissent au marquage. » répondit Peur Nocturne. « En vous attendant, nous avons fait le tour de l’entrepôt –dessus et dessous compris- pour nous assurer qu’il n’y avait pas d’issues possibles. »
- « Parfait ! Autre chose ? »
- « Je pense qu’il ne doit plus y avoir grand monde de vivant, là-dedans. »
- « Je m’en doute un peu. Elle n’est pas spécialement encline à conserver des hommes en état de penser dans son entourage immédiat. »
- « Et de votre côté ? »
- « Notre amie le Masque a réussi à nous faire entrer dans certains laboratoires de Crey, grâce à des codes d’accès détournés je ne sais comment. Nous avons appris plusieurs choses, assez croustillantes, je dois le reconnaître. »
- « Envoie la dose, ne nous laisse pas languir. »
- « Nous savons désormais qu’effectivement que Sylvia Reens a fait entrer elle-même sa nièce au sein du labo, pour son stage d’étude. Elle a même fait des pieds et des mains pour. D’après quelques rapports confidentiels … euh … empruntés, dirons-nous, c’était plus pour avoir un cobaye qu’autre chose. Sylvia Reens était chargé de l’examen de l’ADN de la limace spatiale. Devant le peu d’intérêt manifesté par ses assistants pour devenir son cobaye, elle s’est rabattue sur sa propre nièce, une anglaise un peu dépressive sur les bords. »
- « La vache. »
- « Et oui, la mère Reens n’était pas un modèle pour la famille. D’après ces mêmes rapports, le sujet d’expérience n’avait pas conscience d’en être un. Selon toute vraisemblance, sa tante profitait de sa situation pour lui faire des injections régulièrement. Et pour ce faire … »

Zane fut coupé par Peur Nocturne. La femme en armure, même si elle n’avait pas participé jusqu’à présent, semblait être arrivée à ses propres déductions, grâce aux quelques indices retrouvés.

- « … s’était arrangée pour faire tomber en déprime sa nièce, qui a alors commencé à se droguer. Après, il suffisait de trouver la seringue automatique et les charges de SuperAdyne, et d’en remplacer quelques-unes, histoire que la gamine se fasse elle-même l’injection. »
- « Bien vu, Peur. Tout ceci dans le but inavoué, et c’est une conclusion à laquelle Kris est arrivée seule, de conduire à la production d’un nouveau type de Protecteur de Paragon, un Absorbeur, qui pourrait permettre à Crey d’étendre encore un peu plus son influence. Manque de bol, il y’a eu un raté. »
- « De quel genre ? »
- « Nous avons pu visionner, grâce à un savant piratage des systèmes de Crey –bon sang, que je suis content d’être copain avec Zitch !- les vidéos de la surveillance de la base. Du moins, avant que tous les systèmes ne soient coupés. La SuperAdyne a été la cause de l’échec du projet. Et cela de deux manières. »
- « Abrège le suspens ! »
- « Un : le mélange entre la SuperAdyne et l’ADN de la limace de l’espace a beaucoup trop amplifié l’effet absorbant. Deux : le manque a provoqué une crise, et c’est là que notre labo bascule dans l’horreur la plus complète. En pleine crise, la sangsue saute sur sa tante, et lui absorbe ses pensées. »
- « Et ben. »
- « Ensuite, on en arrive à mes conclusions : elle se découvre une nouvelle dope, produite par son propre corps, et comprend comment elle peut obliger son cerveau à en fabriquer. Dès lors, elle s’en prend aux gens du labo. Les assistants de sa tante ne lui suffiront pas, elle s’attaque alors aux autres scientifiques. La garde est appelée en renfort, en pure perte. Crey panique, envoie ses Protecteurs à l’intérieur, mais prévoit aussi un possible échec de ceux-ci. Devant l’absence de résultat, ils mettent le laboratoire en quarantaine, espérant que la faim achèvera le cobaye incontrôlable. Vous savez tous comme moi qu’elle s’est trouvé une issue de secours, et qu’elle a continué son petit manège. »
- « Via les égouts. »
- « Tout juste. Le fait de s’en être pris à des similis héros, les Protecteurs de Paragon de Crey, lui donne l’impression que les êtres à superpouvoirs sont mieux que les autres pour obtenir sa dose. Elle fouille les affaires des scientifiques, trouve une robe de soirée assez courte, et sort pour trouver des proies. Comme elle n’est pas fichée, elle peut circuler tranquillement via le Pocket D entre les Insoumises et Paragon City. Fort heureusement pour nous, je dirais. »
- « Pourquoi ? »
- « Parce qu’avec tous les règlements de comptes dans le coin, et la propension de la sangsue à absorber les pensées, on ne se serait aperçu du problème qu’assez tard. Chez les héros, ça ne marche pas pareil et ils ont tout de suite vu qu’il y avait quelque chose. Un contact bien infiltré au Paragon Police Department me prévient de l’existence de la sangsue, qu’il suspecte se nourrir de l’énergie vitale des héros. La tête quand je vais lui dire qu’en fait, elle dévore leur mental. Je vais faire un rapport à la Veuve Fantôme, qui me confirme quelques disparitions inexpliquées, même par ses voyantes à elle ! »
- « Et nous voilà à la poursuite de la sangsue. »
- « Sangsue que je retrouve bien vite, grâce à un spectroscope : son aura est différente de celle des humains, violette comme ses yeux. »
- « Il fallait y penser. » fit le Masque de Pandore. « Vous êtes décidément plein de ressources ! »

Bloody Kris regarda la femme en armure, semblant jauger si cette dernière ne tentait pas de faire du charme à Mister Zane, puis renonça, n’arrivant pas à lire ses émotions à travers le masque. Elle finit par se dire que seule l’intelligence du Mastermind l’intéressait.

- « Nous voici au point final. Il nous la faut vivante, c’est un ordre du grand patron en personne, afin de se prémunir contre d’autres comme elle. Crey risque de se prendre un savon sous peu, je dirais. »
- « Ils l’ont bien cherché ! » répondit le Masque, consciente que la remarque lui était destinée.
- « On y va en équipe limitée. » reprit Mister Zane. « Moi, le Masque de Pandore et Bad Cat. Kris, tu restes devant la sortie avec Peur Nocturne et Hacaga. Si elle arrive à nous échapper, la seule sortie est ici. »
- « Pourquoi cet arrangement là ? » Au vu de ses précédentes réflexions personnelles, Bloody Kris n’approuvait pas les choix de son compagnon.
- « Parce que nous trois sommes mieux protégés contre ses pouvoirs, moi avec mes champs de force, le Masque avec son armure psychique, et Bad Cat avec son sang noir et ses armures obscures. Nous avons acculé la sangsue, il y’a peu de chances qu’elle se rende gentiment, le combat risque d’être sévère. Il nous la faut vivante, et j’ai donc besoin de pouvoirs incapacitants pour cela. Tu n’es pas protégée contre ce genre d’attaques, je préfère donc prendre avec moi le Masque, compte tenu de son origine technologique. »
- « C’est pour ça que tu nous colles à l’entrée ? »
- « Si elle se sauve, c’est que nous l’aurons suffisamment affaiblie. Il ne te restera plus qu’à la paralyser. Je compte sur Peur et son marquage pour nous tenir informés de sa position. D’ailleurs, Peur te dira si la sangsue vient vers vous, et tu pourras la geler sur place avant même qu’elle ne fasse quelque chose. »
- « Bon, d’accord, c’est un bon plan. » reconnut-elle de mauvaise grâce.
- « Allez, on y va. » fit Zane en s’adressant à Bad Cat et au Masque de Pandore.

_________________
Jeux à terminer :

Cradle
Deponia Doosmday
Divinity Original Sin 2
Rage
The Elders Scroll : Skyrim

Prochaines acquisitions :

Darksiders 3
Ghost of a Tale (si jamais il sort)
South Park, l'Annale du Destin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Poulpe
Poulpe Fiction
avatar

Nombre de messages : 3601
Age : 39
Vigilant : Snow, Tigerwolf, Ogre Noir, Miss Victory et Waka
Date d'inscription : 26/10/2005

MessageSujet: Re: La Sangsue   Jeu 15 Mar - 17:27

Chapitre final : être et devenir

Une impression morbide s’empare de moi, alors que nous rentrons dans l’entrepôt. Est-ce dû à l’odeur de moisissure ? Ou bien à l’obscurité presque complète, si l’on excepte la clarté de la lune qui rentre par quelques panneaux translucides du toit ? Nous sommes entrés dans la tanière de la sangsue, c’est ici le point de non-retour.

Les murs suintent d’une humidité noirâtre et gluante, inondant les couloirs de l’entrepôt d’un embrun répugnant qui fait faire des grimaces au trio. La porte grince avant de se claquer derrière Bad Cat, dernière à être entrée dans le bâtiment. Dès le vestibule, on peut deviner que de tragiques évènements se sont déroulés ici. Le corps de cet homme appartenant aux Krânes, contorsionné dans une position impossible à tenir en temps normal, pour un être humain, laisse envisager le pire.

Mister Zane, comme à son habitude, a prévu son embuscade de manière intelligente, en sélectionnant parmi la gente féminine qui l’accompagnait celles qui seraient le moins sensibles aux pouvoirs d’absorption de la créature. Entre mon armure technologique, les pouvoirs de champ de force de Zane et les techniques des ombres de Bad Cat, nous serons moins exposés au risque.

Les trois individus maintiennent le silence, sachant manifestement que leur arrivée n’est pas passée inaperçue aux oreilles d’une certaine créature. Bien qu’ils ne disent mot, chacun s’affaire à se préparer, et, dans un vacarme infini, les robots du Mastermind font leur apparition. Il les équipe, chacun leur tour, leur prodiguant armements et matériels supplémentaires. Jusqu’à présent, la sangsue a évité le combat. Acculée, qui sait ce qu’elle pourra faire ?

Pauvre jeune fille, plongée ainsi dans ce monde de ténèbres. Crey’s Industries ne respecte rien ni personne, et même une simple stagiaire peut devenir à tout moment quelque chose d’effroyable. Sylvia n’a pas été assez prudente, je le sais maintenant. Probablement que, mise sous pression, elle a précipité les évènements afin d’arriver plus vite à un résultat.

Les couloirs dévoilent, au fur et à mesure que le petit groupe avance, des corps, parfois entassés, comme si la sangsue avait voulu dresser une barrière entre elle et ses agresseurs. Ou peut-être sont-ils là comme un avertissement. Ils s’avancent, avec de multiples précautions, ne laissant aucun angle mort, d’où la sangsue pourrait surgir, déblayant ce qui pourrait la dissimuler. Elle se terre au fond, proclame Mister Zane, sous l’approbation des deux femmes qui l’accompagnent.

Elle connaît bien l’endroit. Son petit copain devait l’amener ici quand elle avait besoin de sa dose. Et peut-être pour plus. Pauvre gamine. Si Arachnos lui met la main dessus -et au vu des gens qu’ils ont envoyé à sa poursuite, il y’a peu de chances que l’issue soit autre-, ses souffrances ne feront que commencer.

Les corps se font plus épars à mesure qu’ils approchent de la zone de stockage. Quelques corps poussent des soupirs et gémissements, vivants qu’ils sont. « La sangsue doit arriver à saturation », affirme Mister Zane, « le combat n’en sera que plus à notre avantage ». La dernière salle de l’entrepôt est plus éclairée que le reste, la faute à un immense vasistas qui laisse pleinement entrer la lumière de l’astre de la nuit. Entre les gigantesques étagères emplies de cartons et boîtes diverses, des laboratoires font entendre de légers cliquètements, comme un moteur qui refroidirait.

Le trio s’avance encore, ignorant les panaches de vapeurs de couleur verte qui s’échappent encore des cuves de stockage. Au moment où ils passent devant, Mister Zane lève le poing. Le groupe s’arrête et les deux femmes voient ce qu’il a repéré. Assise sur une caisse en bois, faisant entendre des cris pitoyables, la sangsue se tient la tête entre les mains. Bad Cat demande à ses alliés, sur le ton de la confidence, si elle pleure. Aucun ne répond, cela semble évident.

Zane a raison, elle a trop forcé sur l’absorption psychique. Elle en ressent les effets, comme une descente soudaine après une montée tout aussi rapide. Son cerveau doit lui sembler cogner aux parois de son crâne. Ou bien alors, la mutation n’est pas stable ? Les hypothèses sont nombreuses, mais je pense plutôt à une sorte de vide mental.

La sangsue les a entendu. Elle se retourne, essuie ses yeux pleins de larmes avec sa manche, probablement frustrée de leur avoir montré cet état de faiblesse. Soudain, tout semble s’arrêter pour le trio, comme si le temps lui-même stoppait sa marche. Le pouvoir d’absorption est en route, et ils ont presque l’impression qu’un trou noir s’est ouvert juste devant eux. La réaction ne se fait pas attendre.

- « Bon sang, Bad ! Tes armures, nom de nom ! » grogne Zane, en enveloppant ses comparses de champs de force.
- « Désolée, désolée. Je pensais à autre chose. »
- « Et bien, sans mon armure, je crois que je n’aurais pas fait long feu. » fait remarquer le Masque de Pandore.
- « Elle est en pleine crise, comme dans le labo de Crey. C’est dans cet état là qu’elle est la plus dangereuse ! »
- « Des idées pour la suite ? »
- « C’est pourtant clair, non ? Vous, » s’adressa le Mastermind à la femme en armure « vous tentez de la paralyser ou l’endormir avec vos pouvoirs mentaux. Bad Cat, tu la tiens occupée. Moi, je te soutiens, en coupant toute possibilité de retraite et en renouvelant mes champs de force. »
- « Ca roule pour moi ! » fit la Brute, se jetant sur la sangsue en criant sauvagement.
- « Je m’occupe de la réduire à l’impuissance, alors. » ajouta calmement le Masque de Pandore.

Un plan pour la ramener vivante, c’est bien de Mister Zane. Mes pouvoirs ont bien été cernés, et Bad Cat aura sûrement eu un briefing par Bloody Kris avant de nous accompagner. Au pire, si Bad Cat se lance trop dans le combat, je vois encore assez Mister Zane isoler la jeune fille dans un champ de confinement. Il est épatant de voir que quelqu’un d’aussi jeune fasse preuve d’une telle clarté dans l’organisation de ses projets.

Un des rares Krânes encore présent prouvait que l’absorption mentale continuait, même si le trio n’en sentait pas les effets. L’adorateur de la mort semblait complètement désintéressé de son environnement immédiat, regardant dans le vide tel un zombi. Mais, à un moment, la pression de l’air diminua. La sangsue arrivait au terme de sa capacité d’emmagasinement. Le combat touchait à sa fin. Les coups portés par Bad Cat, les tirs de laser des robots de Zane, et les frappes psychiques et les tentatives répétées de contrôle mental du Masque de Pandore eurent raison d’elle. Elle mit un genou au sol, puis le second, et s’effondra, face en avant. L’air sembla s’assainir d’un seul coup, balayant l’odeur nauséabonde de l’entrepôt.

Chacun soupira de satisfaction. La sangsue avait finalement été vaincue.

- « Tu ne l’enfermes pas dans un champ de force ? » demanda Bad Cat.
- « Si on la coupe du monde extérieur, psychiquement, elle meurt. Le champ de confinement pourrait aider, mais, dans ce cas, même nous ne pourrions la toucher. Tant qu’elle est inconsciente, livrons-la à la Veuve Fantôme, en lui donnant toutes les spécificités quand à ses pouvoirs. Après … et bien, je suis au regret de dire que cela ne nous concerne plus. »

Quelques jours plus tard … dans la base de Bloody Kris.

- « Rien ? Pas même une petite récompense ? » demanda Kris. « Ca n’a pourtant pas été une partie de plaisir ! Sans compter que de vous attendre dehors, c’était nul et ennuyeux ! »
- « Allons, Kris, ne fais pas la gamine. » lui reprocha Brenda. « C’est déjà bien de s’en être tiré tous vivants, non ? »
- « En fait, on dirait que nous allons devoir nous taire sur toute cette affaire. » fit Zane. « J’ai déjà fait un petit résumé de la situation à mon contact de Paragon. Lui aussi regrette de ne pas avoir la sangsue, pour d’autres raisons. »
- « Quel genre de raison ? » questionna Bad Cat.
- « Ils ont quelques héros dans les choux. Et probablement que ceux-ci ne se réveilleront jamais. »
- « Justement, c’est un bon point pour nous, non ? »
- « De notre côté, nous avons essuyé aussi quelques pertes tragiques. »
- « Bah, tu as épargné un triste sort à HR. »
- « C’est pas ce que j’ai fait de mieux. J’aurais peut-être dû laisser faire la sangsue. »
- « Pourquoi ? »
- « A l’état de légume, il aurait peut-être pu reprendre un peu de QI ! Nyahahahahaha ! »
- « Très drôle. En attendant, toute cette affaire ne nous a pas rapporté un kopek ! » objecta Bad Cat. « Dès demain, je retourne à mes braquages de banque ! »

Au même instant, dans le bureau de Lea Dagger.

Lea Dagger se tenait debout à droite de son siège, lequel était occupé par une femme aux cheveux noirs coupés courts. En face d’elle, assis dans le fauteuil réservé aux visiteurs, un homme en armure attendait de commencer sa complainte.

- « Et bien, il semblerait, » nota Scirocco, l’un des lieutenants de Lord Recluse « que Crey mijote des petites opérations clandestines sur des mutants spatiaux ? Et bien, Madame la Comtesse ? »
- « C’était un accident, très cher. » répondit la dirigeante de Crey’s Industries. « Il arrive qu’une expérience ne se déroule pas exactement comme prévu. D’ailleurs, nous ne pourrons même pas prendre de mesure répressive contre la scientifique responsable de la situation, puisqu’elle est morte. Vous connaissez les termes de nos accords avec Arachnos, non ? Nous avons entière liberté pour nos recherches, à condition de ne pas les retourner contre Lord Recluse. Ces évènements sont juste un regrettable accident. Réellement. »
- « Je ne demande qu’à vous croire, mais comprenez que de telles manœuvres apparaissent comme désastreuses pour nous. Comprenez que plusieurs de nos Banes, quelques Elus, et probablement d’autres victimes inconnues, ont fait les frais de votre expérience ratée. »
- « Vous n’avez pas été les seuls a en éprouver quelques désagréments. » objecta Lea Dagger. « Nous avons perdu un laboratoire complet, ce qui a réduit à néant d’autres projets, qui y étaient étudiés. Deux de mes départements vont devoir changer d’activité, puisque l’essentiel des données dont ils se servaient résidaient sur des ordinateurs de ce laboratoire, qui, faute d’alimentation, ont été entièrement effacés, mesures de sécurité obligent. Sans oublier que plusieurs des scientifiques qui y travaillaient étaient mes amis. »
- « Vous m’en voyez navré. » répondit Scirocco, mais rien ne semblait sincère dans ses propos.
- « Y’aurait-il possibilité de récupérer notre cobaye ? » questionna la Comtesse. « Avec une bonne étude de ses pouvoirs, nous pourrions … »
- « Vous en avez assez fait comme ça. Nos agents très spéciaux nous l’ont ramené, et nous comptons bien la conserver le temps qu’il faudra pour développer des contre-mesures. Vous deviez bien vous douter, au vu du fiasco entourant cette affaire, que nous ne la vous remettrions pas ? »
- « Hélas, c’était prévisible. Mais j’avais toujours espoir. »
- « Madame la Comtesse, Madame Dagger … »
- « Mademoiselle. » reprit cette dernière.
- « …je vous souhaite une bonne journée. Je rapporterais bien évidemment nos propos à qui de droit. »

Il quitta la pièce, sans cérémonie aucune, laissant les deux femmes derrière lui. La Comtesse Crey ôta ses lunettes, les posa sur la table et soupira.

- « C’était une erreur de laisser Reens se charger de cette expérience. Elle était beaucoup trop impatiente et a fait n’importe quoi. »
- « Je sais, Madame. De même, lui donner un département de recherche avait été précipité, comme je vous l’avais fait remarquer. En tant qu’assistante, elle était parfaite, tant qu’elle n’était pas soumise à la pression. Elle n’avait pas les nerfs assez solides pour supporter tant de responsabilités. »
- « La prochaine fois, j’écouterais vos conseils. Merci de nous avoir prêté votre bureau pour cette entrevue, Lea. »
- « Je vous en prie, Madame ! »

Dans une base dissimulée d’Arachnos

La sangsue est là. Dans une cellule capitonnée presque vide, si ce n’est un lit et quelques ustensiles en plastique, afin d’éviter tout accident, elle est assise à contempler un plot métallique qui sort du sol, à peine quelques centimètres devant elle. Au sommet de ce plot d’une hauteur de vingt centimètres, un écran rouge clignotait, indiquant l’état de fonctionnement de la borne.

Carole Westmint reste là, comme si le plot lui parlait, tel un professeur patient face à une élève attentive. Elle relève la tête et la voit. Une femme, spectrale, qui vient de franchir la porte sans l’ouvrir. Carole a essayé, la première fois que le fantôme est entré dans sa geôle, d’aspirer ses pensées. Mais cela n’a pas fonctionné. La Veuve Fantôme est immatérielle, et son esprit l’est aussi.

- « Je vois que le plot fait son office. Tu sais ce qu’il fait, n’est-ce pas ? »

Carole la regarde, mais ne répond pas. Elle s'enferme dans un silence qu'elle estime salvateur. Elle tend la main, semblant réclamer quelque chose, mais la Veuve ignore son geste.

- « Il te distribue les pensées d’autres prisonniers. Nous changeons de cible, assez régulièrement, en fonction de nos besoins. Ca permet d’effacer de leur esprit certaines tortures ou interrogatoires. Tes pouvoirs sont très intéressants, tu sais ? »

La main est toujours tendue vers le spectre. Carole veut quelque chose, et seule cette femme spectrale peut lui donner.

- « Assez. Tu as déjà eu ta dose. Il te faut apprendre à te contenir, ma chérie. Bientôt, quand tu seras prête, nous te relâcherons. Tu nous serviras, n’est-ce pas ? »

Pas de réponses, et la sangsue retourne à la contemplation du plot métallique. Elle pense que si la Veuve Fantôme ne veut rien lui donner, alors elle n’a plus rien à faire ici. Elle se replie sur elle-même, passe les bras autour de ses genoux, et continue de fixer l’objet central de la geôle, qui lui permet de rester en vie.

- « Bientôt, tu sais, très bientôt, tu apprendras à vivre sans ces substituts qui te permettaient d’atténuer ta douleur. Ce jour-là, nous t’offrirons une seconde chance. »

La Veuve Fantôme franchit alors la porte, de nouveau sans l’ouvrir. Seule sa main fermée restait visible, passant au travers. Elle l’ouvrit, laissant choir sur le sol une sorte de seringue verte sur laquelle la sangsue se précipita. La main disparut alors.

- « Un jour, certes, mais cela risque de prendre plus de temps que prévu. » soupira la Veuve, de l’autre côté.

La sangsue est chez Arachnos. Je m’en servirais aussi, un jour. En attendant, elle y est bien et sûrement mieux traitée que chez Crey. Les pouvoirs du Poulpe me permettent de la contacter. Mon emprise sur elle grandit chaque jour qui passe. Oui, la Veuve Fantôme a raison. Un jour, elle aura une seconde chance. Mais ce ne sera pas pour Crey ou Arachnos. Cette chance sera au profit du Masque de Pandore !

_________________
Jeux à terminer :

Cradle
Deponia Doosmday
Divinity Original Sin 2
Rage
The Elders Scroll : Skyrim

Prochaines acquisitions :

Darksiders 3
Ghost of a Tale (si jamais il sort)
South Park, l'Annale du Destin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La Sangsue   

Revenir en haut Aller en bas
 
La Sangsue
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» sangsue
» Réaménagements autour du Plan d'eau de la Sangsue de Briey
» sangsue sur les truites.
» Vidéos de fario sauvages avant la fraie+photos
» Conseils spots pour la carpe à la mouche.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LES VIGILANTS :: FORUMS DES VIGILANTS :: CITY OF VILLAINS :: Récits de vilains-
Sauter vers: