LES VIGILANTS

Vigilants - Vigilants Noirs - Vigilant Archery - Licornes Vigilantes
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Le passé rattrapé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Poulpe
Poulpe Fiction
avatar

Nombre de messages : 3589
Age : 39
Vigilant : Snow, Tigerwolf, Ogre Noir, Miss Victory et Waka
Date d'inscription : 26/10/2005

MessageSujet: Le passé rattrapé   Mer 23 Mai - 16:59

Bloody Kris atterrit tout doucement devant l’entrée de la grotte. Là, au fond de celle-ci, se trouvait plusieurs ouvrages magiques qui semblaient intéresser la Veuve Fantôme. Cette dernière avait fait preuve d’une certaine impatience quand elle lui avait demandé de rapporter ces livres, ce qui avait pour effet de réveiller la curiosité de la jeune femme. En obéissant trop aveuglément à celle qui représentait son lien avec l’organisation Arachnos, n’avait-elle pas perdu de son objectivité ?

Les questions se pressaient encore dans son esprit, tandis qu’elle ouvrait l’antique porte de bois. Les panneaux en étaient craquelés, marqués de vert de gris, et cela était sans doute dû à la proximité de la mer. Les embruns projetaient de l’eau salée à tout va, et celle-ci, incroyablement plus acide ici que partout ailleurs dans le monde, détruisait nombre de matériaux.

Elle entra dans la grotte. Les parois suintaient d’humidité, cette dernière formant des flaques d’eau glacée. De nombreuses plantes aquatiques indiquaient que l’eau devait parfois monter jusqu’au plafond. Repoussant de la main des algues qui pendaient du plafond, Bloody Kris avança dans les ténèbres. En dehors du fait de ne pas savoir ce qu’espérait la Veuve Fantôme de ces livres, c’est surtout de devoir affronter, une fois de plus, les terrifiants sorciers du Cercle qui l’ennuyait.

Lors d’une précédente altercation, Regalion, un sorcier renégat, avait été choqué de la similitude des pouvoirs de Bloody Kris et de la sorcière Kinra. Dans un monologue, passage habituel lors d’un affrontement avec un super-vilain à l’ego démesuré, il expliquait que même si les pouvoirs de la jeune femme ressemblaient à ceux d’une illustre sorcière qui avait fait autrefois parti de leur rang, sa maîtrise était loin d’être équivalente. Kris ne put s’empêcher de sourire, en se disant que l’information de la résurrection de Kinra, effectuée en secret par le frère de celle-ci, n’avait pas filtré depuis Paragon City. Probablement qu’à l’intérieur même du Cercle, certaines personnes gardaient cette nouvelle pour sauver leur peau le moment venu.

Regalion fut vaincu, alors même que son visage s’ornait d’une franche incrédulité lorsqu’elle lui porta le coup final. Mais depuis lors, et Kris le ressentait, elle était victime, dès qu’elle apparaissait à Grandville, d’une forme d’espionnage très sophistiqué. A n’en pas douter, des échos de sa ressemblance de pouvoirs avec Kinra avaient trouvé preneur auprès du Cercle des Epines. Et, assurément, quelqu’un cherchait à établir la véracité de ces dires. Au pire, finit par se dire Kris, je pourrais toujours demander à Zane de les effrayer.

Quelque chose clochait dans sa mission. L’avancée était trop rapide, trop simple, pour être naturelle. Jusqu’à l’entrée d’Oranbega, rien ni personne ne lui opposa une trop farouche résistance. Cela est fait exprès. La phrase s’imposa à elle, alors qu’elle arrivait à l’endroit où les sorciers conservaient leurs précieux ouvrages. Le golem de glace à sa suite, elle entra dans la grande salle, et commença à feuilleter les livres pour trouver ceux qui l’intéressaient. Sa lecture fut vite interrompue par un toussotement.

Derrière Kris, prudemment entouré de deux Seigneurs Béhémoths, et d’une confrérie assez importante de combattants à la solde du Cercle, se tenait un mage. Son haut chapeau gris et rouge surplombait un visage aux yeux lumineux, couvert de rides, le menton dissimulé sous une courte barbichette grise. Sa robe de magicien était propre, des mêmes couleurs que son chapeau, et l’on voyait à peine dépasser les mains toutes fripées du vieillard. Le ton de sa voix était chevrotant, mais l’on pouvait encore y sentir de la puissance.

- « Bonjour. » Il ne dit rien de plus.
- « Et bien, quel comité d’accueil ! Tout ça pour moi ? Vous ne craignez pas d’en faire un peu trop ? » riposta Kris, désignant la troupe l’entourant. « Ou alors je vous fais peur à ce point ? »
- « Comprenez que nous aimerions obtenir quelques réponses. Hors, vous êtes connue pour appartenir aux troupes d’Arachnos. Ou du moins, y être intimement liée, Mademoiselle Bloody Kris. »
- « Et vous êtes ? »
- « Demethys. Ce nom doit vous dire quelque chose. »
- « Pas en l’état. » pensa Kris. Elle plongea rapidement dans les souvenirs et connaissances qu’elle avait hérité de Kinra, avant de trouver ce qu’elle cherchait.

Demethys. Le nom avait, semble t’il, une certaine importance dans les pensées de Kinra, car Cristel n’avait pas été obligé d’approfondir pour le trouver. Demethys avait été l’instructeur en sorcellerie de l’ex-locataire mentale de Cristel Markham. Le vieux sorcier tenait apparemment une place de choix au sein de la confrérie de sorcier, et avait provoqué des remous en acceptant de prendre une femme comme disciple. Bien vite, l’arrogance et l’ambition de Kinra se dévoilèrent, de même que des talents innés pour la magie. Demethys ne s’y était pas trompé, et la soif de savoir de Kinra dépassait l’entendement, même pour les plus grands mages du Cercle.

- « Vous n’êtes donc pas Kinra. Etrange. Cette aptitude à fabriquer des golems … et cette maîtrise de l’énergie … si vous n’êtes pas Kinra, vous avez cependant des aptitudes assez proches des siennes. Et je ne pense pas qu’elle me mentirait, même après tant d’années. »
- « Que me voulez-vous ? »
- « Juste savoir d’où proviennent ces connaissances. »
- « Et si je refuse de répondre ? »
- « Vous n’êtes pas dans une situation que je qualifierais d’avantageuse. »

Le sorcier avait raison. La situation était même critique pour Bloody Kris. En l’état, elle estimait à zéro ses chances de réussite, voyant l’écrasante supériorité numérique de ses adversaires. De même, ils savaient quels étaient ses talents, et le simple golem de glace ne suffirait pas à retenir leur attention très longtemps, sans compter que Demethys ne serait pas dupe et qu’il gardait ses yeux luisants fixés sur la jeune femme.

- « Kinra n’est plus. » fit Kris, soupirant.
- « Comment ? » Demethys ne cacha pas son étonnement
- « Je ne vous mentirais pas en vous disant que je ne sais pas de qui il s’agit. Je sais aussi que vous avez été son maître et que vous l’avez entraîné aux arts obscurs. » Kris sourit. Elle reprenait le dessus.
- « Vous êtes en train de me dire que vous … vous l’avez vaincu ? Je n’y crois pas ! »
- « Ce n’est pas exactement ça. Disons que nous avons cohabité pendant un certain temps, et qu’elle s’est évanouie, me laissant à loisir ses connaissances. »
- « Votre histoire me parait assez peu crédible. »
- « Et pourquoi ? »
- « Je connais Kinra. Je l’ai pratiquement élevée. Je sais qu’elle n’est pas aussi faible que ça. Je ne vois pas comment une créature aussi pitoyable que vous aurait pu avoir le dessus mentalement sur elle. »
- « Disons que c’est une question de fréquentation. » De nouveau, elle sourit. « Vous l’avez pratiquement élevée, dites-vous ? » D’autres souvenirs lui vinrent en mémoire. « Et plus si affinités, n’est-ce pas ? Ca explique sa crainte des hommes et son comportement de vieille fille. »

Le regard de Demethys changea. Il avait jusqu’à présent considéré être la victime d’une mystification. Mais ce souvenir-là était trop intime pour être su. Kinra ne s’en serait pas vanté, et l’avait gardé enfoui au fond de son cœur. Si cette femme le savait, cela ne pouvait signifier qu’une chose, c’est qu’elle avait arraché à Kinra tous ses souvenirs. La probabilité devenait une certitude.

- « Je commence à vous croire. »
- « Ce n’est pas trop tard. »
- « Vous êtes donc la dépositaire du savoir de ma disciple. Cela fait de vous l’une d’entre nous. »
- « Comment ça ? »
- « Ce savoir nous appartient. Et, par extension, vous aussi, désormais. »
- « Vous êtes fou ! »
- « Non. Ces connaissances sont trop dangereuses pour être mises à la portée de n’importe qui, en particulier de quelqu’un comme vous. Je suppose qu’Arachnos sait que vous disposez de ce savoir, et veut le récupérer. Nous ne pouvons le permettre. Vous resterez ici, avec nous, ou vous périrez de notre main. »

Kris regarda autour d’elle, ne voyant aucune issue praticable. Les Seigneurs Béhémoths et la troupe amenée par Demethys lui coupaient toute retraite. La voie par laquelle elle était venue était obstruée par les corps de ses adversaires. Cependant, l’idée d’un plan lui vint. Elle se mit à sourire de nouveau. Il est clair que les membres du Cercle disposaient de nombreuses informations sur les pouvoirs de Kinra. Oui, ils savent de quels talents Kinra disposait. Cependant, ils ne connaissent pas les pouvoirs de Cristel, pensa la jeune femme. Elle décolla du sol, de quelques centimètres, sous le regard amusé de Demethys.

- « Vous n’irez nulle part en volant. » lui fit-il. « Ceci est pathétique. »
- « Ca, vous n’en savez rien ! » Elle sourit encore, coinçant les livres qu’elle était venue chercher sous son bras.

Aucun d’entre eux ne remarqua que la température ambiante baissait anormalement. Soudain, sans prévenir, une gigantesque plaque de glace se forma sous leurs pieds, les empêchant de se tenir droit. La glace entoura Demethys, que Kris considérait, à juste titre, comme le plus dangereux de la bande. Tandis qu’il se débattait pour empêcher la gangue de glace de se former, Cristel fonça à travers le couloir. Plusieurs sorciers du Cercle tentèrent de l’attraper au passage, mais elle les congela tous d’un coup. Elle s’enfuit à toute allure dans les couloirs, laissant les quelques prisonniers de la glace se débattre avec le golem, qui, lui, continuait d’en découdre sans s’occuper de la fuite de sa créatrice.

Elle parvint sans encombre jusqu’à l’entrée de la grotte. La nuit était tombée, lui offrant une couverture supplémentaire. Elle s’envola sans un regard en arrière, préparant le terrain pour la suite des opérations. Quelques instants plus tard, Demethys et sa suite sortirent de la grotte. Les mages du Cercle firent le tour de la plage, quand l’un d’eux leva la main, désignant un point lumineux dans le ciel, qui n’était pas une étoile. Bloody Kris s’était mise en position aérienne pour un tir puissant et sa cible était …

- « Puissant Demethys ! »
- « N’ayez crainte. Je connais ce pouvoir, il appartenait à Kinra. Je sais aussi qu’à cette distance, soit elle me manquera, soit son tir n’aura plus assez de puissance pour me faire du mal. Laissez-là gaspiller son énergie. Nous l’assaillerons après. »
- « Bien, Maître. »

Demethys avait malheureusement fait une erreur, qui portait le nom de Brenda Smithson. L’ex-agente de l’Arc avait aidé Cristel à peaufiner son attaque. Plusieurs bricolages étaient venus se greffer sur son costume de combat. La portée et la précision du tir de la balle d’énergie utilisée par Kinra avaient été sensiblement modifiés par cette adjonction, en dépit d’une légère perte de puissance. Lorsque Kinra avait quitté son corps, Cristel avait ressenti une perte de contrôle sur les pouvoirs énergétiques. Liés à son âme, ceux-ci avaient été, de prime abord, conçu pour l’usage exclusif de Kinra. Rien d’étonnant, alors, qu’ils soient un peu plus durs à contrôleur qu’auparavant. Cristel s’entraînait donc régulièrement au maniement de l’énergie, et avait fini par demander l’aide de Brenda pour concevoir quelques systèmes simples destinés à lui simplifier la gestion de ses pouvoirs.

La Balle d’Energie fusa, faisant pousser quelques cris de colère des sbires de Demethys. Celui-ci, confiant et serein, persuadé de tout connaître des pouvoirs de Kinra, ne cilla pas, même lorsque la balle lui traversa le corps. C’est avec le même étonnement qu’il contempla le trou béant dans sa poitrine. Le sang commença à couler de sa bouche, et il tomba finalement en arrière, sous les pleurs de désespoir de ses acolytes. Pour éviter toute contre-attaque, Bloody Kris s’envola un peu plus haut encore, observa un court instant la scène de panique qui se déroulait sur la plage, avant de s’en aller, ombre planant devant la pleine lune.

- « Ils ne me laisseront pas tranquille après ça, surtout si ils savent que j’ai les connaissances de Kinra. Il va peut-être falloir les convaincre de renoncer. Ca ne va pas être facile. » pensa t’elle, le vent dans les cheveux. « Je crois que j’aurais besoin d’aide. »

_________________
Jeux à terminer :

Cradle
Deponia Doosmday
Divinity Original Sin
Rage
The Elders Scroll : Skyrim

Prochaines acquisitions :

Darksiders 3
Divinity Original Sin 2
Ghost of a Tale (si jamais il sort)
South Park, l'Annale du Destin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Poulpe
Poulpe Fiction
avatar

Nombre de messages : 3589
Age : 39
Vigilant : Snow, Tigerwolf, Ogre Noir, Miss Victory et Waka
Date d'inscription : 26/10/2005

MessageSujet: Re: Le passé rattrapé   Mer 23 Mai - 17:00

Des lunettes posées sur un nez fin, dont les branches ont déjà été pliées et retordues, le verre droit un peu fissuré. Des cheveux bruns défaits, secs et sales, négligemment attachés sur la nuque par un élastique à la couleur incertaine. Des vêtements trop grands, sales eux aussi. Des chaussures de ville de couleur crème, aux semelles bâillantes, noircies par endroit. Tout dans la jeune femme fait état de son appartenance au Caniveau, le quartier des déshérités de Grandville. Elle est arrivée il y’a une semaine, par le ferry, comme des centaines d’autres personnes. Mais, au contraire des autres, âmes errantes sans but, elle a un objectif.

Huit jours plus tôt

- « Pourquoi tu demandes ça à Brenda et pas à moi ? » grogna Bad Cat.
- « Pour des raisons évidentes de discrétion, Bad. » répondit Kris, sur un ton légèrement moqueur.
- « Tu oses insinuer que je ne sais pas me tenir ? »
- « Insinuer ? Non, quelle erreur ! Il n’y a rien à insinuer, très chère. » ajouta Brenda.

Cette dernière fouillait dans les vêtements de Bad Cat, entassés en pile dans sa chambre. La Symphony Williamson du monde de Tyran laissait régulièrement en chantier l’endroit où elle dormait, hormis quelques moments de bravoure où elle le nettoyait entièrement. Mais ces passages étaient rares, trop au goût de Brenda, qui faisait preuve de beaucoup de perfidie et d’allusions diverses pour obliger sa colocataire à se montrer moins sale. La dernière remarque en date, celle que sa chambre ressemblait à celle d’un jeune garçon adolescent, avait provoqué une petite esclandre, et un vidage pur et simple de tout ce qui était bon à être jeté. Mais depuis, Bad Cat s’était bien rattrapé.

- « Pourquoi tu fouilles dans mes affaires, toi, hein ? »
- « On vient de te le dire. Cristel veut que j’aille enquêter au Caniveau, à Grandville. Discrètement. Il me faut donc des vêtements qui ne soient pas trop propres ou voyants. Comme les tiens. »
- « Dis tout de suite que je n’ai aucune classe ! »
- « Quand tu t’en donnes la peine, tu es très séduisante. Comme lors de cette soirée au Gizeh. Le reste du temps, tu m’excuseras du peu, tu fais un peu … vulgaire. » Bad Cat fit entendre un son étrange, sûrement une insulte ravalée à la dernière seconde, pendant que Kris étouffait un petit rire.
- « Au lieu de t’énerver pour un rien –tu vois, tu manques de self-contrôle- va donc plutôt t’assurer qu’Hacaga ne traîne pas trop dans la baignoire. »
- « Il ne faudra pas venir pleurer si tu te fais amocher ! Le Caniveau, ce n’est pas un endroit très rigolo ! » Même si Brenda venait de lui donner des directives, Bad Cat ne semblait pas vouloir les suivre. « Il vaudrait mieux que j’y aille ! »
- « Tu es trop facilement reconnaissable. Mon avantage, c’est que j’ai été renvoyée de l’Arc, que je me suis évadée, et que personne ne sait ce que je suis devenue. Ca n’étonnera donc pas beaucoup de me voir débouler simili clocharde. »
- « Mouais. »
- « Si toi tu arrives là-bas, tout le monde devinera qu’il y’a anguille sous roche, et se méfiera de toi. Qui soupçonnerait une pauvre poisseuse comme moi, incapable de traîner quelque part sans déclencher des catastrophes ? »
- « Justement. Si ils voient que tu n’as plus la poisse … »
- « D’où un petit système électronique embarqué, pour annuler les effets bénéfiques de l’armure. Il me suffira de l’activer, quand il y aura du monde, pour que les malheurs reprennent. »
- « Un sacré sacrifice. »
- « Juste pour donner le change. De toute manière, l’engin ne fonctionne que pendant dix minutes. Après, l’armure reprend le dessus. »
- « Tu l’as déjà testé ? »
- « Oui. » Brenda souleva le bas de son pantalon, dévoilant une cheville bandée.
- « Quel courage ! »
- « Garde tes sarcasmes. Une fois la mission terminée, je détruirais l’appareil. Pour me venger. »
- « Encore un gadget made in Zane, pas vrai ? »
- « Erreur. Il est de moi. A partir des connaissances de Cristel. » fit Brenda.
- « En parlant de Zane, il ne pourrait pas te filer un coup de main ? » demanda Bad Cat à Kris. « Ca fait un moment qu’on ne le voit plus. »
- « Il aide son ami extraterrestre, qui a, semble-t’il, une infestation de rongeurs parasites dans ses belles installations technologiques. » répondit Kris.
- « Quel grand péril ! »
- « Tu sais, il lui doit ses robots, et n’a pas osé refuser. C’est un peu normal. »
- « Ouais. C’est vrai qu’il a une sacrée dette envers ce Zitch. »
- « Même si ce dernier lui a avoué avoir accepté pour suivre ses aventures à travers les robots. Il n’y a pas beaucoup de distraction, sur son monde. »

Pendant que Kris et Bad Cat discutaient, Brenda s’étaient relevée, en faisant une grimace de douleur quand elle s’appuya sur sa cheville blessée, tenant en main un pantalon et un pull trop grands pour elle, à l’odeur étrange, comme si leur propriétaire s’était promené dans une enceinte industrielle avec, ce qui était peut-être le cas. Elle descendit les escaliers, laissant ses deux colocataires deviser, se rendit à la salle de bain, ouvrit la porte en grand et cria à Hacaga de sortir de l’eau. Cette dernière sursauta dans un grand bruit d’éclaboussures. Kris et Bad Cat descendirent peu après, voyant Brenda retirer ses vêtements propres pour enfiler ceux plus sales de la femme-chat.

- « De quoi j’ai l’air ? » leur demanda t’elle, alors qu’Hacaga sortait de la salle de bain, vêtue d’un pantalon de jogging blanc et d’un t-shirt bleu dans lesquels elle flottait littéralement.
- « De quelqu’un qui vit dans la rue. C’est parfait. » fit Kris.
- « Maman Brunda vraiment partir ? » demanda Hacaga.
- « Pas pour longtemps, ma puce. Deux semaines, grand maximum. En attendant, Maman Bad Cat s’occupera de te faire faire tes devoirs, et Maman Kris les vérifiera. »
- « D’accord. » Mais elle ne le semblait pas en répondant.
- « Ah, le petit détail qui aide ! » fit Brenda. Des poches de sa précédente tenue, elle sortit une paire de lunettes endommagées.
- « Ca aide à quoi ? »
- « A avoir l’air faible. »
- « Et ton armure ? »
- « J’en garde un morceau, habilement dissimulé. En cas de besoin, le mode d’urgence s’activera de lui-même. »
- « Tout de même, Kris. Ton plan est risqué. »
- « Je sais, Bad. Mais j’ai besoin de savoir qui, dans le Caniveau, fournit ses victimes au Cercle des Epines. Ils en savent trop sur Kinra, et, par extension, trop sur moi. J’ai besoin qu’ils me lâchent les baskets. Le meilleur moyen, c’est de prendre les devants, de les attaquer sur ce qu’ils craignent le plus. Arachnos a besoin des gens vivant dans le Caniveau, mine de rien. Si l’organisation vient à savoir que le Cercle lui pique sa chair à canon … »
- « Chair à canon ? » Brenda manqua de peu d’exploser. Même si elle ne faisait plus partie de l’Arc, les injustices la faisaient toujours autant se révolter.
- « C’est juste une image, Brenda. Je pense plutôt qu’ils ont besoin de travailleurs. Et quelqu’un qui a perdu tout espoir, c’est quelqu’un qui ne cherchera pas à se rebeller. »
- « Etrange image. Je crois que je jetterais un œil sur ce qu’il se passe dans ce Caniveau. »
- « Ne te montre pas trop curieuse, ça attirera l’attention. Ho, et puis, un conseil : évite les Arachnoïdes comme la peste. Si tu en vois, fuis le plus loin possible. Nous ne pourrons pas t’aider. »
- « Qu’est-ce qu’un Arachnoïde ? » demanda Bad Cat.
- « Une erreur. Mais il est des erreurs dont il vaut mieux se défier. »
- « Message reçu, commandante. »
- « De toute façon, dès que j’ai pu entrer en contact avec Zane, et que tu as pu trouver mon renseignement, nous viendrons te tirer de là. Nous ferons, tous les deux, comme si nous accomplissions une mission contre les Arachnoïdes. Zane en téléportera un en pleine foule, sous contrôle, et, pendant la cohue, tu t’arrangeras de disparaître. Avec les rumeurs circulant sur ces Arachnoïdes, et ta malchance légendaire, tout le monde croira que tu as fini dans leurs toiles. »
- « Bonne idée. On pourrait presque croire que Zane te l’a soufflé. »
- « Il n’est pas le seul à pouvoir concevoir des plans ! »
- « Autre chose ? »
- « Prévoit un peu d’argent, mais pas de trop, ou tu risques de te faire braquer. »
- « Merci, ça, je pouvais le deviner toute seule ! »
- « Ne te sers de l’armure qu’en dernier recours, et si tu n’as pas le choix. Cette mission est importante pour moi, mais pas au point de risquer qu’il t’arrive quelque chose. Si tu sens que la situation est critique, sers t’en. »
- « Selon les données que tu m’as exposé, le pire danger auquel je m’expose est de prendre une Tarentule d’Arachnos sur le coin de la face, quand j’aurais activé mon bidule à malchance. Ou alors d’attraper une infection. En revanche, ce qui a l’air d’être bien, c’est que je vais perdre quelques kilos. Ca tombe bien, j’avais prévu un régime. »
- « Là, ça risque d’être le jeûne forcé. »

Dans la même journée, Brenda Smithson, seule, embarqua sur le ferry à direction de Grandville, avec pour objectif de démasquer le recruteur du Cercle des Epines. Elle put franchir la douane, après de longues heures d’attente, et être affectée dans un des quartiers du Caniveau. Personne, dans le personnel d’Arachnos présent, ne semblait avoir réalisé que la jeune femme qu’ils avaient laissé passer était différente des autres.

_________________
Jeux à terminer :

Cradle
Deponia Doosmday
Divinity Original Sin
Rage
The Elders Scroll : Skyrim

Prochaines acquisitions :

Darksiders 3
Divinity Original Sin 2
Ghost of a Tale (si jamais il sort)
South Park, l'Annale du Destin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Poulpe
Poulpe Fiction
avatar

Nombre de messages : 3589
Age : 39
Vigilant : Snow, Tigerwolf, Ogre Noir, Miss Victory et Waka
Date d'inscription : 26/10/2005

MessageSujet: Re: Le passé rattrapé   Jeu 24 Mai - 15:51

Brenda porta la main à son nez, pour se couvrir des émanations pestilentielles qui arrivaient sur un coup de vent. Le Caniveau portait bien son nom. On y trouvait toutes sortes de déchets –humains ou non. L’allée devant laquelle Brenda venait de passer exhalait une odeur fétide, comme si un amas de cadavre s’y nichait. Et c’était peut-être le cas. Depuis son arrivée, la jeune femme, pour obtenir ses renseignements, avait dû apprendre à faire le tri entre toutes les disparitions. L’évènement n’avait rien d’exceptionnel. Les Arachnoïdes kidnappaient des individus pour s’en nourrir, et Arachnos ne se privait pas pour venir chercher des cobayes pour quelque savant fou travaillant pour eux. Ajoutons à cela les possibles règlements de comptes entre occupants du Caniveau, et les passages à tabac par des soldats de l’organisation, qui faisait disparaître les corps et passer leurs crimes sur le dos des Arachnoïdes. Et maintenant, ces disparitions organisées par les sorciers du Cercle, que l’on trouvait régulièrement autour de la forteresse noire de Recluse.

En ce moment, Brenda cherchait précisément des indices, suite à une discussion avec d’autres occupants. Certaines personnes avaient indiqué à la jeune femme plusieurs noms, autour desquels les disparitions semblaient se regrouper. Toujours sans avoir l’air d’être trop fouineuse, elle avait réussi à approcher deux de ces personnes. L’une d’entre elle, un certain Westin Phipps, avait un comportement franchement étrange. Brenda resta une journée à l’observer, le vit se conduire en bénévole devant les habitants du Caniveau, et prendre des airs de conspirateur, dès que ceux-ci avaient le dos tourné. L’autre était une jeune femme, en parfaite santé, ce qui avait quelque chose de choquant au milieu de cet antre de pourriture. Laureen Charles ressemblait à un mannequin, ce qui était très étonnant dans cet environnement. Elle décida de commencer par enquêter sur Phipps.

- « Ha, la la, quelle misère, quelle misère ! Si seulement je pouvais faire plus pour ces pauvres gens. » soupira l’homme, alors que Brenda s’avançait. Elle retint un sourire, devinant que cela faisait parti de son numéro.
- « Bonjour, Monsieur. Vous vous occupez de l’association bénévole ? »
- « Oui, ma petite dame. C’est une bien lourde tâche. Mais je ne baisse pas les bras ! »
- « Heureusement qu’il y’a des gens comme vous. »
- « Vous cherchez quelque chose ? »
- « Juste un peu à manger. S’il vous plait. »
- « Venez à l’intérieur, je vous servirais un bol de soupe. »
- « Merci. »

Brenda activa son appareil. Elle pensait obtenir de Phipps qu’il réponde à ses questions au plus vite, pour les envoyer loin de lui, elle et ses malheurs. Dès la pression du bouton, plusieurs tuiles descendirent d’un seul coup, tombant à côté de Brenda. Elles éclatèrent, écorchant la jambe de la jeune femme. Celle-ci poussa un petit cri.

- « Aïe ! »
- « Mince, alors. » fit Phipps. « C’est la première fois que le toit lâche ! »
- « Ouille. »
- « C’est tout bonnement … » Westin marqua un arrêt. « Ho, vous êtes Brenda Smithson ? »
- « Comment le savez-vous ? »
- « Des rumeurs. » L’homme semblait mal à l’aise. Il lui servit un bol de soupe, regardant subrepticement autour de lui. « Vous comptez rester longtemps, ici ? »
- « Il me faudrait un travail. Je veux dire, pour me refaire un peu, et pouvoir partir. »
- « Je n’ai hélas rien pour vous. » mentit Phipps. « A part du bénévolat, bien entendu. » Mais il était clair qu’il craignait de voir sa demeure s’effondrer si Brenda restait trop longtemps ici.
- « Vraiment rien ? »
- « Hélas. »
- « Mais … je ne veux plus dormir dehors ! J’ai peur. Il parait que les Arachnoïdes traînent. Et le Cercle des Epines aussi ! »
- « Le Cercle des Epines ? »
- « Oui. Vous ne saviez pas ? Il y’a des rumeurs, dans le Caniveau, qui disent qu’ils kidnappent des gens pour des sacrifices rituels. »
- « Non, je l’ignorais. Ca fait … un danger de plus. » Westin Phipps avait une drôle d’expression sur le visage. Dans le cerveau de Brenda, les éléments commençaient à se mettre en place.

- « Il n’est pas au courant. En revanche, ça a l’air de le perturber. Si ça se trouve, il travaille pour Arachnos. »
- « Vous … vous êtes sûre de vous ? Je veux dire, pour ces histoires d’enlèvements ? »
- « Ce ne sont que des rumeurs, vous savez. On a peut-être essayé de me faire peur, aussi. »
- « Oui, peut-être. Vous avez fini votre soupe ? »
- « Oui. Merci beaucoup. Elle était délicieuse. » C’était un mensonge, bien sûr.
- « Je vous en prie. Maintenant, je vais devoir vous demander de partir, d’autres attendent. »

Brenda ne se fit pas prier. L’effet de l’appareil avait continué tandis qu’elle avalait sa soupe, provoquant rupture de barreaux de chaise, fêlure du bol, et jusqu’à l’explosion pure et simple de la bonbonne d’eau du distributeur de Phipps. Il n’y avait rien d’étonnant à ce que ce dernier cherche à voir la jeune femme partir. Elle fit mine de ne pas s’intéresser de trop près à lui, disparut derrière un coin de mur, avant d’en faire le tour. Elle l’observa, alors qu’il paraissait attendre quelqu’un. A peine quelques minutes après l’étrange révélation de rumeurs que Brenda venait de lui faire, Phipps fut pris à part, par des soldats d’Arachnos qui venaient d’arriver d’on ne sait où. L’ex-agente de l’Arc sourit. Sa déduction était juste, et Phipps travaillait effectivement pour Lord Recluse et ses sbires.

- « Ca ne me laisse plus que notre mystérieuse amie. » fit-elle, en pensant à Laureen Charles.

Elle se dirigea vers un autre quartier du Caniveau, où une jeune femme haranguait les foules. Une blonde éthérée, aux manières un peu hautaines, tenait son discours. Son succès devait tenir plus à ses formes qu’à sa tenue, car elle était trop bien habillée pour ressembler à quelqu’un qui vivait dans le Caniveau. Brenda apostropha un passant, qui faisait mine d’aller écouter la diatribe de Charles.

- « Dis donc, qui c’est, celle-là ? »
- « Qui ? Laureen Charles ? C’est une sorte de prophétesse ratée. Y’en a même qui disent que c’est une ancienne Fortunata. »
- « Ouahou ! Comment elle serait arrivée ici ? »
- « Je ne sais pas. Il parait qu’elle aurait été répudiée par Recluse lui-même. J’y crois pas. »
- « Pourquoi ? »
- « Je sais pas. Peut-être parce que tout ce qu’elle raconte est creux ? »
- « Alors, pourquoi tu y vas ? »
- « Parce qu’elle est mignonne ! »

Brenda laissa le passant s’en retourner à son occupation, soupirant. Elle préféra quitter le coin, estimant plus raisonnable d’approcher Laureen Charles quand elle serait un peu plus isolée, un peu comme Phipps. Elle ouvrit la porte d’un immeuble, grimpa à l’étage supérieur, puis prit place sur une couchette de fortune, qu’elle s’était installée dès le premier soir. Elle finit par se dire que Bad Cat avait raison, que la zone était loin d’être sûre.

Elle tendit la main devant elle, paume vers le ciel, puis, un objet se forma dans celle-ci. Ce qui ressemblait à un nuage de poussière voletait au-dessus, et, à chaque petite rafale, un morceau de l’objet en question se révélait. Brenda avait appris à manipuler l’armure, au point de pouvoir faire appel au morceau qui l’intéressait. Celui-ci prit la forme d’un casque stéréo, doté d’un micro et d’une fine plaquette transparente qui devait se placer devant l’œil gauche. Le micro grésilla, les écouteurs firent entendre un petit bruit. La communication était établie.

- « Kris ? »
- « Pile à l’heure, ma chérie. » fit la voix lointaine de Bloody Kris. « Alors, quelles nouvelles du front ? »
- « Pas grand-chose. Westin Phipps, ce nom te dit quelque chose ? »
- « Oui. »
- « Il travaille pour Arachnos, pas vrai ? »
- « Tout juste. Tu le soupçonnais ? »
- « Il semble jouer double jeu. Alors, je me suis dit qu’il pouvait aussi bien en jouer un triple. »
- « Tu es trop méfiante, mais c’est ça que j’aime bien, chez toi. Tu en as tellement bavé que tu es circonspecte à propos de tout. »
- « Je pense qu’il n’a cependant rien à se reprocher. Dès que je lui ai annoncé que le Cercle recrutait dans les rangs de ses ouailles, il a eu l’air choqué. Et peu de temps après, une escouade de soldats Arachnos en armes venait l’interroger. Ou plus exactement se renseigner. »
- « Une piste creuse, quoi. »
- « J’en ai une autre, en vue. »
- « Qui ? »
- « Laureen Charles. Ca te dit quelque chose ? »
- « Rien. Il faut dire que je ne fréquente pas beaucoup les petites gens du Caniveau. Tu dois même être la seule que je connaisse ! »
- « Tâche de te renseigner, du côté des araignées. D’après un passant, qui a l’air d’être un peu amoureux, la fille aurait été membre d’Arachnos, peut-être une Fortunata. »
- « Ce genre de renseignement risque d’être dur à obtenir. »
- « En tout cas, une chose est sûre, elle a l’air d’être un peu trop clean pour vivre dans le Caniveau. Et, d’après mes sources, ça fait déjà quelques mois qu’elle y vit. »
- « Elle fait peut-être le commerce de ses charmes auprès des gardes. Cela arrive. »
- « Ou elle a de puissants protecteurs. Dans le genre qui aime les robes et la magie. Je te contacte dès que … quelqu’un vient. »

Un petit signal intermittent, représentant une tête de mort clignotante, était apparu sur la fine plaquette transparente. Quelqu’un approchait. Comme par magie, le casque de communication de Brenda s’évanouit dans les airs, transformé en nuage de poussière. Sans faire plus de bruit, Brenda s’allongea sur le lit, puis fit semblant de parler en dormant. Deux gardes Arachnos entrèrent dans la chambre.

- « Tu vois, je t’avais dit qu’il y avait quelqu’un. »
- « Elle roupille. On fait quoi ? »
- « Elle n’a pas l’air d’avoir grand-chose sur elle. On viendra toucher la taxe d’habitation plus tard. »
- « Okay. Dors bien, mignonne, jusqu’à notre prochaine rencontre. »

De son côté, Brenda se tenait prête à activer son générateur de malchance. Si ils avaient approché plus, le sol se serait probablement effondré, les emportant avec elle. Quand ils furent éloignés, elle se redressa, se disant qu’il lui faudrait trouver un nouvel espace pour vivre.

_________________
Jeux à terminer :

Cradle
Deponia Doosmday
Divinity Original Sin
Rage
The Elders Scroll : Skyrim

Prochaines acquisitions :

Darksiders 3
Divinity Original Sin 2
Ghost of a Tale (si jamais il sort)
South Park, l'Annale du Destin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Poulpe
Poulpe Fiction
avatar

Nombre de messages : 3589
Age : 39
Vigilant : Snow, Tigerwolf, Ogre Noir, Miss Victory et Waka
Date d'inscription : 26/10/2005

MessageSujet: Re: Le passé rattrapé   Ven 25 Mai - 17:04

Une sorte de climat de suspicion s’était installé dans le Caniveau. Chacun se méfiait de l’autre. La rumeur colportée par Brenda auprès de Westin Phipps avait des conséquences inattendues, bien plus développées que ce qu’aurait pensé l’ex-agente de l’Arc. Etrangement, après l’important gonflement de cette histoire, probablement cautionné par quelques disparitions inexpliquées, Laureen Charles se faisait moins présente, et, à chaque apparition, s’arrangeait pour ne pas être vue. Mais Brenda était trop fine pour ne pas s’en apercevoir.

La jeune femme, auparavant de belle apparence, s’était un peu laissée aller, imaginant sans doute qu’elle serait moins remarquée si elle ressemblait aux autres. Grâce à ses allées et venues, Brenda savait désormais où elle se cachait, à savoir un autre bâtiment, dont tout un étage lui était réservé. La voir chez elle semblait difficile, le rez-de-chaussée étant gardé par une cohorte d’individus aux allures étranges. Ils ressemblaient à des habitants du Caniveau, mais leur attitude était loin d’être celle qu’on pouvait attendre d’hommes ayant perdu tout espoir. En fait, pensa Brenda, on pourrait presque croire qu’ils ne sont pas humains.

Ne pouvant se résoudre à retourner dans sa précédente demeure, par crainte du retour des soldats d’Arachnos, elle passait ses nuits sous le toit d’un immeuble voisin. L’antique grenier où elle avait trouvé refuge sentait la poussière, et restait désespérément vide, assurément dépouillé il y’a quelques temps des maigres possessions qu’on avait pu y mettre. Brenda s’installa devant la fenêtre, puis, comme chaque soir, tenta d’entrer en communication avec Kris. Les soupçons qu’elle nourrissait sur Charles paraissaient se justifier. Arachnos, informé par Brenda des kidnappings ayant lieu dans le Caniveau et pratiqués par le Cercle, organisait régulièrement des patrouilles aux alentours des entrées et sorties de la zone, pour empêcher quiconque de sortir, ou d’entrer.

Le casque crépita, mais aucun son ne lui parvint. Brenda commença à s’inquiéter. Depuis le début de cette mission d’espionnage, Kris n’avait jamais raté un rendez-vous. Alors qu’elle tapotait sur le micro, elle entendit des bruits de pas dans l’escalier et son écran afficha le symbole de la tête de mort. Elle se cacha derrière un vieux carton qui ne la dissimulait malheureusement pas entièrement, espérant que l’obscurité ambiante lui permettrait de s’en méfier. Comme d’habitude, le casque de communication s’évanouit en un nuage de poussière. Mais la méfiance de Brenda n’avait pas lieu d’être.

- « Youhouuuu, Brenda, es-tu là ? » chantonna une voix de jeune homme.
- « Zane ? »
- « Et moi, je compte pour du beurre ? »
- « Kris ? Dire que j’essayais de te joindre ! »
- « Zane est revenu plus tôt que ce qui était prévu. Alors, on a décidé de venir voir, avec ses pouvoirs et en se basant sur la position indiquée par ton émetteur portable, comment ça se passait pour toi. Bad nous a donné ça à ton attention. » Bloody Kris tendit un sac à sa comparse. « A boire et à manger. Elle s’améliore. »
- « Personne ne vous a vu ? »
- « Pour cela, il aurait fallu qu’il y ait quelqu’un. » répondit Zane.
- « Comment se fait-il que tu sois revenu aussi tôt ? Je croyais que tu en avais pour un moment, avec les bestioles de ton ferrailleur de pote. »
- « J’ai été voir Dobbs, il travaille dans le coin. Il m’a filé un truc formidable. Mais j’ai été obligé de nettoyer les robots à grande eau tellement ils empestaient ! Efficace, mais caustique comme machin. »
- « Plutôt que de parler dératisation, Brenda, dis moi plutôt ce que tu as trouvé sur cette Laureen Charles. »
- « Dis moi plutôt ce que toi, tu as trouvé. »
- « Elle a effectivement fait parti d’Arachnos, mais elle a échoué aux tests et ils l’ont renvoyé. Elle a atterrit dans le Caniveau, et après, pfuit, plus de nouvelles pendant deux ans. »
- « Ce qui colle à peu près avec ce que je sais. Elle est revenue il y’a peu, d’après quelques sources d’information un peu avinées, et correctement vêtue. Ce qui est intéressant, c’est de se dire … »
- « Qu’elle a intégré Arachnos pour obtenir ses renseignements, et qu’elle s’est arrangée pour se faire éjecter. Le Cercle l’employait déjà avant. » finit Zane. « Je me suis penché sur le cas dès mon retour. »
- « Bravo. Et comment en es-tu arrivé à de telles conclusions, Mister ? »
- « Tout simplement parce que Laureen Charles, la vraie, est morte il y’a huit ans, alors qu’elle n’en avait que douze. »

Brenda ouvrit de grands yeux. Il n’était pas dans les habitudes de Zane de mentir aussi effrontément, surtout sur un sujet pareil, et il avait toujours accès à des informations fiables et sûres. Si ce qu’il venait de dire était vrai, alors qui pouvait bien être la personne qu’elle suivait depuis tout ce temps.

- « Et tu as bien évidemment plusieurs hypothèses à formuler sur cette femme-là, alors ? Si ce n’est pas Laureen Charles, de qui s’agit-il ? »
- « La magie, c’est pas mon truc, mais en discutant un peu avec Cristel, on a pu établir quelques suggestions. » fit Zane. Il laissa la parole à sa fiancée.
- « La première, c’est qu’ils ont récupérés le corps de Laureen, pour faire revenir quelqu’un. Quand je vois de la manière dont Zegmal a restauré mon corps meurtris par le dépérissement cellulaire, je me dis qu’ils sont peut-être aussi capables de faire revenir un corps à la vie. La seconde, plus inquiétante, est qu’un succube a pris la place de Laureen, quand elle est morte. La troisième, et pas des moindres, est qu’il s’agit d’une créature artificielle. Comme mon golem. »
- « En parlant d’êtres artificiels, qu’est-ce que vous pensez des gars qui surveillent l’entrée de l’endroit où vit la demoiselle ? »

Zane se dirigea vers la fenêtre, manipulant son bracelet. Il modifiait assurément la manière dont son masque lui permettait de voir, malgré l’obscurité grandissante. Kris s’approcha et fit de même. La visière qu’elle portait, cadeau fait par le Mastermind, avait probablement des fonctionnalités similaires. Ils regardèrent tous deux par la fenêtre, leurs yeux descendant au niveau de la porte du bâtiment leur faisant face.

- « Rien au thermographe. Si ces trucs sont vivants, alors je suis sa Sainteté le Pape ! » fit Zane.
- « Je confirme. » Kris avait un peu attendu avant de prononcer ces mots. Probablement qu’elle cherchait des idées dans les souvenirs et connaissances de Kinra. « Golem d’argiles. On peut leur donner apparence humaine. Mais qui pourrait … Kinra était une spécialiste des créatures artificielles, chimères et golems, mais qui d’autre savait … Shura ? »
- « Qui est Shura ? »
- « Le second disciple féminin de Demethys. »
- « Le second ? Qui était la première ? » questionna Zane, moins innocemment qu’il n’en avait l’air. Il connaissait la réponse
- « Kinra, bien sûr. » fit Brenda.
- « Exact. »
- « On replie nos affaires. » fit Zane. « Toi aussi, Brenda. Tu as assez traîné dans le coin. Je vais brancher ma dernière petite nouveauté sur la surveillance de l’endroit. »
- « La dernière petite nouveauté ? »
- « Un satellite d’espionnage. Zitch me l’a fournit, je l’ai placé en orbite géostationnaire grâce à mes pouvoirs de téléportation. Avec la technologie qu’il y’a dessus, je n’aurais aucun mal à le programmer pour surveiller les faits et gestes de la petite dame. »
- « Un … satellite ? Tu veux dire que tu as un satellite personnel ? »
- « Oui. A l’origine, c’était pour me permettre de dire des mots doux à Kris sans risque d’être surveillés. »
- « Tu as … tu as installé un satellite juste pour ça ? Pour avoir une ligne cellulaire privée ? »
- « Oui. »
- « C’est charmant, non ? » fit Kris. Elle n’avait plus rien de la super-vilaine qu’elle était autrefois, quand Kinra partageait son corps.
- « Vous êtes barges. Tous les deux. »

Mister Zane ne retint pas cette dernière phrase, se contentant de pointer son index de la main droite vers le vide. Un point lumineux fit son apparition, à une hauteur approximative de deux mètres, vite suivi par un autre point, à ras de sol celui-là. Un trait se dessina entre les deux points, puis le trait se divisa en deux, créant une ouverture vers la base de Bloody Kris. On pouvait voir à travers le canapé de la base, et la chevelure d’Hacaga qui dépassait, alors que la jeune fille regardait la télévision.

Les trois individus franchirent le portail. Il ne fallut pas longtemps à Hacaga pour se retourner, ayant senti des odeurs connues, et se jeter dans les bras de Brenda. Cette dernière s’excusa, disant qu’elle allait les abandonner pour pouvoir, enfin, prendre une douche. Zane se contenta d’une remarque, disant que ce ne serait pas un luxe, pendant qu’Hacaga semblait déterminée à prendre une douche avec Maman Brunda tout juste retrouvée. Au bruit, Bad Cat sortit de la cuisine, tenant à pleine main un plateau sur lequel reposait une chose noirâtre et nauséabonde.

- « Si c’est le repas de ce soir, » fit Zane, « je préfère encore faire un saut au chinois du coin pour aller chercher quelques plats à emporter ! »
- « C’était censé être quoi, ce truc ? » demanda Kris, se penchant sur le plateau.
- « Ben … une … une pizza. » fit Bad, légèrement rougissante. « Faut bien que quelqu’un fasse à manger, non ? »
- « Tu appelles ça ‘à manger’ ? C’est un coup à risquer l’intoxication alimentaire, non ? » Kris devisait pendant que Zane mettait ses menaces à exécution et disparaissait dans un éclat de lumière. « On a plus qu’à attendre que Zane revienne avec le riz cantonais, quoi ! »
- « Cassez-vous le c*l à faire des efforts ! »
- « Ton postérieur n’a rien à voir là-dedans. L’intention était louable, mais les aptitudes n’y étaient pas. Je crois que Brenda devra te fournir des cours supplémentaires, en cuisine cette fois ! »

_________________
Jeux à terminer :

Cradle
Deponia Doosmday
Divinity Original Sin
Rage
The Elders Scroll : Skyrim

Prochaines acquisitions :

Darksiders 3
Divinity Original Sin 2
Ghost of a Tale (si jamais il sort)
South Park, l'Annale du Destin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Poulpe
Poulpe Fiction
avatar

Nombre de messages : 3589
Age : 39
Vigilant : Snow, Tigerwolf, Ogre Noir, Miss Victory et Waka
Date d'inscription : 26/10/2005

MessageSujet: Re: Le passé rattrapé   Mar 29 Mai - 12:26

- « Bon, résumons la situation. » commença Brenda.

La table avait été ramassée, et les déchets du repas jetés dans la poubelle. Kris et Brenda avait eu toutes les peines du monde à convaincre Hacaga d’aller se coucher, et ce n’est qu’une fois celle-ci endormie qu’elles rejoignirent Mister Zane et Bad Cat, qui avaient fini de nettoyer. La Dominatrice s’assit à côté de son compagnon, pendant que les deux autres femmes du groupe leur faisaient face. Brenda reprit la parole.

- « Laureen Charles n’est pas celle qu’elle prétend être. C’est un succube, ou une réincarnation, ou quoi que ce soit d’autre. »
- « Au vu des golems d’argiles qui surveillaient sa demeure, je suis persuadée qu’il s’agit de Shura. Si Demethys est revenu, c’est pour rattraper Kinra. Il aura sûrement fait des pieds et des mains pour faire revenir son second disciple. Shura s’était spécialisée dans les créatures artificielles, comme Kinra, mais elle était moins douée. Normal, quand on sait que … »
- « Bon, si tu nous expliquais un peu. Je veux dire, le passé de Kinra, et tout ça. Qui est-elle réellement ? Comment a-t-elle été recrutée par le Cercle ? Qui est Shura, que représente t’elle pour Kinra ? » demanda Bad Cat. Mister Zane approuva d’un signe de tête.
- « Lorsque Zane m’a séparé de Kinra, j’ai hérité de ses connaissances, mais aussi de ses souvenirs. Cependant, ceux-ci ne remontent que jusqu’au moment où elle est entrée en apprentissage auprès de Demethys. J’ignore qui était Kinra avant d’être une sorcière, où elle est née, de la façon dont ils l’ont trouvé. On dirait que sa vie n’a commencée que lorsque le sorcier a commencé à lui enseigner la magie. »
- « Assez logique, son cerveau a dû faire une distinction entre sa vie normale et celle de sorcière. » fit Zane.
- « Ce qui veut dire, » Brenda prenait la parole après quelques secondes de réflexion « que ce que tu as retiré de Kris, c’est Kinra avant d’être sorcière ? »

Zane retira ses lunettes noires, les posa sur la table, soupira et réfléchit quelques secondes sur la manière dont il allait présenter la chose à la jeune femme, lui-même n’étant pas sûr d’avoir saisi toutes les nuances quand à l’opération menée quelques mois auparavant sur la Dominatrice.

- « C’est assez dur à expliquer. Même Zitch n’a pas pu me donner tous les détails, ça devenait trop complexe. Il faut savoir qu’au niveau du cerveau humain, tout est un peu mélangé : tes connaissances et tes souvenirs se regroupent et se recoupent. Ta personnalité dépend pour beaucoup de tes sentiments, de tes souvenirs. Te dire ce qu’on a sorti, c’est impossible. Même Zitch, qui a pourtant procédé à l’opération, n’a rien pu me dire. En gros, je dirais que nous avons retiré ce qui faisait Kinra, mais je suis incapable de te dire comment elle serait si elle revenait parmi nous. »
- « Même pas d’hypothèses ? » s’étonna Bad Cat, lançant un regard interrogateur au Mastermind.

Elle avait lancé sa phrase pour provoquer Zane. Elle savait, comme ses deux comparses, que le jeune homme avait toujours deux ou trois possibilités en tête. Il reprit ses lunettes et les posa de nouveau sur son nez.

- « Des hypothèses, je n’en manque pas. Mais la psyché humaine est très compliquée. C’est ce que tu vis qui fait ce que tu es. Si on pouvait tenter l’expérience, ramener Kinra à la vie, comment serait-elle ? Dur à dire. Peut-être comme avant, aussi arrogante et imbue de sa personne, mais sans son savoir et ses pouvoirs. Ou alors, les souvenirs étant restés en Kris, nous pourrions réveiller une jeune fille à peine sortie de sa campagne. »
- « Il n’y a qu’un moyen de le savoir, alors ? »
- « Oui. » répondit Zane.

La solution de faire revenir Kinra ne semblait réjouir personne. Au sein du groupe, aucun des individus n’avait vraiment eu d’atome crochu avec la sorcière. Elle se montrait souvent méprisante, disait une méchanceté de temps en temps, puis disparaissait au fond du cerveau de Cristel, laissant celle-ci dans un embarras bien compréhensible.

- « Kris, tu peux nous raconter l’histoire de Kinra et Shura ? »
- « Comme je l’ai dit, je ne sais pas comment Demethys a recruté Kinra. Probablement qu’au cours d’un voyage, il aura trouvé la jeune fille, et l’aura enlevé à ses parents. Des souvenirs qu’il me reste de Kinra, au début de son apprentissage, il ressort une dispute très virulente, dont elle était la source. Les sorciers recrutaient parmi les mâles. Demethys a enfreint les règles en ramenant une fille en tant qu’apprentie. Après quelques mois, ils ont fini par l’accepter. Mais elle a semble t’il souffert de brimades. Avant et après la décision. Quand elle a commencé à prendre de l’âge, Demethys et elle sont devenus amants. Enfin, je devrais dire que Demethys s’est servi de son ascendant sur elle. »
- « Forcée ? » questionna Brenda.

Un frisson parcourut la peau de Kris, lorsque le souvenir remonta en surface. Elle se frotta les bras, puis posa la main sur celle de son compagnon, comme pour éprouver la chaleur émanant de ce dernier. Elle reprit alors la parole.

- « Par chantage. Il la menaçait de la mettre à la porte. Hors, sa soif de savoir avait été déclenchée, et elle n’aurait pas supporté de retrouver sa vie d’avant. De mauvaise grâce, elle s’est donc pliée à ses souhaits. »
- « Ce vieux dégueulasse ! » fit Zane.
- « Elle a ensuite été reconnue comme une véritable sorcière, et on lui a mis un assistant à sa disposition, un certain Zegmal. Les rôles étaient inversés, et elle en a fait son disciple, partageant avec lui ce qui lui avait permis d’être remarqué, une maîtrise de l’énergie magique sans avoir reçu d’enseignement. A compter de ce jour, elle s’est lancée dans la confection de créatures artificielles, en compagnie de Zegmal, son Frère, comme elle l’appelait. »

Brenda prenait des notes depuis le début de la conversation. Elle parcourut ce qu’elle avait déjà écrit, puis posa une question à laquelle seule Bloody Kris pouvait répondre.

- « Où intervient la dénommée Shura, dans ce cadre idyllique ? » Ces derniers mots étaient prononcés de manière ironique.
- « Dès sa promotion au rang de sorcière véritable, les relations entre Kinra et Demethys sont devenues … tendues. Et distantes. Il ne l’approchait plus, probablement par crainte. Elle lui en voulait beaucoup de ce qu’il lui avait fait. »
- « Je commence à comprendre d’où vient la crainte des hommes qu’éprouvait Kinra. » fit Brenda.
- « D’où l’apparition de Shura. » Zane reprit la parole. « Pour rendre Kinra jalouse. Ou pour la remplacer. »
- « Exactement. Mais Shura avait moins de pouvoirs que Kinra et son insertion au sein du Cercle tenait, pour beaucoup, à sa beauté physique. Elle s’est donc rapprochée de l’ancien disciple de son maître, pour obtenir aide et conseils. Pour gâcher la vie de Demethys, Kinra accepta. Elle forma, quand Demethys n’était pas là, la dénommée Shura. Elle lui enseigna les techniques de golems, la manipulation de la magie, et s’arrangea pour que tout le monde le sache. »
- « Histoire que Demethys perde un peu la face. Bien fait pour lui. » fit Bad Cat.
- « Shura considérait Kinra comme une grande sœur et cette dernière lui faisait croire qu’elle était son disciple préféré. Elle aime bien ce rôle, décidément. Kinra gagnait en influence aussi. Elle avait nombre de partisans, grâce à sa puissante magie et ses créatures artificielles. C’est environ à ce moment-là que les autres sorciers se sont rendus compte que Kinra n’avait pas seulement soif de connaissance, mais aussi de pouvoir. Probablement que des gens proches, comme Zegmal ou Shura, savaient pour cette envie de dominer, mais j’imagine que Demethys devait aussi s’en douter. »

Les auditeurs de Kris sentaient que l’histoire touchait à sa fin. La Dominatrice marqua un temps d’arrêt, peut-être pour remettre de l’ordre dans ses propres souvenirs et réaliser ce qu’elle venait de dire. A chaque fois qu’elle devait puiser dans les souvenirs et connaissances de son ancienne colocataire intracorporelle, elle passait quelques instants à revenir à la normale. La somme du savoir accumulé par Kinra du temps de son apprentissage dépassait l’entendement pour un humain normal.

- « Et comment se finit notre histoire ? » demanda Brenda.
- « Par un accident. Je préfère appeler ça de cette manière. Demethys a fini par découvrir que Kinra formait son disciple, et comprenait mieux pourquoi il ne parvenait pas à ses fins avec elle. Il est revenu un jour, par surprise, pour mieux les prendre sur le fait. Il a voulu lancer un sort sur Kinra, mais, avec tout les réactifs magiques qu’il y avait dans l’atelier magique, il y’a eu comme un phénomène de résonance, ce qui a provoqué une gigantesque explosion et la mort des quatre protagonistes de l’histoire. »
- « Ensuite ? »
- « C’est simple. Le Cercle voudrait récupérer les connaissances de Kinra en matière de créatures artificielles. Zegmal est réincarné, mais il n’en sait pas assez. Cependant, pour les membres du Cercle des Epines, des quatre morts de cet accident, il est le moins dangereux et le plus contrôlable, enfin, le croyaient-ils. Le travail effectué par Kinra sur ses disciples porte ses fruits : Zegmal pense qu’il n’est rien sans sa Sœur. Il tente alors de faire revivre Kinra dans mon corps, sans prévenir son entourage. Le Cercle découvre ensuite que la sorcière est peut-être vivante, en moi, alors ils font revenir Demethys pour tenter de l’arrêter. Ou plutôt de m’arrêter. Et il est plus que probable que le sorcier ait demandé la réincarnation de son autre disciple, pour le seconder dans cette tâche. C’est un avantage. Shura était très proche de Kinra, bien plus que Zegmal ou Demethys, qui sont des hommes. Il y’a peut-être quelque chose à faire auprès d’elle pour obtenir du Cercle qu’ils me fichent la paix. »

Chacun cumulait à sa propre façon l’histoire de la sorcière. Zane restait silencieux, sans dire un mot. Bad Cat opinait de la tête chaque fois qu’elle pensait avoir compris un élément de l’histoire. Brenda relisait ses notes, soulignant parfois un mot ou une idée forte. Kris, elle, ne dit rien et recommença à faire le tri dans ses idées. Finalement, le Mastermind reprit la parole.

- « En gros, si j’ai bien compris, il va falloir obtenir un rendez-vous auprès de mademoiselle Charles, et s’assurer qu’elle est bien celle que l’on croit. »
- « Il va falloir être prudents. » fit Brenda. « Ce n’est qu’une supposition. Nous ne sommes pas sûrs que ce soit réellement Shura. Les golems d’argile ont peut-être été extraits du savoir de Zegmal. »
- « Ce serait étonnant. Zegmal suivait les affaires de Kinra, mais c’était plus un domestique qu’un véritable assistant. Ses pouvoirs de manipulation d’énergie lui ont été donnés par Kinra. Il les a perdus quand elle est morte, et ne les a pas retrouvé quand il est revenu à la vie. Qui plus est, elle ne lui a pas appris quoi que ce soit sur les créatures artificielles. Les sorciers sont jaloux de leurs collègues, et, à cause de cela, empêchent souvent tout le monde d’avoir accès à leurs travaux. Seule Shura a pu y accéder, et cela pour la simple et bonne raison que Kinra ne voulait pas qu’il lui arrive la même chose qu’à elle. Elle lui a donc donné un moyen de défense. »
- « Ces dernières phrases me rassurent un peu. Si Shura a été formée par ton autre moi, maintenant emprisonné dans un tube de verre, elle n’a sûrement pas partagé ses connaissances sur les golems. »
- « Tout juste. »

Zane redressa ses lunettes noires qui avaient légèrement glissé sur son nez, puis se mit à manipuler son bracelet. Une image apparut sur un petit écran couleur, et il consulta une série de messages qui venaient de défiler. Il retira après ses lunettes et les glissa dans sa poche.

- « Le satellite n’a vu aucun mouvement, ni en surface, ni en sous-sol. »
- « En sous-sol ? »
- « Il y’a des galeries en dessous de la résidence de la demoiselle, et c’est probablement par là qu’ils font sortir leurs nouveaux adhérents. »
- « Tu as de ces manières de présenter les choses. »
- « Je mets le système satellite sur alarme, pour me prévenir si il y’a quelque chose. Au lit, les femmes. Demain, Kris et moi nous irons rendre une petite visite à une amie d’enfance. »

_________________
Jeux à terminer :

Cradle
Deponia Doosmday
Divinity Original Sin
Rage
The Elders Scroll : Skyrim

Prochaines acquisitions :

Darksiders 3
Divinity Original Sin 2
Ghost of a Tale (si jamais il sort)
South Park, l'Annale du Destin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Poulpe
Poulpe Fiction
avatar

Nombre de messages : 3589
Age : 39
Vigilant : Snow, Tigerwolf, Ogre Noir, Miss Victory et Waka
Date d'inscription : 26/10/2005

MessageSujet: Re: Le passé rattrapé   Mar 29 Mai - 12:27

- « Bah alors, Brenda, qu’est-ce que tu as fait de ton appareil ? »
- « Quel appareil ? »
- « Tu sais, ton truc à malchance. »
- « Ah, tu parles de ça ? »

Brenda Smithson exhiba un amas de fils électriques et de composants électroniques. L’ensemble avait souffert, comme si il avait été aplati à coups de marteaux, ce qui était probablement le cas. Bad Cat ne put retenir une explosion de joie et éclata d’un fou rire, sous le regard étonné d’Hacaga qui ne comprenait pas. Brenda se rendit au coin nord-est de la cuisine, activa du pied l’ouverture de la poubelle et jeta ce qui restait du fragile appareillage qui avait été laminé.

- « Sers-moi une tasse de café, au lieu de rire comme un âne ! »
- « Hé, ho ! »
- « Où sont Zane et Kris ? Déjà partis ? »
- « Non, je ne pense pas. J’ai entendu quelques petits rires, en passant devant la porte de la chambre de Kris, hier soir. Probablement que la soirée s’est un peu étendue pour eux. »
- « Jalouse ! »
- « A mon avis, ils ont fait des heures supp’, ce qui explique le lever moins matinal que le notre. »
- « En tout cas, je suis étonnée de te voir debout d’aussi bonne heure ! Aurais-tu pris de bonnes résolutions ? »
- « Je n’ai pas fait une seule soirée de fête pendant que tu étais en mission. Mine de rien, s’occuper d’Hacaga, ça prend du temps ! »
- « N’est-ce pas ? »

Un bruit de porte venant de l’étage leur parvint, et les deux autres occupants de la base firent leur apparition. Ils partagèrent le petit déjeuner, dévorant en vitesse leurs tartines, et avalant aussi rapidement leur café. Ceci fait, ils se dirigèrent vers la salle de bain, et en ressortirent après leurs ablutions. Ils étaient en tenues de combat, prêts à se lancer dans la tâche qu’ils s’étaient fixés. Brenda prit la parole en premier.

- « Vous y allez directement ? »
- « Oui. Inutile de perdre plus de temps. Si jamais il ne s’agit pas de Shura, nous pourrons toujours les menacer de dénoncer leur recruteur à Arachnos. Les membres du Cercle ne sont déjà pas très populaires sur les îles, si, en plus, nous apportons la preuve qu’ils se servent chez Arachnos, on va droit vers la chasse aux sorciers. »
- « Vous voulez de la compagnie ? » demanda Bad Cat.
- « On y va qu’à deux, ce matin. » fit Zane. « Il s’agit juste d’une reconnaissance de terrain. »
- « Comme vous voulez. »

Elle fit la moue en répondant cela. L’inactivité lui pesait, et, à cause de l’absence de Brenda, elle était souvent restée enfermée, pour s’occuper de la petite Hacaga. Enfin, se dit-elle, avec le retour de Brenda, je vais pouvoir ressortir un peu. Zane et Kris sortirent de la base, puis allèrent directement au ferry. Le bateau les emmena jusqu’au quai de débarquement de Grandville. Les douaniers ne prirent pas leur arrivée en compte, sachant manifestement à qui ils avaient affaire.

Ils avancèrent jusqu’aux ascenseurs qui descendaient dans le Caniveau, puis se rendirent jusqu’à la demeure de Laureen Charles. La porte était toujours gardée, mais les individus inhumains les laissèrent passer. La veille, Kris avait retrouvé un sort qui permettait de désactiver les créatures artificielles, ce que Zane trouva fort pratique. Ils évitaient ainsi de créer un esclandre, et de faire croire à l’entourage qu’ils étaient invités. Après avoir passé l’entrée, ils se trouvèrent dans un vestibule antique, fort peu éclairé, aux tapisseries qui sentaient la poussière et la naphtaline, posée ça et là pour empêcher les mites de faire un festin du décor.

Les escaliers de marbre gris résonnèrent sous leurs pas, alors qu’ils montaient, guidés par la lueur vacillante de ce qui pouvait être une bougie, à l’étage supérieur. Aucun son ne leur parvenait, et l’ambiance avait quelque chose de funèbre. On aurait dit, et Zane le fit remarquer, qu’on attendait la visite des deux amants. Arrivés devant la porte d’où provenait la lumière, Zane indiqua qu’il restait en retrait, prêt à faire sortir sa concubine de l’endroit au moindre bruit suspect. Kris entra seule dans la chambre de l’étage.

La lumière ne provenait d’une, mais de milliers de bougies, éclairant toute la pièce, qui était immense. Les hauts plafonds se situaient à une hauteur d’environ quatre mètres, et la demeure devait avoir été magnifique, autrefois, avant que des centaines de symboles païens différents n’ornent les murs comme autant de tags. Sur le sol, un gigantesque cercle magique avait été tracé avec ce qui ressemblait à du sang. Au centre de ce cercle, assise dans un fauteuil ancien, une jeune femme, blonde, attendait. Quand elle vit entrer Bloody Kris, elle leva les yeux vers elle.

- « Alors, c’est vous qui avez pris le savoir de Kinra ? »
- « Peut-être. »
- « Pas de fausse modestie, voulez-vous. Il n’y a qu’à voir la facilité déconcertante avec laquelle vous avez désactivé mes golems. »
- « Si vous le saviez, alors pourquoi poser la question ? »
- « Vous êtes bien plus semblable à Kinra que ce que vous ne voulez l’admettre. Cette remarque en est la preuve. »
- « Vous êtes donc bien Shura ? »
- « Elle-même. »
- « Je vois, à l’ambiance qu’il règne ici, que vous vouliez me voir, mais pas m’affronter. »
- « Oui. Je ne suis pas folle au point d’essayer de m’en prendre à quelqu’un qui a beaucoup appris de Kinra. A l’intérieur de ce cercle, ni vous ni moi ne pouvons nous faire du mal. »
- « Je suppose que vous allez me demander de rejoindre la cause de vos alliés ? »
- « Aucunement. Je voulais juste vous prévenir que Demethys est de nouveau revenu. Il tient à sa revanche contre Kinra. Il est fou de rage à l’idée de s’être fait avoir. »
- « Encore une mauvaise nouvelle. Je les accumule, depuis quelques temps ! »
- « Je vous propose une alternative. »
- « Laquelle ? »
- « Celle de nous rendre Kinra. »
- « Je ne pense pas que ce soit possible. »
- « Comprenez ma position. Depuis que Demethys a échoué, et que votre amie est venue enquêter sur moi … »
- « Mince, moi qui pensais que Brenda serait discrète ! » coupa Kris.
- « Elle l’a été, mais je ne suis pas née de la dernière pluie non plus, comme on dit. J’ai volontairement laissé faire. J’ai même été jusqu’à simuler la crainte d’avoir été découverte, pour vous faire venir jusqu’à moi. »
- « Vous savez, il m’est difficile de faire revenir Kinra. Je ne dispose pas de … »
- « Nous savons avec qui vous partagez votre couche. » Cette fois, ce fut Shura qui coupa la parole à Kris. « Je devine qu’il ne vous aurait pas laissé venir seule non plus. Il attend probablement derrière la porte. Voulez-vous lui demander de nous rejoindre ? »
- « Zane ? »
- « J’arrive. » fit la voix du Mastermind. Il joignit le geste à la parole, et entra dans la pièce, venant aux côtés de Kris.
- « Si je vous donne quelque chose appartenant à Kinra, pourriez-vous la ramener ? »
- « Un clonage ? Oui, c’est possible. »
- « Ramenez-moi Kinra, et je vous promets que le Cercle ne vous ennuiera plus. C’est elle qu’ils veulent, elle et son savoir. »
- « Je croyais pourtant que Kinra vous avait enseigné des tas de choses sur les créatures artificielles ? Alors pourquoi veulent-ils la revoir ? »
- « Mes connaissances sont partielles, et je peine à faire fonctionner une demi-douzaine de golems d’argile. Ce n’est pas de moi et de mes maigres talents dont le Cercle a besoin. Ils veulent la réelle détentrice de ce savoir. »
- « Vous parliez de me donner quelque chose de Kinra. De quoi s’agit-il ? »

Celle qui se faisait appeler Laureen Charles mit la main dans sa poche, et en sortit une petite boîte plate couleur vermeille. Le couvercle était transparent et on voyait, dans un écrin de nacre, une mèche de cheveux. Shura se leva et donna la boîte à Zane.

- « Voici. Il s’agit de … »
- « Merci, je ne suis pas idiot. Vous nous donnez le moyen de refaire son corps. »
- « Soyez moins arrogant, petit monsieur. Ici, aucun mal ne vous sera fait, mais dehors … »
- « Vous avez un petit problème d’ouïe, mam’zelle ? »
- « Pardon ? »
- « Je vous l’ai dit, non ? Je ne suis pas idiot ! »

La porte de la pièce s’ouvrit en grinçant, dévoilant Sternum, le gigantesque robot de Zane, qui avançait dans la pièce, les canons orientés vers Shura. Le bruit de charge des armes était à son maximum, ce qui laissait supposer qu’un seul tir suffirait à détruire la frêle jeune femme.

- « Le problème est que vous parlez trop, dans votre Cercle. Seule la magie ne fonctionne pas, ici. Ni l’énergie de Kris, ni son invocation de golem. Mais il n’y a rien de prévu contre les machines, pas vrai ? »
- « C’est vrai. Mais j’avais juste espéré une zone neutre, pour pouvoir discuter. Je ne pensais pas que vous vous montreriez si … »
- « …entreprenant ? Ma p’tite dame, quand il s’agit de protéger celle qu’on aime, tous les moyens sont bons ! »
- « Que voulez-vous ? »
- « Vous allez venir avec nous. De force ou de gré, c’est à vous de voir. Je vais procéder à la résurrection de votre bien-aimée Kinra, avec les inconvénients qui s’y rattachent. Après, nous aurons une discussion, peut-être un peu plus sauvage, avec votre ami Demethys. »

Zane fit son étrange rituel, qui consistait à désigner des points dans l’espace. Il ouvrit un vortex trans-dimensionnel, puis invita Shura à entrer dans celui-ci. Celle-ci, sous la menace des armes du robot, ne désobéit pas, suivie de près par ce dernier. Zane et Kris lui emboîtèrent le pas. Les trois personnes et le robot apparurent sur une vaste esplanade métallique, devant une cité incroyablement futuriste, mais vide de tout mouvement. Un être immatériel surgit devant eux, comme issu du néant.

- « Zitch, tu peux me préparer une cellule de clonage ? » fit Zane, en lui envoyant la boîte vermeille.

Elle fut rattrapée par une sorte d’insecte électronique volant. Celui-ci prit la direction d’un bâtiment, et Zane, Kris et Shura, toujours sous la menace de Sternum, s’engagèrent à sa suite, pendant que l’image de Zitch disparaissait de l’esplanade.

_________________
Jeux à terminer :

Cradle
Deponia Doosmday
Divinity Original Sin
Rage
The Elders Scroll : Skyrim

Prochaines acquisitions :

Darksiders 3
Divinity Original Sin 2
Ghost of a Tale (si jamais il sort)
South Park, l'Annale du Destin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Poulpe
Poulpe Fiction
avatar

Nombre de messages : 3589
Age : 39
Vigilant : Snow, Tigerwolf, Ogre Noir, Miss Victory et Waka
Date d'inscription : 26/10/2005

MessageSujet: Re: Le passé rattrapé   Mar 29 Mai - 17:33

Les rues vides de monde de cette dimension technologique défilèrent, ne dévoilant que quelques automates destinés à l’entretien des voies circulatoires. D’autres systèmes se contentaient d’entretenir les plantes, de tailler ce qui dépassait, et de nettoyer les débordements. Tout cela pour personne, puisqu’il n’y avait pas âme qui vive en ces lieux. L’écho des pas des trois personnes et du robot qui gardait la sorcière en joue se répercutait sur les parois de bâtiments depuis longtemps abandonnés, mais toujours entretenus. Finalement, le trio parvint au bout du chemin qu’ils suivaient, devant une maison toute faite de métal blanc. La porte glissa sans bruit, dévoilant un intérieur vide.

Ils entrèrent, découvrant une pièce vide et nue, entièrement métallisée. La structure était cubique, ce qui semblait indiquer, au vu de la taille du bâtiment, vu de l’extérieur, que de complexes machineries résidaient en ces murs. Le seul détail qui sortait de l’ordinaire, dans la salle, était un cercle tracé à même le sol, à grand renfort de diodes de couleur rouge, qui clignotaient, formant ainsi une chaîne lumineuse. Le sens de rotation suivait celui d’une horloge. La porte se referma doucement derrière eux.

Avant même que Bloody Kris ou Shura puissent dire quelque chose, Zane les encouragea à se rendre au centre du cercle. Elles obéirent, l’une volontairement, l’autre en étant un peu pressée par le robot gigantesque du Mastermind. Shura détestait ce qui avait trait à la technologie, qu’elle ne pouvait comprendre. Lorsqu’ils furent tous les trois au centre du cercle, la lumière ralentit progressivement, avant de s’arrêter puis de repartir en sens inverse. Kris voulut poser une question, mais Zane leva la main devant lui, en signe de silence. La lumière fit une dizaine de tours en arrière, à toute allure, stoppa de nouveau et reprit un cours normal. Zane quitta le cercle, vite imitée par Shura et Kris. La porte s’ouvrit de nouveau, silencieusement.

Les deux femmes commençaient à se demander à quoi rimait ce manège, mais furent étonnées en quittant la pièce. Au lieu de retrouver la chaleur étouffante de l’extérieur, elles arrivèrent droit dans un laboratoire de haute technicité. Un mur de verre divisait la salle en deux, et le seul moyen de passer derrière était un sas de sécurité orné de symboles étranges, dans une teinte jaune. La porte du sas était étroitement close, opaque, et elle ne s’ouvrit que pour le Mastermind.

- « Navré, mesdemoiselles, moi seul suis habilité à entrer. Il vaut mieux éviter toute infection dans la zone stérile, et je suis le seul à connaître le processus de décontamination. Vous pourrez suivre les opérations à travers la vitre. Ce que vous allez voir, miss Shura, devrait vous faire plaisir. Du moins, au début … »
- « Pourquoi ? »
- « Je ne veux pas vous gâcher le plaisir de la surprise ! »

La porte du sas se referma derrière le jeune homme. En attendant qu’il ressurgisse de l’autre côté, Kris mit son nez sur les vitres autour du sas, découvrant ce qui s’y cachait. Cela ressemblait à un laboratoire central de biotechnologie. Plusieurs containers de couleur crème, portant tous l’un des symboles jaunes qui se trouvait sur la porte du sas, étaient reliés par des tuyaux de couleur jaune à une sorte de cocon transparent qui tenait sur un piédestal de la même matière. Kris put voir, posée à côté d’un container, sur une table d’opération qui se situait à côté du sarcophage, la petite boîte couleur vermeille qui contenait la mèche de cheveux de Kinra.

Zane fit son entrée dans la salle. Couvert d’une blouse blanche, des gants de couleur blanche sur les mains, Kris ne put s’empêcher de se dire qu’il ressemblait à un chirurgien. Toujours sous la menace du robot, Shura observait la scène avec une certaine appréhension. Les paroles du Mastermind, quelques instants plus tôt, l’avaient inquiété. Qu’avait-il voulu lui dire ?

La mèche de cheveux fut sortie de la boîte, puis insérée dans le pupitre de contrôle du sarcophage. C’était un panneau simple, doté de nombreuses touches, comme un clavier d’ordinateur. Un petit compartiment, sur le côté gauche, avait été ouvert, afin d’y introduire l’élément organique. Dès qu’il fut refermé, Zane tapota quelques instructions, puis attendit. Les tubes reliant les containers au sarcophage commencèrent à palpiter, alors que ce dernier se remplissait d’un liquide couleur sang. Le Mastermind circulait entre le sarcophage et son pupitre, vérifiant certaines données. Une heure passa, non sans que Shura se plaigne, jusqu’à ce que Kris puisse voir quelque chose. Une petite tâche sombre avait fait son apparition dans le sarcophage. Dès lors, elle et Shura ne la quittèrent pas des yeux. De minute en minute, la tâche grandissait, jusqu’à ce qu’on puisse distinguer des membres.

La forme était humaine, à n’en pas douter. Au vu de la couleur du liquide dans le sarcophage, il était impossible de reconnaître les traits de la personne qui croissait au sein de cet étrange appareil. Zane fit un signe de la main, montrant deux de ses doigts, ce qui voulait probablement dire qu’il faudrait encore deux heures pour que le processus soit complet. Il continuait à surveiller la progression de l’opération, tandis que Kris remarquait que la couleur rouge sang s’estompait. Il devait sans doute s’agir d’éléments organiques destinés à compléter le corps cloné, selon elle. Elle se demanda si sa naissance avait donné lieu à un tel spectacle, lorsque Ray Graham l’avait conçu.

Au bout d’une nouvelle heure d’attente, il ne restait du liquide rouge sang qu’une eau un peu rosie, dévoilant un corps féminin couvert d’une tenue noire, qui, selon toute apparence, grandissait en même temps que le corps. Les cheveux flottaient dans le liquide, mais le corps restait inerte. Zane se remit à tapoter sur le pupitre, et une étrange machine se mit en place au dessus du sarcophage de verre. Quand le cône qui constituait l’essentiel de cette machinerie se plaça sur le sommet, Kris put voir plusieurs tubes noirs, qui ressemblaient à des intestins, descendre dans le liquide, jusqu’à se coller d’eux-mêmes sur le front et les tempes du clone de Kinra. Une extension sortit encore du cône, en extérieur celui-ci, et se dirigea vers Zane.

Le Mastermind sortit de sa poche un petit tube translucide, contenant un liquide légèrement jaunâtre. Kris devinait ce qui se passait. Zane remettait la personnalité de Kinra dans le corps. Elle se demandait si elle avait subi une telle intervention, lorsque le jeune homme l’avait aidé, la dernière fois. Une fois le petit tube en place, une aiguille entra dedans, absorbant le contenu de celui-ci. Peu de temps après, les intestins noirs se décollèrent d’eux-mêmes, et retournèrent dans le cône. Ce dernier disparut ensuite dans le plafond. Son office était accompli.

Bloody Kris regarda Shura, et put voir que celle-ci ouvrait de grands yeux, comme ébahie à la vue du miracle de la technologie. Un sourire se dessina sur le visage de la sorcière, et Kris observa de nouveau le cocon, dans lequel le clone résidait toujours. Elle put voir ce qui rendait Shura si joyeuse. La copie conforme de Kinra, du moins le supposait-elle, au vu de l’air réjoui de Shura, bougeait légèrement les doigts. Les opérations de transfert avaient duré une grande demi-heure. Le liquide dans le sarcophage avait maintenant pris la couleur de l’eau pure.

Zane retourna à son pupitre, retapa quelques instructions, et le cocon se vida. Le corps à l’intérieur s’affaissa, puisqu’il n’était plus soutenu par le liquide. Le Mastermind se dépêcha d’ouvrir, prit le clone dans ses bras et le posa sur la table d’opération. Il posa une sorte de patch sur son torse, relié au pupitre, tapota une instruction, et, aussitôt, Kris et Shura purent voir une étincelle au niveau de ce qu’il venait de poser. « L’étincelle de vie. » fit Shura. L’analogie dans l’esprit de la sorcière était bonne, il s’était agi d’une impulsion destinée à faire démarrer les organes internes. La jeune fille bougea brusquement les bras, roula sur le côté, et commença à vomir un liquide clair, comme celui du cocon. Zane s’approcha, lui tapota doucement dans le dos, puis sortit une télécommande de sa poche. La porte du sas s’ouvrit.

- « Fin des opérations de clonage, mesdemoiselles. Vous pouvez entrer. »

Kris et Shura entrèrent, tandis que le robot de Zane restait à portée de tir de Shura. La jeune fille continuait de cracher du liquide. Zane l’aida à se redresser. Il se passa quelques minutes avant que son regard ne s’ouvre complètement. Pendant ces quelques instants, le Mastermind ôta sa tenue de scientifique, au grand regret de Kris, qui le trouvait sexy dans cet apparat, puis tapota de nouvelles instructions sur le pupitre. La Dominatrice s’intéressa de plus près au clone.

- « C’est Kinra ? »
- « Si les cheveux lui appartenaient, pas de doute possible. »
- « Mensonges ! » tempêta Shura. « Même si elle lui ressemble, je le reconnais, Kinra était beaucoup plus âgé. »
- « Tes fantasmes sont ressortis, Zane ? » Kris soulevait un sourcil inquisiteur. « Je ne te suffis plus ? »
- « Mais non. Le corps a l’âge qu’elle avait quand on lui a coupé sa mèche de cheveux ! Je dirais dans les quinze ou seize ans. »
- « Ha, d’accord. »

La jeune fille, maintenant assise sur le bord de la table d’opération, ouvrait de grands yeux effarés. Elle émergeait maintenant de son sommeil, et croyait nager en plein cauchemar. Zane s’approcha d’elle, après avoir été chercher un diadème dans une armoire un peu plus loin. Il le tendit à la Kinra nouvelle née, le plaça entre ses mains, et lui fit signe de le poser sur son front. Elle obéit.

- « Qu’est-ce que c’est ? » demanda Kris.
- « Un traducteur universel. Je l’ai programmé sur américain standard, elle devrait nous comprendre et pouvoir nous répondre dans cette langue. » Shura prit les devants tout de suite.
- « Kinra, Kinra, c’est moi ! Shura ! »
- « Qui … qui êtes-vous ? Comment savez-vous mon nom ? Où sont Papa et Maman ? Où est-ce que je suis ? Que voulez-vous faire de moi ? »
- « Elle … elle ne se souvient pas de moi ? »
- « Et non. » fit Zane. « Je vous avais prévenu. Je pouvais refaire son corps, et réimplanter ce que j’ai ôté de Kris, mais ça ne vous rendra pas Kinra telle que vous la connaissiez. »
- « Mais enfin, qui êtes-vous ? » demanda de nouveau la jeune fille.

Elle semblait inquiète et terrorisée. Kris fut émue à ce spectacle, elle qui avait toujours connue Kinra forte et sûre d’elle, imbue de sa personne.

- « Tu t’appelles Kinra, c’est ça ? » demanda Zane, d’une voix douce. « Je vais te résumer la situation : dis-toi que tu as dormi pendant très longtemps. Vraiment très longtemps. »
- « Mes parents sont … »
- « Ne t’inquiète pas, on va s’occuper de toi. » L’estomac de Kinra gargouilla. « Kris, il y’a à manger dans la pièce de droite, en sortant du sas. Tu peux l’emmener là-bas se nourrir, pendant que je parle à Shura ? »
- « Okay. »

Elle prit la jeune fille par la main, et celle-ci, prudemment, pas à pas, la suivit jusqu’à la salle voisine. Sternum baissa ses bras-canons, sur ordre de Zane. Ce dernier semblait disposer à reprendre des négociations avec le Cercle.

- « Voilà. J’ai tenu ma promesse, j’ai fait revenir Kinra. »
- « Sans son savoir, ce n’est pas Kinra. »
- « Mais si. Ses talents sont toujours là. Il vous suffit de recommencer son apprentissage. Je n’ai, de toute manière, qu’une autre alternative à vous proposer, et je suis sûr qu’elle ne vous plaira pas. Je ne peux pas retirer les souvenirs de Kinra qui sont dans l’esprit de Bloody Kris. Ca la tuerait. Je ne peux pas non plus vous la laisser, et vous savez assurément pourquoi. C’est bien pour cela que j’ai trouvé ce moyen. Je vous rends Kinra, telle qu’elle était quand Demethys l’a arraché à sa famille. Si vous vous débrouillez bien, elle devrait parvenir au même résultat qu’avant. »
- « Je ne sais pas si mes supérieurs apprécieront votre marché. »
- « Le mieux » fit Zane, en ouvrant un portail dimensionnel, « c’est d’aller leur demander. Rendez-vous demain, en début d’après-midi, dans votre résidence du Caniveau. Dans les sous-sols. »

Shura franchit le portail, une expression étrange sur le visage. La voix de Kris fit sursauter Zane, dès que le portail fut refermé. Elle avait semble t’il abandonné Kinra à son repas, pour venir écouter le projet de son amant.

- « Je … je ne peux pas faire ça, Zane. »
- « Ah ? »
- « Cette Kinra … elle n’a rien à voir avec l’autre. Son avenir n’est pas encore celui de la femme aigrie qu’elle est devenue. Elle peut avoir une seconde chance. Non, je ne leur livrerais pas. » Zane se gratta la tête.
- « Je ne savais pas comment serait Kinra, une fois réincarnée dans son clone. Effectivement, elle a l’air trop gentille et peureuse. Qui sait, peut-être qu’elle ne survivra pas si on la donne comme ça au Cercle. »
- « Même si c’est contre toi qu’il faut se battre, je ne le ferais pas. »
- « Et il est hors de question que nous nous disputions à ce sujet. Je n’ai pas envie que nous nous séparions. On passe au plan B. »
- « Plan B ? »

Un engin sur roulettes apporta à Zane une arme étrange, un fusil dont l’embout ovale ressemblait à un tuyau d’aspiration. Il ouvrit le chargeur, compta un nombre d’ampoules vides à l’intérieur. L’hologramme de Zitch fit son apparition. Zane s’excusa.

- « Désolé, mon vieux. Je vais devoir recourir au plan B. Si ça ne marche pas, plan C. »
- « J’aimerais que ton plan ne dépasse pas le B, Zane. »
- « J’espère qu’on en arrivera pas là. »

_________________
Jeux à terminer :

Cradle
Deponia Doosmday
Divinity Original Sin
Rage
The Elders Scroll : Skyrim

Prochaines acquisitions :

Darksiders 3
Divinity Original Sin 2
Ghost of a Tale (si jamais il sort)
South Park, l'Annale du Destin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Poulpe
Poulpe Fiction
avatar

Nombre de messages : 3589
Age : 39
Vigilant : Snow, Tigerwolf, Ogre Noir, Miss Victory et Waka
Date d'inscription : 26/10/2005

MessageSujet: Re: Le passé rattrapé   Mer 30 Mai - 17:21

Une fois que l’estomac de Kinra fut rempli, et que Zane eut pris quelques dispositions et artifices dans les entrepôts de la planète désertée, le trio nouvellement formé pris le chemin de retour. Kris avait fini par comprendre que la pièce dans laquelle se trouvait le cercle aux diodes rouges n’était en fait qu’une cage d’ascenseur ultramoderne. Ils retournèrent, une fois à l’extérieur des bâtiments, sur l’esplanade qui avait vu leur arrivée, bien que cette fois, le robot de combat avait disparu, et qu’une jeune fille brune avait pris la place de Shura, la blonde éthérée. Zane et Kris s’étaient mis chacun d’un côté de Kinra, tenant ses mains. Il s’agissait de la soutenir dans cette épreuve qui consistait à découvrir que le monde avait énormément changé.

- « Tu ne te souviens de rien, Kinra ? Même pas de moi ? » demanda Kris. Elle avait déjà posé la question lorsqu’elle avait conduit la jeune fille dans la pièce adjacente au laboratoire, pour qu’elle se sustente.
- « Non. Mon dernier souvenir, c’est ce vieil homme qui est venu me parler. Il m’a dit que j’avais beaucoup de talents et qu’il serait dommage qu’ils se perdent par le non usage. »
- « Des talents ? »
- « Oui. Je pouvais me servir d’une drôle d’énergie, mais uniquement si je paniquais. Je n’en ai rien dit à mes parents, j’avais peur qu’ils me prennent pour une sorcière, et qu’ils me dénoncent à l’inquisition. »
- « Bon, rentrons. Ici, ce n’était qu’une étape intermédiaire. Dis donc, Kris, où va-t’on loger la demoiselle ? »

Kris rougit un peu en faisant une moue. Elle était toute à son idée de sauver la jeune fille du Cercle, et n’avait pas pris en compte que l’espace vital de sa base était déjà bien entamé, entre Bad Cat, Hacaga, Brenda, elle, et, depuis peu, Zane. Maintenant, il faudrait compter une sixième personne.

- « Avec Hacaga, non ? »
- « Dans le taudis ? La pauvre ! »
- « Tu as une autre idée ? »
- « Qui est Hacaga ? » demanda Kinra.
- « Une gentille fille, un peu différente des autres. »
- « Différente ? »
- « Tu verras par toi-même. Si tu ne veux pas dormir dans sa chambre, nous demanderons à Brenda si tu peux partager la sienne. »
- « Brenda ? »
- « Une amie. »

Zane profita de ce que les deux femmes discutaient pour ouvrir un portail, puis les invita à le franchir. De l’autre côté, la base de Kris était plongée dans l’obscurité. Les autres occupantes avaient dû vaquer à leurs occupations respectives. Kinra cligna des yeux, pour s’habituer à l’obscurité aveuglante, après le soleil du monde de Zitch. Kris claqua des mains et la lumière éclaira la pièce.

- « Comment faites-vous tout ça ? Vous … vous êtes sorciers ? » demanda Kinra.
- « Non, non. Ce sont des machines qui accomplissent ces exploits. Pour les voyages, Zane est comme toi, il a quelques pouvoirs. »
- « Des … machines ? »
- « Je t’apprendrais à t’en servir. » Kris monta à l’étage. « Viens voir. » fit-elle à la jeune fille. Elle lui montra la chambre d’Hacaga. « On pourra t’installer un lit. Reste à voir si tu voudras bien vivre avec l’occupante. Elle est gentille, mais un peu spéciale. »
- « En parlant de spéciales, voilà nos amies qui reviennent. » Zane était resté en bas, et avait jeté un œil sur les caméras de sécurité.

La porte qui donnait sur le couloir d’accès s’ouvrit, laissant entrer Bad Cat, Hacaga et Peur Nocturne. Elles n’eurent pas le temps de se mettre à l’aise que Kris descendit avec Kinra, histoire de la présenter, du moins, présenter la nouvelle version de la sorcière qui avait pendant un temps partagé son corps. Bad Cat fut la première à la voir, se demandant qui cela pouvait être.

- « Salut, déjà de retour les amoureux ? Tiens, qui c’est ? »
- « C’est un peu délicat à expliquer. » fit Kris. Mais avant qu’elle ne puisse commencer, Kinra cria, désigna du doigt le trio en criant et se cachant derrière Kris.
- « Des démons ! Des démons ! » Le terme et le doigt désignaient clairement Hacaga et Brenda. Bad Cat éclata de rire.
- « La vache ! Vous lui faites plus peur que moi ! Ha ha ! » Peur Nocturne secoua la tête, en signe de son exaspération, puis son armure disparut, et elle ôta les lunettes spéciales d’Hacaga.
- « Nous ne sommes pas des démons. » fit-elle à l’adresse de la jeune fille. « Nous sommes des humains, comme toi. » Elle regarda Kris. « D’où sort-elle ? »
- « Et bien, en fait, je vous présente …. Kinra. » Kris avait marqué un temps d’arrêt assez conséquent. Elle craignait maintenant la réaction de Bad Cat.
- « Kin…Kinra ? »
- « Enfin, c’est un peu délicat à expliquer. Bon, euh, je vais tâcher de ranger un peu la chambre d’Hacaga. Zane, tu peux leur expliquer ? Hacaga, tu peux venir avec moi ? »
- « Je vais essayer. » répondit Zane, tandis qu’Hacaga accompagnait Kris et Kinra à l’étage.

Quand il fut seul avec Brenda et Bad Cat, il commença ses explications, du clonage de Kinra jusqu’à la décision de Kris de ne pas laisser la jeune fille aux mains crapuleuses des membres du Cercle des Epines.

- « Tu avais trouvé un bon plan, Zane, dommage que Kris n’en veuille pas. Mais je la comprends. » Brenda, comme à son habitude, ne prenait pas parti.
- « Comment est la nouvelle Kinra ? » questionna Bad.
- « Tu viens de le dire : complètement nouvelle. Rien à voir avec ce qu’on a connu avant. »
- « On va l’héberger ? »
- « Tu connais Kris. Depuis qu’on l’a débarrassé de l’ancienne Kinra, elle est devenue moins agressive. A mon avis, elle ne laissera pas la jeune fille dehors, sur ces îles. »
- « Six dans la base. A quatre, on était déjà à l’étroit, alors à six … ! » soupira Bad Cat. « Enfin, je suppose qu’il n’y a rien à dire. »
- « Une personne de plus ne changera pas grand-chose. De plus, nos chambres individuelles sont assez grandes pour héberger deux personnes à la fois. Reste le problème sanitaire. Il faudra peut-être envisager un agrandissement et la construction d’une seconde salle de bain ! » Brenda prenait déjà la mesure de ce qu’il faudrait faire pour recevoir convenablement une nouvelle résidente.
- « Il y’a toujours moyen de rogner sur l’aile Nord. » fit Zane. « Il y’a de vieux couloirs qui n’aboutissent nulle part. On pourrait en cloisonner une partie. »
- « Pour la suite, que va-t-on faire ? » demanda Brenda.
- « Il faudra détourner une canalisation d’eau, pour alimenter la nouvelle pièce et … »
- « Mais non, je parle du Cercle des Epines. »
- « Ha. »
- « Tu proposes une alternative au Cercle, et il n’était déjà pas sûr qu’ils l’acceptent. Ensuite, tu vas devoir te présenter devant eux en leur disant que finalement, ils n’auront pas le clone de Kinra. Ils vont être furieux. Ils voudront récupérer Kris à tout prix. »
- « Il me reste le plan B. »
- « C’est quoi, le plan B ? » demanda Bad Cat.
- « La persuasion par la menace ! »
- « Etrangement, je me dis qu’on parle de moi, là ! » répondit la femme-chat.
- « Tu crois franchement les inquiéter ? » ironisa Brenda.
- « Je te garantis qu’après une paire de baffes distribuées, tout le monde me craint ! »
- « Dans ce cas-là, je crois que la seule menace physique ne servira pas. » fit Zane. « Non, il faut frapper au moral. J’ai le truc idéal pour ça ! »
- « Lequel ? »
- « La base du plan B. Si ça ne marche pas, je passe au plan C. Ca m’ennuierait, j’avais dit à Zitch que jamais je ne vendrais de sa technologie sur notre planète. Mais là, c’est un cas de force majeur ! »
- « C’est quoi, le plan C ? »
- « Exécution de la menace. Enfin, si ils sont intelligents, ils comprendront qu’il vaut mieux qu’ils laissent tomber. »

Un bruit de pas dans l’escalier indiqua que quelqu’un descendait. Kris fit son apparition, surprenant le trio en pleine conversation.

- « Tu leur as expliqué ? » demanda t’elle à Zane.
- « Oui. »
- « Vous n’aurez pas trop de problème à l’accepter ? » fit-elle, se tournant vers Bad Cat et Brenda.
- « Non. Si elle n’a rien à voir avec l’ancienne Kinra, ce sera un plaisir que de la recevoir. » fit Brenda.
- « Et Hacaga ? Elle l’accepte ? » demanda Bad Cat.
- « Elle l’a reniflé de haut en bas, et la pauvre fille avait l’air choquée, elle croyait qu’elle sentait mauvais. Depuis tout à l’heure, Hacaga lui montre comment fonctionne un interrupteur. C’est notre petit hybride qui devient professeur, maintenant. Mais au rythme où elles vont, elles ne vont pas tarder à … »
- « Maman Brunda ! Plus lumière ! » cria de l’étage la plus jeune des filles.
- « …exploser l’ampoule. »

_________________
Jeux à terminer :

Cradle
Deponia Doosmday
Divinity Original Sin
Rage
The Elders Scroll : Skyrim

Prochaines acquisitions :

Darksiders 3
Divinity Original Sin 2
Ghost of a Tale (si jamais il sort)
South Park, l'Annale du Destin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Poulpe
Poulpe Fiction
avatar

Nombre de messages : 3589
Age : 39
Vigilant : Snow, Tigerwolf, Ogre Noir, Miss Victory et Waka
Date d'inscription : 26/10/2005

MessageSujet: Re: Le passé rattrapé   Mer 6 Juin - 15:24

- « Tu es sûr que tu ne veux pas qu’on vienne ? » demanda de nouveau Kris.
- « Certain. Je me débrouillerais bien mieux seul. Au pire, je m’enferme dans un champ de force, je me téléporte, et je reviens leur faire comprendre mon point de vue. A grand renfort de laser de neuf cent Watts ! »
- « C’est de ma faute, je suis désolée. Tu as trouvé un plan pour qu’ils me fichent la paix, et je fiche tout en l’air. »
- « Ne t’en fais pas. Comme me l’a gentiment fait remarquer Brenda, ce n’était pas sûr qu’ils acceptent ma proposition. »
- « Qu’est-ce que tu vas leur proposer en échange ? »
- « Je t’expliquerais quand je serais revenu. L’heure tourne, ils doivent m’attendre. »

Mister Zane disparut dans un éclat de lumière, pour réapparaître à Grandville, juste sur le toit de l’immeuble où, quelques heures plus tôt, lui et Kris rencontraient Shura. Il tenait un sac de sport à la main gauche, le posa puis l’ouvrit, sortant plusieurs blocs noirs, complètement lisses. Il prit les blocs chacun leur tour, les envoyant dans un endroit prédéterminé, grâce à ses dons de mutant. Il les comptait au fur et à mesure qu’il les téléportait, et s’arrêta au chiffre huit. Toujours grâce à ses pouvoirs, il se rendit en bas du bâtiment, en franchit la porte, puis, une fois à l’intérieur, se dirigea vers les sous-sols.

Il tenait en main le dernier bloc noir qu’il lui restait. En descendant dans les caves obscures, il le posa sur le plafond des grottes, qui descendait à portée de sa main. L’appareil avait sans doute un dispositif de fixation, puisqu’il resta accroché. L’ambiance dans la cave était humide, et, une fois habitué à l’obscurité, Zane put voir l’entrée d’un réseau de galeries souterraines. Il avança, sans arme ni robot, portant toujours le sac. Ce dernier présentait la forme d’un canon, dernier recours du Mastermind. Les bruits de ses pas avertissaient ses ennemis de sa position, mais cela l’arrangeait. Il parvint sans encombre, mais non sans ressentir une présence, jusqu’au point central des galeries, où l’attendaient une vingtaine d’individus.

Parmi ceux-ci, il put reconnaître aisément Shura, dont le maintien avait changé maintenant qu’elle avait revêtu ses atours de sorcière, courbant presque le dos. Son attitude humble devait tenir à la présence de Demethys, à moins d’un mètre d’elle. Un autre sorcier, un notable sûrement, cela se voyait à la richesse de sa robe de magicien, attendait à la gauche de Shura. Les autres n’étaient que subalternes, hormis peut-être la Succube qui s’était adossée à la paroi.

La créature fit aller ses longs cheveux noirs, en ôtant la pince qui les maintenait attachés. Ils semblaient se plier à sa guise, selon son désir, et ils revinrent vite à leur position initiale, et la créature infernale put remettre l’ustensile qui la coiffait. Zane sourit.

- « Vous avez sorti le grand jeu ! Ma réputation me précède ! » fit-il, goguenard. Demethys le regarda.
- « Est-ce lui qui a ramené Kinra, disciple ? »
- « Oui, maître Demethys. » répondit Shura.
- « Effectivement, c’est moi. » Zane devinait que si Shura se faisait appeler par sa fonction et non son prénom, cela voulait dire qu’elle devait avoir échoué dans sa mission.
- « Mon disciple m’a fait part de votre … étrange … proposition. »
- « Pourquoi étrange ? L’idée était assez inhabituelle, j’en conviens, mais réalisable. »
- « Si vous nous proposez de récupérer Kinra, mais avant qu’elle n’ait acquis son talent, je suis au regret de vous annoncer que c’est refusé. De toute manière, vous ne l’avez même pas amenée pour la négociation. »
- « Vous me simplifiez les choses, bonhomme. Figurez-vous que ma copine a bien meilleur caractère depuis que votre vieille amie Kinra n’habite plus avec elle, ce qui lui a permis de voir que la jeune fille que j’ai clonée n’a plus rien à voir avec celle qui avait partagé son corps. Elle s’est donc mise en tête de la protéger. Elle a quelques instincts maternels très développés, j’ai pu remarquer ça. »
- « Nous n’avons donc plus rien à nous dire. Nous récupérerons Bloody Kris, par la force si il le faut. »
- « Stop ! » ordonna Zane, l’air sérieux.

Il brandissait une sorte de détonateur. D’une simple pression du pouce, une série d’explosion se firent entendre, ainsi que les échos d’éboulements. Le visage de Zane s’orna d’un large sourire de satisfaction, pendant que les membres du Cercle pestaient de rage. Plusieurs d’entre eux se dirigèrent vers les extrémités les plus proches des galeries, puis revinrent en disant que les issues étaient obstruées par les éboulements.

- « Vous ! Qu’avez-vous fait ? » cria Shura, en montrant Zane du doigt.
- « J’ai juste bloqué les issues,. »
- « Mensonge. » fit Demethys, souriant. Il s’imaginait que Zane avait pu trouver quelques entrées des galeries, mais pas toutes.
- « Les neufs ! » Le sorcier perdit son sourire. Le nombre était exact. « Enfin, rien d’insurmontable. En retroussant vos manches, vous devriez pouvoir sortir d’ici en deux bonnes heures. Cependant, ça me permet de mettre au point certaines choses avec vous. »
- « Lesquelles ? »
- « On ne touche pas à Bloody Kris. C’est une grande fille, maintenant. Elle décide de ce qui est bien ou pas pour elle. Elle a choisi de ne pas vous faire confiance, et je ne saurais l’en blâmer. Hors, je ne veux pas qu’elle soit votre cible pour les temps à venir. »
- « Ces négociations étaient vouées à l’échec, et ce dès l’origine. » soupira Demethys. « Vous rendez-vous compte de votre infériorité numérique ? »
- « Je n’ai pas sorti les robots, c’est vrai. Mais vous devez savoir que je me promène aisément. Les voies sans issues, ça ne m’a jamais présenté beaucoup de problèmes. Et une fois dehors, alors que vous végéterez à l’intérieur, qu’est-ce qui m’empêcherait de revenir avec des renforts d’Arachnos ? En leur disant que j’ai trouvé ceux qui kidnappent leurs employés ? » Un rire cristallin se fit entendre, la Succube trouvait la situation amusante.
- « Et bien, puissant Demethys, il me semble que vous avez trouvé votre maître ! » Elle se moquait ostensiblement du sorcier. Il était fort probable qu’elle n’était là que par caprice du magicien, et n’appréciait que moyennement de devoir attendre son bon vouloir pour intervenir.
- « Croyez-vous que cela suffira à nous faire reculer ? » demanda Demethys à Zane.
- « Ho, non, bien sûr. C’est juste histoire de gagner un peu de temps, pour vous faire part d’une nouvelle proposition. »

Zane sortit le canon dont l’embout était ovale. C’était le dernier objet qu’il restait dans son sac. Le tissu se lova en tombant au sol. Demethys contempla l’arme que tenait le Mastermind. Son visage s’illumina d’une aura malsaine. Il se moquait complètement de son ennemi, considérant cette intervention comme pathétique et ridicule.

- « Voilà bien une preuve de votre stupidité. Ne comprenez-vous pas que les armes humaines sont inutiles contre nous ? Nous revenons, encore et encore, nous sommes immortels ! »
- « Oui, oui, je sais. Après, vous allez me dire que Bloody Kris vous a eu, mais que, pourtant, vous êtes déjà revenu. Vous vous vanterez de la façon dont, vous, les membres du Cercle, vous vous servez du corps des autres pour vous accrocher dans ce bas monde. Bla, bla, bla ! » répondit Zane, en secouant sa main libre, comme il le ferait devant un vieux professeur radotant.
- « Impudent personnage ! »
- « Vous faites une grosse erreur, mon vieux. Ce que je tiens en main, c’est votre pire cauchemar ! »

Zane arma son fusil, qui fit entendre un bruit d’aspiration, pointa l’embout ovale vers Demethys. Ses acolytes brandirent arbalètes et épées, mais la rafale d’énergie ne vint pas de l’arme proprement dite, mais du corps du sorcier. Une lumière argentée sembla s’extraire de son corps, pour se diriger droit vers le fusil. Le corps de Demethys tomba à la renverse. Tout signe de sa puissance, comme ses yeux luminescents, ou l’aura maléfique qui l’entourait, disparut d’un seul coup. L’homme au sol ressemblait à quelqu’un de tout à fait normal.

- « Qu’avez-vous fait ? » pleurnicha Shura, se jetant sur le corps de l’homme, comme pour lui faire un rempart avec le sien.
- « Inutile de pleurer. De toute manière, Demethys n’est plus là-dedans. » fit Zane, insensible, désignant le corps inerte. Il fit sauter une sorte de cartouche de son fusil, et l’attrapa de sa main libre avant qu’elle ne touche le sol. « Il est là. » Zane montra un petit tube, contenant un liquide mordoré.
- « Quoi ? » Même la Succube cessa de trouver la situation amusante.
- « Je vous présente le devenir du piège à âme de Zuhkara. Si la technologie développée pour cette arme arrive à terme, ce qui devrait prendre environ deux à trois siècles, rassurez-vous, ça donnera des équipements de ce genre. Ca peut tirer en rafale, agir sur une zone plus ou moins large, on peut même en construire des versions plus lourde, voire même des bombes. » Zane désigna le second sorcier, qui n’avait jusque là pas participé à la conversation, s’étant contenté d’écouter Demethys. « Vous, là, vous devenez le nouveau négociateur. » Le sorcier, bien qu’effrayé, s’avança. « Votre petit nom ? »
- « Galrone. »
- « Bien. Prenez donc ma proposition en note, pour la rapporter à vos chefs. Faites un trait sur Bloody Kris et Kinra, et n’essayez même plus de vous y intéresser. Si jamais j’ai le moindre doute, la moindre suspicion, je vends les plans de construction de cette arme. Imaginez l’impact de cette technologie selon que je la fourgue à l’Arc ou à Arachnos. »
- « Vous n’oseriez … »
- « A votre avis, qu’elle est la probabilité que je ne le fasse pas ? »

Galrone était inquiet. Mister Zane avait frappé à l’endroit précis où cela faisait le plus mal. Les âmes des sorciers du Cercle, prisonnières de cet appareil, ne pourraient jamais être réincarnées. Si des personnes comme Zuhkara ou Recluse mettait la main sur une telle invention, et en équipaient leurs troupes, le Cercle des Epines serait réduit à néant en quelques semaines. Et peut-être pas seulement le Cercle. Le détenteur d’une telle arme pouvait facilement plier le monde à sa volonté.

- « Vous renoncez aux créatures artificielles de Kinra, je renonce à faire de votre vie un enfer permanent ! » fit Zane. Il posa l’arme sur son épaule, défiant quiconque dans l’assemblée de le menacer.
- « Rendez-nous Demethys. » implora Shura. Zane lui envoya la cartouche. Elle se jeta au sol pour l’attraper en plein vol, afin qu’elle n’éclate pas sur les parois de pierres.
- « Si vous voulez. Mais ça ne vous servira à rien : si vous brisez la fiole, c’en est fini de Demethys. Le seul qui peut décider de remettre son âme à sa place, actuellement, c’est moi. »
- « Faites-le ! » ordonna la jeune femme.
- « Hors de question. » Un sourire malveillant orna le visage du Mastermind. « Qu’il vous serve d’exemple, à tous. Un seul doute, et vous en souffrirez comme jamais auparavant. Ce n’est pas négociable, il n’y aura plus aucune concertation. Renoncez à Bloody Kris et Kinra, ou renoncez à la vie ! »

Un portail dimensionnel s’ouvrit derrière Zane. Ce dernier pointa l’arme vers ses agresseurs, reculant pas à pas. Son pied gauche passa de l’autre côté, puis son corps entier suivit. Il franchit la limite fixée par l’ouverture, et, avant que celle-ci ne se ferme totalement, fit un geste grossier aux membres du Cercle.

Quelques jours plus tard …

Le Carnaval des Ombres refluait face à l’avancée des troupes robotisées de Zane, et du golem de glace de Bloody Kris. Pendant que les troupes du Mastermind s’occupaient de leurs adversaires, lui et la Dominatrice discutaient tranquillement derrière.

- « Pas de nouvelles de nos amis les magiciens ? » demanda Zane.
- « Je n’ai plus le sentiment d’être surveillée. C’est le calme plat. »
- « Tant mieux, tant mieux. J’avais promis à Zitch de ne jamais vendre sa technologie à n’importe qui, par crainte qu’on en fasse un abus, je préfèrerais tenir ma parole. »
- « Dis donc, ce fameux canon avec lequel tu les as menacés, qu’est-ce que c’est, au juste ? »
- « Un extracteur psychologique. Une technologie avant-gardiste qui permet d’arracher la conscience d’une personne à son corps. »
- « C’est ce dont tu t’es servi pour ôter Kinra de moi ? »
- « Oui. En fait, tu es cliniquement morte pendant un court instant. »
- « Comment ça ? »
- « Pas compliqué. Zitch et moi, on a tout retiré de ton cerveau, Kinra et les nano-machines. Ce qui fait que, pendant une demi-heure, le temps qu’on dissocie Kinra de ses souvenirs et connaissances, ton corps était comme une enveloppe vide. On a ensuite arraché ta conscience aux machines, mélangé le tout avec les connaissances de Kinra, et remit l’ensemble dans ce charmant petit cerveau. » Zane l’embrassa sur le front.
- « Cet appareil fonctionne sur tout le monde ? »
- « Oui. »
- « Ce serait la cata si certains groupes mettaient la main dessus. Au fait, où as-tu rangé ton canon ? »
- « Renvoyé dès que j’en ai eu fini. Je ne tenais pas à mettre Zitch en boule en laissant traîner ça trop longtemps. Tu sais, c’est lui qui a conçu ce truc. Il s’en est servi pour devenir cette espèce de machine. Il courrait après l’immortalité, et c’est pour ça qu’il l’a construit. Il s’est auto-extrait de son corps, pour s’implanter dans un appareil. Mais maintenant, il s’ennuie. L’immortalité, c’est long, surtout sur les derniers millénaires ! » plaisanta le Mastermind.
- « En parlant de millénaires, tu me fais penser à Kinra. Pourquoi ne se souvient elle de rien après avoir appris la sorcellerie ? »
- « Bonne question. J’en sais fichtre rien. Après avoir discuté avec Zitch, on a eu quelques idées. De une, elle a peut-être fait une crise de schizophrénie. Ca, c’est de moi, après avoir entendu ce qu’elle a dit. Elle refusait de montrer à ses parents ses talents de manipulation d’énergie, de peur qu’ils ne la prennent pour une sorcière. Le fait d’être devenue apprentie magicienne a du provoquer une scission dans son esprit, elle devenait ce qu’elle redoutait être. De deux, peut-être que sa vie de sorcière ne lui plaisait pas. Cette hypothèse, c’est de Zitch. Par un réflexe inconscient, quand nous avons voulu dissocier connaissances et personnalités, elle a rejeté tout ce qui se rapportait à la magie. Ce qui fait qu’il ne restait que Kinra, avant de rencontrer Demethys. »
- « De trois ? »
- « Y’a pas de trois. On ne sait pas exactement ce qu’il s’est passé. Normalement, nous n’aurions dû récupérer que les connaissances techniques de Kinra, dans son esprit. Le tri était délicat à faire. Tout ce que je peux dire, c’est qu’il y’a quelque chose, ou plutôt quelqu’un, selon moi, qui voulait avoir une seconde chance. »
- « Kinra voulait recommencer ? »
- « On ne le saura jamais, maintenant. » Quelques secondes de silence, brisé par les tirs des robots, passèrent. « Que fait-elle, en ce moment ? »
- « Bad Cat doit lui enseigner la maîtrise de ses pouvoirs énergétiques, mais ce n’est pas génial, pour l’instant. Côté éducation plus conventionnelle, elle a un peu d’avance sur Hacaga, mais ne sait pas non plus lire et écrire. Elle a dû apprendre lorsque Demethys s’est emparée d’elle. Enfin, au moins, grâce à ton diadème, elle nous comprend et nous répond dans notre langue. »
- « Je pense que quelques sessions de cours sous hypnose devraient aider à rattraper son retard scolaire. »
- « Bonne idée. Pourquoi ne pas le faire pour Hacaga, en même temps ? »
- « Parce que, pour que cela fonctionne, il faut comprendre ce qui est dit. »
- « Ah oui. Et Hacaga ne connaissant pas parfaitement notre langue, les cours hypnotiques n’auraient abouti à rien. »
- « Tout juste. »

Ils avaient continué de discuter, jusqu’à ce que leur dernier ennemi s’effondre sous une gerbe d’étincelles lumineuses. Le bâtiment avait été nettoyé de toute présence, sans que le maître des robots et sa concubine ne s’en rendent compte. Ils quittèrent alors les lieux, emportant avec eux la preuve de leur réussite.

_________________
Jeux à terminer :

Cradle
Deponia Doosmday
Divinity Original Sin
Rage
The Elders Scroll : Skyrim

Prochaines acquisitions :

Darksiders 3
Divinity Original Sin 2
Ghost of a Tale (si jamais il sort)
South Park, l'Annale du Destin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le passé rattrapé   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le passé rattrapé
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Permis Moto passé à l'étranger
» Passé et Tradition
» Où est passé Nalaga?
» merci pour l'accueuil et la bonne soirée passée JO & CO
» La cigogne est passée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LES VIGILANTS :: FORUMS DES VIGILANTS :: CITY OF VILLAINS :: Récits de vilains-
Sauter vers: