LES VIGILANTS

Vigilants - Vigilants Noirs - Vigilant Archery - Licornes Vigilantes
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Exil

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lady Sith

avatar

Nombre de messages : 464
Age : 41
Date d'inscription : 01/04/2007

MessageSujet: Exil   Ven 13 Avr - 15:38

Le marais d'OmbreCroc. Personne n'y allait jamais, et pourtant, j'y étais, moi, Ellania Sith, jeune apprentie élémentaliste de la tribu de la Lune Rouge. On racontait que les morts y étaient revenus à la vie et qu'ils s'attaquaient aux fermes alentour. En dépit des interdictions des professeurs de l'Ecole, j'avais bien l'intention de brûler quelques zombis et de réduire en poussière quelques squelettes trop entreprenants. Après tout, ces morts-vivants n'étaient rien pour l'élève la plus douée que l'Académie ait jamais eu. Eclairée seulement par la lueur d'une petite orbe que j'avais invoquée, je m'enfonçais de plus en plus profondément dans le bourbier. Il n'y avait rien ici, à part un épais brouillard noir qui ne me semblait pas naturel du tout. Quand soudain ...

"Ellania! Dépêche toi! Tu vas encore être en retard pour tes cours, et tu sais à quel point Dame Azelle déteste les tire-au-flanc!"

La voix de ma mère semblait lointaine mais la mention du nom de mon professeur acheva de me réveiller complètement. Les rayons du soleil qui filtraient dans ma chambre m'indiquèrent que le jour était levé depuis bien longtemps et que j'aurais du en faire autant. Je sautais dans ma tunique, attrapais mes livres et mon déjeuner, embrassais rapidement ma mère et me précipitais vers l'Académie.

Sprintant à travers les grandes rues pavées d'Ishar, c'est hors d'haleine que j'atteignais enfin le petit amphithéâtre où Dame Azelle donnait ses cours. Je me faufilais discrètement vers une place libre. Le cours avait déjà commencé.

" ... Et c'est ainsi qu'on doit procéder pour produire un mince filet d'eau potable ... Mais peut-être que mademoiselle Sith voudra bien nous montrer si elle maîtrise aussi bien la magie de l'eau que celle de la foudre qu'elle provoque souvent chez moi et mes collègues."

Si quelques élèves ne purent s'empêcher de pouffer de rire, l'ensemble de l'auditoire se tourna aussitôt dans ma direction. Mon entrée n'avait pas été aussi discrète que cela. Je pris une profonde inspiration, autant pour reprendre mon souffle que pour me redonner une consistance et descendit lentement vers le cœur de la grande salle.

"Allez y, montrez nous de quoi vous êtes capable, pour une fois."

Ignorant le petit sourire narquois, je me concentrais sur ma tâche. Je commençais par tracer dans l'air les premiers symboles magiques avant d'entamer l'incantation proprement dite. Des volutes de mana tournèrent autour de moi et ... rien ne se passa. Je sentis alors quelque chose me tomber sur la tête. Je levai les yeux au ciel. Un petit nuage noir venait de se former à quelques mètres au dessus de moi et commençait à déverser son contenu sur ma pauvre personne. Cette fois, tout l'amphithéâtre éclata de rire et Azelle me renvoya à ma place d'un geste courroucé. Elle attendit cependant que je sois assise pour faire disparaître le nuage qui commençait déjà à produire quelques éclairs en plus du torrent de pluie glaciale qui m'avait déjà trempée jusqu'à la moelle.

Le reste de la matinée se passa sans incident majeur. J'avais décidé d'opter pour un profil aussi bas que possible après l'humiliation que je venais de subir. A l'heure du déjeuner, Mira vint me rejoindre. Mira était la coqueluche de l'Académie. Elle n'était pas spécialement une bonne magicienne mais elle avait ce sens du contact qui faisait que tout le monde l'aimait et nul besoin pour elle d'user d'un quelconque sortilège pour faire tourner la tête des garçons. Grande, élancée, toujours au courant des dernières modes du moment (et des derniers cancans), elle n'avait depuis longtemps plus les traits de la gamine avec qui j'avais fait les 400 coups. Elle donnait aujourd'hui l'impression qu'elle avait toujours été une femme, sure d'elle, séduisante et séductrice. Elle et moi étions les deux facettes d'une même pièce: l'une extravertie, l'autre introvertie, l'une sérieuse et travailleuse, l'autre tête en l'air et étourdie. Son défaut? Elle était incapable de lancer correctement le moindre sort si elle était stressée, ce qui arrivait souvent quand elle avait besoin d'avoir recours à la magie. Alors que moi, je devenais extrêmement performante en cas d'urgence ... d'habitude.

"Elly, qu'est ce qui t'es arrivée ce matin? C'est le genre de chose que tu pourrais faire en dormant en général.
- Je ne sais pas, j'ai encore fait ce rêve, quand je suis dans le marais. Au moins cette fois, j'ai été réveillée avant de le voir. Pourtant ...
- Pourtant quoi? Tu sais, s'il y a quoi que ce soit, tu devrais en parler ... à ta mère, à Azelle, à moi ou à n'importe qui. On dit souvent que les rêves sont l'expression de nos angoisses et de nos peurs
- Je n'ai pas peur, enfin je ne pense pas. Ca me perturbe, c'est tout.
-Ca, c'est le moins qu'on puisse dire."
Mira croqua à pleines dents dans sa pomme.
"Assez parlé de ça, mademoiselle Broye-du-noir, tu as quelqu'un en vue pour la fête de la semaine prochaine ?"
Je baissais les yeux et prenais un air encore plus renfrogné.
"Ne me dis pas que tu n'as encore invité personne? Elly! Elly! Elly! Qu'est ce que tu ferais sans moi ?"
Elle se rapprocha de moi et me chuchota, d'un air conspirateur:
"J'ai entendu dire qu'Eril s'intéressait de très près à ta personne. Il attendrait juste le bon moment pour se déclarer.
- Tu me fais marcher, arrête, c'est vraiment pas drôle.
- J't'assure! Y a vraiment que toi pour être aveugle au point de ne pas voir comment il te dévore à chaque fois que vous êtes dans la même pièce."
Je devais être rouge comme une pivoine, mais qu'importe, à ce moment là, j'oubliais ce rêve angoissant en me disant que ma vie prenait sans doute un tournant aussi inattendu qu'agréable.

Je passais l'après-midi à vagabonder dans les rues de la vaste cité, écumant les marchés et les bazars en quête du tissus ou du bijou qui ferait sensation au bal de fin d'année. Je ne rentrai à la maison qu'à la tombée de la nuit, fermement résolue à savoir si le plus beau gars de l'Académie s'intéressait bien à moi ou pas.

===



Je m'éveillais en sursaut, comme presque toutes les nuits. Cette fois, ce n'était pas un cauchemar. Les alarmes! La cité était attaquée! Mais par qui ? Comment ? Pourquoi ? Les questions se bousculaient dans ma tête. Ma mère entra dans ma chambre, elle portait déjà sa robe de combat: Shaitan la guérisseuse reprenait du service.

"Les armées orques de la Tour d'Obsidienne nous attaquent. Va te cacher dans les catacombes avec les autres. Vite !"

J'enfilai à la hâte ma tunique noire et pris la direction de la cave. Mais c'est finalement vers l'entrée de la cité que j'allais. Je n'avais pas étudié la magie de combat pendant si longtemps pour aller me terrer au fin fond d'un trou à rat à chaque fois que quelque chose de dangereux approchait.

Le bruit des combats était infernal et c'est bien l'Enfer qui s'était abattu sur Ishar. Quelques maisons du quartier Nord où j'arrivais étaient déjà en ruines, d'autres brûlaient ou s'effondraient soudainement. Les orcs n'étaient visiblement pas venus seuls. J'en eu la preuve lorsque je vis un gigantesque démon béhémoth balayer une dizaine de soldats elfes du revers de la main.

J'aurais mieux fait d'écouter, pour une fois. Mais je ne pouvais plus reculer maintenant, surtout avec ce monstre qui me toisait d'un regard méchant et cruel, moi, la jeune apprentie aventurière. Il y eu un grand silence, tout s'était arrêté, il n'y avait plus que lui et moi. Le démon de feu me chargea. La glace serait ma meilleure alliée. J'incantais à toute vitesse, le démon ne ralentissait pas sa course, ma carrière de magicienne allait finir aussi vite qu'elle avait commencé et bien plus violemment.

Il s'arrêta soudain, à quelques centimètres de moi. Il huma l'air à droite et à gauche, comme s'il me cherchait. Je n'avais pas lancé de sort d'invisibilité ni quoi que ce soit de ce genre, et pourtant, un épais brouillard noir venait de se lever et enveloppait tout autour de nous. Pourtant, j'y voyais comme en plein jour. Je m'éloignais un peu et remarquais alors que certaines volutes de fumée semblaient me suivre. C'était donc moi qui avait provoqué cela, comment ? je l'ignorai encore, mais ce qui était certain, c'est que cette obscurité soudaine m'avait sauvé la vie. Le béhémoth s'était apparemment repris. Il balayait l'air devant lui dans l'espoir de m'attraper, il lança quelques boules de feu, souffla une grande gerbe incandescente devant lui, mais rien n'y fit, il m'avait définitivement perdue.

J'entendis alors une sourde mélopée venant tout autour de moi. Les mages de l'Académie avaient commencé les rituels de bannissement et mon béhémoth allait bientôt retourner dans les limbes.

"Voyez le brouillard d'ombre, mes frères, le Seigneur d'Obsidienne ne conquérra pas Ishar cette nuit, détruisons ses maléfices et ses armées!"

Dame Azelle et ses suivants venaient d'arriver sur les lieux, mais dans cette purée de poix, ils ne savaient pas que j'étais là, ni que j'en étais la cause apparente. Les litanies enflèrent et des vortex apparurent rapidement sous les pattes des démons qui se virent aspirer les uns après les autres. Je n'eues pas le temps d'admirer le spectacle. Un vortex venait de s'ouvrir sous mes pieds. Je fut projetée dans les ténèbres avec une violence inouïe et sombrais dans un coma dont je pensais ne jamais me réveiller ...

===



Des chants d'oiseaux, les doux rayons du soleil, le bruit entêtant d'un ruisseau ... J'étais morte et c'était le paradis. J'ouvris les yeux doucement et tentais de me relever maladroitement. J'avais mal partout, mon corps acceptait à grande peine de bouger et une petite bonne femme me dévisageait comme si j'étais tombée du ciel. Finalement, ce n'était peut-être pas le paradis mais pas l'enfer non plus. En tous cas, les démons n'étaient pas là, c'était déjà un bon début.

"Salut! Qu'est ce que tu fiches là, au milieu de Perez Park? Tu sais que tu ne devrais pas être là? J'suis sure que t'as même pas le niveau pour entrer ici. T'es une nouvelle héroïne? Je t'avais jamais vue avant. Fais voir ton badge. Moi c'est Jenny, mais dans le milieu, on m'appelle Falcata. Et toi ? C'est quoi ton p'tit nom ? Ton nom de code ? C'est quoi tes pouvoirs ? T'es puissante ? T'es une mutante ? Tu fais de la magie ? T'as un bidule ou un machin qui fait des trucs de folie ? Pis allez, lève toi, c'est plus l'heure de pioncer! Viens, j't'invite à bouffer. T'as pas l'air dans ton assiette. Un bon steak frites de chez Joe's et ça ira comme sur des roulettes."

La tête me tournait, plus à essayer de comprendre ce que disais Falcata qu'à mon évanouissement et ses raisons. J'ignorais ce qu'étaient pioncer, bouffer, un steak frites, une roulette ou qui était ce Joes mais il valait mieux la suivre plutôt que de rester là à me demander ce qui m'était arrivée exactement.

Je n'étais pas au bout de mes surprises en découvrant Paragon City. Le monde "moderne" était tout simplement fantastique avec ses lumières, ses sons, ses odeurs mais aussi hélas, ses bandits et ses détraqués. Je compris bien vite que la cité d'Ishar était loin derrière moi à présent. Jamais plus je ne devais revoir ma famille ni mes amis. J'en pleurais parfois, souvent sans véritable raison. Un nouveau monde me tendait les bras et il y avait tant à faire que je n'avais pas le temps de trop m'apitoyer sur mon triste sort.

Falcata me traîna vers un grand batiment au centre d'Atlas Park.
"Allez Ellania, faut t'inscrire comme super héroïne, c'est la règle ici. Mais d'abord, faut te trouver un nom, un truc qui claque comme un coup de tonnerre. Nuit d'Orage? Sombr'elfette? Eclair de ténèbres? Non non non ca va pas ! Trop ringard pour une Lady comme toi.
- Lady? Lady Sith ? J'ai rien d'une noble, mais ça sonne plutôt pas mal. Adjugé!"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lady Sith

avatar

Nombre de messages : 464
Age : 41
Date d'inscription : 01/04/2007

MessageSujet: Re: Exil   Ven 13 Avr - 15:40

Un bon bain bien chaud, une douce musique en fond, quelques chandelles pour éclairer faiblement la salle de bain. Rien de tel pour se détendre un peu après avoir passé sa journée à courir après des Hellions et des Krânes. C'est fou comment ces mauviettes pouvaient se débiner dès qu'on éteignait la lumière.
"Ca y est! Je commence à penser comme Falcata.", pensais-je en regardant paresseusement les volutes de vapeur s'envoler au plafond.
Ca faisait plusieurs mois que j'étais coincée dans ce monde. Et nulle trace d'un quelconque écrit qui me permettrait de rentrer chez moi d'une façon ou d'une autre. Il y avait bien ce groupe de mages cinglés, le Cercle des Epines mais je n'avais pu me frotter pour le moment qu'au menu fretin. Il y avait aussi cette organisation gouvernementale, la Portal Corp, qui avait la possibilité d'envoyer des gens dans des univers parallèles à celui-ci. Mais là encore, je n'avais ni la puissance, ni le niveau d'accréditation nécessaire ne serait-ce que pour aller les voir.

Je repensais à tout ce qui m'était arrivé depuis que j'avais atterri à Paragon. Mon entrée à la Freedom Corp, le développement de mes sorts d'ombre dont j'ignorai toujours l'origine mais qui s'averraient de plus en plus puissants à mesure que mon niveau de sécurité sur l'échelle de la Freedom Corp montait, et c'était pareil pour ma maîtrise de la foudre. J'avais aussi appris à voler, ou plutôt, à flotter dans l'air, ce n'était qu'un début, mais c'était déjà ça. Et voilà que soudain, je me retrouvais toute seule...

Tout était arrivé très vite. Falcata m'avait demandé de l'accompagner pour empêcher les mages du Cercle à lancer un rituel qui devait noyer les Crevasses sous les eaux. Non que je m'inquiétasse vraiment pour les trolls et les parias qui passaient leur temps a s'y battre, mais quand même, s'ils noyaient les Crevasses, ils risquaient aussi d'essayer ailleurs. Enfin bref, nous nettoyions la grotte de tous les magiciens que nous croisions. Ils ne pouvaient rien faire contre le sabre aiguisé de mon amie et je prenais moi-même un malin plaisir à retourner leurs sombres pouvoirs contre eux-mêmes. J'avais laissé Jenny prendre un peu d'avance pendant que je finissais de montrer à un porteur d'épines à quoi pouvait bien ressembler l'enfer. Il y eu un cri et un grand rire macabre. Quand j'arrivais sur les lieux, le spectre achevait de se repaître du corps à présent inerte de ma partenaire. La rage monta en moi et je lâchai toute ma puissance sur l'infâme créature. Je quittais la grotte la mort dans l'âme, je n'avais rien pu faire pour aider mon amie ...

Je devais trouver d'autres héros. Encore une fois la Freedom Corp me fut salutaire. Ils maintenaient une liste plus ou moins exhaustive de l'ensemble des super-groupes de héros. Trois groupes en particulier attirèrent mon attention, il s'agissait de groupes uniquement composés d'héroïnes. Le premier me semblait superficiel au possible. L'équipe des superbelles, un peu prétentieux comme nom, je ne me voyais pas me pavaner au milieu de donzelles qui risquaient de frôler la crise d'hystérie à chaque fois qu'un vilain oserait ne serait-ce que les décoiffer. Venaient ensuite les Girls of Liberty. J'avaient noué des contacts intéressants avec quelques unes, mais cela aurait été plutôt ironique de me retrouver chez les filles de la liberté, moi qui était piégée dans ce monde sans moyen apparent de m'en échapper. Restait un groupe, les Déesses du Châtiment. Je doutais qu'aucune d'entre elles ait un véritable statut divin, mais il y avait un je-ne-sais-quoi qui m'attirait. Je laissais un message crypté sur leur site Internet et Violina, leur leader à l'époque, m'indiqua qui contacter. Finalement, je tombais presque par hasard sur Aeterna, qui m'introduisit aux autres filles, très simplement.

Je trouvais assez rapidement mes marques. C'était d'autant plus facile que nous nous regroupions souvent entre nous pour écumer tel ou tel quartier, châtiant sans ménagement les criminels qui auraient l'impudence de croiser notre chemin. D'un autre côté, on avait toutes notre indépendance, et je pouvais régulièrement vaquer à mes propres affaires.

La sonnerie stridente du visiophone me fit soudain sortir de ma rêverie et de mes vieux souvenirs. Je m'extirpais à grand regret de ma baignoire pour aller répondre. C'était Flamethrower, un blaster qui m'avait contacté régulièrement ces dernières semaines. Apparemment, il avait encore une autre mission à me proposer, pour quelle autre raison m'aurait-il appelée à cette heure tardive sinon ? J'activai le canal crypté et pris l'appel.

"Salut, Lady ..."
Il arrêta net sa phrase en me voyant. Il fut soudain plus rouge que son masque, le souffle sembla lui manquer mais son regard était particulièrement explicite. Je n'avais pas pris le temps d'enfiler mon peignoir et le bonhomme ne pouvait pas s'empêcher de dévorer ma poitrine du regard. S'il avait pu, je pense qu'il aurait traversé l'écran. Je relevais aussitôt l'objectif de la caméra pour la recentrer sur mon visage.
"Alors Flame, j'imagine que tu ne m'appelle pas que pour m'admirer. Qu'est-ce qui me vaut le plaisir de ton appel?
- Tout le plaisir est pour moi, ma poule", ricana-t-il. Il se releva un peu, comme si le fait d'être en haut de l'écran allait lui permettre de revoir ce qu'il y avait en bas chez moi. "C'est moi l'incendiaire et c'est toi qui me met le feu. C'est le monde à l'envers.
- Plus tard, si t'es sage, on verra ce que je peux faire pour te soulager de ta condition de pauvre mâle sans défense. Qu'est-ce que tu veux?
- J'ai peut-être un tuyau qui pourrait t'intéresser. Je connais un garde du Cercle qui m'a dit qu'il y a quelques années, il participait à des rituels pour envoyer des béhémoths dans un autre plan. Ca a pas fait tilt jusqu'à maintenant, mais en fait, ils ont arrêté peu avant que tu débarques par ici. Y a p't'et' un lien entre eux et toi.
- Tu m'accuses d'appartenir au Cercle ou quoi ? Tu devrais savoir que s'il y a bien un groupe que je hais par-dessus tout, c'est bien ces fumiers et leurs maudites bestioles!"
La caméra commençait à pencher dangereusement, je ne laissais pas le temps à mon acolyte de penser à essayer de se rincer l'œil à nouveau et relevais l'engin de quelques centimètres.
"Cela dit, s'il peut m'apprendre l'incantation ou au moins m'expliquer une partie du rituel, ça m'intéresse, forcément. Tu prends contact avec ton gars et tu me rappelles, ok ?
- J'ai mieux que ça, apparemment, ils veulent en fait remettre ça. D'après lui, ils ont l'intention d'aller conquérir ce monde. Etant donné que le mage qu'ils aidaient là-bas n'a plus donné signe de vie depuis plusieurs années, ça signifierait qu'il a été vaincu, et donc que le Cercle a le champ libre pour prendre sa place.
- J'ai compris, ça doit se faire où ?
- Founders'Falls, j'y suis déjà avec quelques autres amis, ça pourrait être assez dangereux. Mais après, on pourrait aller boire un verre tous les deux et ensuite on ..."
J'avais déjà coupé la communication, pas la peine de le laisser finir, l'éclat dans ses yeux avait parlé pour lui avant même qu'il ouvre la bouche. Ah! Ces mecs!

===



Nous étions cinq. Flamethrower s'était improvisé leader de la petite troupe, il attendait nerveusement à l'entrée de la grotte, scrutant les environs à l'affût de l'approche d'un mage du Cercle ou d'une créature de la Terre Nourricière. Etait également présent Tenebrus, un colosse à la force herculéenne qui maniait avec une grâce et une adresse étonnante une gigantesque épée que je ne pourrai sans doute jamais soulever. Dans un coin, lévitant légèrement en position de lotus, Imagina méditait. On aurait pu croire qu'ainsi, les yeux clos, elle était inoffensif et facile à attaquer, mais un troisième œil, fiché au milieu du front, était, lui, bien ouvert et aux aguets. Nul doute qu'elle aurait pu tuer quelqu'un sans même sortir de sa trance. Une petite bonne femme atterrit devant Flame. Avec une corpulence aussi frêle, on aurait pu la prendre pour une enfant. Je me rendis compte que Frosine allait jouer un rôle majeur dans le groupe lorsqu'une véritable carapace de glace et de cristal se forma autour d'elle. La température chuta d'un coup et je frissonnais alors qu'on était en plein mois de juin. Il était temps pour le groupe d'entrer dans ...

Orenbega. Le siège principal des forces du Cercle des Epines. Nous étions comme des lapins en train de foncer tout droit dans la gueule du loup. J'étais pourtant prête à lui couper la langue s'il le fallait. J'avais une occasion en or de trouver un moyen de rentrer chez moi, même si pour cela je devais passer sur quelques cadavres, y compris ceux de mes compagnons. Ceux-ci d'ailleurs, n'avaient aucune idée de mes réelles motivations, pas même Flamethrower.

Nous avancions prudemment. Inutile en effet de sonner l'alerte dès notre arrivée, le rituel serait arrêté sur le champ et l'expédition aurait alors pu rentrer à la maison tout de suite. J'obscurcissais les couloirs que nous traversions. Dans la noirceur augmentée, les gardes ne nous voyaient pas. Nous nous faufilâmes dans les couloirs étroits, invisibles et silencieux. Les mages allaient et venaient tels des abeilles dans une ruche. Il y en avait tant qu'il aurait été impossible de les combattre tous.

Les mélopées lancinantes des sorciers ressemblaient à des berceuses macabres mais ce qui nous attirait inévitablement, c'était les rugissements tonitruants qui provenaient des profondeurs de la Cité. La salle sur laquelle nous débouchâmes était gigantesque. Bien que faiblement éclairée, on pouvait voir qu'elle faisait plusieurs centaines de mètres de côté. C'était plein de Béhémoths de toutes tailles ! La plupart semblaient attendre quelque chose et certains se battaient, plus ou moins ouvertement. Une salle d'entraînement. Nous avions sous les yeux l'armée d'invasion du Cercle. Je fis quelques pas en arrière alors que les souvenirs de mon combat contre le Béhémoth me revenait, après tant d'années. Tenebrus aussi eu une réaction. Il lâcha un sifflement. La main du géant s'était instinctivement posée sur la poignée de sa grande épée. Frosine arrêta son geste. Hors de question de combattre ça, pas à 5 en tous cas. Il fallait trouver le maître de cérémonie, et vite.

Flamethrower pointa du doigt un sorcier qui semblait attendre près de l'autre sortie de la salle.
"C'est notre homme, je le reconnais"
Il n'avait pas dit un mot et pourtant j'avais "entendu" cette phrase bien distinctement. Je regardais tour à tour mes compagnons pour savoir si j'avais rêvé ou pas. Imagina me souris quand je m'arrêtais sur elle.
"Un simple lien télépathique, ils ne pourront pas nous entendre nous parler ainsi. Je vais faire en sorte qu'il nous voit et qu'on puisse discuter avec lui sans alerter personne. Pourvu qu'il ne nous trahisse pas, tu es sur de lui Flamy?
-Vas y, au pire, on est tous bon pour une ballade à l'hôpital."
Le mage fit demi-tour, nous le suivîmes dans le sombre couloir.
"Venez, suivez moi, c'est par ici. Je vais fermer le passage derrière nous, vous ne voudriez pas voir les démons nous tomber dessus maintenant, n'est-ce pas?"
J'aurais juré qu'il aurait ri s'il avait parlé. Voir notre seule porte de sortie se refermer comme cela ne me rassurait guère. Mais il valait mieux ça qu'un aller simple vers l'hôpital le plus proche ... ou pire. Nous entrâmes dans une autre salle, aux proportions similaires à la précédente. Cinq portails étaient disposés autour d'un grand pentacle taillé à même le sol. Et au centre du Pentacle se tenait Astator l'Invocateur, seul.

"Frère Solon, tu as amené nos invités je vois. Préparez vous mes amis, vous arrivez juste à l'heure pour le sacrifice et le festin."

Un piège! Je l'avais senti dès le départ. Cette fois, il ne s'agissait pas de se battre pour la vie de nos concitoyens, mais bel et bien pour notre survie à nous!

Solon s'effondra soudainement, une lame de feu plantée dans le dos. S'il y avait une chose que Flamethrower détestait plus que les vilains, c'était bien les traitres. Frosine s'était jetée sur Astator. Son armure cristalline semblait flamboyer avec les reflets des torches disséminées un peu partout autour de la pièce. Elle assomma le magicien dans un coup de tonnerre lumineux alors que Tenebrus chargeait à son tour. De mon côté, je préparais mes propres invocations. Je manquais m'arrêter net en voyant sortir des murs plusieurs dizaines de Seigneurs spectraux. Le piège se déroulait devant nous, le combat allait être rude, si nous devions en sortir vivants. Mon serviteur noir attaqua 3 spectres, j'en prenais un moi-même pendant que les invocations d'Imagina venaient semer la zizanie dans les rangs ennemis. Les spectres tombaient les uns après les autres, mais plus nous en bannissions, plus il en arrivait. Astator était tombé depuis longtemps mais sa mort avait semble-t-il déclenché la fureur des esprits d'Orenbega.

Flamethrower et Tenebrus tombèrent presque ensemble sous les coups des fantômes maléfiques. J'achevais mon ennemi d'une puissante décharge électrique puis téléportait les deux corps l'un à côté de l'autre.

"Qu'est ce que tu fais?", me cria Imagina alors qu'elle drainait l'énergie d'un spectre pour nous soigner.
"Regarde bien!"
Je me concentrais sur le même spectre que celui qui occupait ma partenaire. La pièce s'assombrit brusquement pendant que j'aspirais l'essence du spectre. Ce dernier disparut dans un cri d'agonie pendant que mes deux compagnons d'infortune s'élevaient dans les airs, comme portés par de puissants bras fantomatiques.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lady Sith

avatar

Nombre de messages : 464
Age : 41
Date d'inscription : 01/04/2007

MessageSujet: Re: Exil   Ven 13 Avr - 15:41

Quelque chose se produisit à ce moment. Les spectres restant disparurent rapidement, fuyant la salle à travers les murs. Les cinq portails s'ouvrirent pour laisser passer un puissant rayon de lumière. Les cinq rayons se rassemblèrent au centre de la pièce en un énorme vortex tourbillonnant et je vis ...

... Ishar! Ma ville! Ma cité! Mon monde!

Deux silhouettes apparurent et sortirent du portail magique. Je reconnus aussitôt Dame Azelle, qui n'avait pas changé depuis tant d'années et ... ma mère! Je me précipitais vers elles, folle de joie.

"Arrière Démons! Ou nous vous détruirons!"

Je m'arrêtais net.

"Mère, c'est moi, votre fille, Ellania!
-Ma fille est morte quand vos armées infernales nous ont attaqué!"
Je retirais en hâte mes lunettes et mon foulard.
"El ... El ... Elly ? C'est ... c'est impossible ... ça ne se peut pas ... "
La voix tremblante, ma mère n'osait s'avancer vers moi, alors qu'Azelle me regardait avec de grands yeux écarquillés, n'arrivant toujours pas à croire que la petite peste que j'étais à l'époque était bel et bien devant elle, dans un autre monde.
"Si mère, c'est bien moi."
Les larmes coulaient abondamment sur mon visage. J'étais en un instant redevenue la petite fille qui faisait les 400 coups tous les jours, qui arrivait régulièrement en retard à l'Académie ou se perdait dans la forêt de Lorwodd parce qu'elle avait suivi un renard rouge dans les buissons.

Après ces quelques effusions, je me devais de tout expliquer aux uns et aux autres. Nous plaçâmes des glyphes de protection tout autour des portails puis je racontais mon histoire, comment j'avais essayé de combattre un béhémoth, comment je m'étais retrouvée à Paragon et tout ce qui m'était arrivé depuis que j'étais devenue une super-héroïne.

Azelle hocha la tête une fois mon récit terminé.
"Je comprend tout maintenant. Etrangement, tu aurais du prendre la place du Seigneur d'Obsidienne à sa mort. Tes talents ténébreux se sont déclenchés lors de l'attaque, et lorsque nous avons banni les démons, tes pouvoirs ont fait que le rituel t'a considérée comme une des leurs et t'as envoyé ici. Depuis, privée de l'influence néfaste qu'aurait eu Brogsen sur toi s'il t'avait trouvée, tu as développé par toi-même tes propres aptitudes. Tu es la Maîtresse d'Obsidienne à présent mais si tu devais revenir, peu de gens comprendraient qu'en fait, tu ne leur voudrais aucun mal.
- Vous voulez dire que vous ne voulez pas que je reparte avec vous?
- En effet, je pense que cela serait mieux pour tout le monde."
J'étais mortifiée, j'avais la chance de quitter ce monde où je me sentais encore étrangère et je ne pouvais plus rentrer chez moi car on allait me traiter comme la pire des criminelles.
"Azelle a raison ma chérie. Ses paroles sont sages. Tu ne peux repartir avec nous. - Et n'oublie pas que je dois t'inviter à dîner tout à l'heure, pas question que je te laisse filer comme ça !"
Je me tournais sur le champ vers Flamethrower. Je crois que si mes yeux avaient pu tuer, il serait mort dans la seconde.
"Tu vois, ta place est ici désormais et je m'en voudrais de te faire manquer un bon dîner avec un charmant jeune homme comme celui-ci et il y a des gens qui ont besoin de toi ici, qui comptent sur toi"
J'acquiesçais, il n'y avait pas d'autre solution.
"Alors on se dit adieu, on ne se reverra plus ?
-Je n'en suis pas si sure." Ma mère avait ce regard malicieux comme lorsqu'elle me donnait mon cadeau d'anniversaire. Elle sortit de son sac un petit coffret en bois finement ciselé et me le tendit. Dedans, il y avait un parchemin scellé et un petit collier avec une pierre d'ambre sertie dans un médaillon argenté.
"Cette pierre ne te permettra pas d'ouvrir un portail comme celui-ci. Tu n'as ni la puissance ni le matériel pour faire ça. Mais tu pourras nous parler, à Azelle ou à moi aussi souvent que tu le souhaites. J'espère juste que la magie de ce monde est assez puissante pour que ça marche. Mais puisque tu es là, ça devrait fonctionner."

Les adieux furent interminables, évidemment, mais le sortilège allait bientôt finir. Je ne pouvais pas laisser ma mère ici, c'eut été trop cruel et trop égoïste de ma part. Et puis, j'avais le collier. J'ignorais juste à quel point j'en aurais besoin bien plus tard ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Exil   

Revenir en haut Aller en bas
 
Exil
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Site internet de St Maurice l'Exil
» Marathon silure à St Vallier en septembre 2008
» Salut les gars !!
» filtre air dna?????????
» Pommeau "court" levier de vitesse pour Nuova

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LES VIGILANTS :: FORUMS DES VIGILANTS :: CITY OF HEROES :: Panthéon des Vigilants-
Sauter vers: